Partagez | 
 

 Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 148
Date d'inscription : 11/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Ma nièce Silver , Barbara Kean
Ma famille : Theo Galavan -frère Silver St Could - nièce
avatar
Tabitha Galavan
MessageSujet: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Dim 29 Mai - 15:36

 
Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan

Minuit passé , je venais enfin d'achever ma mission au cœur du vieux Gotham, me présentant des lors  à Butch Gilzean dit le nouveau  Roi de la ville  malgré la présence de son neveu Sonny à sa demeure. J'ai terminé mon travaille. Lui annonçai-je , jetant un sac de cuir noir maculé de sang  sur la table , avant d'ajouter . Demain j'irai faire un tour au Docks , pour  finaliser les négociations , j'ai comme la net impression que tes hommes manquent cruellement  de persuasion  .. Tournant , à brule-pourpoint,  les talons, c'est sans adressé un regard à cet idiot de Sonny, que je quittai le salon pour ma chambre ou j'allai pouvoir me reposer un peu avant que l'aube ne se lève . Ouvrant aussitôt la porte sur une pièce à la décoration dépassée , c'est avec surprise que je découvris un rideau dansant sur le courant d'air d'une fenêtre ouverte. Comme-ci qu'il ne faisait pas assez froid.... Grognai-je à moi même, avant  de la refermer . Rien n'avait été touché, à priori cela avait tout d'un oubli, du moins c'est ce que croyais, avant que je ne vienne à passer la porte de la salle d'eau, ou une mystérieuse lettre , m'étant adressée, avait été déposé sur le lavabo.  Cette écriture je la connaissais....Elle faisait parti d'un passé que je pensais révolu pour de bon. La caressant des bouts des doigts, je restai un moment prisonnière de ma torpeur, me revoyant dans ce lit d’hôpital... Il a fallu de peu pour que je m'en sorte, mais tel est le prix de la trahison , car oui il y a de cela j'avais trahi mon propre frère en laissant à son triste sort. Théodore  Dumas.... Soufflai-je fermant temporairement les yeux comme pour me réveiller de ce cauchemar. J'étais à la fois terrifiée et curieuse, d'y lire son contenu, consciente de l'enjeu qui demeurait à présent . La décachetant tout doucement, je relevai mon regard sur la glace, me dévisageant de façon amer, alors qu'on devinait encore les hématomes , de notre dernière rencontre ,sur mon visage. Théo voulait ma défaite autant que je désirais la sienne, reste à savoir qui de nous deux sera le plus  rapide  dans cette course contre la Mort. Le brun de mes yeux survolant enfin la lettre , derechef je marquai une certaine surprise, avant de froncer les sourcilles, alors qu'il me demandait de le rejoindre ce soir dans les alentours de deux heures  au quartier de Narrows, plus précisément la rue même ou le fils de Gotham avait perdu ses parents. Quel projet avait-il encore en tête ? Et pourquoi avoir choisi cet endroit, ou le sang de nos ennemis juré avait si bien coulé ? Serrant le papier jusqu'à ce qu'il se froisse entre mes doigts, je pris une lourde inspiration, tentant de canalisé cette colère qui déjà grandissait en moi. La vengeance des Dumas , avait pris fin aux massacres des prêtres de l'Ordre, pourquoi s'obstinait-il  à poursuivre  des chimères ? Il en devenait ridicule.... En moins que cela ne soit qu'un moyen comme un autre d'attiser ma curiosité. Si je tenais le statut de soldat , lui il a toujours été la tête pensante de ce programme de guerre. Si tu crois vraiment que je vais te suivre....Après le mal que tu nous as fait... Heureusement que notre nièce Silver était loin, caché quelque part ou nul ne serait. Tant que Théodore sera a nos trousses, elle devait se tenir loin de Gotham....C'était beaucoup plus prudent comme ça.  Mais  Il est peut-être temps que tu payes mon très cher frère.. Renchéris-je revenant tout doucement sur ma décision, mon désir de le voir mort m'obstinant à en perdre la raison. A mon réveil du Coma, je n'ai pensé qu'à une chose, lui faire payer le prix de ses actes à la lame de mon plus beau poignard.Toutefois ce ne fus pas de lui que je m'armai, mais d 'une épée aussi belle et puissante que la sienne. Restant un moment à la contempler , je pensais encore et toujours à sa mort, me passant différent scénario de sa chute dans ma tête. En servant le Roi de Gotham, je m'étais aussi juré de protéger cette ville de toutes menaces pouvant faire du tord à nos affaires. J'espère pour toi que tu es  adroit à l'épée ... Soufflai-je frôlant prudemment sa lame finement aiguisé. Attends toi à mourir Théodore...D'une souffrance lancinante , ton propre sang nettoiera les rues de cette ville. Mes lèvres s'étirant d'un sourire mystérieux, je me glissai hors de ma chambre par la fenêtre, pour ne pas que Butch m'en empêche.  Depuis mon passage à l’hôpital, il m'avait formellement interdit que je le traque seule. Mais voilà ce combat est tout bonnement le mien... Circulant la ville à travers les toits sans l'espoir de le prendre par surprise, je ne tardai pas à me présenter au point de rendez-vous, plutôt perplexe de la trouvé déserte alors que les deux heures avaient retenti de la vieille cathédrale. Ou te caches-tu mon frère ? Criai-je à son attention, l'épée brandit au devant mon corps, alors que je sentais sa présence dans l'infime entaille de ce quartier réputé pour sa criminalité. Je ne montrerai pas faible deux fois ... C'est alors que, surgissant de nul part ,la lame légendaire de St Dumas...L’arrêtant de justesse de la mienne , je ne tardai pas a rencontré enfin mon frangin sous l'apparence de l'ange de la Mort. Azrael ! Comme on se retrouve ! Lui déclarai-je , retenant son attaque sans la moindre faille. Enlèves ton masque ridicule ,  que je puisse lire l'expression de ta défaite lorsque tu périras de la pointe de mon épée ! Oh oui l'heure de son trépas avait sonné, jamais je ne plierai...Plus jamais je ne céderai  à ce lien de sang qui nous uni encore , à mes dépends.  

   roller coaster




i love you so much, it's killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my dream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Sam 4 Juin - 4:05


Les fleurs du mal
Tabitha & Théo Galavan



Elle était là, juste sous mes yeux. Ma très chère sœur est bel et bien venu au rendez-vous, comme je le pensais. Bien trop curieuse et assoiffée de vengeance pour faire le contraire. C'est évident. C'était évident. Un petit sourire satisfait étira à peine, la bordure de mes fines lèvres. Tandis que je m'avance dans l'ombre, sans un bruit, épée en main et déjà fin prêt à bondir sur ma cible. D'ici, je pourrai même la trancher en deux assez facilement. Ce n'est pas l'envie qui manque, seulement... malgré sa terrible trahison que je n'oublierai jamais malgré le fait que ma mémoire en pris un sacré coup, elle est ma sœur. Une Dumas, tout comme moi. Elle mérite tout de même une bien meilleure fin de vie. Pour l'instant, je me contente donc tout simplement de l'observer, de mon piédestal. A mon aise, sans la moindre perte d'équilibre. Jouant silencieusement de ma lame, du bout des doigts, tandis que celle-ci s'impatiente de pouvoir trancher la chair. Je laisse la pression monter, doucement, mais sûrement. Fermant légèrement les yeux, je pourrai presque sentir ses palpitations d'ici. Elle ne connait que trop rarement la peur et pourtant, je ressens comme un sentiment d'anxiété, bien caché au fond d'elle-même. Je lui ai laissé un très mauvais souvenir, lors de nos dernières retrouvailles. Et c'est tant mieux... Une première vengeance, sur ce fameux soir, où elle m'a laissé pour mort aux mains du Pingouin et de Gordon.

Le visage caché derrière mon masque, je la regarde presque tendrement lors d'une fraction de seconde. Avant que mon regard ne s'assombrisse brusquement. Contractant mes muscles, juste avant de bondir sur elle, dans un saut vif et précis. Sa lame stoppant la mienne, de justesse, à mon grand soulagement. Il aurait été dommage que ce combat se termine si rapidement. A ses mots, aucune émotion ne traverse mon regard. La seule chose, qu'elle peut percevoir au travers de mon masque. Masque que je fini d'ailleurs par retirer, lentement. Non pas suite à sa demande, mais fort désireux de vivre pleinement ce combat. D'un geste las, je le balance plus loin. Le visage et regard sombre comme jamais. Avant qu'un sourire tout aussi énigmatique n'étire mes lèvres.

- « Azraël ne connait nulle défaite. Ce qui n'est pas ton cas... »

Penchant légèrement la tête sur le côté, je reporte mon regard ténébreux sur la lame que je soulève d'un geste gracieux avant de la positionner entre elle et moi.

- « Si tu es encore en vie, petite sœur, c'est uniquement parce que j'ai décidé de t'épargner lors de notre dernière rencontre. Histoire que tu ressentes une infime partie de la souffrance que tu m'as fait endurer, lorsque tu m'as... trahis. »

Je la regarde à nouveau, avec une étrange intensité dans le regard. Souvent, ce souvenir maudit me revenait en boucle dans ma tête. Et je ne pouvais rien faire contre ça... Elle, qui a toujours été la seule et unique, en qui j'ai toujours eu confiance. Aveuglément. A présent, c'est comme si je n'étais plus qu'une coquille vide. Qui n'a plus rien à perdre...

- « Mais saches que ça ne se reproduira plus. Sois-en honoré, car le dernier visage que tu verras, sera le mien. Ta disparition, purifiera Gotham. »

Lentement, mon visage s'assombri à nouveau. Comme si une toute autre personne prenait possession de mon corps. Au même instant d'ailleurs, mon corps se crispa à nouveau, avant de me remettre vivement à l'attaque. Lui lançant plusieurs attaques frontales de ma lame. M'attendant à ce qu'elle encaisse ou esquive parfaitement mes premières attaques, par réflexe. Ainsi, en plus de ce que je connais déjà de ses technique habituelles, je pourrai plus aisément l'atteindre.


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel


Dernière édition par Théodore Galavan le Jeu 16 Juin - 3:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 148
Date d'inscription : 11/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Ma nièce Silver , Barbara Kean
Ma famille : Theo Galavan -frère Silver St Could - nièce
avatar
Tabitha Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Sam 11 Juin - 6:21

 
Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan

Il me paraissait plutôt beau pour un homme revenu d'entre les morts, peut-être était-il vraiment la réincarnation de Azrael ? Cette ange loyal  au St Dumas , et dont les récits ont bercé notre enfance. « Azraël ne connait nulle défaite. Ce qui n'est pas ton cas... » Me provoqua-t-il , glissant avec grâce cette lame légendaire entre nous deux. C'est grâce à moi que tu as pu récupéré l'épée de St Dumas. Moi seule t'as conduit au tombeau de notre grand père. Lui fis-je rappeler ,  à la fois amer et conquise, alors qu'il la maniait comme personne d'autre.  « Si tu es encore en vie, petite sœur, c'est uniquement parce que j'ai décidé de t'épargner lors de notre dernière rencontre. Histoire que tu ressentes une infime partie de la souffrance que tu m'as fait endurer, lorsque tu m'as... trahis. » T'aurais-je  brisé le cœur Théodore ? L'interrogeai-je avec impudence, le regard intensément planté dans le sien. En te laissant derrière nous, j'avais pensé que James Gordon te mettrait seulement en prison, et qu'au fond de ta cellule t'auras réfléchit sur nous...Sur le mal que tu nous as fait en voulant absolument répondre a cet ordre de vengeance....J'étais pour ce plan , jusqu'à la mort j'aurai défendu l'honneur des Dumas, mais jamais je t'aurais laissé faire du mal à Silver...Tan pis si elle avait ses faiblesses, elle restait de notre sang. J'ose a peine croire qu'ils ont pu choisir un monstre d’égoïsme pour représenter Azrael dans ce bas monde... Les lèvres s'étirant d'un sourire sournois j'ajoutai. Quel bel imposteur que tu fais dans ton costume de l'Ange de la Mort, l'épée ne t'a en rien choisie, tu l'as tout simplement volé, comme ce soir je te volerai la vie...En blessant une Dumas de sa lame, tu n'as fait qu'éveiller la colère de l'Ordre ...C'est au cœur des feux de l'Enfer que tu rendras ton dernier salut. Je ne suis  plus à ma première trahison , ce soir j'irai jusqu’au bout de mon devoir de sœur, qui est de te stopper avant que tu ne souilles un peu plus notre nom . Dans son regard, je ne lisais plus que de la haine mêlé à de la déception, qu'attendait-il exactement pour me tuer ? Moi qui me trouvait à présent à la porter de la lame de son épée...« Mais saches que ça ne se reproduira plus. Sois-en honoré, car le dernier visage que tu verras, sera le mien. Ta disparition, purifiera Gotham. » J'avais fait le mal en torturant avec plaisir des innocents, en jouissant de les entendre crier pour enfin savourer la sensation de puissance que m'offrait leurs morts. Certes, je me devais repentir de mes actes de la lame des Dumas, mais en aucun cas des mains d'un usurpateur , car Théodore n'est pas Azrael mais rien mon frère. Je n'attends plus que toi mon frère...Qu'attends-tu pour libérer les rues de Gotham de ses oppresseurs ! Montres donc que tu es digne de brandir cette épée ! Il ne manquait pas d'adresse certes, mais jamais l'ange Azrael , oh nom du code n'aura répondu à la colère.... Reculant à ses premières attaques frontales avant  de  bloqué la dernière , je repris , joueuse comme toujours. Tu me déçois mon frère....Moi qui m'attendais à un combat de maître, qui marquera à jamais l'histoire des Dumas, à croire que les moines n''ont pas fait de toi un guerrier mais un raté. Profitant de la situation pour le déstabilisé d'un coup de pied dans le ventre , je continuai mon discourt, libérant de se fait mon cœur de nombreux tourments. . On était une famille avant qu'ils nous séparent... Je pensais que tu me protégerais mais tu l'as laissé faire...Ou étais-tu Théo quand il a abusé de moi ? Quand on m'a enfermé comme un animal ? Quand j'ai tenté de mettre fin a ma vie, hein ? Ou étais-tu mon frère , quand j'ai eux besoin de toi ? L’attaquant de plus belle , enhardie par la colère  d'un passé lourd et douloureux  , ma parade se termina majestueusement par la pointe de mon épée sous sa gorge...Il était à ma merci, et pourtant, je ne fis rien d'autre que de le regarder , non pas pour y lire la défaite dans ses yeux comme j'avais juré à mon arrivé  mais dans l'espoir d'y capturer les étoiles d'autrefois.  Théo m'avait laissé pour morte au caveau familial,  me transperçant de fois par l'honneur et la déception, alors que cette nuit là j'avais espérer retrouvé mon frère....Celui que je chérissais tant. Le même sang coule dans nos veines quoi qu'il arrive, peu importes nos différents , on était amené à nous retrouver. Sur cette pensée mon regard se fit plus insistent mais sans agressivité, en dépit du mal qu'il m'avait fait, de ce passage entre la vie et la mort, il demeurait toujours dans mon cœur. Prépares-toi à regagner les Enfers ! Lui déclarai-je , voix tremblante, alors que des larmes me montaient cruellement aux yeux. J'étais si en colère contre lui, contre nous, et ce que nous sommes devenus...Il est mon unique famille à Gotham, le seul sans doute qui m'a vraiment aimé, alors que petit il m'avait juré de me protéger du mal , sous toutes ses formes. Laissant passé un soupire, je ne pus que repenser à notre séparation, à cette petite fille terrorisée que j'étais qui suppliait nuit et jour  son grand frère. J'avais toujours autant besoin de lui , je demeure et je demeurais toujours cette fillette , la Tigresse n'est rien d'autre qu'une image de force pour ne plus sombrer dans l’abîme profond et dangereux de la dépression.   

