Partagez | 
 

 we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Messages : 118
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan Lun 19 Déc - 5:36


we all have our cross to bear
Bruce Wayne & Azraël



Il est bien évident certain, que je ne peux qu'avoir le dessus sur lui, sur ce combat malhonnête. Raison pour laquelle, j'ai uniquement l'intention d'esquiver ou de lui servir de punching-ball. Tout du moins, c'était l'idée de base. Une manière de lui prouver que je le respecte tel qu'il est et que je ne le vois plus comme un être inférieur à moi. Une manière, de lui faire comprendre que mon choix s'est porté sur ses deux demandes. Ce qu'il ne semble malheureusement pas avoir compris. Tout en restant ferme et en position, je soupire. Et le laisse dépenser inutilement de sa salive, sans rétorquer. Commençant presque à croire qu'il ne s'emparera même pas de l'occasion que je lui offre de se défouler sur moi. Sauf que c'est finalement sans m'y attendre, qu'il fonça littéralement sur ma personne et s'empara de ma gorge. En cet instant, mon regard se fige dans le sien et j'y entraperçois comme une étrange lueur. Une ombre, un passager sombre... sommeillant au plus profond de son âme, qui me fais froid dans le dos. J'avais déjà pressenti cette force en lui, dès notre première rencontre, mais là... tout devenait plus clair.

Étrangement, je n'essaye même pas de le repousser ni de le stopper dans son acte. Attendant de voir s'il décide de me tuer, ou non. Peu m'importais le résultat finalement. Il y a bien longtemps que je suis mort, moi aussi. Finalement, c'est lentement qu'il relâcha son emprise autour de mon cou, m'autorisant à nouveau à respirer normalement. Machinalement, je me masse la gorge, puis me redresse de tout mon long pendant qu'il m'insulte de meurtrier. Un léger ricanement s'échappe d'entres mes lèvres. Oui, j'en suis un. Je n'ai pas non plus eu la même existence que lui. Une enfance stable, épanouis et paisible... Mon destin était déjà tout tracé, contrairement à lui. L'on m'a enseigné l'art du combat, du meurtre parfait et de la manipulation dès mon plus jeune âge. Pendant que d'autres apprenaient à jouer au football ou jouaient aux petits chevaux en famille. Certes Bruce a été à la mort trop tôt, mais lui a encore le choix et la main mise sur son avenir.

- « Evidemment que tu n'en es pas un. »

Et c'est en grande partie pour cela, que je le respectais. En dépit de tout. Je l'envierai même, d'avoir un cœur si pur et impénétrable. Je le regarde se remettre en place, tandis qu'il accepte que nous collaborions contre notre ennemi commun. Doucement, je souris en coin. Ce fut à mon tour, de m'approche de lui, suffisamment pour contenir son attention à l'aide de mon regard transperçant et d'un mouvement du bras. Avant de lui balayer les pieds d'un mouvement de jambe et de le laisser tomber au sol. Histoire de le maintenir en éveil et... de me défouler aussi par la même occasion. Tant qu'à faire.

- « C'est pour cela, que je compte bien t'apprendre à ne pas en devenir un. »

Chaque être humain est composé d'une ligne jaune, d'une limite. Que même le plus innocent, peu dépasser un jour ou l'autre. Tel fut le cas de Gordon, lorsqu'il m'a tué pour la première fois. Ne pas être un criminel n'exclu donc pas le fait de pouvoir en devenir un. Cela demande une grande force mentale. Ce dont il aura également besoin pour tenir tête à la Cour des Hiboux. Qui mieux que moi, justement, pouvait le lui enseigner ? En plus d'être un défouloir parfait pour lui. Je le regarde de toute ma hauteur, avant de lui tendre une main pour l'aider à se redresser, ou non... A son bon vouloir.

- « J'ai choisi de te combattre non pas parce que je ne te respecte pas, Bruce. Mais pour que tu apprennes à te respecter toi-même, avant toute chose. »

Étrangement, j'y mettais réellement du cœur à tenter de l'aider et ressentais comme un besoin paternel, à le remettre sur les rails comme j'aurai voulu que le mien le fasse avec moi il y a bien longtemps.


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1197
Date d'inscription : 16/02/2016
Situation amoureuse : En couple avec Selina Kyle
Pour qui j'existe : Selina Kyle , Alfred Pennyworth, Leslie Thompkins,
Ma famille : Alfred mon tuteur, Martha et Thomas Wayne mes parents
avatar
Bruce Wayne
MessageSujet: Re: we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan Sam 24 Déc - 23:08

