AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonjour/Bonsoir Invité
Bienvenue sur Gotham: rise of the villains le forum a ouvert ses portes le 20/02/2016.
Nous recherchons Jonathan Crane, Harvey Dent, Fish Mooney, Barbara Kean,
Silver St Cloud, Tabitha Galavan , Salomon Grundy, Kate Kane, etc...
Oliver Queen, Lena Luthor, Lex Luthor , Jason Todd, Devoe, Victor zsasz,
Aquaman, Slade Wilson, Rip Hunter , Hawkgirl, Green Lantern, Lucy Lane etc...

Partagez | 
 

 The finish line feat John Constantine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 503
Date d'inscription : 26/12/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : A définir
Ma famille : Henry Allen (père) Nora Allen (mère) Alvaro Mendes (Demi-frère)
avatar
Bartholomew H. Allen
MessageSujet: The finish line feat John Constantine Sam 31 Mar - 10:35

The finish line
Le vacarme qui régnait  dans cette prison m'avait cruellement arraché  de mes songes...Cela faisait maintenant des semaines que j'étais enfermé à Iron Heights pour le meurtre du professer Clifford Devoe, et un jour de plus venait de se lever sur mon innocence .  Comme mon père avant moi, je me contentais de me tenir tranquille jusqu'à ce que la vérité éclate , de faire mes corvées journalières et de rentrer sagement dans ma cellule.  Mais comme mon père , j'étais aussi victime d’agression et de toutes autres formes de violence... Il m'arrivait de me servir de ma vélocité  pour m'y échapper , toutefois Flash devait faire attention  aussi de ne pas apparaître dans les vidéos de surveillance.  Même si mon secret  pouvait m'innocenter sur l'affaire, mon alter ego devait rester dans l'ombre, serait ce pour le bien de mes proches. A cette pensée , je fermai un court instant les yeux, pour finalement les ouvrir sur le mur où  était gravée l'écriture de mon père... Avant de prendre sa place dans cette cellule, j'étais loin de comprendre la souffrance et la solitude qu'il avait du ressentir.  Lui qui m’accueillait toujours au parloir avec le sourire, alors que je versais comme un enfant toutes les larmes de mon corps.  Aujourd 'hui c'était ma femme Iris qui était de l'autre coté de la vitre ,  avec le désir profond de pouvoir me toucher.  Elle était incontestablement ma force , mais toutes ces histoires avaient aussi fini par nous éloigner et bien que la brune était convaincu que je sortirais d'ici, je tenais formellement à ce qu'elle refasse sa vie.  Iris avait  droit au bonheur  et ça plus que quiconque , et  bien que nous soyons «  Flash » , je lui apportais rien d'autre que de la tristesse et de l'inquiétude. Pas sure qu'avec la vie que je mène , je pourrais lui offrir un enfant... Il suffisait de se remémorer notre mariage pour comprendre le danger qu'elle encoure en partageant ma vie ou bien à sa mort des mains de mon vestige temporel Savitar. Je l'aimais assez pour la voir partir...Alors cours Iris cours loin de moi s'il te plait. Mon unique bonheur est de voir heureuse et épanouie, même si l'homme à tes cotés ne soit pas moi. A cette pensée mon cœur se serra durement dans ma poitrine, Devoe avait une longueur d'avance sur nous , il était clair que je ne sortirai jamais de ma nouvelle prison. cette fois ci il s'agissait bien de la ligne finale. Mais il y avait du travail pour Flash , car ces lieux regorgeaient d'Injustice... Et peut-être bien pour mon acolyte le démonologue John Constantine , que Joe s'était chargé de contacté pour moi. Il y avait là, entre ces murs une étrange affaire de fantômes, que seul lui pouvait résoudre. A l'arrivé de ce dernier, je fus aussitôt escorté jusqu'à une petite pièce  par deux matons.. Mains menottées , jusqu'à ce que l'un d'entre eux ne sorte la clé de sa poche, me libère , et nous laisse en pleine intimité, je dirais . Grace à sa carte magique John s'était fait passé pour un  inspecteur chargé de mon dossier..Ce qui était plutôt brillant . John , je suis heureux de te voir ... Bien que la fatigue s'était installée sur mon visage, un sourire continuait à illuminer mes lèvres. Flash a besoin de toi pour résoudre une affaire interne.. Repris-je sans préambule, avant de lui remettre la page  arrachée d'un article de journal . Des meurtres mystérieux avaient frappé Iron Heights il y a maintenant dix ans et aujourd'hui l’enquête était de nouveau ouverte, suite à une nouvelle série de crimes. Des symboles étranges et faits de sang avaient été retrouvés sur les murs des cellules, et bien que la police s'était tue sur la question, cela ne pouvait être que l’œuvre d'un fantôme ou bien d' un démon.   
Barry Allen and John Constantine