  roller coaster




i love you so much, it's killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my dream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Jeu 16 Juin - 4:34


Les fleurs du mal
Tabitha & Théo Galavan



Les rudes paroles de ma sœur raisonnèrent en écho dans ma tête, me faisant légèrement perdre toute concentration alors que nous débutions ce combat fratricide. Il m'était encore assez difficile d'avoir l'esprit clair, ni même de rester trop longtemps concentré. D'autant plus, depuis que je commençais progressivement à retrouver la mémoire. Mon esprit, était encore perdu entre les machinations du Dr Strange et mon passé. La présence avec Tabitha ainsi que ses paroles n'arrangeaient pas vraiment les choses. Des flashs me sautaient aux yeux, me brouillaient la vue et éveillaient d'étranges sentiments, certainement encrés au plus profond de mon être. Des sentiments que j'avais peut-être, ardemment enterré durant toutes ces années, jusqu'à ma mort. Azraël gardait le dessus sur moi, mais ce Théodore Galavan, essayait de refaire surface. Je serre les dents et lutte contre moi-même, pour ne pas montrer le moindre signe de faiblesse, ni perdre totalement pied face à elle.

- « Tais-toi, traîtresse ! Tes paroles sont vaines... Théodore Galavan n'est plus. La seule personne qui a osé souiller l'Ordre de St Dumas par sa faiblesse, c'est toi. Cette épée m'appartiens et je compte bien te le prouver en te faisant vivre mille souffrances... »

Comment osait-elle me parler de la sorte ? Me sous estimer ? Cependant, ses insultes et provocations firent également remonter quelques bribes de souvenirs. Des mots que j'entendais assez fréquemment, voir quotidiennement, quand je m’entraînais. Quand on m’entraînait pour devenir un futur guerrier, un parfait combattant sans faille et sans pitié. Où était-il pendant que sa sœur souffrait également ? Coincé. Menotté. Prisonnier et condamné à subir un bourrage de crane radicale. Voir même parfois, à devoir regarder sa sœur souffrir et se faire malmener, tant qu'il n'arrivait pas à progresser et à devenir une perfection. Voir Tabitha souffrir, a pendant longtemps été la pire des tortures. Lui, qui la tellement aimé. D'un amour fraternel, puissant. Peut-être même trop en réalité. Bien qu'il soit toujours resté de marbre, il aurait tué pour elle. Il aurait fait n'importe quoi, pour que tout ce don il n'a pas réussi à la sauver autrefois, ne se reproduise plus. La gorge nouée d'une étrange mélancolie et de colère, je réponds de plus belle à ses attaques. Esquivant, la repoussant, la bloquant par moment. Avant de la repousser plus loin d'un bon coup de poing dans sa mâchoire. Sa voix était tremblante et je percevais assez facilement ses larmes au travers de son regard de braise. Mon cœur se compressa douloureusement dans ma poitrine, tandis que je fus pris d'un nouveau vertige. Malgré cela, je garde ma lame fermement en main et fonce à nouveau sur elle, en enchaînant plusieurs coups. Tout en essayant d'anticiper certains des siens et profitant du surplus de force physique que je possède par rapport à elle.

- « Vas-y... déchaînes ta colère. Blesses moi. Fatigues toi autant que tu veux... Je ne crains rien. Je suis invincible ! »

Une petite faille m'offrit d'ailleurs l'occasion de la repousser violemment contre le mur dans son dos, avant de l'y coincer et de glisser ma lame sous sa gorge. Quelques gouttes de son sang commençaient à perler sur la lame, tandis que mon regard se perdit dangereusement dans le sien. Alors que je voulu faire davantage pression et m'apprêtais à en finir, ma mâchoire de crispa et mes mains se mirent à trembler. Perdu entre mes deux personnalités, entre mes objectifs, entre mes sentiments... Subitement, la lame quitta ma main et s'abattit lourdement sur le sol. S'en suivit ensuite de mes genoux. Tête baissée, les larmes montèrent également, douloureusement. Je ne pouvais la tuer. En cet instant, ce n'était plus Azraël qui avait le dessus.

- « Achèves-moi, pendant que tu le peux. Si je dois mourir à nouveau, alors, autant que ce soit de tes mains. »


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 148
Date d'inscription : 11/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Ma nièce Silver , Barbara Kean
Ma famille : Theo Galavan -frère Silver St Could - nièce
avatar
Tabitha Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Dim 26 Juin - 0:10

 
Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan

Profitant, lâchement, de ce moment de faiblesse pour répondre  a mes attaques, retenant chacune de mes parades  sans le moindre effort, c'est à son coup de poing , droit dans la mâchoire que je finis par trébucher à même le sol , restant un moment tête baissé  sans pour autant me déclarer vaincu. Merci de me rendre les choses plus faciles.. Lui déclarai-je relevant, progressivement  un regard assombrit par la colère. Mon frère était bel et bien mort, perdu  sous l'influence néfaste d'Azrael , il était temps pour moi de combattre sans retenue.   Crachant un peu de sang sur le bitume , celui qui maculait à présent mes lèvres, c'est plus que jamais  déterminée à affronter  sa triste et pathétique  folie, que je me relevai. J'allai peut-être mourir ce soir, ma force n'étant malheureusement pas égal à celle de l'Ange de la Mort , mais en moins j'aurai récupérer ma dignité....Moi qui a été entraîner pour être une guerrière hors pair. La respiration saccadée, je restais un moment à le contempler , cherchant comme une faille à sa cuirasse . Peut-être était-il vraiment revenu immortel ? Avec une force qui se voit de se fait décuplé...Mais Théo ne m'impressionnait moins qu'en maître de la manipulation, lui qui était destiné à beaucoup mieux que vulgaire assassin. Qu'on t-il fait ? Théodore... Lâchai-je , le cœur serré devant l'image de cet homme qui lui ressemblait mais qui n'était pas lui.  Comment sommes nous arrivé à nous blesser comme des ennemis. Certes notre enfance n'a été que souffrance et lutte, mais bien avant que les moines nous séparent, qu'on m'enferme dans le noir absolu, je me souvenais aussi de sa voix douce et rassurante qui me promettait un avenir meilleur . Ne pouvant, malencontreusement  contenir d'avantage  mes larmes , face à ce cruel dilemme qui s'offrait à présent à moi , je finis tout bonnement par les laissé rouler le long de mes joues , jusqu'à ce qu'ils  disparaissent sur le col fermé de ma veste de cuir noir. J'aimais tellement mon frère que je me devais de le tuer, pour pouvoir  l'enterrer avec nos merveilleux souvenirs. Oui il me fallait le stopper avant que la déception , l'amertume me brise pour de bon, avant que ne puisse plus jamais l'aimer comme une sœur...Une sœur que je serais à jamais dans ses veines. La vieille cathédrale de Gotham retentissant soudainement, je sortis de ma torpeur pour me mettre en position, en dépit de cette incertitude  qui me retenait encore. De toute évidence Théo ne me laissera pas la moindre chance, rien ne sera jamais plus comme avant....A ses yeux, je n'étais plus qu'une traîtresse , celle qui devait mourir de l’épée sacrée des St Dumas. Pourtant, il m'avait semblé lire dans ses yeux comme de la compassion , de la tristesse suite à mes larmes. Il est temps de mettre un terme à toute cette folie ! M'écriai-je brusquement, me ruant comme une furie sur lui , sans prendre le temps d'analysé sa technique pour mieux le défier . Je souffrais tellement de la situation, que je voulais absolument en finir pour de bon avec lui, qu'il ne soit plus qu'un regrettable souvenir.  Ce dernier fonçant sur moi avec autant de fougue a me détruire, nos lames ne tardèrent point à s'entrechoquer , sans jamais parvenir à blesser l'autre...Du moins jusqu'à ce qu'il me  plaque violemment contre le mur, m'arrachant un horrible cri entre  douleur  et haine , sans doute le commencement d'une longue et pénible agonie. La froideur de sa lame se faisant alors  sentir sous ma gorge, je m’immobilisai aussitôt, ne le défiant plus que du regard. On devinait cependant à ma respiration que j'étais terrorisé à l'idée, de ce que mon propre frère pourrait me faire...Il était incontestablement le seul qui pouvait me mettre en déroute , pour la simple et bonne raison que « je l'aime », un peu trop même , cela devenait par moment si troublant. Le fils tranchant me blessant suffisamment pour que quelques gouttes s'écoulent, je grimaçai , retenant ma souffrance alors qu’au cours de ma vie j'avais connu la vraie torture pour m'enhardir physiquement. Nous voilà enfin au chapitre final , mon cher frère... Pestai-je le regard perdu entre mépris et tendresse. La mort ne me fait pas peur...C'est une belle délivrance pour une âme aussi tourmenté que la mienne. Et puis à six pieds sous terre, je n'aurai plus à être spectatrice de ta chute. Le toisant de plus belle , je finis même par l'encourager à me tuer , tel était la mission qu'Azrael s'était donné en me laissant  ce message. Fais-le Théo, oh nom de l'Ordre de St Dumas tu te dois de donner la mort aux parjures , à ceux qui ont osé violer le code.  Contre toute attente, la lame se baissa, sa pointe glissant un instant à la naissance de mes seins avant de quitter sa main et de tomber lourdement sur l’asphalte. Que faisait-il ? Pourquoi refusait-il de me donner la mort ? Était-ce des larmes qui venaient à présent perler ses yeux ? Théo.... Tentai-je , confuse de la tournure des choses. « Achèves-moi, pendant que tu le peux. Si je dois mourir à nouveau, alors, autant que ce soit de tes mains. » A cet instant je compris que ce n'était plus Azrael qui se tenait face à moi mais bel et bien mon frère qui me suppliait de le tuer , sans doute avant que l'ange de la Mort reprenne le dessus sur lui...Alors il n'était pas question de réincarnation divine mais d'un simple lavage de cerveau...Mon Dieu qu' avait-il fait de lui ? Puis au final de nous...Le brun de mes yeux , répondant à son chagrin, , je lâchai à mon tour mon arme pour être de ce fait son égal. Je ne serais lui donné la mort....Pas comme ça...Certes j'ai été entraîné pour tuer , mais lui, à jamais sera mon talon d'Achille. Je ne peux pas faire ça Théo....J'ai déjà fais l'erreur de t'abandonner une première fois... Une décision qui m'a été difficile à prendre, bien que je me devais aussi de protéger ma nièce. Mes deux mains , se posant avec une légère hésitation sur son visage, je ne pus que m’extasier à sa chaleur...Lui revenu tout droit du royaume des Morts, et pourtant si vivant. Je me demandais bien comment cela était-ce possible ? On est tout deux revenu de l'au-delà....Si tu savais comme cette destinée puisse m'effrayer ? On est si fort mais au final, on ne contrôle rien. Il n' y a pas grand chose que je sache vraiment m’interdire d'ailleurs...Y a beaucoup de sentiments si contradictoire qui se bousculent dans ma tête, certain relevant vraiment de la folie. Ne pouvant continué a jouer ce rôle de femme forte ,face à mon frère , je finis par libérer ce flot d'émotion trop longtemps enfui.  