we all have our cross to bear
❝ But in the name of understanding now Our problems should be shared
« Évidemment que tu n'en es pas un. » Me rassura-t-il , alors que des pulsions destructrices, pouvaient  me rendre psychologiquement très instable .  J'aimais rendre la justice  au sein de mes entreprises  , mais l'obscurité de certains actes, m’attirait  aussi de plus en plus .  Dans un future proche, j’espérai provoquer  la crainte auprès de mes adversaires et leur faire payer le prix de leurs crimes . Certes en quatre ans j'avais  changé, mais l'enfant apeuré du quartier de Narrows demeurait encore là.  Je le ressentais dans chacun de  mes combats et dans l'incertitude de mes choix. Plongé dans ma réflexion, je ne le vis même pas se rapprocher et encore moins , exécuter ce balayage de la jambe,  qui me fit littéralement tomber au sol.  J'étais encore novice dans mes réflexes, sans doute la raison pour laquelle «   la ligue des ombres «  m'avait recalé de l’entraînement. « C'est pour cela, que je compte bien t'apprendre à ne pas en devenir un. » Reprit Galavan, alors que je lui adressais un regard empli d'incompréhension.  Je ne comprenais pas ce que Théodore attendait exactement de notre rencontre. Par moment il semblait aussi hésitant que moi, à suivre ce que la raison lui dictait. Sa main tendu vers moi, dans l'attente de la mienne pour m'aider à me relever, je soupirai, conscient qu'il nous fallait  à présent un minimum  de confiance l'un envers l'autre  pour pouvoir travailler ensemble .Sans quoi il nous sera impossible  de vaincre la Cour des Hiboux.« J'ai choisi de te combattre non pas parce que je ne te respecte pas, Bruce. Mais pour que tu apprennes à te respecter toi-même, avant toute chose. »  Ses dernières paroles me serrèrent le cœur. Ils étaient ceux d'un père...Du père que secrètement, j'aurai aimé avoir pour  me connaître et   m'apprécier . Thomas Wayne m'avait tout enseigné du rôle de PDG au sein de la Wayne Enterprises, mais pour le reste je n'étais qu'une sorte de coquille vide.  Ma main ,  toujours dans sienne, je restai un long moment à le regarder en silence , réprimant l'envie de  lui délier mes sentiments les plus profonds.  Mais j'étais effrayé par l'idée que Théodore se moque de moi, de cette curieuse affection que j'éprouvais pour lui à mes dépends...  Je n'ai rien pu faire pour sauver mes parents , comment veux -tu que je me respecte ?  Si je n'avais pas insisté ce soir là pour que nous allions tous les trois au cinéma... On les aura abattu à la sortie du gala . Je le savais éperdument et pourtant, je m'obstinais à m’enchaîner  à cette culpabilité.  Depuis la mort de mes parents, c'était tout ce qui m'animait. Je pris une lourde inspiration , puis enchaînai. Tu ferais mieux de  rester quelques jours de plus ici. Si la Cour t'envoie un messager , tu lui diras que tout se passe comme prévu. Cela baissera leur vigilance sur nous. En moins le temps que nous réfléchissions à un plan. Je marquai une brève hésitation, puis finis par le serrer d'une étreinte. Ce simple contact me réchauffait le cœur. Il portait les affaires  et  le parfum de mon père ,  de petits détails qui me firent sourire , bien que des larmes  montaient à mes yeux . J'aurai pu rester une heure entière comme ça, contre lui et oublier un temps soit peu la dureté de monde réel. Mais Théodore n'est pas mon père, et vu la relation que nous entretenions, cette attache était purement déplacée...Et jamais je n'aurai du céder à ce manque de contact  non jamais... Désolé.. Soufflai-je , confus , de mettre laissé guidé par mon cœur . Je suis un peu fatigué je crois... Je marquai une pause, puis baissant mon regard tout en  ôtant ma prise sur lui, repris. Je savais que passer Noël sans ma famille me serait difficile...Mais pas à ce point, pas à un tel degré de souffrance...Les années ont beaux défiler, la douleur , elle, n'a pas changé  . Des fois j'aimerai fermer les yeux , et les rouvrir sur une autre réalité. Une réalité ou tout ce que nous avions traversé jusqu'à présent n'aura été que mensonge...Les souvenirs d'un horrible cauchemar.  Malheureusement la triste réalité, je l'aurai appris après leur mort. La lutte, la vengeance, la trahison, le mépris ...La solitude. Chacun, de nous, est seul et perdu dans un monde glacial, fait de haine et de sang.  Gotham me brise , mais c'est aussi cette ville  qui est entrain de me forger entant qu’individu . Mes iris bleus se posèrent de nouveau sur sur les sien. J'espère qu'ils seront fières de l'homme que je suis en voie de devenir, bien que ça soit cette même  violence qui m'inspire. Gotham m'avait mis à genoux en me privant de mes parents. Mais cette tragédie m'avait aussi permis de me construire autrement quand jeune héritier et alors que les souvenirs de la lettre me passèrent en éclair dans mon esprit, je me disais que peut-être mon destin comme beaucoup d'autres, était aussi gravé dans la pierre, et que tous ses événement curieux n'étaient pas survenus par hasard. Les éléments d'un puzzle était entrain de s’emboîter  , et bien que pour le moment tout m'était flou, un nouveau Bruce Wayne allait naître sous peu, au cœur même des ténèbres.

©junne.