   

    “Peu importe la vitesse où l'on court, la mort gagne toujours par une longueur.”⚡️

    Ma terreur de la précipitation l'emporte sur toute autre crainte, et dans l'alternative du regret par le choix ou par l'abstention, mon instinct est pour la dernière manière. J'ai peur de l'occasion, comme d'autres en ont la passion ou le génie ; au moins quand j'agis pour mon compte, je suis pusillanime, sceptique et irrésolu. Je déteste le hasard dans la vie, et je ne sais pas me décider sans savoir.



Dernière édition par Bartholomew H. Allen le Ven 6 Avr - 7:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 22/01/2018
Situation amoureuse : Il y a cette attirance au fond...
Pour qui j'existe : Pour peu de monde.
Ma famille : J'aime pas vraiment en parler, merci...
avatar
John Constantine
MessageSujet: Re: The finish line feat John Constantine Mer 4 Avr - 11:36


   
   

   
The finish line

   

   
Il s’en passait des choses ces dernier temps, il faut bien le dire, et la chose à la quel tu ne t’attendais pas c’est d’apprendre que Barry avait été envoyé en prison, alors ça franchement c’est fort. Tu ne connaissais pas vraiment toute l’histoire, étant donné que tu étais sur pas mal d’histoire en ce moment mais tu allais remédier à ça aujourd’hui, d’autant plus que tu allais le voir, comme il semblerait qu’on ait besoin de tes services. Et forcément quand on t’appelle à l’aide, et bien tu ne peux qu’intervenir c’est une évidence. Tu t’étais donc rendu à Central City, accompagné de Zed pour le coup, pour te rendre à la prison. Tu te doutais qu’on te laisserait pas forcément passer et donc tu ne pouvais qu’utiliser un bon vieux tour de passe-passe comme on dit, tu adorais faire ce genre de chose, et ainsi tu t’étais fait passer pour un inspecteur. « Paye la tête de l’inspecteur que tu fais » Les paroles de Zed ne pouvais que te faire sourire, car forcément elle avait raison, un inspecteur habiller de la sorte, et j’en passe, il faut vraiment un tour de magie pour y croire. Mais bon le principale c’est que ça avait fonctionné. « Au moins on est rentré Zed… C’est tout ce qui compte non… On n’est pas au Mexique, tu ne peux pas user de tes charmes. » Tu lui adressais un clin d’œil comme toujours, et c’est à ce moment que Barry entre dans la salle ou vous vous trouvez, tu ne peux que lui sourire bien entendu. « Barry, le plaisir est partagé ! Et voilà Zed, je ne sais pas si je vous avais déjà présenté par le passer. » Tu ne pouvais que remarquer la mine de fatiguer de Barry, d’un côté tu ne pouvais que le comprendre, la prison c’est pas du tout reposant, et tu te doutes que beaucoup de choses le perturbe ces derniers temps. « Montre-moi ça… » Tu pris le papier qu’il te tendait, et tu en fis rapidement le tour, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il se passait bel et bien quelque chose ici, ça ne fessais aucun doute. Etais-ce démoniaque ? Tu allais vite le savoir. « Je suppose que cet article ne dit pas tout n’est pas ? Tu as du mener ta petite enquête aussi non ? Sinon je ne serai pas là, tu l’aurais résolu toi-même. » Tu avais envie de lui poser d’autre questions sur sa présence ici mais chaque chose en son temps, pour le moment il fallait se concentrer sur la raison de ta venu. Et tu te doutais que tu allais avoir pas mal de boulot, mais soyons franc tu adore ça.


   
panic!attack



   

   
There is light in all this darkness.

   
   
(c)Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 503
Date d'inscription : 26/12/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : A définir
Ma famille : Henry Allen (père) Nora Allen (mère) Alvaro Mendes (Demi-frère)
avatar
Bartholomew H. Allen
MessageSujet: Re: The finish line feat John Constantine Ven 6 Avr - 8:23

