AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 When are you gonna decay ? | NLS (WIP)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Lun 18 Déc - 16:40



 
 
Nona Louis Stevenson
feat Dita von Teese

 

Qui je suis

Tick tock. Ton cabinet rempli d'horloges. Tick tock. Trente aiguilles à l'unisson, une page qui se tourne. Vingt-milles lieues sous les mers de Jules Verne. Tick tock. Quatre larges étagères forment un pan de mur, puis huit plantes de multiples tailles, un globe discret aux tons sépia, une large fenêtre, une porte minuscule. Un terrarium sur la dernière façade - une mygale noire du Brésil s'y repose dans l'indifférence la plus totale. Sur un secrétaire déplié, une volumineuse bonbonnière. C'est un peu tout toi, ce cabinet : tu es une femme-curiosité.
Aux hommes, aux femmes - un sourire aimable, une succession de politesse, et un regard de marbre. Que sont-ils au regard de la vie même, sinon des amas de chair qui naissent et meurent, et font semblant d'avoir vécu. Que font-ils sinon détruire ce qui leur permet de respirer, boire, manger, vivre. Abject, abject, mais tu fais semblant de les aimer.

Vodka au poivre, bains parfumés. Rouge à lèvres, eyeliner, bijoux, parfums du soir. L'argent aussi, un petit peu - mais des flacons surtout. Flacons, comptoir, poisons : c'est ta boutique d'apothicaire.
Voilà le mystère, voilà la réponse : ce que tu es, c'est ta passion. Une passion vénéneuse, vénimeuse, mortelle. La vie, tu l'aimes à en crever. Collectionneuse de plantes et spécimens, amoureuse folle de cette nature qui périt sous la corruption humaine. L'homme pour toi est une aberration de la nature - tu te sens davantage en sécurité nue au milieu de scorpions. Il n'y a que l'homme qui blesse sans qu'on lui témoigne d'hostilité. C'est ce qui fit naître en toi cette nature profondément vengeresse.

Tu n'oublies rien. Rien de ce qui t'intéresse au moins. C'en est presque une maladie, cette mémoire que tu as. Tu lis un livre une fois, tu en récites des passages entiers. La précision, le détail - et une prédisposition particulière pour l'hypnose. Tu l'étudies, tu l'exerces, et la pratique avec un art tout particulier. Mais c'est encore une activité annexe, que ces thérapies réservées aux insouciants.
Pour les plus méfiants, tu t'armes de délicatesse. D'un mortier, d'une lame, de milles autres choses encore qui semblent absurdes aux non-initiés. Et tes journées tu les passes, plantes, baies, racines, écorces, de l'eau de source pour tout lier - à concocter ces étrangetés dans ta petite boutique de Midtown. Des remèdes miracles, le bonheur de mesdames, pour le malheur du portefeuille de monsieur. De l'anti-jeu, pour les médecins mécontents. Si ton commerce fonctionne, c'est qu'ils sont tous des charlatans.
Il faut pourtant bien t'avouer une passion peu commune. Pour ces deux activités pour le bien-être des amateurs, il s'agit du risque de tourner au désastre - il faut le dire : au suicide. L'empoisonnement ou la manipulation, mais toi, toujours insoupçonnable. Avec ce sourire au client. Au plaisir de vous revoir, mais tu sais très bien auxquels tu mens.

La fascination, devant cette nature éternelle et miraculeuse. L'addiction, dans l'horreur, dans la destruction de l'homme, dans la mort - comme une noirceur à l'intérieur de toi que tu compenses par la consommation. Ta bouche comme un gouffre sans fond, qui engouffre ce qui passe, et les sucreries plus que tout. Les prémices de la folie, des détails de ton instabilité croissante, cachées maladroitement derrière cette jolie vitrine. Souvent distraite, inattentive, absorbée dans le foisonnement de tes pensées - une tête désordonnée et pleine qui se range au son des tic-tacs, comme une seconde nature. Et de l'imagination : si tu n'avais pas été un monstre, tu aurais été artiste.
Intolérante, et dénuée de compassion. Tu as rompu avec l'empathie depuis déjà longtemps. Tu te réjouis de ces catastrophes qui déciment l'humain - au fond, tu as de quoi apprécier la télévision. Distance par rapport aux hommes, par rapport aux autres, mais même avec toi-même, il y a comme un temps de retard, comme un décalage horaire. Dis, tu m'écoutes ? Non, tu as bien mieux à faire.