 roller coaster




i love you so much, it's killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my dream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Lun 11 Juil - 2:22


Les fleurs du mal
Tabitha & Théo Galavan



Cet insupportable combat allait-il enfin toucher à sa fin ? Du plus profond de mon âme, je l'espérai. Tout autant qu'elle, certainement. Depuis peu, j'avais retrouvé quelques fragments de mon ancienne personnalité et de mes anciens souvenirs. Ce qui ne manqua pas de détraquer d'autant plus mon esprit, embrumé entre la certitude d'être Azraël et celle d'être Théodore Galavan. Créant en moi, comme un dédoublement de la personnalité. Sauf que j'en étais parfaitement conscient, ou du moins, surtout quand ce n'est pas l'Ange de la Mort qui prend le dessus. Pour l'heure, c'était au tour de Théo. Je venais de lâcher mon arme et de me mettre à genoux devant ma soeur, lui ordonnant d'en finir une bonne fois pour toute. Non seulement, j'ai échoué et n'ai pas été digne de l'Ordre, mais en plus, je suis complètement perdu et cela pour toujours. Cela me faisais tant souffrir. J'ai fais souffrir tant de personnes, surtout Tabitha. N'ayant même pas su la protéger comme il se doit, ou du moins, selon moi. J'avais complètement échoué à toutes mes missions, à tous mes objectifs. Je ne méritais pas de vivre ni même d'être pardonné. Entraîné depuis des lustres, pour être parfait. Et au final, je suis l'exact opposée de ce à quoi j'étais destiné. De plus, j'étais dans l'incapacité la plus totale d'achever ma sœur. Bien qu'elle m'ait trahis et que je sois encore en colère après elle, je l'aimais. Elle est la seule et unique personne, que j'aime. A qui je tiens réellement. Ma seule famille, depuis toujours.

Fermant les yeux quelques instants, j'attends mon châtiment. Sauf que ce dernier ne vient pas. Elle aussi, sembla lâcher son arme, avant de se rapprocher de moi et de saisir timidement mon visage entre ses mains. Quelques larmes se mettent brutalement à glisser le long de mes joues, lorsque mon regard ténébreux s'accroche au sien. Je pouvais lire en ses yeux, toute la culpabilité de sa trahison. A bout, tous les deux, je m'accroche à chacun de ses mots, tout autant qu'à son regard. Mon cœur de pierre se compressa un instant dans ma poitrine, affecté de la voir enfin faiblir et sans ce masque derrière lequel elle se cache constamment. A mon tour, je pose délicatement une de mes mains sur sa joue et lui efface une larme de mon pouce. Nous serions nous enfin retrouvé ? Combien de temps cela allait-il durer ? Néanmoins, je la comprenais tant... Comme toujours, nous sommes les seuls à nous comprendre mutuellement.

- « Je suis si fatigué, Tabitha. Et je suis tellement... perdu... Que sommes nous devenus ? »

Soufflais-je, avant de laisser échapper une nouvelle larme, bien trop lourde à porter. J'étais si heureux de la retrouver, en cet instant précis, mais si peu certain de rester moi-même très longtemps. Seulement, elle avait raison sur un point, nous sommes fort, ensemble. Bien qu'on ne puisse pas tout contrôler, je l'avais elle. Et je ne pouvais pas non plus me permettre de l'abandonner à nouveau ni la laisser tomber. Pas comme ça. Je devais continuer à me battre, au moins pour ma sœur. Pour celle que j'aime, plus que d'ordinaire. Délicatement, je laisse glisser une de mes mains sur un de ses bras, remontant jusqu'à sa main, comme dans une douce caresse. Avant de m'en emparer, et d'y déposer un baiser. Noyant intensément mon regard dans le sien.

- « Ma chère sœur... Je t'ai fais beaucoup de mal, saches que j'en suis conscient. Mais ça ne se reproduira plus. Bien que j'ai faillis à toutes mes promesses... Tu es et as toujours été ma seule raison de vivre. Tu as raison, ce qui fait notre principale force, c'est nous deux. Ensemble. »

Lentement, je fini par me redresser. Tenant ma sœur par les mains pour l'inviter à en faire de même. Sauf que je maintiens cette courte distance entre nous, me rapprochant même encore d'un pas. Maintenant le bout de son menton de mes deux doigts, je dépose un timide baiser sur la bordure de ses lèvres. Peut-être même un peu trop prêt. Fermant légèrement les yeux à ce doux contact et échange, que je savoure comme si c'était le dernier.

- « J'ignore ce qu'ils m'ont fait... J'ignore comment ils m'ont ramené... Ni ce qu'il va advenir de moi... Mais, je ne laisserai plus personne nous séparer. Cela a trop longtemps duré... »


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 148
Date d'inscription : 11/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Ma nièce Silver , Barbara Kean
Ma famille : Theo Galavan -frère Silver St Could - nièce
avatar
Tabitha Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Jeu 28 Juil - 23:07

 
Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan
« Je suis si fatigué, Tabitha. Et je suis tellement... perdu... Que sommes nous devenus ? » me déclara-t-il à son tour, incertain des personnes que nous étions devenus à cause de l'Ordre. Des soldats.... Lui soufflai-je doucement. Des soldats à la solde de l'Ordre de ST Dumas , et qui se battent pour une idée qui n'est pas totalement  notre...Certes , les Waynes  devraient   payé le poids de leurs crime passé....Mais regardes ou tout cela nous amené ? On est frère et sœur de sang...Et leur idée de vengeance a eu raison de nous. Il est peut-être temps d'enterrer son amertume , de ranger l'épée...Et que nous redevenions une famille. Nous deux comme avant. Sa main venant se glisser le long de mon bras, mon regard se fit plus intense , n'attendant plus que lui dans ma vie...Lui qui a toujours été mon tout , la raison de ma force et mon désir de continuer quoi qu’il arrive. Sa caresse s’arrêtant sur une prise de ma main, je ne pus retenir un sourire, bien que faible , tellement de choses me rongeaient encore...Des choses que je ne serais lui avouer les yeux dans les yeux, et qui me dépassent au plus haut point. Des sentiments que nul personne ne serait comprendre sans me montrer du doigts. Ses lèvres se posant délicatement sur ma peau, je ne pus retenir ma surprise, bien que nous ayons gardé certaines coutumes d'antan, c'était la première fois qui me baisait la main, pourtant je ne serais être sa reine , mais son égal...« Ma chère sœur... Je t'ai fais beaucoup de mal, saches que j'en suis conscient. Mais ça ne se reproduira plus. Bien que j'ai faillis à toutes mes promesses... Tu es et as toujours été ma seule raison de vivre. Tu as raison, ce qui fait notre principale force, c'est nous deux. Ensemble. »  Reprit-il, son regard encré dangereusement dans le mien. Son comportement soudain était si étrange ? Que par moment je ne savais vraiment plus a qui j'avais affaire ? Était-ce une nouvelle ruse de l'Ange de la Mort ? Mon bien aimé frère Théodore ? Ou bien quelqu'un d'autre...Une facette de lui qu'il a tenu enfermé jusqu'à présent. Me tenant toujours par les mains, il finit par rompre , un peu plus la distance entre nous, ce qui ne manqua pas de m'intimider. Je me sentais si impuissante sous  son énigmatique regard. Que désirait-il de moi exactement ? De cette union que nous formions. J'avais comme la net impression que Théo cherchait du réconfort...Une étreinte beaucoup plus intense que je pourrais lui offrir entant que sœur.  Curieux, l'envie ne m'avait pas non plus échappé en dépit du châtiment qui nous attendrait. Relevant mon visage du bout des doigts, mon cœur se serra de plus belle,  pas si réticente que ça de vivre à jamais comme une paria. Notre réputation est déjà faite alors pourquoi s'en priver ? Pourquoi avoir peur encore  du jugement de tout ces Gothamiens ? Sa bouche se rapprochant, je fermai instinctivement les yeux sur lui, m'abandonnant à la chaleur de son effluve , jusqu'à ce que ses lèvres se posent timidement sur la commissure des miennes. C'était si doux...Si innocent, que j'avais l'impression de redevenir une enfant. « J'ignore ce qu'ils m'ont fait... J'ignore comment ils m'ont ramené... Ni ce qu'il va advenir de moi... Mais, je ne laisserai plus personne nous séparer. Cela a trop longtemps duré... » M'annonça-t-il alors que tout doucement je sortais de ma transe. Nous sommes à Gotham, beaucoup choses se voient difficiles à accepter. J'en suis pas moins heureuse que ce Hugo Strange t'es fait revenir d'entre les morts...Cela nous a permis de nous retrouver , et de pouvoir s'accorder une seconde chance.  Théo , je serais toujours à tes cotés même après tout ce  qui s'en suivra , mais je doute que les habitants de cette ville puisse t'accepter ...Ils ne te connaissent pas comme je te connais, ils se foutent pas mal de savoir si dans le passé tu as souffert , si tu étais sous l'influence d'un mal bien plus puissant. On est seul sur ce coup là...Même l'Ordre va nous bannir pour n' avoir su mettre à bien la mission. Sa sera difficile , mais l'exile n'est pas non plus mon dernier recoure. J'en ai un peu marre de fuir , de devoir toujours tout effacer, Gotham c'est notre maison aussi et je veux y vivre comme avant à tes cotés. Me rapprochant à mon tour  , je repris, le brun de mes yeux plantés dans les siens. Je suis fatiguée de faire semblant, de me plier aux exigences des autres... De me cacher et de passer à coté du bonheur. Toute ma vie on m'a prise pour une enveloppe de chair sans le moindre sentiment , c'est franchement stupide ! J'ai un cœur qui bat au fond de ma poitrine , des émotions qui ne demandent que de pouvoir sortir et de s'épanouir.  Je ne veux plus de cette vie là Théo...Plus jamais , je suis encore cette petite fille qu'on a retenu prisonnière.  Je ne sais pas trop ce qu'il pourra panser mes blessures, elle me sont , sans doute, marqués à vie...Mais je pense qu'en dépit de notre douleur, on peut encore apprécier certaine choses , et prendre plaisir dans d'autres.  Un peu lorsque qu'on boit un grand vin en solitaire à une table de restaurant...C'est triste mais on arrive encore à le délecter et s'en ravir. Je laissai passé un petit rire puis repris, mes mains quittant les siennes pour venir encadrer son visage si brisé par la torture. Toutes ces cicatrices te ramèneront à jamais dans ton passé, il suffit que tu te regardes pour ressentir la douteur de cette lame aiguisée..Je m'engage à t'offrir de nouveaux souvenirs , de beaux et merveilleux souvenirs.. Mais doigts redessinant ses cicatrices, à mon tour de déposai un baiser sur le coin des lèvres, ces nouveaux souvenirs commençant des à présent.


roller coaster




i love you so much, it's killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my dream.


Dernière édition par Tabitha Galavan le Lun 5 Sep - 21:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Ven 2 Sep - 14:54


Les fleurs du mal
Tabitha & Théo Galavan



Bien que désespérément perdu, Tabitha restait mon rayon de lumière. La seule et l'unique, capable de m'éclairer dans l'ombre, dans ce chaos sans fin. Après tout ce que j'ai bien pu lui infliger, elle reste là, devant moi. A me soutenir, à essayer de me redonner espoir. Ces quelques caresses et baisers que nous nous échangeons m'aident à remonter progressivement à la surface. Ceux là ont beau être délicats et infimes, ils me procurent une exaltation certaine. Je savoure, cet instant si précieux, fermant à mon tour les yeux. Comme dans l'espoir que ce petit moment de retrouvailles et de bonheur dure plus longtemps. J'avais enfin l'impression de m'être retrouvé. De ne plus être, ni Azraël, ni Théodore, tout simplement... Moi. Mais cela n'allait certainement pas durer éternellement. D'ailleurs, Tabitha me fait quelque peu redescendre sur terre. Elle n'avait pas tord. Il est certain que ma vie à Gotham et auprès de ses habitants ne pourra plus jamais être la même. Pour autant, nous n'avions l'un comme l'autre, plus l'envie ni l'énergie pour nous enfuir. Cette ville, était aussi la nôtre et cela ferait plaisir à bien trop de personnes si nous nous exilons. Il en était donc, hors de question.