The finish line
Je souriais mais le poids de la prison était là, sur mon visage .. Entant que membre de la police scientifique, j'étais entre guillemets la cible de tous les détenus et il est clair que sans ma vélocité, je serais déjà mort..Il y avait là des couteaux, qui tournaient entre ces murs, en outre de la drogue et des cigarettes, et puis pour les plus chanceux d'entre nous des téléphones portables. D'ailleurs le plus coriace des gangs  de Iron heights montait une évasion pour les jours qui suivent.  J'avais la possibilité de le faire aussi, en fusant avec la matière,  et de n’être plus qu'aux yeux des citoyens The  Flash, mais comme mon père je tenais à être innocenté de ce meurtre. J'avais Foix en la team Flash , bien qu'eux commençaient à baisser les bras , le plan de Devoe étant sans la moindre faille jusqu'à présent .  Mais dans l'heure, j'allais m'occuper d'une série de meurtres internes , une affaire que relèverait du paranormal, c'est pour cela d'ailleurs que j'avais fait appelle au génie de John Constantine  et contre toute attente il n'était pas venu seul pour constater ma chute aux Enfers. « Barry, le plaisir est partagé ! Et voilà Zed, je ne sais pas si je vous avais déjà présenté par le passé. »  Mon regard gris se posa aussitôt, sur la jeune femme qui était une sorte de médium si mes souvenirs sont bons. Non , on ne s'était jamais rencontré auparavant, mais le démonologue m'avait plus ou moins parlé de ses coéquipiers. Non mais le plaisir est partagé... Dis-je avant de revenir sur les détails de cette affaire de fantômes ou plutôt de démons.  Vue les symboles sur les murs , cela n'était pas l’œuvre d'un Esprit frappeur. « Montre-moi ça… »  Sans plus attendre, je lui adressai cette page de journal arrachée , qui remontait déjà à quelques années et bien évidemment l’enquête policière ne fut jamais élucidée, enfin pas comme elle aurait du . « Je suppose que cet article ne dit pas tout n’est pas ? Tu as du mener ta petite enquête aussi non ? Sinon je ne serai pas là, tu l’aurais résolu toi-même. »  Je devais resté prudent , toutefois ce n'était pas ces murs de pierres qui allaient pouvoir retenir le bolide écarlate. On n'est pas à la Nouvelle Orléans,  et l'inspecteur chargé de ces meurtres a vraiment fait court en choisissant un détenu aux propos sataniques comme responsable. Alors que , je suppose il essayait d'avertir sur la chose en question. Mon père était déjà en prison, pendant cette période noire et bien que j'étais à l'époque qu'un gamin perturbé , il m'en avait fait part en me demandant de ne pas m'inquiéter d'avantage. Heureusement pour moi, il n' a jamais été la cible de ce Démon, on peut même dire que ses victimes étaient ciblées, tous appartenant à une sorte de «  confrérie secrète » qui jadis avait  manipulé la source du mal. Aujourd'hui il était revenu finir son travail ..Son retour se faisant toute les décennies. Bien plus que prévu, mon père était en prison quand cette affaire a éclaté , mais comme pour le meurtre de ma mère, personne n'a cru aux faits. Je marquai une pause et me penchai aussitôt vers eux. Les victimes sont membres d'une confrérie secrète du nom des chevaliers , ils ne sont pas de Central City mais ils s'étaient installés là dans l'espoir de retrouver une vieille relique des Franc Maçon mais en profanant le tombeau ils ont libéré une entité démoniaque... Qui devait une être sorte de gardien pour cette relique. Aujourd'hui la relique a disparu et le Démon refait surface à chaque décennie pour terminer sa vengeance. Il y a certaines inscriptions dans des cellules, il semble particulièrement connu des détenus mexicains. Un nom est sortie d'ailleurs l 'Amok. L'Amok était un mot caractérisant une folie meurtrière mais qui collait parfaitement au profil de notre démon.    
Barry Allen and John Constantine


   

    “Peu importe la vitesse où l'on court, la mort gagne toujours par une longueur.”⚡️

    Ma terreur de la précipitation l'emporte sur toute autre crainte, et dans l'alternative du regret par le choix ou par l'abstention, mon instinct est pour la dernière manière. J'ai peur de l'occasion, comme d'autres en ont la passion ou le génie ; au moins quand j'agis pour mon compte, je suis pusillanime, sceptique et irrésolu. Je déteste le hasard dans la vie, et je ne sais pas me décider sans savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 22/01/2018
Situation amoureuse : Il y a cette attirance au fond...
Pour qui j'existe : Pour peu de monde.
Ma famille : J'aime pas vraiment en parler, merci...
avatar
John Constantine
MessageSujet: Re: The finish line feat John Constantine Mer 11 Avr - 12:18


   
   

   
The finish line

   