***
Petit bout de femme, peau blanche et cheveux noirs - Blanche Neige, la naïveté en moins. Toujours poudrée et le rose aux joues, avec une présence remarquable et écrasante : il est difficile de te passer à côté. Souriante, apprêtée. La taille fine, les hanches larges, des cuisses à tomber. Si ta peau est si douce, c'est que tu fabriques toi-même ce qui sert à son entretien. Peu de force, tu ne vas pas à la castagne. Maline, la curiosité dans l'oeil.
Toujours femme, pas toujours féminine : il n'est pas rare de te trouver dans des salopettes tâchées et les mains pleines de terre. Tu n'as pas peur de t'abîmer les mains au contact de ces produits nocifs que tu manipules à longueur de journée. Cravate ou noeud pap' et bretelles, cheveux balancés en arrière, un quelque chose de masculin. Mais, toujours, rouge, liner et parfum de femme.
Un regard de biche qui crève la chair avec un quelque chose de coquin, de méprisant - d'un peu malsain. Tu n'es pas tactile, très loin de là. Le toucher t'inspire du dégoût, ce qui ne t'exempte pas du désir mais quand tu vois l'humain, c'est le mot suicide qui te vient.

passe ta souris si tu veux en savoir plus
Surnom: NonaAge: 42Orientation sexuelle: bicurieuseSituation amoureuse: veuveGroupe: vilain
DERRIÈRE L’ÉCRAN: Je m'appelle Mos et j'ai 20 ans. J'ai connu le forum grâce à Scénary (Rise Taylor) et je le trouve sombre mais indéniablement joli. Mon personnage est un inventé et je vous autorise à en faire un scénari si mon compte se retrouve supprimé. Je certifie avoir lu les différents paragraphes du règlement


en savoir un peu plus sur moi

 
*Nota Bene: Nona ne possède pas de pouvoir, rien de surnaturel. Sinon peut-être sa prédisposition à l'hypnose qui pourrait être développée au contact d'un maître, mais elle demeure résolument humaine. Ne me l'abimez pas trop jk j'aime rendre mes personnages malheureux faites-vous plaisir

 
+ Ton passé

Tu es né à Prague, en République socialiste Tchèque, à une quelconque date de ce siècle. Le fantôme soviétique qui ronge encore l'Europe s'y étendait alors. Un autre temps, un autre nom, un nom mis de côté. Tu as commencé dans le prolétariat, de toute façon on te répétait qu'il n'y avait que ça. Que des pauvres au pouvoir, pour ne pas que les pauvres du dessous se plaignent de quoi que ce soit. Tu marchais dans les traces de ton père, de ta mère aussi - l'égalité des sexes, enfin plus ou moins : tu n'aurais su dire au fond lequel des deux exerçait quoi. Tu les cotoyais tous les jours mais tu ne les connaissais pas. Formatée jusqu'à tes 13 ans, un vrai petit clone - ils étaient du genre traditionnalistes dans l'âme autour de toi. Puis tu as changé de fréquentations. La découverte de nouveaux milieux - comme quoi ce que tu croyais une généralité n'était pas grand chose. Des révolutionnaires, même pire : des anti-révolutionnaires. En somme, ceux qui voulaient renverser l'ordre établi par la Révolution avec un bon coup de pied bien placé. Des fortes têtes, avec les mirettes pleines d'étoiles. Quelques écarts pour la loi, tu t'es lié notamment avec un camarade est-allemand avec qui tu as fait les quatre cents coups. Il voulait abattre l'URSS, tout seul avec des idées et un petit bâton. Tu avais compris, toi, que ça ne serait pas si simple. Que la seule solution, c'était la fuite, les terres occidentales. Elles vous semblaient être un Paradis épargné par la corruption - à quel point tu avais tort, Nona.