- « Nous trouverons un moyen pour rester ici aussi longtemps qu'on le voudra... Je te le promet. »

Je le voyais bien, dans ses yeux. Elle aussi, avait besoin d'être rassuré et surtout d'un endroit où s'épanouir et se stabiliser. Bien que nous ne serons jamais des personnes totalement stable -dans tous les sens du terme- nous sommes aussi en droit d'avoir un endroit où nous pouvons nous sentir, chez nous. Une nouvelle fois, je noie éperdument mon regard dans le sien, tandis qu'elle caresse tendrement mon visage et redessine les cicatrices le marquant sévèrement. En effet... Je n'oublierai jamais l'origine de chacune d'entres elles et les souvenirs qu'elles évoquent me reviendront sans cesse en pleine visage à chaque fois que je serai confronté à un miroir. Mais qu'importe, je devais vivre avec et regarder vers l'avant. M'accrocher à nous deux, aux possibilités qui nous sont encore ouvertes. Après tout, nous sommes loin d'être idiots et traverser des situations plus que difficile commence à devenir une spécialité pour nous deux. Un étrange frisson me parcours, lorsqu'à son tour, ses lèvres viennent frôler les miennes. De plus en plus conscient, de cette tension interdite, qui risque de nous faire céder à tout moment. Délicatement, mes mains vinrent s'emparer des siennes. Entrelaçant mes doigts entre les siens, sans la quitter des yeux.

- « Nous y arriverons, ma chère sœur. Nous apprendrons de nos erreurs passés et deviendrons encore plus fort que nous le sommes déjà ensemble, depuis toujours. Je m'engage à ce que rien ni personne ne puisse te faire le moindre mal, jusqu'à mon dernier souffle. »

Que ce soit dans le malheur, ou le bonheur, nous avons réussi à nous fabriquer de petits fragments d'heureux souvenirs. Du moment que nous étions tous les deux. Cela demanderait certainement plus de temps cette fois, pour une éventuel épanouissement possible, mais tous deux semblaient prêt à suivre le même chemin. Lentement, je me redresse alors. Entraînant Tabitha dans mon mouvement gracieux, sans lâcher ses mains, que je caresse légèrement.

- « Qu'as-tu fais et... ou étais-tu, pendant ma disparition ? »


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 148
Date d'inscription : 11/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Ma nièce Silver , Barbara Kean
Ma famille : Theo Galavan -frère Silver St Could - nièce
avatar
Tabitha Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Mar 6 Sep - 10:33

 
Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan
« Nous y arriverons, ma chère sœur. Nous apprendrons de nos erreurs passés et deviendrons encore plus fort que nous le sommes déjà ensemble, depuis toujours. » Me rassura-t-il , entrelaçant, intimement  nos doigts. « Je m'engage à ce que rien ni personne ne puisse te faire le moindre mal, jusqu'à mon dernier souffle » A cette promesse, un timide sourire illumina mon visage. Être prêt de mon frère  était tout ce que je désirai, mais quelque chose me retenait encore au bonheur, un sentiment particulier que jamais je n'aurai dut ressentir ce soir  . Mon regard se dérobant  sous le sien, je sentis comme un frisson me parcourir, à chacun de ses contacts sur moi. J'aimai tellement ses caresses , ses baisers et  sa voix si rassurante....Le simple fait d’être contre lui, je me sentais déjà libéré de tous démons , Théo est l'unique homme de ma vie,  le seul que j'aurai su aimer avec  autant de passion et  de sincérité. J'en avais pas le droit, mais il m'était impossible de me défaire de son emprise sur moi. Je serais là en retour   Lui soufflai-je à mon tour, relevant mon visage à la hauteur du sien. Mon bien -aimé frère, je t'en fais la promesse. Je n'avais pas la moindre idée de ce qui nous attendait réellement à Gotham  , mais rien ne m'effrayait plus que cet amour que je lui portais..Et pourtant, c'est sans retenu que je continuai à le suivre, imitant chacun de ses mouvements comme-ci nous formions plus qu'une et même personne. « Qu'as-tu fais et... ou étais-tu, pendant ma disparition ? » Me questionna-t-il , le temps  de la Mort, ne s'étant jamais emparé moi ., même après avoir reçu la lame de son épée dans le ventre. Je marquai un silence, déviant mon regard sur cette lune argentée qui brillait dans le ciel. Beaucoup de personnes se méfiaient encore de moi mais j'avais dans l'idée d'ouvrir   un club avec Barbara Kean et devenir une femme d'affaire respectable. J'ai rejoint la pègre de Gotham  entant que second de Butch Gilzean... C'est lui qui s'est occupé de moi , s'en quoi je serais sûrement morte. Je pris une lourde inspiration, puis reportant mon attention sur mon interlocuteur repris. Tu ne vas pas apprécier ce que je vais te dire Théodore, mais on s'est battu contre les mauvaises personnes. Malgré le mal que j'ai pu faire, ils m'ont ouvert la porte et accordé une seconde chance. J'ai enfin une famille...Un endroit ou je me sens bien. Il me manquait plus que toi et tu es là maintenant. Posant de nouveau une main sur sa joue je poursuivis. Fais moi confiance Théo...Tu seras bien avec nous et quand j'aurai lancé mon affaire , on pourra vivre ailleurs avec Silver. On est sa dernière famille , elle a besoin de nous aussi..Plus que tu ne peux l'imaginer. Ma main venant à le caresser , alors que je rompus la distance entre nos deux visages je m'expliqua, avec l'espoir qu'il m'écoute. Tu es quelqu'un de bien Théodore, je sais qui tu es , ce que tu as fais pour moi  , c'est pourquoi je t'ai pardonné et que je te serais toujours  fidèle. Mais il va falloir que tu gagnes ta rédemption, et pour cela il te faudra  prouver  aux habitants de cette ville que tu n'es plus cet homme. Je marquai une légère hésitation puis continua le cœur serré, de peur qu'il vienne à me repousser. Le mieux que tu puisses faire est de regagner la confiance de la personne que tu as blessé .  Je parle bien entendu de Bruce Wayne...C'est une personne influente n'oublions pas  et  très naïve aussi. Je sais, ça risque d’être assez pénible , mais oublions le passé et pensons à nous maintenant, à cet avenir que nous espérons à Gotham.  Azrael est une partie de toi, que tu peux amplement dominé , même en présence du garçon.  Il te suffira juste de poser ton regard sur ceci.   Me détachant aussitôt de lui, je sortis de ma veste un bracelet , que j'avais moi même confectionné avec de la pierre d'ambre.
Je l'ai fais à l’hôpital, il n'est pas très jolie mais la pierre d'ambre à le pouvoir de guérir  la douleur physique et mental . J'ai pensé à toi , le jour de sa confection, de l'homme que tu étais devenu , tiraillé entre deux personnalités et deux mondes. Je peux imaginé ce que tu as  du ressentir en revenant d'entre les morts  . Mais c'est une chance Théodore, alors ne laisse plus prendre le dessus , serait-ce pour ta sœur qu'il a cruellement blessé de l'épée sacrée. Mon présent noué comme il se doit a son poignet , je me rapprochai de nouveau, caressant avec ivresse son torse jusqu'à  l'endroit même ou son cœur avait su renaître. Théodore était un vrai mystère , mais il ne m'effrayait pas, bien au contraire j'étais éperdument attiré par lui. J'ai peur de ce que je ressens pour toi Théodore . Aucune autre personne ne me fait pareil effet . Je t'aime mais pas comme une sœur le devrait  . J'ai lié , depuis toujours, ma vie à la tienne et j'ai peur d'en souffrir , car malheureusement mes sentiments pour toi se sont vus changés. Ce n'est pas moins mais beaucoup plus de ce qui m'est autorisé par notre lien de sang. J'avais si honte que je ne pus soutenir plus longtemps son regard sur le mien. Bien que Théodore s'était montré particulièrement tendre, il ne pouvait m'aimer comme je l'aime depuis le début de notre mission à Gotham.

roller coaster




i love you so much, it's killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my dream.


Dernière édition par Tabitha Galavan le Sam 3 Déc - 10:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Dim 25 Sep - 4:36


Les fleurs du mal
Tabitha & Théo Galavan



Absolument rien, n'était apte à gâcher cet instant. Bien que les révélations que s’apprêtaient à me faire ma chère sœur, sur ce qu'elle a fait durant mon trépas, risque de ne pas grandement me plaire. Ces retrouvailles et décharges émotionnelles suffiraient à me maintenir attentif et peut-être même un temps soit peu compréhensif. Dans tous les cas, cela était nécessaire si nous voulions réellement retrouver cette confiance et complicité d'autrefois. Même si ce me lie à ma sœur, n'a absolument pas changé, malgré tout. Ses caresses, son regard intensément plongé dans le mien et dans lequel je ne me lasse pas de m'y noyer. J'arrive à me laisser bercer par sa voix et à l'écouter, sans la moindre vague d'hostilité pour venir interrompre son monologue. Dans tous les cas, je n'avais pas vraiment son mot à dire. Ayant été mort durant cette période et donc plus présent pour la protéger ni lui donner des directives. Il semblerait qu'elle ait tout de même su parfaitement se débrouiller par elle-même. Ce qui, en fin de compte, ne me surprenais pas tant que ça. Bien que j'ai toujours été toujours le dominant dans notre "duo", Tabitha s'est constamment avéré être une vraie guerrière. Une tigresse.

Comme cela était assez prévisible, ces idées et suggestions pour notre rédemption -surtout la mienne- n'est vraiment pas des plus plaisante à entendre. Néanmoins, j'ai beau essayé de réfléchir à une autre tactique, je n'en trouve absolument aucune. Aussi paradoxale que cela puisse être, le jeune Wayne fut notre principale cible, notre principal objectif. Et aujourd'hui, il devient notre principal atout, pour une seconde chance. Car inutile de le nier, cette famille fait partie des piliers de Gotham. Cela risquait d'être une tâche des plus pénible, en effet. Néanmoins, inévitable. Je soupire légèrement et détourne mes yeux par delà les siens, n'étant pas certain de pouvoir accomplir un tel miracle. Seul Azrael l’insensé, pourrait en l’occurrence y croire. J'attarde ensuite mon regard sur le bracelet que m'offre Tabitha. Glissant mes doigts sur le bijoux, avant de me perdre à nouveau dans le noisette intense de ses yeux. Sincèrement affecté par ce bien, qui aura certainement la chance de beaucoup m'aider.

- « Je t'ai tant fait souffrir, ma pauvre sœur... Je me demande ce qui peux donc te pousser à m'aimer autant... »

J'avais beau ne pas me rappeler de ce moment, où Azraël m'a poussé à planter cette épée dans le corps de ma sœur, j'en ai le cœur et la gorge serrée. Craignant que cela recommence. Craignant de la mettre à nouveau en danger, à tout moment. Et de réussir à la tuer, à mon plus grand malheur. Je devais aussi me racheter auprès d'elle et c'est pour cela, que j'allais devoir affronter Bruce Wayne et surtout... mes propres démons et objectifs. Je lui devais au moins cette tentative. Elle se rapprocha à nouveau de moi, caressant mon torse avec une certaine ivresse qui éveille un long frisson en moi. C'est ensuite qu'elle me fit part de ses réels sentiments à mon égard. Ce qui eut l'effet d'un réel coup de massue. Cependant, secrètement, ce même trouble impensable et interdit semble exister au fond de moi. Peut-être depuis bien plus longtemps qu'elle. C'est peut-être d'ailleurs la dernière chose aujourd'hui, qui arrivait à faire réellement battre mon cœur. Pourtant, face à ses mots, je ne sais quoi dire. Je suis son grand frère, un exemple, un modèle... Je ne peux me permettre de commettre un tel pêché. Et puis, elle méritait surtout bien mieux que moi. Pourtant... du bout des doigts, je relève son menton et plonge intensément mon regard dans le sien avant de fixer ses lèvres pulpeuses et si... tentatrices. C'est dans une impulsion soudaine et incontrôlable, que je pose mes lèvres sur les siennes dans un tendre et baiser. Se voulant un peu plus passionné quand ce dernier se prolongea. Avant de mettre fin à cet étourdissant et troublant échange. Je venais de franchir l'interdit et craignais à mon tour, la réaction de ma sœur. Pourtant, le résultat de mon côté fut assez clair : je regrettais nullement ce que je venais tout juste d'entreprendre. Aussi interdit que cela puisse être. Aucune limite... Telle a toujours été notre mode de fonctionnement. Aucune honte ne traversa mon regard ni me fit davantage reculer. Délicatement, je remet correctement en place une mèche rebelle de ses cheveux ondulés. Heureux, d'être le seul à lui faire un tel effet. Fier, d'être en possession de cette exclusivité que j'ai toujours désiré, en réalité. Aussi égoïste et pervers que cela puisse paraître. Même si parfois, il m'arrivait d'aimer la partager. Mais il est clair que nos vies ont toujours été réciproquement liés, tant à l'un qu'à l'autre.