   
Bien entendu tu aurais pu venir seul pour voir ce cher Barry, mais une présence féminine est toujours un plus dans une prison, pour faire diversion, mais ce n’est pas pour cette raison que tu avais fait venir Zed, oh non tu avais besoin de ses visions, mais avant tout il fallait que tu sache de quoi il était question, alors une fois les présentation faite entre Barry et Zed, tu ne pouvais que te concentrer sur ce qui t’avais mener ici, tu avais alors survoler l’article que Barry t’avais donner, sachant forcément que tu n’y apprendrais pas forcément grand-chose, et tu ne te trompa pas du tout la dessus, tu ne pouvais alors que tendre l’article à Zed, en écoutant ce que Barry te disait, tu ne pouvais que soupirer, comme toujours les enquêtes sont bâcler quand c’est trop dur à comprendre mais bon si ce n’étais pas le cas on ne ferai pas appel à toi, donc au fond ça ne peut que t’arranger.  « Je vois le genre, c’est tellement plus simple de s’en prendre à un détenu satanique alors qu’en général ce genre de mec est plus censé que tous ces flics qui mène l’enquête, sans vouloir t’offenser bien sur »  Tu lui fait un petit clin d’œil avant d’écouter la suite qu’il te raconte, tu ne peux que tourner dans la salle en l’écoutant, jetant certain regard à Zed, observant les murs et j’en passe. Mais tu ne peux qu’arrêter de marcher quand tu entends le nom Amok.  « Amok donc, c’est très intéressant… »  Intéressant oui et non, mais ce qui est certain c’est que Barry a bien fait de faire appel à toi, maintenant il va falloir que tu trouves une solution pour te balader dans la prison sans soucis, que tu vois ces fameux signes et inscriptions, que tu t’adresses directement à ce démon qui réclame clairement vengeance.  « Bon je pense qu’on va avoir pas mal de boulot ici, les petits rigolo qui s’amuse à invoquer certaine chose me fatigue, surtout quand on ne sait pas ce qu’on fait. Va falloir que je voie ces inscriptions. »  Tu posas de nouveau ton regard sur Barry, autant que lui te conduise à ces inscriptions comme il connaissait ces lieux désormais.  « Zed, et si tu allais parler avec ce cher directeur pour voir ce qu’il a à dire la dessus, je suis sûr que tu arriveras à être convaincante comme toujours. Barry… Tu me conduis aux inscriptions ? »  Ouais ok tu sais qu’on ne va pas vous laisser vous balader tranquillement dans les couloirs mais bon la rapidité de Barry ne peux qu’aider dans ce genre de moment c’est évident et au pire des cas il te reste ta magie bien entendu.



   
panic!attack



   

   
There is light in all this darkness.

   
   
(c)Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 503
Date d'inscription : 26/12/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : A définir
Ma famille : Henry Allen (père) Nora Allen (mère) Alvaro Mendes (Demi-frère)
avatar
Bartholomew H. Allen
MessageSujet: Re: The finish line feat John Constantine Dim 15 Avr - 8:00