A la première occasion, tu as fait tes adieux à ta terre natale. Kurt est parti pour l'Allemagne de l'Ouest, toi tu as fui pour la France avec tous tes bagages. Tu ignores encore s'il y est parvenu, s'il y est arrivé sain et sauf. Tu n'avais alors que 16 ans - c'est à Paris que tu as trouvé comme un père de substitution, qui t'a pris sous son aile. Louis Cohen, ornithologue et bagueur d'oiseaux au jardin des plantes. Ton intérêt pour les sciences naturelles a débuté là, au contact de zoologues et biologistes de tous les horizons. Quelques six années plus tard, tu t'y étais fait une place d'ancien, et Louis était devenu ton époux. Un époux que la vieillesse touchait alors, et qui devant ta séduisante jeunesse devenait immensément jaloux. Ce fut inéluctable, la descente aux enfers. Tabac, alcool, colère - violence, viol enfin. Tu l'as encaissé tête haute jusqu'à n'en plus pouvoir. Le jour où il t'a fait perdre votre enfant, tandis que tu étais enceinte : ce jour-là, tu as monté ta vengeance. Tu as tenté une première fois le poignard, l'échec a instillé en toi la peur des représailles. Quelques mois de silence, de mise en confiance toute relative - puis le poison, foudroyant. Tu as plié bagage, et tu as fui la France.

Tu as commencé un tour du monde, entretenant quelques correspondances avec d'anciens collègues spécialistes, les premières années au moins. Tu as pris la mer pour l'Amérique - sédentaire dans un premier temps, puis ne pouvant résister au développement de cette passion, la seule chose en mesure de te calmer. Le Brésil, la Bolivie, le Paraguay. Le Brésil encore, la Guyane. Un nouveau départ ensuite - l'Australie, les Philippines, la Chine, la Mongolie. Ethiopie, Kenya, Congo. Un timide retour en Europe par l'Italie et la péninsule ibérique. Un périple de multiples années, qui se ponctuait de temps à autre par un retour où tu avais élu domicile - les Etats-Unis, en Caroline du Sud. Tu en avais pris la nationalité, et changé d'identité, plus ou moins légalement. Louis Stevenson, il n'est pas difficile de savoir d'où te venait ce prénom. Tu as accumulé une collection de raretés rapportées de tes voyages. Tu te passionnais à les étudier, les étiqueter, les découvrir en somme un à un. Le plus mortel était le spécimen, le plus tu t'y intéressais.
Tu ne te remettais jamais de ces choses nouvelles, tu les prenais comme un miracle. Et tu détestais un peu plus chaque jour que l'Homme ne le réalise pas et s'efforce de détruire tout ce que tu t'obstinais à préserver. Alors tu t'es lancée dans ce petit projet qui te trottait en tête. Tu as donné un objectif à tes voyages - après tout, il fallait bien que tu sois en mesure de les payer. Huiles, onguents, concoctions, remèdes, cosmétiques. Et, en arrière-boutique, d'autres inventions plus sombres - drogues et poisons. D'abord, tu te mettais au service de ta clientèle. Tu aidais les femmes à se débarrasser de leur mari, entre autre chose. Mais bientôt, ça ne t'a plus suffi. Ta clientèle aussi, tu t'es mise à la détester. Ces plaignants, ces veuves mécontentes qui revenaient pleurer car elles regrettaient, qui te parlaient de leur culpabilité. Tu en as eu assez, tu as voulu les tuer aussi. Prétendant leur vendre un calmant qui leur apaiserait l'esprit, tu les faisais te payer pour leur propre suicide à leur insu. Et tu y as pris goût.

Tu as installé ton petit commerce à Gotham. Le choix de cette ville n'était pas anodin : on y connaissait un taux de corruption remarquablement élevé. Un emblème de tout ce qui te faisait horreur - un terrain de jeu parfait pour tes macabres expériences. Tout était bon à jeter. Cela fait quelques années déjà depuis l'aménagement de cette petite vitrine en boutique des temps anciens, une vieille enseigne en bois gravée de lettres manuscrites dorées. Apothicaire. Et tu as commencé - sagement, pour te faire un nom. L'argent te permettait d'importer les spécimens qui t'intéressaient. De temps en temps, tu suivais les conséquences d'une expérience un peu osée, tu voulais connaître la capacité de cette société malade en terme de répercution. Le crime était répandu à un point tel que tu passais inaperçue. Alors tu as continué : tu n'attendais plus l'aval du client. Tu mêlais aléatoirement tes produits de substances nocives, létales ou addictives, tu semais la mort dans tes remèdes miracles, et monsieur n'était pas à l'abris d'arsenic dans son aphrodisiaque.