- « Je ne gâcherai pas cette seconde existence qui m'a été  offerte... » Toujours aussi délicatement, je pose ma main sur la sienne, disposé sur mon cœur. - « Ce muscle, ne cessera plus de battre, tant que nous resterons ensemble. » Déclaration subtilement dissimulé ? - « J'irai à la rencontre de Bruce Wayne. »


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 148
Date d'inscription : 11/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Ma nièce Silver , Barbara Kean
Ma famille : Theo Galavan -frère Silver St Could - nièce
avatar
Tabitha Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Sam 15 Oct - 23:45

 
Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan
« Je t'ai tant fait souffrir, ma pauvre sœur... Je me demande ce qui peux donc te pousser à m'aimer autant... » C'est vrai , il m'a brisé et je pourrai le tuer pour ça, mais Théodore m'a protéger alors que nous étions encore des enfants,  c'est pourquoi il est si spécial à mon cœur...Bien entendu , je m'étais tenue de le lui dire,  trop préoccupée par son retour à Gotham entant que citoyen. Mais en gagnant  la confiance du jeune Bruce Wayne, il se frayera de nouveau un chemin au sommet de cette ville. St Dumas ou Galavan peu importe le nom, si nous pouvions enfin  vivre sans être rattrapé par  le passé. Cette histoire datait de plus de deux cents maintenant, et sincèrement j'en ai rien à cirer de mes ancêtres, ça lui apprendra même d'avoir glissé ses mains sous la robe de Célestine Wayne. Les femmes sont dangereuses tout le monde le sait, elles sont capables des pires trahisons pour protéger leurs dignités. Mes mains se baladant sur son torse, je ne pensais plus qu'à me délivrer de ses chaînes qui me retenaient à ses cotés. J'avais beau refouler mes sentiments, j'éprouvais quelque chose de fort pour mon frère. Et bien que cela nous était interdit, sur le point moral, je ne pus contenir ce désire plus longtemps. L'ordre de St Dumas , à présent , hors d'état de nuire, je voulais résoudre mes propres problèmes et pas ceux de vielles momies. . Mon amour pour mon frère me préoccupait, au point d'en perdre tout mon charisme de tigresse. J'avais beau manier le fouet, lui seul était le dompteur.  Ses doigts frôlant soudainement  ma mâchoire avant de relever mon menton, je m'immobilisai , totalement perdue dans ce regard si dangereux, enjôleur et surtout pénétrant. Il était si parfait, machiavélique , sensuel et manipulateur...Théodore était le genre d'homme qui savait te charmer  rien qu'avec des mots.. Oui il était dangereux pour une femme de succomber à l'ancien maire de Gotham, et pourtant ,c'est  totalement éperdue de cette attirance  que le laissai m'embrasser, profitant pleinement de  ce grisant contact. J'aurai aimé le retenir, lui rendre son baiser, mais tout comme lui , la rencontre de nos lèvres m'avait chamboulé. Cependant la honte ne m'avait pas effleuré, bien au contraire c'est avec panache que je relevai la tête. Je venais enfin d'assouvir mon désir, reste à savoir si je pouvais obtenir de lui beaucoup plus qu'un simple baiser. « Je ne gâcherai pas cette seconde existence qui m'a été  offerte... » me déclara-t-il, avant de renfermé ma main de la sienne. Son cœur battait avec ardeur, je le sentais cogner contre ma paume...Cette sensation me rassurait mais en même temps, sa résurrection demeurait un vrai mystère. A mon réveil à l’hôpital, j'avais bien entendu appris les circonstances de sa deuxièmes morts par Butch..Même le légendaire Azrael n'aura pu survivre à cette attaque, alors comment ? Comment se faisait-il qu'il soit encore là, plus vivant que jamais ? « Ce muscle, ne cessera plus de battre, tant que nous resterons ensemble. » Reprit mon frère, m’arrachant des lèvres un mystérieux sourire. Je comptai bien le protéger au péril de ma vie, mais il me devait des explications en retour. « J'irai à la rencontre de Bruce Wayne. » Conclut-il , l'amour que lui porte le  fils de Gotham , étant l'unique clé de son retour, sans quoi il sera montré du doigts et traité comme tous ces autres criminels . Malgré tout ce qui s'est passé , le jeune Bruce t'aime profondément...Il voyait en toi un père de substitution voire un héros . C'est un jeune garçon maintenant , il a besoin d'une référence masculine, quelqu'un qui sache l'écouter....Et pas le contredire, comme le fait son larbin.  Tu es un séducteur Théo, alors séduis le de belles paroles.. Fais en sorte qu'il te mange dans la main. Ce n'est qu'un gamin terrorisé après tout, il ne résistera pas longtemps à ton charme...Qui le pourrait d'ailleurs ? Mon regard s' intensifia, à la seconde même ou mon visage se rapprochai du sien. Je te veux à mes cotés comme autrefois. Je sais que c'est beaucoup te demander , mais tu seras fortement récompensé. Je m'y engage personnellement. Mon autre main, venant se poser sur son membre virile, je le caressai avec avidité. Après deux passages entre la vie et la mort, il avait sûrement besoin d'un peu de chaleur. Je suis Thabita Galavan, je ne repentis jamais mes péchés.. Lui fis-je rappelé , notre enfance peu ordinaire ayant fait de nous des personnes sans aucune morale. J'avais très envi de mon frère et tous les moyens étaient bons pour venir à mes fins. Surtout que l'ordre m'avait enseigné l'art subtil de la séduction.   Suis moi que je te montre mon club...Je crois qu'on a de quoi trinquer ce soir. Mon club baptisé «  Sirens » n'était pas encore ouvert, mais par l'intermédiaire du pingouin j'avais obtenu pas mal de bouteilles d'alcools. Après avoir fait saigner sa pauvre mère, c'était  comme dirait une aubaine de me retrouver sous son parapluie.
roller coaster




i love you so much, it's killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my dream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Jeu 3 Nov - 18:50


Les fleurs du mal
Tabitha & Théo Galavan



Tout ceci semblait presque beaucoup trop beau pour être réel. Tout d'abord, je reviens à la vie et ai droit à une seconde chance. Pourquoi diable, tout le monde accepte de me donner une seconde chance ? N'ai-je pourtant pas été des plus cruel ? Si. Pour sûr. Mais voilà qu'on ne cessait pas de voir une lumière briller au fond de moi. Ma sœur, avait encore la force de croire en moi, malgré le fait que j'ai planté l'épée sainte en son corps et manqué de la tuer. Bien que ça ne fut que pure vengeance et tout de même mérité, selon moi. Mais je voyais bien, dans ses yeux, à quel point elle m'aime. Ce qui se voyait peut-être un peu moins dans les miens, ayant été formé depuis toujours, pour contrôler la moindre expression faciale ou corporelle. Il n'empêche, que je ressentais tout aussi clairement beaucoup d'amour pour ma sœur. Bien plus qu'il n'est autorisé. Je n'avais aucun doute là-dessus, étant la seule et l'unique à compter réellement à mes yeux et à posséder un quelconque intérêt pour moi. Elle était si... parfaite à mes yeux. Ces sentiments, risqueraient d'être particulièrement nocif et malsain pour elle. Tout du moins, si nous allons plus loin ensemble. Ma jalousie et ma possessivité à son égard, risquant de ne plus avoir la moindre limite. Bien pire, qu'elle ne l'est déjà actuellement. N'ayant jamais aimé quiconque que ma sœur, contrairement à elle, qui a déjà donné son cœur à d'autres.

Je la laisse s'approcher à nouveau de moi, intensifiant mon regard en même temps que le sien. M’imprégnant du moindre mot sortant d'entre ses lèvres. Je fus conscient, à un moment donné, de l'admiration que vouait l'héritier Wayne à mon égard, mais pas à ce point. Et il est clair qu'en jouant habilement de mes talents, j'avais sûrement une chance de redorer mon blason. De toute manière, il était ma seule et unique chance, pour l'instant. Mon regard se fait donc plus déterminé et des tas de nouvelles manigances commencent déjà à se bousculer dans mon esprit de parfait tacticien. Avant qu'un frisson intense me traverse, au moment où je sens la main de Tabitha se poser sur ma virilité. Une agréable vague de chaleur s'emparant de mon être, devenu si froid, après autant d'allés et retours au pays des morts. J'aimais lire ce désir dans ses yeux, le même se reflétait dans les miens. Un désir trop longtemps refoulé et interdit. Un fin sourire étira délicatement mes lèvres. De toute évidence, elle aussi savait maîtriser, d'une manière unique, l'art de la séduction. Deux talents que nous maîtrisons de façons différentes, mais qui devaient donner un résultat des plus... satisfaisant. Ce qui me donnais davantage envie d'elle.

« Et je suis persuadé, que tu seras à la hauteur de cet engagement. »

Comme une petite fleur fragile, je caresse son visage et la dévore des yeux avec ce petit air gourmand et diabolique qui me caractérise constamment. Excité, par ce qui est perçu comme malsain. Je récupère ensuite sa main, tentatrice et experte, et y dépose un baiser sur son dos. Sans la quitter des yeux. Ce n'était que partie remise, l'endroit n'était pas des plus approprié pour combler ce désir intense et réciproque qui nous consume tous les deux. Et puis, peut-être y avait-il aussi un certain désir, de la faire languir et de domination. Je n'avais pas non plus l'intention de perdre cette influence, cette possession, que j'ai sur elle.

« Emmènes moi donc à ton club, que nous puissions fêter nos retrouvailles comme il se doit. »

Un regard et un sourire malicieux illumine mon visage, tandis que je me tiens prêt à la suive n'importe où.


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 148
Date d'inscription : 11/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Ma nièce Silver , Barbara Kean
Ma famille : Theo Galavan -frère Silver St Could - nièce
avatar
Tabitha Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Dim 13 Nov - 0:16

 
Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan
« Et je suis persuadé, que tu seras à la hauteur de cet engagement. »  Me déclara-t-il , alors que mon regard l'enveloppait d 'une étrange intensité. Théodore me connaissait mieux que quiconque, mais il était encore très loin de s'imaginer jusqu’où je pouvais aller  , pour obtenir ce que je convoite ardemment  . Jusqu'à présent , je n'ai jamais eu à user de mon charme sur mon propre frère. Et puis de toute évidence, je me servais de cette récompense pour satisfaire un besoin qui m'était aussi personnel. Voilà si longtemps que je le désire secrètement. Il ne tient qu'à toi d'aller jusqu'au bout de cette mission...Pour obtenir ta récompense.. Lui fis je rappeler, avant que mes paupières se ferment au passage de sa main sur ma joue. Il revenait d'entre les morts et pourtant sa paume était si chaude. J'osais espéré en être l'unique l'instigatrice . Moi qui avec audace avait caressé sa virilité pour mieux le manipuler. Les hommes sont si faibles lorsqu'il s'agit de sexe.  « Emmènes moi donc à ton club, que nous puissions fêter nos retrouvailles comme il se doit. » Oh oui, il me tardait de lui présenter ma réussite entant que nouvelle femme d'affaire de cette ville.  Bien que je restais une criminelle notoire, une Galavan ! De l'eau avait coulé  sous les ponts de cette ville sordide  et je profitais pleinement de cette nouvelle vie sans l'emprise de l'Ordre de Saint Dumas.

Je lui adressai un léger sourire , puis l'emmenai sans plus tarder au cœur de la ville ou se tenait mon club baptisé «  Sirens ». Il faisait sombre à l'intérieur, mais tout était à présent terminé. Il ne restait plus qu'à choisir la date de lancement. Voilà mon futur club. Lui présentai-je ,  l'invitant alors à pénétrer les lieux  d'un geste de la main avant de refermer la porte derrière nous. Je n'ai pas encore ouvert l'électricité mais j'ai des bougies derrière le bar. Ça fera l'affaire... Curieux cette façon de m'adresser à lui, si intimidée par  lui et de ce qu'il pouvait penser de mon projet. Jusqu'à maintenant il a toujours été le cerveau de notre duo et je tenais à lui prouvé que «  la gamine »  s'envolait à présent de ses propres ailes.  Revenant alors avec des bougies et une bouteille d'un excellent champagne, je ne tardai pas à dresser une table pour deux. J'aimai déjà cette atmosphère chaleureuse... Rien que nous deux.   J'espère que l'endroit te plaît ? M'enquis-je avant de rompre la distance entre et lui adresser  un verre à demi plein . Je suis tellement heureuse de te retrouver mon frère. Lui dis-je une nouvelle fois , passant furtivement mes doigts sur sa nuque , comme pour raviver cette flamme qu'on avait dangereusement allumé dans cette ruelle. Vraiment, il m'avait laissé sur ma fin et j'ai déjà tué pour beaucoup moins.