The finish line
« Je vois le genre, c’est tellement plus simple de s’en prendre à un détenu satanique alors qu’en général ce genre de mec est plus censé que tous ces flics qui mène l’enquête, sans vouloir t’offenser bien sur »  A ces paroles, je relevai les épaules. Il y a quelques années mon père aussi avait été victime d'une mauvaise enquête et cela nous avait coûté des années de séparation.  Bien que cela  avait  déterminé des points importants de  ma vie , j'en avais souffert plus que quiconque...Moi qui à l'époque n'était qu'un enfant plongé dans une incertitude la plus totale. Une mère assassinée et un père emprisonné pour son meurtre, on peut dire que cette vocation «  de faire éclater  la vérité » ne m'était pas venu par hasard.  Et aujourd'hui, même incarcéré entre ces quatre murs , je comptais bien  mener mon enquête sur ce démon  sanguinaire , que les détenus d'origine latine appelaient  «  Amok ».   « Amok donc, c’est très intéressant… » C'était là un nom qui en disait long sur la nature  féroce de cette créature et seul John Constantine avait le pouvoir de le renvoyer en Enfer , c'est pourquoi d'ailleurs j'avais fait appel au démonologue depuis Central City. Bon je pense qu’on va avoir pas mal de boulot ici, les petits rigolo qui s’amuse à invoquer certaine chose me fatigue, surtout quand on ne sait pas ce qu’on fait. Va falloir que je voie ces inscriptions. » Il est clair que ces symboles lui apprendront d'avantage sur ses motivations, bien que tout laissait à croire qu'il était le gardien d'une vieille relique dérobée par un groupe d'individus mal attentionnés appelé la confrérie des chevaliers. « Zed, et si tu allais parler avec ce cher directeur pour voir ce qu’il a à dire la dessus, je suis sûr que tu arriveras à être convaincante comme toujours. Barry… Tu me conduis aux inscriptions ? »  J’acquiesçai d'un geste de la tête puis   l'amenai , à la vitesse de l'éclair jusqu’aux cellules concernées, qui étaient encore inoccupées. Une nouvelle série de meurtres avaient débutée et bien évidemment Joe West avait ré-ouvert cette enquête vieille de dix ans. C'est ici que de nouvelles personnes sont mortes. Lui annonçai-je sans préambule, avant de faire vibrer ma main et d'ouvrir la porte sur des murs entièrement gribouillés d'étranges pictogrammes. C'était bien la première fois que j'étais spectateur de ce genre de culte, bien que certains des symboles ressemblaient étrangement à ceux que j'avais écrit à mon retour de la speedforce. Volontairement je me tus, ne me souvenant pas du tout de cette phase un peu amnésique que j'avais eu et de ce que j'avais pu dire... Des choses sans aucune  logique et qui pourtant, étaient la clé d'un tout. Alors tu en penses quoi? M'enquis-je avant de me mettre à sa hauteur et de poser mon regard gris sur la première ligne de symboles qui étaient assez explicites. Il y avait là, la relique sous la forme d'une statuette ou plutôt une idole et le réveil du gardien après sa disparition..Puis une sorte de portail, comme l'une de ces brèches temporelles pour voyager d'une Terre à une autre ...Ou bien sur le flux temporel. Des glyphes... Soufflai-je avant de poser mon regard  sur mon ami . La relique est l'idole Maya du temps..Et ce glyphe représente la Speedforce..Ils connaissaient le voyage temporel , tout comme ils avaient de l'avance sur de nombreuses connaissances liées au cycle du soleil, de la Lune et même des planètes. Le temps a toujours été la plus grande découverte de ce peuple.. Et cette idole est une clé pour ouvrir une porte dimensionnelle gardée par le Amok. Ce n'était que des suppositions, mais la Speedforce était ce qui alimentait cette planète depuis sa création,  et depuis mon retour de cette prison temporelle , j'avais beaucoup acquis de ses origines et des secrets qu'elle renfermerait.  
Barry Allen and John Constantine


   

    “Peu importe la vitesse où l'on court, la mort gagne toujours par une longueur.”⚡️

    Ma terreur de la précipitation l'emporte sur toute autre crainte, et dans l'alternative du regret par le choix ou par l'abstention, mon instinct est pour la dernière manière. J'ai peur de l'occasion, comme d'autres en ont la passion ou le génie ; au moins quand j'agis pour mon compte, je suis pusillanime, sceptique et irrésolu. Je déteste le hasard dans la vie, et je ne sais pas me décider sans savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 22/01/2018
Situation amoureuse : Il y a cette attirance au fond...
Pour qui j'existe : Pour peu de monde.
Ma famille : J'aime pas vraiment en parler, merci...
avatar
John Constantine
MessageSujet: Re: The finish line feat John Constantine Jeu 19 Avr - 12:00


   
   

   
The finish line

   

   
Tu avais laissé Zed partir voir le directeur de la prison, toi de ton coter, tu comptais rester avec Barry pour voir ces symboles, après tout tu es là pour ça et plus vite tu auras renvoyé ce gardien ou je ne sais quoi dans on monde et mieux ça sera, c’est ton boulot de toute manière et quand on a besoin de toi, et bien tu es là, et puis là aider Barry ne peux que te faire plaisir, tu l’aime bien ce petit gars, tu ne comprends d’ailleurs qu’on ait pu le mettre en prison. Mais bon ce genre de chose pour le moment ne te regarde pas. Même si c’est certain que tu n’en pense pas moins en effet. Alors du coup tu lui avais demandé de t’emmener voir ses symbole, et c’est avec sa vitesse qu’il t’emmène, hum pas sûr que tu aimes ce genre de chose… « Bloody Hell, pas sur de me faire à ta vitesse un jour Allen… » Tu secoues la tête un instant pour te remettre les idées en place comme on dit avant d’avancer pour voir tout ça de plus prêt. « Aller au boulot… » Tu observes alors tout ça, puis forcément tu ne peux que fouiller dans ta poche pour prendre ton briquer, vieux réflex tout simplement, avant de revenir de nouveau devant les symboles. « Ce que je pense de tout ça, et bien je pense que je vais avoir du boulot. Je ne pense pas qu’il se laisse renvoyer d’où il vient aussi facilement » Et pour cause tu sais bien qu’un gardien qu’on dérange en quelque sorte peut devenir le pire des démons à renvoyer, mais bon ça ne t’arrête pas pour autant, et tu dirais même que tu adore quand c’est compliquer. Au moins tu ne peux que te dire que tu es utile dans ces moments-là. Tu ne pouvais alors que tourner la tête vers Barry, assez surpris de l’entendre dire autant de chose vrai, un sourire se dessina sur tes lèvres quand tu reprends la parole. « Et bien Barry je ne te pensais pas aussi coller sur le sujet. Mais tu as raison ils avaient beaucoup d’avance sur nous, enfin ils savaient déjà beaucoup de choses, et ça ne serai pas étonnant de voir déjà des speeder comme toi déjà à cette époque… Cependant ce cher Amok à évoluer avec son temps c’est une évidence et maintenant il n’est plus qu’un simple gardien, c’est devenu un tueur en puissance » Tu jetas un dernier regard aux symboles avant de reculer de quelque pas pour finir par te baisser et par inscrire des symboles a ton tour sur le sol. « Si on le laisse encore en liberté, c’est des innocents qu’il tuera, si ce n’est pas déjà fait… » Tu avais dit ça un peu a toi-même au fond mais bon cette réflexion s’adressais tout de même a Barry c’est certain.