 
+ Ton présent

 Tu t'es faite à cette ville depuis déjà quelques années. Ta boutique n'a pas un renom exceptionnel, mais c'est suffisant pour t'assurer une clientèle quotidienne. Les affaires vont bon train, si je puis dire. Pour beaucoup de satisfaits, il n'y a que quelques maigres éliminations que nul n'a encore su remonter. Mais tu te laisses aller tant et tant que leur nombre va croissant, et ta discrétion est questionnable. Face à cela, tu cherches des solutions - comment tuer un grand nombre sans que cela ne soit relié à tes flacons ? Tu as de nombreux projets, très nombreux qui attendent, tu cherches dans le règne animal, dans le règne végétal, ce qui excitera ton imagination, la solution à ton problème - en somme, tu cherches dans le vivant ce qui pourra semer la mort en quantité.
Mais parallèlement, la sédentarité te pèse. Tu ne peux plus te permettre de fermer boutique des mois durant, et la liberté te manque, l'étroitesse du bâtiment te ronge. Tu l'aimes cette boutique pourtant, c'est l'accomplissement d'une vie. Mais à cause de cela, tu es prise de lubies, ton équilibre mental va décroissant. Ton addiction aux sucreries trouve racine dans ce manque profond, tu rythmes chaque activité de dizaines de bonbons avalés. Ce n'est plus tant pour la saveur que pour la dopamine et la sérotonine que ton corps réclame. Le sommeil fuit, le désir grimpe, mais le dégoût aussi, et l'envie de mort avec lui.
Ce détraquement t'a donné des envies proches de la superstition. Tu as fait quelques initiations sur des sujets fantasques et tu t'es découverte une certaine prédisposition à l'hypnose. Tu en as lu des pavés, tu as commencé à la pratiquer. Face à ce besoin de diversifier tes intérêts et tes pratiques, et avant que ton cerveau ne devienne une plante verte à force de les adorer, tu te mets à proposer des séances thérapeutiques - elles accompagnent ta médecine, selon tes dires, elles accélèrent la guérison, et c'est assez vrai. Mais tu t'es découvert un plaisir malsain dans le fait de contrôler l'organisme d'autrui. Et ton envie de détruire s'est réveillée avec elle - tu t'es mise à les mener au suicide. Par de la suggestion, instiller ce désir de mort dans leur cerveau un peu trop réceptif. Comme une dépression fulgurante à laquelle rien ne laissait présager. Peut-être feras-tu tantôt bien pire. Tu as des tentations, tu n'es pas exempte de faiblesses. Qui sait si ton avenir ne tournera pas au suicide collectif. Qui sait si tu ne seras pas de ceux à s'être laissé tenter.

 
+ Ton futur

 La pulsion de mort, elle menace de te monter à la tête pour de bon. Où était ta fascination du vivant des premiers jours ? Prise entre vie et mort, et toujours plus, toujours plus de victimes - combien de temps crois-tu pouvoir rester impunie ? C'est plutôt la folie qui te guette à force d'entretenir cette sensation de contrôle sur la vie de tes clients. Tu risques tantôt de croiser une certaine âme qui, si elle devient tienne, menace d'accentuer ton détraquement. Pour épargner sa vie, tu devras trouver d'autres formes de rédemption. Et tu as d'autres projets, des projets sombres et de grande ampleur. Tu as compris que la mort violente risquait de t'attirer les soupçons, tu as eu d'autres envies. Tu vas purifier Gotham tout entier, tout d'un coup, tous seront touchés. Ce sera comme une gangraine : la commercialisation d'une nouvelle drogue. Des vertus soi-disant curatives, mais très, très addictives. Ils reviendront, tous, et de plus en plus nombreux. Ils ne s'en passeront plus. Et tu empoisonneras les doses, doucement, longuement - ils iront tous vers leur mort inéluctable. Ils la verront arriver, mais ne pourront pas résister. Ils te supplieront pour du poison, et auront tout le temps de constater en face les erreurs de l'humanité. Pourquoi ce châtiment, pourquoi cette vengeance ? Et toi, ma belle, toi tu seras au sommet.
 