Je portai mon verre à mes lèvres, puis après avoir bu une fine gorgé de champagne repris. Une vie sans toi n'aura jamais été parfaite...Toutefois, il y a des choses qui m'échappent comme ta nouvelle résurrection. Tu n'es pas revenu tout seul Théodore...Et l'Ordre de Saint Dumas est incapable d'un tel miracle...Peu importe qui tu es et pour qui tu sers Théo, je t'aime ...Enfin comme une sœur peut aimer son frère.  Tu peux me faire confiance maintenant, je ne compte plus te décevoir. Cette première fois aura suffi pour me briser de remords .  Mais si nous voulons que notre complicité remarche , eh bien nous devrions  tout d'abord se montrer honnête l'un envers l'autre   , même si cela nous semble impossible... Un cet instant, je sentis comme un frisson me parcourir l'échine. Je disais ça, mais il y avait bien un secret qu'il m'était impossible de lui avouer, tellement qu'il m'était aussi difficile de le reconnaître et de l'accepter. Je marquai un silence, prise d'un vertige soudain puis repris, levant mon verre vers lui comme-ci de rien. Nous avons la chance d’être encore ensemble, il ne tient qu'à nous de réparer nos erreurs du passé et de sauver notre nom. Cela était plus que certain, mais en retour j'espérai toujours des aveux sur son mystérieux retour. Quelqu'un avait ramené mon frère à la vie ? Et avant qu'il ne se lance dans de sombres desseins, je me devais de savoir contre qui j'allais encore me battre pour garder mon frère à mes cotés. Mon regard l'enveloppant de chaleur, je restais un moment à le contempler, ne pouvant décidément pas contrôler cette attirance que j'avais pour lui. L'alcool et l'odeur des bougies me faisaient tourner la tete...Et sans le vouloir je me remémorai son fougueux baiser,toute frissonnante encore de ses mains interdites sur mon corps.
roller coaster




i love you so much, it's killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my dream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Mar 22 Nov - 18:06


Les fleurs du mal
Tabitha & Théo Galavan



Un sentiment de soulagement s'empare aussitôt de moi, alors que nous venons tout juste de quitter la ruelle. Il y avait plusieurs secondes, que je me sentais observer, sans pour autant trouver la cause de cette paranoïa. Bien que j'en ai une petite idée. Je ne suis pas au service de n'importe qui... Si on me voyait faiblir aux côtés de ma sœur, qui sait ce qu'on pourrait lui faire. A dire vrai, ce qu'on me ferait à moi, m'importais peu. Je pouvais être un véritable égoïste envers n'importe qui, mais pas ma seule et unique famille. Tabitha, bravait toutes les exceptions. Bien qu'elle ne le sache peut-être pas... C'était sûrement mieux ainsi. J'ai toujours été incroyablement pudique sur mes sentiments et ça n'allait pas changer de si-tôt. Surtout envers celle que je souhaite le plus protéger et préserver. Oui, c'était assez paradoxale de la part de celui ayant essayé de la tuer maintes fois... Mais là, il n'était plus question d'Azraël, mais de Théodore. Il me tardait vraiment de découvrir la symbolique "indépendance" de ma chère sœur.

C'est donc sagement, que je suis Tabitha jusqu'à son fameux club. Visiblement, encore fermé. Silencieux, j'observe très attentivement les lieux, aussi sombre fait-il. J'ai toujours eu beaucoup de goût, très strict, mais ça en valait la peine. Je ressens dans sa voix, une petite pointe d'inquiétude. Ce qui me réconforte dans l'optique que mon opinion compte encore un minimum pour elle... Pour autant, je fais perdurer le suspens et reste incroyablement silencieux face à un décors qui correspond, presque en tout point, à la personnalité de ma sœur. Hormis peut-être... quelques détails, qui me font légèrement froncer les sourcils. Il y avait des choses, qui ne devaient pas lui appartenir... Bizarrement, cela me contrarie un peu. Je pivote à nouveau vers elle, pour m'enquérir de ce délicieux verre de champagne qu'elle me tends gracieusement, lui répondant avec un mystérieux sourire.

« J'en suis très heureux aussi... Tout autant, que de découvrir ce que tu as su faire d'une partie de tes talents. »

Sans quitter ma sœur des yeux, je trempe en douceur mes lèvres dans ce savoureux champagne. Ses doigts sur ma nuque, ne manquant pas de me faire frissonner. Cette flamme à son égard, n'était pas prête à s'éteindre. Cela se voyait au travers de mon regard particulièrement aguicheur. Malgré ces quelques détails contrariant, que je laisse de côté pour l'instant. Mais elle arrive à les faire quelque peu émerger, en effleurant involontairement le sujet. Être honnête l'un envers l'autre ? Si seulement c'était aussi simple, je le serais. Mon regard transperçant quitte soudainement le sien pour aller dans une toute autre direction. Tandis que mes doigts caressent délicatement les courbes de mon verre. J'avais beau ne rien laisser paraître, mon corps parlait bien trop souvent à ma place.

« Saches que je tiens fermement à tenir la promesse que je t'ai faite tout à l'heure. Comme toutes les autres. Seulement... Il y a certaines questions, qui devront rester sans réponses. Pour l'instant, tout du moins. »

C'est parce qu'elle m'est précieuse, qu'il est hors de question de lui parler de la Cours des Hiboux et tout autant, d'inventer une autre histoire simplement pour la rassurer. Encore une fois, la confiance sera de mise. Pensivement, j'observe la table qu'elle a préparé pour nous deux. Prenant le temps de la contourner un instant, un petit sourire attendris aux coins des lèvres, avant de reposer un regard un peu plus ferme sur ma chère sœur.

« Tu n'as pas façonné cet endroit toute seule, n'est-ce pas ? »

Une pointe de jalousie se mêla à ma voix grave et suave. Mon regard ne cessant pas non plus de la contempler, avec une possessivité non dissimulé.


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 148
Date d'inscription : 11/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Ma nièce Silver , Barbara Kean
Ma famille : Theo Galavan -frère Silver St Could - nièce
avatar
Tabitha Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Sam 3 Déc - 10:34

 
Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan
« Saches que je tiens fermement à tenir la promesse que je t'ai faite tout à l'heure. Comme toutes les autres. Seulement... Il y a certaines questions, qui devront rester sans réponses. Pour l'instant, tout du moins. »  Me répondit-il , m'arrachant au passage une pointe de contrariété dans le regard.  Théodore n'avait pas changé pour autant, toujours prisonnier de ses secrets alors que nous formions une équipe...Du moins c'est que je pensais. Toutefois, je ne laissai rien paraître de plus, bien trop occupé à présenter mon club avec une  réelle fierté.  J'étais une Dumas, mais Gotham ne résistait pas pour autant  à mon charme. « Tu n'as pas façonné cet endroit toute seule, n'est-ce pas ? »  S'enquit-il alors que silencieusement  je buvais mon verre de champagne.  Cette façon de détourner le sujet , en ouvrant de nouvelles accusions m'étonnera toujours . Que lui arrivait-il  encore ? Était de la jalousie que j'entendais dans sa voix ? Bien sur que non. J'ai mes relations   Lui répondis-je sans préambule , n'appréciant pas vraiment cette possession  qu'il avait envers  moi. Lui qui ne cesse de contourner le vrai fond du problème. Je l'ai battis avec Barbara,  tu te souviens d'elle ? Une jolie blonde complètement cinglée Bien sur qu'il s'en souvenait , elle avait été auparavant une source de conflits entre nous deux, puis mon amante enfin si je puis le dire , n'ayant jamais ressenti le moindre sentiment pour personne, si ce n'est que pour mon propre frère. Que se passe -t-il Théo ? J'ai la net impression que cela ne t'enchante pas ... Prenant alors un   ton supérieur tout en le défiant du regard , intérieurement je souriais à l'idée même qu'il puisse vraiment être jaloux de ma partenaire. Lui qui se faisait tant désiré à la longue...Lui qui n'avait pas donné suite à ma piètre déclaration de fille éperdu de sa personne . Curieux d'ailleurs qu'il s'abstienne encore  d'en parler ,  c'était à croire que rien ne s'était passé entre nous et pourtant, on s'était embrassé sans retenu et avec une passion longtemps refoulée.  Je me pinçais un cours instant les lèvres, réfléchissant à ce que je pourrai ajouté, puis renchéris. J'ai fais ma vie en ton absence, mais je ne t'ai pas oublié...Même lorsque tu étais mort, j'ai toujours garder l'espoir que tu puisses encore revenir.  Mais les choses ont changé  Théo, et j'ai évolué avec elles . Ce club est  la récompense  d'un dur labeur    Du moins c'est ce que je prétendais , sa perte n'ayant fait que d'éveiller la cruelle vérité sur mes sentiments.  Il avait beau  avoir tenté de me tuer dans le passé  , je demeurais encore esclave de cette troublante attirance , et plus je m’efforçais de le détester, plus je prenais conscience de son emprise sur moi.  Théodore Galavan était un doux fléau dont je pouvais m'en passer.  Le regard que je lui adressai  à cet instant , ne dissimulait aucunement  mes désires , non je contemplais avec une envie folle de  lui sauter dessus. Tu sais à quoi je pense ? M'enquis-je ,  détaillant avec impudence  l'ensemble de son corps. On pourrait arrêter ce petit jeu et passer à l'acte maintenant. Peut-être qu'au final ça nous passera et on arrêtera de se poser des questions  sur ce désir que nous partagions  l'un pour l'autre . De nouveau, mes mains vagabondèrent sur son torse, réprimant alors mon envie de lui ouvrir la chemise pour un contact direct avec sa peau . Quand dis-tu Théo ? Toi si jaloux à l'idée que quelqu'un d'autre toi puisse me toucher ou me sauter . En employant des mots aussi forts, je voulais créer un véritable électrochoc , de façon à ce que sa jalousie  se change en colère et  que de ce fait, il cède impulsivement à la tentation. N'as -tu pas envie de moi ? Mon regard était encré dans la sien , avec la ferme attention  qu'il succombe enfin à ses envies. Il était aguicheur mais moi j'étais une véritable tigresse, et à peu de choses près , mon propre frère allait goûter à ma fièvre. Mon visage se rapprochant du sien c'est dans une dernière tentative que je passai sensuellement ma langue sur ses lèvres, qui portaient le goût du champagne....C'était fort enivrant , mais aura-t-il enfin l'audace de répondre , sans regrets et sans retenues à mes attentes ? On peut tout aussi bien mettre ce dérapage sur le compte de l'alcool Continuai dans un petit rire amusé... Je sais que t'en  as  envie aussi. Tu me dévores littéralement des yeux... Sans compté qu'il ne m'avait pas si repoussé que ça à la ruelle, non il y avait même  une certaine excitation dans son regard, au passage de ma main sur son entre jambes.  C'était difficile pour moi de calmer à présent le jeu, beaucoup trop de choses s'étaient passées entre nous et peut-être que se donner enfin l'un autre l'autre calmerait toute cette curiosité malsaine.  
roller coaster




i love you so much, it's killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my dream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Lun 5 Déc - 2:23


Les fleurs du mal
Tabitha & Théo Galavan



Après la possessivité et la jalousie, c'est effectivement de la contrariété qui traversa mon regard. Barbara... Oui, c'est bien son parfum que j'avais reconnu et qui infecté une partie de la pièce. Je n'ai pas confiance en cette blondasse complètement déjanté. Et n'aime surtout pas la manière dont elle essayait de s'emparer de sa sœur. Ce qu'elle est parfaitement en droit de faire, certes, mais je ne le voyais pas du tout du même œil. Malheureusement pour elle, je suis de retour pour l'en empêcher jalousement. Pour autant, les paroles de Tabitha me mènent subitement au pied du mur. Je trempe délicatement mes lèvres dans mon délicieux champagne et en avale bien plus de gorgées. Bien entendu qu'elle a bien fait de continuer sa vie malgré ma disparition, j'en aurai certainement fait de même. Peut-être même plus facilement qu'elle... Mais elle méritait au moins bien mieux que cette pimbêche. Je tente d'esquiver son regard, ronchonnant dans ma barbe. Sauf que cette fois, je me suis avançais bien trop loin et comme je le craignais, je suis devenue la proie principale de ma sœur. Et la connaissant, elle n'allait pas me lâcher de si-tôt. Pourtant, c'est un terrain que je connais bien et que j'utilise contre celles et ceux que je charme... Mais face à elle, c'est tout autre chose.

Sa proposition ne me laisse clairement pas indifférent, sauf qu'elle-même arrive justement à poser le doigt sur ce qui me bloc. Je craignais justement de perdre ce que nous avons là, en sautant le pas. Et si notre relation changeait du tout au tout, une fois qu'on l'aura fait ? Certes, ce n'est que la vision fataliste des choses, mais Tabitha comptait beaucoup pour moi. Bien plus que je ne l'aurai jamais imaginé... Je m'en suis d'autant plus aperçu à ma mort. Elle n'était pas une de mes proie, ni un cobaye. Non... Là-dessous, il y avait de réels et dangereux sentiments. La plus importante de mes failles. Mais mon regard s'enflamma subitement, quand elle employa des mots plus rudes, pour me provoquer. Et cela fonctionnait à merveille. Elle me connaissait beaucoup trop bien. Si j'avais envie d'elle ? Et comment... Combien de fois, je fantasme à son sujet, ou lutte contre l'envie de la prendre sauvagement sur le canapé sur laquelle elle est assise, ou sur la table devant laquelle elle se tient avec tant de grâce.

Ses mains se baladent à nouveau mon torse, sa langue frôle dangereusement mes lèvres. Je frémis littéralement à ce contact et ma température monte soudainement en pression. Tout autant que mon rythme cardiaque. En plus de ce petit arrière goût de champagne, parfumant encore ses délicieux lèvres pulpeuses, qui me donne le tournis... La crainte céda finalement de nouveau sa place à l'envie. Ou plutôt... à ce désir bestial, trop longtemps contenu en cage.

« Allons... Ce serait bien plus plausible, si nous avions bu l'ensemble de la bouteille... Ce qui n'est pas du tout le cas. »

Comme si j'étais homme à ne pas assumer ce genre d'acte. Ce que nous ressentons et désirons l'un pour l'autre, est à présent clairement évident. Mon regard s'assombrit d'un désir fiévreux, avant que je ne me débarrasse vivement de mon verre, pour m'emparer fougueusement de ses lèvres. Lui susurrant entre deux baisers.