   
panic!attack



   

   
There is light in all this darkness.

   
   
(c)Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 503
Date d'inscription : 26/12/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : A définir
Ma famille : Henry Allen (père) Nora Allen (mère) Alvaro Mendes (Demi-frère)
avatar
Bartholomew H. Allen
MessageSujet: Re: The finish line feat John Constantine Sam 28 Avr - 7:31

The finish line
A sa remarque, je souris, amusé...Peu de personne se faisait réellement  à ma vitesse , sauf peut-être ma femme  Iris avec qui j'avais découvert récemment «  l'heure Flash » -après l'avoir retenu de dévoiler mon secret au cours de mon procès   - et qui s'était adaptée à mes capacités de Supersonique comme-ci que finalement on les partageait. Depuis mon coma un lien spécial nous unissait et peu à peu je le découvrait...Comme elle,qui m'était incroyablement surprenante depuis son intégration dans la team Flash. A cette pensée un autre sourire se dessina plus timidement sur mes lèvres. Iris West était de loin la personne la plus forte que je connaissais, et bien que des larmes venaient à perler le coin de ses yeux, elle ne manquait jamais de croire l'inimaginable , possible. Je crois que sans elle Flash ne serait que l'ombre de ce héros que tout Central city connaît, c'est ça voix qui me guide et m'encourage à dépasser mes limites au cours des missions. « Ce que je pense de tout ça, et bien je pense que je vais avoir du boulot. Je ne pense pas qu’il se laisse renvoyer d’où il vient aussi facilement »  Je n'étais pas expert en démons, mais je ne pouvais qu'approuver la réponse de John Constantine. Il avait pour but de garder cette relique des pilleurs , et tant qu'elle ne lui saura  pas restitué , il continuera à tuer des personnes, peut-être bien la descendance de la confrérie. « Et bien Barry je ne te pensais pas aussi coller sur le sujet. Mais tu as raison ils avaient beaucoup d’avance sur nous, enfin ils savaient déjà beaucoup de choses, et ça ne serai pas étonnant de voir déjà des speeder comme toi déjà à cette époque… » La force véloce était la source d'énergie qui avait engendré le big bang , autrement dit ce qui avait bâti le monde . Il était donc certain  que les supersoniques dataient depuis plus longtemps et qu'ils avaient du inspirer certaines légendes connues.  « Cependant ce cher Amok à évoluer avec son temps c’est une évidence et maintenant il n’est plus qu’un simple gardien, c’est devenu un tueur en puissance »  Je restai un moment, silencieux,  entièrement concentré sur ces glyphes faites de sang  . Il y avait là un détail que je n'avais pas encore mentionné sur le mode opératoire de notre démon et qui peut-être pouvait l'aider à faire progresser l’enquête. Les corps ont été retrouvés ouverts au niveau de la cage thoracique et sans le cœur... A savoir si notre démon se nourrit de cet organe , ou si comme les Mayas, il les arrache du corps pour les faire rouler le long d'un temple. Entant que membre de la scientifique, j'aurais aimé voir l'un de ces corps pour l'étudier à ma manière et faire ma propre conclusion. Le voyant reculer de quelques pas, je l'imitai, pour qu'il puisse inscrire ses propres symboles sans doute de protection.. L'Amok était tapi quelque part dans cette prison prêt à bondir sur les derniers profanateurs. « Si on le laisse encore en liberté, c’est des innocents qu’il tuera, si ce n’est pas déjà fait… » Et en plus de cela, il n' y avait plus de Flash pour veiller sur Central city... Mes pensées ne pouvaient que se tourner envers mes amis et surtout ma femme qui venait chaque jour me voir ici. Il n ' y a qu'une solution pour que le Amok disparaisse , c'est de retrouver l'idole et de le lui rendre.  On ignore tout de son pouvoir et de la dimension avec laquelle , elle est liée ..Ça pourrait être pire ..  Les Franc Maçons étaient une communauté qui avait disparu aussi, et si cette relique avait été à leur possession à un moment donné , l'Amok avait du les traquer avant le retour de la relique dans le tombeau...Mais à présent entre les mains de cette confrérie , elle avait belle et bien disparu .  
Barry Allen and John Constantine