Code:
✜ [color=firebrick]Dita von Teese[/color] →  N. Louis Stevenson


 
©️ Nalex


Dernière édition par N. Louis Stevenson le Ven 22 Déc - 5:30, édité 29 fois
Revenir en haut Aller en bas
Follow the White Rabbit
avatar
Messages : 421
Date d'inscription : 16/02/2016
Follow the White Rabbit
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Lun 18 Déc - 16:42

Bienvenue et Ditaaaaa**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gothamcitydc.forumactif.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Lun 18 Déc - 16:50

Merci! Ouiii Dita
Revenir en haut Aller en bas
Who Hide Behind Masks
avatar
Messages : 132
Date d'inscription : 08/11/2017
Situation amoureuse : Marié à Clarissa
Pour qui j'existe : Ma femme Clarissa , la team Flash et l'équipe des Légendes
Ma famille : Clarissa Stein (femme) Mme Stein † (mère) M. Stein † (père) Lily Stein (fille) inconnu (beau-fils) Ronnie (petit-fils)
Who Hide Behind Masks
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Lun 18 Déc - 18:47

Madame Stevenson un plaisir de vous rencontrer 


See You In The Other Side
« Switch your mind off, take a deep breath, let it all go I know we’re not perfect, we speak a language of young hearts I want you to know now, I wanna be with you » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Lun 18 Déc - 19:10

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Lun 18 Déc - 19:46

Louis ♥️ Ma princesse ♥️
Que je suis content de te voir par ici ♥️

Hâte que Louis et Rise se rencontrent ♥️

Bon courage pour ta fiche ♥️

*fais pleins de bisous*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Mar 19 Déc - 2:21

Merci à tous pour votre accueil  

Riiise! Hâte de faire des étincelles avec toi mon chou
Des bisous partout!
Revenir en haut Aller en bas
Who Hide Behind Masks
avatar
Messages : 539
Date d'inscription : 26/12/2016
Situation amoureuse : Marié à Iris Sexy tout West
Pour qui j'existe : La team Flash la Team Arrow et Supergirl
Ma famille : Henry Allen (père) Nora Allen (mère)
Who Hide Behind Masks
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Mar 19 Déc - 9:04

Bienvenue , hâte d'en apprendre plus de ton personnage


   

    “Peu importe la vitesse où l'on court, la mort gagne toujours par une longueur.”⚡️

    Ma terreur de la précipitation l'emporte sur toute autre crainte, et dans l'alternative du regret par le choix ou par l'abstention, mon instinct est pour la dernière manière. J'ai peur de l'occasion, comme d'autres en ont la passion ou le génie ; au moins quand j'agis pour mon compte, je suis pusillanime, sceptique et irrésolu. Je déteste le hasard dans la vie, et je ne sais pas me décider sans savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Mar 19 Déc - 10:18

Bienvenue à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Who Hide Behind Masks
avatar
Messages : 225
Date d'inscription : 15/10/2017
Situation amoureuse : Lui le seul et l'unique Tommy Merlyn
Pour qui j'existe : Tommy, Sara, Thea, Oli, mon père, ma mère...
Ma famille : Quentin Lance, mon père, Sara Lance ma petite soeur, Dinah Lance ma mère
Who Hide Behind Masks
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Mar 19 Déc - 20:12

Bienvenue parmi nous



My everything:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Who Hide Behind Masks
avatar
Messages : 1666
Date d'inscription : 16/02/2016
Situation amoureuse : En couple avec Selina Kyle
Pour qui j'existe : Selina Kyle , Alfred Pennyworth, Leslie Thompkins,
Ma famille : Alfred mon tuteur, Martha et Thomas Wayne mes parents
Who Hide Behind Masks
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Mer 20 Déc - 23:46

Bienvenue et bon courage pour ta fiche une fois finie n'hésites pas à nous le signaler dans la zone appropriée , à très bientôt


Batman /le chevalier noir
Peut-être qu'on aime la douleur. Peut-être qu'on est fait comme ça. Parce que sans elle, je ne sais pas, peut-être qu'on ne se sentirait pas vivant. On peut se demander : pourquoi on continue à se taper la tête contre les murs ? Parce que ça fait tellement de bien quand on arrête. «Grey's Anatomy»  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Jeu 21 Déc - 4:00

Merci à tous pour votre accueil, vous êtes chous
J'ai mes derniers partiels aujourd'hui, je devrais avoir terminé ma fiche demain !
Revenir en haut Aller en bas
Pieces of a Broken Mirror
avatar
Messages : 624
Date d'inscription : 24/02/2016
Situation amoureuse : Perdu dans cette douloureuse danse entre passion et haine
Pour qui j'existe : Edward Nygma et l Homme Mystère
Ma famille : Gertrud Kapelput ( mère ) et Tucker Cobblepot (père, †)Elijah van Dahl père biologique
Pieces of a Broken Mirror
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Jeu 21 Déc - 16:31

Bonne chance pour tes partiels 



L'amour est une douce torture
_Il y a des moments dans la vie où l'amour est plus fort que tout.Plus fort que l'épuisement, que le manque de sommeil... Plus fort que tout. Et il y en a d'autre où il semble que l'amour ne nous apporte rien d'autre que de la souffrance.