« Mettons cela sur mon compte... »

Je maintiens fermement son visage entre mes mains, intensifiant l'échange, avant de la faire quelque peu reculer jusqu'à la plaquer contre le bar derrière elle. Commençant à retirer une partie de son haut, tout en dévorant son cou de baisers brûlants, ma main caressant sa poitrine généreuse. Elle a voulu réveiller la bête, c'était chose faite. L'homme calme et réfléchit s'en est subitement allé.


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 148
Date d'inscription : 11/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Ma nièce Silver , Barbara Kean
Ma famille : Theo Galavan -frère Silver St Could - nièce
avatar
Tabitha Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Lun 9 Jan - 0:53

 
Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan
« Allons... Ce serait bien plus plausible, si nous avions bu l'ensemble de la bouteille... Ce qui n'est pas du tout le cas. »  Me fit-il remarqué,  alors que je continuais à le provoquer , d' un  simple regard sur lui . Détaillant les moindres parties de ce corps que j'ai si longtemps désiré. Personne n'était présent pour constater le niveau de la bouteille. Cherchait-il encore à ce défiler ? Je ne le pensais pas aussi lâche...C'était du sexe rien de plus, enfin je crois ? Reste à voir ce qu'on ressentira une fois  que notre soif de curiosité sera assouvie. Le voyant, poser son verre et se rapprocher de moi, un sourire ravis se dessina aussitôt sur mes lèvres. Je pouvais des à présent sentir sa respiration caresser  ma bouche, avant qu'elle ne soit emprisonnée violemment de la sienne.
Depuis le temps qu'on se cherche, qu'on se séduit, qu'on se repousse pour enfin reprendre à zéro ce petit manège, je pouvais que comprendre cette soudaine pulsion. « Mettons cela sur mon compte... » Me susurra-t-il entre deux baisers, avant de venir me coincer contre le bar et me déshabiller avec une impatience, qui me fit littéralement chaviré.  Depuis le temps que j'attendais ce moment, je priais secrètement pour que personne vienne à nous surprendre , surtout pas Butch avec sa possession maladive sur moi. Il avait des sentiments à mon égard que malheureusement  je ne serai répondre..

Ses mains caressant audacieusement ma poitrine,  je laissai passé soupire  au beau milieu d'une respiration rapide et écourtée. Le plaisir qu'il me procurait , était sans pareil, jamais un homme n'avait su éveiller en moi cet effet.  Les pointes de mes seins étaient dures d'excitation, et une étrange chaleur naissait peu à peu à mon intimité. Ce qui d'ailleurs me fit légèrement rougir , quelque peu troublée par cette violente  fièvre , que ses caresses  seules me provoquaient. Je crois qu'on peut aussi mettre sur mon compte. Rectifiai-je , basculant l'une de mes mains sur sa virilité que je caressai  un moment avant de défaire avec impatience son pantalon. Intérieurement j'étais quelque peu  intimidée de le voir et de le sentir comme ça, mais face à lui je ne laissais aucune forme de nervosité paraître..C'est d'ailleurs un regard à la fois dur et vicieux qui était planté dans le sien.  Quoi de mieux que de se faire prendre contre le bar, pour inaugurer un club. A cette pensée, un sourire amusée prit procession de mes lèvres, alors qu' instinctivement je continuais à défaire mon haut , pour enfin détacher mon soutient gorge, que je lançai vivement sur son épaule. C'était encore plus amusant  que  de secouer une bouteille de champagne et de la faire exploser de mousse.

Mes mains redessinant,  agréablement et sensuellement , la courbe de ma poitrine , je me collai de nouveau à lui .  Sentant des lors  cette  bosse à son boxer, déjà dur contre ma féminité qui avait faim de lui. Cette sensation me fit littéralement perdre la raison, et alors que je me frottais dangereusement à son sexe, je soupirai d'ivresse et d'impatience. Toutefois, j'allais faire durer cette délicieuse friction entre nos deux corps , histoire de le torturer un peu. Ma bouche , remontant jusqu'à son oreille, je passai ma langue avec sensualité sur sa lobe , avant de venir souffler mon excitation .  Mon intimité était humide et mes vas et vient sur sa virilité s'était accéléré, au point de changer  abruptement nos positions, le plaquant alors à mon tour contre ce bar pour abuser de ce corps si délicieux. Malheureusement pour lui j'étais Tabitha Galavan, et j'aimais autant que lui prendre le contrôle de la situation...Bien qu'à un moment mon corps tout entier ne semblait plus répondre.  Mon regard sur lui était profond et sauvage . Je l'aurai dévoré  tout entier tellement que sa beauté était parfaite. En plus d’être bel homme, Théodore était très attractif et charismatique. Ma bouche épousant  son cou pour le parsemer de baisers , je ne tardais pas à  défaire sa chemise pour venir écraser mes seins sur son torse brûlant. Ma peau était moite, transpirant d'un désir intense que je ne serai alors plus contenir. Plus grand chose nous séparait pour passer à l'acte et je me délectais déjà de le sentir en moi. Mon frère m'obsédait et j'allais enfin pouvoir goûter au fruit défendu.  Mes mains , s'agrippant a son pantalon pour le baisser , je suivis sa trajectoire , pour venir l'embraser sous le nombril. Ma langue hasardant sensuellement sa zone abdominal  jusqu'à  atteindre l'élastique de ce boxer, qui je finis par faire descendre qu'à moitié pour enfin découvrir l'état d'excitation de sa virilité.  
roller coaster




i love you so much, it's killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my dream.


Dernière édition par Tabitha Galavan le Jeu 9 Mar - 17:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Lun 16 Jan - 4:07


Les fleurs du mal
Tabitha & Théo Galavan



Il était temps pour nous deux, enfin, de laisser libre court à un puissant désir mutuel, refoulé depuis bien trop longtemps. Bien que dans un certain sens, ce détail qui n'en était pas un, risquait de rendre l'échange d'autant plus intense et délicieux. C'était bien parti pour d'ailleurs... Nos vêtements même pas retirés dans leur intégralité, que nos intimités semblent déjà bouillonner l'une pour l'autre. Ce contact, ces frottements, me faisait tourner la tête et m'exciter au plus haut point. Cela se ressentait aux frissons incessants qui me parcouraient le corps, à mes frémissements et quelques gémissements d'impatiences. Pourtant, une étrange gène, comme je n'ai absolument jamais ressenti face à une femme, se fait quelque peu ressentir au moment où elle se déshabille devant mes yeux et où elle en fait de même avec mon pantalon. Le désir ne s'estompa pas, bien au contraire, mon érection démontrait bien le contraire. Mais... Le regard de ma sœur sur mon corps avait une grande importance à mes yeux. Pour une fois, je n'avais pas à faire à n'importe quelle femme. Mais La femme. Cella qui compte réellement le plus à mes yeux. De mon côté, c'est avec un désir encore plus intense et un regard brûlant d'excitation, que j'admire sa jolie poitrine, ses courbes, son corps tout entier dans les moindres détails. Elle était vraiment belle. Parfaite, à mes yeux. Encore plus, que dans certains de mes fantasmes.

C'est donc inlassablement, que mes mains ne cessent de caresser son corps, sa peau si douce... Jusqu'à ce qu'elle inverse les positions et me plaque à mon tour contre le comptoir. Ce qui me fit légèrement tressaillir. Je ne m'étais pas attendu à autant d'audace, sur le coup. Certainement peu habitué à ce que quelqu'un ose essayer d'avoir le dessus sur ma personne. Mais il est vrai que j'avais à faire à Tabitha Galavan. Quelque chose d'effroyablement excitant me fis vibrer : l'idée qu'elle arrive à me dominer. La seule... que je laisserai certainement faire et qui serait capable de m'y faire prendre plaisir. Un sourire sournois étira délicatement mes lèvres, tandis que je la regarde s’affairer plus sérieusement à mon pantalon puis à mon boxer. Ainsi, elle se retrouva à ma virilité, excité par l'effet qu'elle me procurait et étrangement, je rougis légèrement sous ses yeux posé sur moi. Puis, je me mordis délicatement la lèvre, impatient de l'explorer également dans son intégralité.

Ce qui m'empêcha d'ailleurs de rester sage plus longtemps. Mais nos tempérament de dominateur, allaient justement pimenter cet acte. A nouveau, je l'invite à se relever avant de la porter pour la disposer sur le comptoir. Je profite de la hauteur, pour la désaper à mon tour et reprendre un peu le dessus. Mes yeux la dévore littéralement, d'un désir sans nom. Avant que je ne retire son dernier sous vêtement et de me lécher les lèvres à la vue de son intimité. Je me penche doucement vers ses lèvres, pour les lui capturer langoureusement. Mes mains, caressant ses cuisses, avant de les lui écarter. Tandis que mes lèvres parcourent son cou, son buste, ses seins, l'intérieur de ses cuisses... Et ne s'attardent enfin sur son intimité. Je la tire légèrement vers moi, afin d'y avoir un meilleur accès. Ma tête entre ses cuisses, j'embrasse et lèche son intimité de ma langue gourmande et experte. Jetant quelques regards machiavéliques et empli de passion dans sa direction. Me délectant de la moindre de ses réactions, de la crispation de son corps à chaque fois que ma langue frôle une zone particulièrement érogène.

J'avais un tel appétit de son corps, d'elle toute entière, que cela pouvait parfaitement se ressentir à ma manière de faire. A la vivacité et précision de ma langue. Ainsi, je la comble jusqu'à la sentir particulièrement chaude, avant de rabattre mes lèvres sur son bas ventre et de remonter très lentement le long de son corps. Elle voulait me torturer, elle avait eu tord de croire que je n'en ferai pas de même, sachant que c'est tout autant mon domaine de prédilection. Bien que la connaissant, je savais également qu'elle ferait tout pour avoir le dernier mot.


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 148
Date d'inscription : 11/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Ma nièce Silver , Barbara Kean
Ma famille : Theo Galavan -frère Silver St Could - nièce
avatar
Tabitha Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Lun 20 Mar - 10:11

 
Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan
A présent , assise, sur le rebord du  comptoir, je ne tardai pas à sentir ses mains désireuses et exigeantes  sur l'ensemble de mon corps ce qui naturellement me fit frémir.  Chaudes, expertes , avides,  je fermai un cours instant les yeux sur lui alors qu'il terminait   de me déshabiller. Contrairement à lui, je ne rougissais pas,  j'étais ravis même qu'il puisse enfin  me découvrir   dans mon intégralité. Je n'étais plus une enfant  craintive et  il ne lui restait plus qu'à approfondir sa curiosité.  A cette idée, pourtant malsaine, mon cœur s'emballa. Voilà si longtemps qu'on se cherche, qu'on se frôle, qu'on se ment... Que je frissonne au moindre de ses contacts sur moi.. que je me perds entre deux sentiments . J'avais envie de lui, et jusqu'à présent je m'en étais interdit pour la simple raison de ce lien de sang qui nous unit .  A ma connaissance, Théodore avait comblé, sexuellement,  de nombreuses femmes , mais son regard sur moi me rendait déjà plus exceptionnelle...Il était nouveau et c'était ce qui m'effrayait le plus dans l'action . Qu'en sera-t-il de notre relation frère - sœur après ce malheureux  dérapage ? Mon regard se fit plus intense, empli d'une passion assumée alors que le sien me dévorait littéralement . Il était trop tard  pour faire machine arrière...Et je le voulais plus que jamais contre moi et en moi... Sentir sa peau , son souffle , ses mains retracer les courbes de mon corps de femme   , frémissant et esclave de ce mouvement torride de va et vient, lorsqu' il me pénétra. L'idée même me faisait trembler, l'attente m'était ,désormais  ,de plus en plus insupportable...Théodore...Mon frère, mon mentor, mon ennemi et maintenant mon amant. Mon regard de nouveau s'ouvrit sur lui, à la sensation exquise de ma culotte glissant le long de mes jambes.  Je n'avais plus aucun vêtement sur moi,  et mes iris brunes sur les siennes étaient ceux d'un prédateur. La tigresse avait faim...Faim de cet homme et de tout ce qui pouvait m'offrir dans son plus simple appareil.  Sa bouche couvrant, de nouveau  la mienne, je m'abandonnai à son baiser, mes bras s'enroulant autour de son cou avec toute la confiance qu'une sœur pouvait porter à son frère. Ses lèvres étaient dures  , passionnées , on en devinait  l'envie longuement retenue  par principe. Mais ce soir , il n' y avait pas d'ordre, de loi, de raison...Non juste deux individus qui allaient réapprendre à se connaître. A cette idée mon cœur s'emballa de plus belle , faisant bondir ma poitrine sous une respiration rapide. Le plaisir était immense , alors que ses mains remontaient mes cuisses avant de les écarter , pour ainsi y glisser la partie inférieur de son corps.  Sa bouche avide passant de mon cou à mes seins, je ne pus retenir plus longtemps mes soupires, appréciant pleinement ce contact osé sur mon corps, plus encore quand, audacieusement  il joua  avec ma féminité de sa langue.  Je me suis sentie , partir à la renverse, me cambrant sous une sensation indescriptible. Théodore connaissait trop bien les femmes pour savoir lui résister...Il savait exactement qu'elle partie de notre anatomie stimuler pour nous faire perdre tout contrôle.  La preuve , mes gémissements l'incitaient pleinement à poursuivre cet acte très  grisant . C'était bon et j'en redemandais encore . Sa bouche remontant lentement et sensuellement mon corps, je me redressai dans l'instant, le regard empli et brillant de plaisir. Théodore était un agréable partenaire , il savait autant manipuler dans les mots que dans les gestes.  J'ai eux vraiment un moment égarement mais il est difficile de dompter la dite Tigresse et dans l'heure j'aurai ma revanche sur lui. A cette pensée , mon regard sur lui s'intensifia . J'étais extrêmement excitée et alors que je collai mon sexe humide et chaud contre sa virilité engorgée, j'éprouvais le besoin fou de jouer un peu avec lui aussi. Prenant de nouveau appui en glissant mes bras le long de sa nuque , je me mouvai délicieusement contre lui, frictionnant ma partie intime conte la sienne roide et dur. La température de nouveau grimpa , c'était plutôt agréable de le sentir comme ça, tellement que de moi j’accélérai le mouvement , jusqu'à entrer dans une véritable excitation.  On était qu'aux préliminaires que déjà je me sentais toute chose. " Théo , prends moi de la manière que tu veux" avais-je accidentellement lâché dans ce torrent de plaisir , avant de me détacher de lui , de glisser hors du comptoir et de me tourner dos à lui. L'invitant à venir coller à moi d'une nouvelle façon. Rabattant ma longue chevelure brune sur mon épaule droite, je finis par prendre appuis sur le bar . Ma position a cet instant en disait long sur mes attentes .