   

    “Peu importe la vitesse où l'on court, la mort gagne toujours par une longueur.”⚡️

    Ma terreur de la précipitation l'emporte sur toute autre crainte, et dans l'alternative du regret par le choix ou par l'abstention, mon instinct est pour la dernière manière. J'ai peur de l'occasion, comme d'autres en ont la passion ou le génie ; au moins quand j'agis pour mon compte, je suis pusillanime, sceptique et irrésolu. Je déteste le hasard dans la vie, et je ne sais pas me décider sans savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 101
Date d'inscription : 22/01/2018
Situation amoureuse : Il y a cette attirance au fond...
Pour qui j'existe : Pour peu de monde.
Ma famille : J'aime pas vraiment en parler, merci...
avatar
John Constantine
MessageSujet: Re: The finish line feat John Constantine Mer 16 Mai - 11:18


   
   

   
The finish line

   

   
Tu allais avoir du boulot mais au fond est-ce que ça te dérange ? Oh non pas du tout bien au contraire tu aimes ce genre de chose, tu n’aimes juste pas que certain innocents soit touché, ceux qui ont fait sortir le démon c’est une chose mais les autres ça ne t’amuse pas vraiment. Barry avait bien fait de faire appel à toi c’est le moins qu’on puisse dire. Et surtout ce dernier semblait avoir pas mal d’information et de connaissance, c’est surprenant mais au fond tu sais bien que Barry est quelque peu perfectionniste et qu’il faut forcément qu’il trouve des solutions à tous. C’est un avantage c’est certain mais il ne sait pas tout non plus sinon il n’aurait pas fait appel à toi c’est une évidence. Mais bon au moins tu ne pouvais que te dire qu’il serait d’une aide précieuse c’est une évidence. Barry ajouta alors certain détail qui ne pouvait que te faire réagir. Les victimes n’avaient donc plus de cœur, ce n’est pas surprenant au fond c’est de coutume mais pour toi il ne s’agissait pas de les faire rouler le long d’un temple ou alors le démon ne cesserai de faire des allers retours et qui plus est on en aurait entendu parler, donc pour toi il les mangeait, après tu pouvais te tromper, pour ça il faudrait que tu fasses plus de recherche, mais déjà il fallait piéger le démon ça serai un début. « Je pense qu’il les mange personnellement mais après en effet ça peut être tout autre chose. Mais ce nourrir du cœur de ses victimes renforce et donne plus de pouvoir et de force… Et il a clairement l’air de plus en plus puissant. » Tu avais alors finis par reculer de quelque pas pour pouvoir dessiner certain symboles a ton tour, pour piéger le démon et pour protéger les personnes de la prison, mais tu savais que ça n’allait pas suffire, il fallait le faire disparaitre et pour ça Allen avait raison une fois de plus en disant qu’il fallait retrouver l’idole et lui rendre, tout ce que tu pouvais faire pour le moment était de le piéger un moment pour laisser du temps mais ça ne serai pas éternel c’est certain. « Pour le moment il va se retrouver incapable de faire quoi que ce soit avec ce sort, il ne devrait plus y avoir de meurtre le temps qu’on retrouve l’idole, en espérant qu’on la retrouve rapidement. » Tu te tournas de nouveau vers Barry avant d’ajouter. « Je suppose que tu as déjà fait le tour de la prison pour savoir s’il elle se trouvait toujours la non ? » ça serai bien trop simple c’est évident mais parfois les voleurs sont tellement con que tu ne serais même pas surpris.

   
panic!attack



   

   
There is light in all this darkness.