.©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Jeu 21 Déc - 22:08

Bienvenue parmi nous !

Ce personnage m'a l'air fortement original !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Ven 22 Déc - 3:07

Merci à vous ! Je préfère ne pas m'avancer sur mes partiels, je vais tout faire pour oublier cette catastrophe

Tout est bouclé, j'espère que Nona vous plaira Croisons les doigts pour que ça ne soit pas trop décousu ou incohérent


Dernière édition par N. Louis Stevenson le Ven 22 Déc - 10:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Follow the White Rabbit
avatar
Messages : 421
Date d'inscription : 16/02/2016
Follow the White Rabbit
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Ven 22 Déc - 7:22

Bonjour   voila une tres jolie histoire ou plutot sombre histoire qui m aura fait passé trop vite mon trajet tellement que j étais passionné. Je suis sur mon portable mais je vais procéder au mieux a ta validation pour que tu puisses commencer a jouer et je finaliserai tout en rentrant . Pour moi tout est absolument parfait. L intégration a Gotham citu est là et après avoir parcouru le monde cette ville te sera approprié 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gothamcitydc.forumactif.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Ven 22 Déc - 7:38

Merci beaucoup pour la validation, je suis ravie et beaucoup trop flattée qu'elle te plaise
Revenir en haut Aller en bas
Pieces of a Broken Mirror
avatar
Messages : 331
Date d'inscription : 10/06/2017
Situation amoureuse : Dans un partenariat avec une beauté noire
Pour qui j'existe : The Flash , Killer Frost , Dr Alchemy; Black Siren
Ma famille : Barry Allen, Norah Allen et Henry Allen
Pieces of a Broken Mirror
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Sam 23 Déc - 8:27

Bienvenue :)


“L'existence précède l'essence.”
Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
by lizzou.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Sam 23 Déc - 13:58

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Who Hide Behind Masks
avatar
Messages : 235
Date d'inscription : 06/10/2017
Situation amoureuse : La gravitation ne peut quand même pas être tenue responsable du fait que les gens tombent amoureux." Albert Einstein
Pour qui j'existe : pour les légendes de demain
Ma famille : Sydney Palmer (frère) Rachel Turner (descendante de son frère - 2147) Anna Loring † (ex-fiancée)
Who Hide Behind Masks
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Dim 24 Déc - 9:14

un peu en retard mais bienvenue par ici


   

    “Advanced Technology Operating Mechanism”

    La science est une plante qu'il faut abandonner à sa croissance naturelle. Je regarde le protestantisme comme un engrais brûlant qui a forcé la végétation. Ce n'est pas le tout d'être savant ; il faut l'être comme il faut, et quand il faut, et autant qu'il faut. Le feu qui fait vivre l'homme, le feu qui le réchauffe quand il a froid, et le feu qui le brûle s'il y tombe, ne sont pas tout à fait la même chose quant au résultat ; c'est cependant toujours le feu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Dim 24 Déc - 10:18

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Who Hide Behind Masks
avatar
Messages : 372
Date d'inscription : 10/05/2016
Situation amoureuse : très compliquée
Pour qui j'existe : Loïs Lane
Ma famille : Les Kent mes parents adoptif,kara Danvers et Jor-El, Lara-EL mes parents biologique.
Who Hide Behind Masks
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Dim 24 Déc - 21:06

désolé du retard. Bienvenue parmi nous


Man Of Steel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP) Dim 24 Déc - 21:10

Merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: When are you gonna decay ? | NLS (WIP)

Revenir en haut Aller en bas
 

When are you gonna decay ? | NLS (WIP)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» ๑ This is the part of me that you're never gonna ever take away from me
» I just wanna live right now. Are you gonna be there for me? (Paxadee)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham: year one ::  :: Zone des membres :: Archives-