 
roller coaster




i love you so much, it's killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my dream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Lun 17 Avr - 19:17


Les fleurs du mal
Tabitha & Théo Galavan



C'est non sans une certaine fierté, que j'arrive à obtenir une certaine emprise sur ma tigresse de sœur. Ce qui n'est pas chose aisée, mais elle comme moi, sommes amplement capable de nous combler mutuellement. Nous nous connaissons si bien... Tant nos points forts que nos points faibles. Et c'est donc naturellement que je pris plaisir à user de mes connaissances dans le domaine pour lui faire perdre pied, au moins l'espace de quelques minutes. Sachant pertinemment à qui j'ai à faire. J'ai beau être un dominant, elle n'en est pas moins une dominatrice experte aussi en la matière. Ce qui ne serait pas pour me déplaire, bien au contraire... Pour une fois que quelqu'un aurait la capacité d'échanger les rôles. Elle serait même peut-être bien la seule. Quoi qu'il en soit, je savoure chaque seconde de ce plaisir que je lui offre. Après m'être délecté de son intimité durant plusieurs minutes, je me redresse et m'empare langoureusement de ses lèvres. Tandis que nos intimités se frôlent de plus en plus dangereusement. Ma température augmente tout aussi cruellement que mon envie d'elle. Cette envie de la pénétrer, de ne faire plus qu'un avec celle qui m'obsède depuis si longtemps et qui représente tous les interdits... Un sensuel petit grognement s'échappa d'entres mes lèvres, de par la torture de ces frottements qui m'excitent au plus haut point. Tandis que ce qu'elle me susurra me provoqua un intense frisson. Je me pince doucement les lèvres, avant de la regarder se retourner pour me tendre son sublime arrière train, que je caresse d'une main gourmande. De mon autre main, je caresse mon membre bien dur et excité, que je viens ensuite sensuellement frotter contre son arrière train. Je viens coller mon corps brûlant contre le sien, admirant le sien entièrement nu et paraissant si vulnérable. J'empoigne ensuite fermement son postérieur, avant de rapprocher ma virilité et de la pénétrer en douceur. Mes yeux se ferment sous cette délicieuse sensation, mes mains caressent le bas de ses reins. J'entame mes premiers vas et vient, accompagnant mes mouvements d'intenses gémissements. La frontière était définitivement franchis et sans le moindre regret. Les premières sensations de cet acte étaient déjà bien plus intenses et plaisantes que dans mes rêves. Caressant son dos de bas en haut, resserrant parfois l'emprise de mes doigts sur sa peau et ses hanches bien taillés. Progressivement, j'intensifie mes mouvements et veille à ce qu'elle me sente bien, sur toute ma longueur. Allant de plus en plus vite, d'une manière un peu plus... bestiale. Tant le désir et le plaisir se fait intense. J'admire ses fesses cogner contre mon bassin à chaque vas et vient. Avant de laisser ma tête légèrement basculer en arrière, dominé par l'extase. La chaleur monte en flèche, je cherche à me pencher davantage au dessus d'elle, afin de caresser ses seins et de venir coller mon torse brûlant contre son dos luisant légèrement de sueur. Je dépose quelques baisers au creux de son cou et sur ses épaules, puis empoigne délicatement sa belle crinière, tout en rendant mes mouvements plus langoureux afin de bien veiller à frôler le moindre de ses points sensibles.


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 148
Date d'inscription : 11/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Ma nièce Silver , Barbara Kean
Ma famille : Theo Galavan -frère Silver St Could - nièce
avatar
Tabitha Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Dim 28 Mai - 0:45

 
Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan
Sa main avide, redessinant et lentement, la forme de mon postérieur, je laissai passer un soupire avant de fermer les yeux, éprise d' un plaisir inouï. Ce moment tant espéré était enfin arrivé, et bien qu'intérieurement je tremblais de le sentir si intimement, je demeurai pas moins excité  qu'il entre de nouveau en moi. Je lui avais laissé le champ libre dans la manière de me prendre, mais ses caresses en disaient déjà long sur ses attentions...Sa verge dure et brûlante , venant se coller à moi, je me mordis instinctivement la lèvre inférieure en me tortillant d'impatience, je n'avais jamais pratiqué cette position jusqu'à présent, le trouvant beaucoup trop dégradant pour une femme de mon rang. Mais face à Théodore, j'étais bien plus faible que prévu ...Cette attraction qui existe depuis notre puberté , m'ayant même conduit jusqu'à la mort , après avoir tenté de le raisonner à la crypte de notre grand père. Mes mains crispées sur le comptoir, je me laissai donc surprendre par mon frère  qui lui s'était abandonné à une délicieuse friction de son sexe le long de mon postérieur, avant de venir coller tout son corps, de façon exigeante au mien. Il n'avait pris aucune précaution pour rendre cette pénétration plus facile...A croire que mon frère adorait ça, me faire  mal. A cette pensée , un petit sourire étira mes lèvres,  je suppose que cette rancune qu'on se voue mutuellement allait rendre l'acte encore plus violent. Ses mains , empoignant fermement mes fesses, je me penchai un peu plus sur le bar , de façon à lui tendre cette partie de mon corps, qu'il voulait absolument  s’approprier. C 'est alors  qu'il commença  à entrer , m'arrachant un gémissement plaintif, bien qu'il soit allé très doucement.

 Ses doigts , effleurant la chute de mes reins, Théodore  finit par entamer ses premiers va et vient , plutôt douloureux mais que je finis par apprécier... D'ailleurs mes soupires en disaient long sur le plaisir qu'il me procurait à cet instant.  Il prenait le temps de faire entrer son sexe dans toute sa longueur  et j'aimai particulièrement le sentir si profondément en moi. Théodore était mon plus grand fantasme et je comptais bien en profiter jusqu'à ce qu'il ne puisse plus contenir son éjaculation .  Son mouvement s'accélérant progressivement , mes soupires se changèrent aussitôt en halètement , comme pour accompagner à la perfection sa soudaine  bestialité  .  Des années à se provoquer sexuellement sans jamais passer à l'acte,  je pouvais que comprendre cette impatience  à me sauter.  On est des Galavan et notre signature était de savoir mélanger finesse et violence...Son torse , épousant mon dos, je sentis ses mains revenir sur mes seins, qui eux bondissaient sous  la puissance de ses va-et vient.  C'était si bon quand il se laissait aller comme ça,  que je ne gémissais plus mais je criais. L'incitant de ce fait à  aller plus fort encore et plus vite  … Il me portait encore de la rancune pour l'avoir trahi, alors si ça pouvait le soulager de me faire mal comme ça. On était sure de trouvé un terrain d'entente. pour les jours à venir, car moi aussi je n'avais pas oublié, son terrible coup d'épée.
Sa bouche passant de ma nuque à mes épaules pour y laisser quelques baisers, c'est en empoignant ma chevelure  qu'il finit par faire de moi sa soumise.  Me forçant alors , à basculer la tête en arrière , alors que son mouvement en moi s'était  de nouveau accentué, pour que je sente  bien son érection  .    Mon cœur cognait durement dans ma poitrine , à l'instar du sien qui venait taper à la hauteur des omoplates tellement qui semblait vouloir s'échapper de sa poitrine. On avait franchi la limite du tolérable et rien ne pouvait freiner ce débordement  d'excitation dont, nos deux corps échauffés faisaient preuves à cet instant .  L'une de mes mains , lâchant , soudainement, le comptoir pour venir  saisir  l'une des siennes - c'est sans plus aucune pudeur - que je la dirigeai vers ma féminité  toute moite d'excitation  et ainsi l'invité à la caresser ou bien plus encore.  Mes aventures avec des femmes m'ayant enseigné le plaisir du doigté.  De  nouveau , je marquai cette exquise sensation d'un profond soupire, avant  de continuer à le guider pour qu'il me pénètre encore.  

roller coaster




i love you so much, it's killing me
i never ask for the love you gave me. but you did, and my life was beautiful. and then you took it back and you broke my heart. my soul left with you. i love you and it hurt so much. you're my nightmare and my dream.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 116
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan Dim 2 Juil - 7:16


Les fleurs du mal
Tabitha & Théo Galavan



Ce fut d'abord ses gémissements, puis ses cris, qui vinrent me faire littéralement frissonner de plaisir. Tandis que mon corps brûlant persistait à rester sensuellement et fermement collé contre le sien. Se mouvant au rythme de mes vas et viens, se voulant de plus en plus intense. Je me penche suffisamment, de telle sorte à ce qu'elle m'entende également gémir au creux d'une de ses oreilles. J'avais réussi à la soumettre, en plus de lui transmettre inconsciemment une part de toute cette rancœur et frustration qui brûle au fond de mon être. Cette femme m'a fait ressentir et passer par tant d'émotions... En plus de la désirer depuis si longtemps. Je me sentais déjà grimper très haut, mais devait me contenir au maximum pour savourer davantage ce moment, que j'ai peur de savoir unique. Je prends mon pied comme avec aucune autre femme et pourtant, ce n'est pas les partenaires qui m'ont manqué. J'aime me sentir en elle, la tenir par la crinière et lui faire ressentir et partager toute cette folie qu'elle éveille en moi. Il n'y a cette fois, plus aucun tabou, plus aucune retenue. Cela se ressent dans mes gestes. Elle m'excite, elle me fait suer et me donne envie d'être performant comme jamais. Ce que j'arrive à faire, pour le moment. Bien que ce désir si intense d'elle, me donne un peu de fil à retordre. Cette position également, me permet de bien la sentir... Ainsi, je ferme les yeux et me mord les lèvres à chaque décharge que je ressens au niveau de ma virilité. C'était bien réel, ce que nous sommes en train de faire. Et à première vue, elle ne semble pas non plus regretter ce qui se produit.

J'aime la sentir se caresser, pendant que la prend sauvagement. Ce qui la fait se contracter davantage et me sentir d'autant plus à l'étroit. Je décide néanmoins de changer de position, ne voulant pas uniquement exploiter et posséder cette partie de son intimité. Mais surtout la principale, celle que je désire le plus... Je me retire donc d'elle, délicatement et l'invite à se retourner afin que nous nous retrouvions face à face, yeux dans les yeux. C'est avec une certaine fermeté et assurance, mais délicatesse, que je l'attrape et la porte par les cuisses tout en l'embrassant langoureusement. Avant de la poser et de l'allonger sur la table la plus proche. Et tant pis pour ce qui ce trouve dessus... Mes lèvres succombent littéralement aux siennes, les dévorant avec une infinie gourmandise. Finissant tout de même par me faire violence pour m'en séparer et confronter mon regard ampli d'excitation et de désir, au sien. Je voulais qu'elle me regarde cette fois, qu'elle puisse lire aussi en moi. Pour une fois, que je l'autorise à le faire et surtout, que nous nous dévoilons totalement l'un à l'autre sans plus aucune retenue ni mensonge... J'écarte un peu plus ses cuisses, usant de sa souplesse pour m'introduire entre avec sensualité. Usant de mes doigts pour me délecter de son humidité, mais aussi titiller son clitoris. Juste avant de la pénétrer à nouveau, de toute ma longueur, après l'avoir sensibilisé comme il se doit afin de la combler davantage. Car en dépit de toute cette noirceur qui m'habite et qui nous lie, il y a aussi ce sentiment d'amour. Impossible pendant longtemps, mais qui a survécu à tous les obstacles. Et qui risque même de s'avérer encore plus fort aujourd'hui...


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan

Revenir en haut Aller en bas
 

Les fleurs du mal Feat Théodore Galavan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan
» I'll worship like a dog at the shrine of your lies Feat Théodore
» Estimé,Magloire Que sont devenues les fleurs du temps passé?
» Un intrus dans mes parterres de fleurs
» Vin de fleurs de sureau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham: Rise of the Villains ::  :: Le Quartier de Narrows :: Zone de prostitution-