   
   
(c)Miss Pie

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 503
Date d'inscription : 26/12/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : A définir
Ma famille : Henry Allen (père) Nora Allen (mère) Alvaro Mendes (Demi-frère)
avatar
Bartholomew H. Allen
MessageSujet: Re: The finish line feat John Constantine Jeu 17 Mai - 10:43

The finish line
« Je pense qu’il les mange personnellement mais après en effet ça peut être tout autre chose. » A cette réponse, je fronçai les sourcilles, plus scrutateur, car la réponse devait se trouver au cœur de ces pictogrammes.  Dommage que Nate soit en mission sur le flux temporel , car l'avis d'un  historien nous aura été fortement bénéfique. «  Mais ce nourrir du cœur de ses victimes renforce et donne plus de pouvoir et de force… Et il a clairement l’air de plus en plus puissant. »  Je ne pouvais qu'approuver cette déduction, ses capacités avaient augmenté au  fil  de ces siècles, et je n'étais pas certain que Flash puisse arrêter un démon d'une telle envergure, cela relevait de l'occulte et jusqu'à présent la science, ou bien la physique quantique n'a jamais eu d'effet sur ce type de phénomènes , bien que Ray Palmer a su construire un canon pour annuler la magie. Quelles étaient les solutions alors ? Sur cette interrogation, je me tournai de nouveau face à démonologue qui était plus expert que moi en la matière. C'est alors que je vis reculer, pour dessiner , à son tour quelques symboles répondant à ceux du mur sans doute pour protéger les lieux, de la menace.  L'Amok n'était pas loin, d'ailleurs à la seconde où John avait terminé le dernier pictogramme , j'avais entendu comme un cri percer le silence, pour  enfin résonner en écho dans la prison. Cela me donna presque la chair de poule... « Pour le moment il va se retrouver incapable de faire quoi que ce soit avec ce sort, il ne devrait plus y avoir de meurtre le temps qu’on retrouve l’idole, en espérant qu’on la retrouve rapidement. »  En espérant qu'on retrouve très vite sa trace, car voilà des siècles que cette idole avait été dérobée par la confrérie des chevaliers et qu'elle s'est perdue entre temps. Son regard de nouveau sur moi il poursuivit. « Je suppose que tu as déjà fait le tour de la prison pour savoir s’il elle se trouvait toujours la non ? »  Cette idole n'était clairement pas dans cette prison, ou l'Amok serait reparti avec . A priori , elle avait été  renfermée quelque part , pour que sa magie n'attire pas la créature. Le plus judicieux serait de remonter jusqu'à la source c'est à dire le bâtiment ou cette confrérie se tenait, c'est à dire un vieux château  que tout le monde déclarait comme hanté. Mais peut-être était-ce l’œuvre de la créature ou bien de l'idole ? Je suppose qu'entant objet Maya , elle devait aussi renfermer son lots de mysticités. Il n' y a strictement rien ici qui puisse nous aider , l'Amok ne fait que finir sa vengeance sur les voleurs de l'idole sacrée, sans réussir à la retrouver Je marquai une pause , le temps de cogiter un peu sur la question et repris, la connexion de mon synapse beaucoup plus rapide que la normale. La confrérie a du renfermé l'idole dans quelque chose qui annule les effets de sa magie... Pour ça que l'Amok est encore à sa recherche. Ils doivent avoir pour habitude de collectionner les objets mystiques, en moins qu'ils sont parvenus à décrypter ses inscriptions et que l'idole se trouve dans une époque antérieure. Je me pinçai les lèvres un moment, puis les relâchant ajoutai. Je vais envoyer un échantillon de l'ADN de l'Amok a Star labs, à partir de la on pourra lui créer une fréquence de ses déplacements.. Une fréquence qui pourrait peut-être nous amener à l'idole , vu qu'il est son gardien. Je suppose que quelque chose de spéciale doit les lier... Reste à savoir le temps que ça prendra.. Mais j'avais une confiance aveugle envers notre équipe. Nous pendant ce temps , on allait se pointer au lieu même ou cette confrérie se tenait...Sait on jamais.    
Barry Allen and John Constantine


   

    “Peu importe la vitesse où l'on court, la mort gagne toujours par une longueur.”⚡️

    Ma terreur de la précipitation l'emporte sur toute autre crainte, et dans l'alternative du regret par le choix ou par l'abstention, mon instinct est pour la dernière manière. J'ai peur de l'occasion, comme d'autres en ont la passion ou le génie ; au moins quand j'agis pour mon compte, je suis pusillanime, sceptique et irrésolu. Je déteste le hasard dans la vie, et je ne sais pas me décider sans savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The finish line feat John Constantine

Revenir en haut Aller en bas
 

The finish line feat John Constantine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham: year one ::  :: Vers d'autres horizons :: Central City-