Batman /le chevalier noir
Peut-être qu'on aime la douleur. Peut-être qu'on est fait comme ça. Parce que sans elle, je ne sais pas, peut-être qu'on ne se sentirait pas vivant. On peut se demander : pourquoi on continue à se taper la tête contre les murs ? Parce que ça fait tellement de bien quand on arrête. «Grey's Anatomy»  


Dernière édition par Bruce Wayne le Sam 7 Jan - 20:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 118
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan Ven 30 Déc - 3:21


we all have our cross to bear
Bruce Wayne & Azraël



Après l'avoir déstabilisé physiquement, au sens propre du terme, il semblerait que mes paroles aient enfin frôlé ses oreilles et peut-être même un peu aidé à déclencher quelque chose. Voilà donc ce qui le maintenait encore prisonnier de tout : la mort de ses parents, dont il se croit en partie responsable. Et pourtant, d'une façon ou d'une autre, Thomas et Martha Wayne étaient destinés à se faire assassiner. Ce pauvre Bruce n'y était absolument pour rien. Mais quel enfant normalement constitué, après avoir vu ses parents mourir juste sous ses yeux, ne culpabiliserait pas de la sorte ? Mon regard intensément plongé dans le sien, je ne le contredis pas. Il devait lui-même, trouver le moyen de s'innocenter de la mort de ses parents. Je pourrai lui dire autant de fois que je le voudrai, cela n'aura aucun impact. Comme les travaux d'Hercules, il y a certaines épreuves que l'on ne peut résoudre que soi-même. Cela viendra avec le temps. Un léger sourire étire mes lèvres, au moment où il suggère finalement de me loger dans son manoir un peu plus longtemps que prévu. Utilisant la Cour comme excuse, mais était-ce la réelle raison de ce soudain changement d'avis ? Je n'en suis pas persuadé. Quoi qu'il en soit, cela m'arrange plutôt bien et ne me ferai pas de mal non plus. Et puis... Intérieurement, quelque chose que je ne saurai décrire, me lie également de plus en plus à mon ancien ennemi. A croire que l'un comme l'autre, avons certains "vides" à combler, que nous sommes tous les deux aptes à faire. Tout se faisant de manière particulièrement, instinctive.

- « Sage décision. Mais cela ne sera pas sans risque pour autant. »

Étrangement, il ne m'était plus très plaisant d'imaginer Bruce mis en danger par la Cour. Cette affaire aller se compliquer... Plus que je ne l'aurai jamais imaginé. Et le geste qui s'en suivit n'arrangea pas vraiment les choses. Sans m'y attendre un seul instant, le jeune héritier me serra fortement dans ses bras, comme un fils le ferait à son père. Bien qu'il ne sera jamais mon fils et moi son père, cela me toucha en plein cœur. Une chose, qui ne m'aurait jamais affecté autrefois. Pourquoi alors aujourd'hui ? La mort nous fait sûrement réaliser bien des choses... Elle nous rappelle ce dont nous avons manqué, ce que nous n'avons pas fait, ce que nous aurions pu faire... Je reste tétanisé bien quelques secondes. Posant mes mains hésitantes sur Bruce. Il avait encore cette chance, de savoir comment exprimer ses sentiments et émotions. Ce dont moi, j'ai l'impression d'être totalement dépourvu.

- « Ce n'est rien, c'est même... totalement compréhensible. »

Mon regard froid et azuré se confronta au sien, comprenant sincèrement sa façon de penser. Finalement très proche de la base sur laquelle il devra justement s'appuyer, pour devenir l'homme qu'il est destiné à devenir au sein de cette ville. Presque inconsciemment, je garde une main paternel sur son épaule.

- « Ça viendra. Ni aujourd'hui, ni demain, mais ça viendra. Un jour, tu y verras beaucoup plus clair. Du moment que tu ne perds pas tes objectifs de vue et ne laisses rien ni personne t'en détourner, tu iras toujours dans la bonne direction. »

Un léger sourire bienveillant, à peine visible, lui était adressé. Avant que ma main de quitte enfin son épaule et que je retourne auprès de mes quelques affaires, en soupirant. Cette étreinte m'a particulièrement troublé.

- « J'accepte de rester encore quelques jours. A condition que ce soit ton dernier mot. Blanc ou noir, il faut choisir... »

Cette fois-ci, mon sourire se fit bien plus taquin. Les indécisions de Bruce me tapant un peu sur le système, je préférai être assez clair sur le sujet. Il avait beau être le maître des lieux, je reste malgré tout un invité d'honneur qui aime être traité à sa juste valeur.


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1197
Date d'inscription : 16/02/2016
Situation amoureuse : En couple avec Selina Kyle
Pour qui j'existe : Selina Kyle , Alfred Pennyworth, Leslie Thompkins,
Ma famille : Alfred mon tuteur, Martha et Thomas Wayne mes parents
avatar
Bruce Wayne
MessageSujet: Re: we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan Sam 7 Jan - 20:32

we all have our cross to bear
❝ But in the name of understanding now Our problems should be shared
 « Ça viendra. Ni aujourd'hui, ni demain, mais ça viendra. Un jour, tu y verras beaucoup plus clair. Du moment que tu ne perds pas tes objectifs de vue et ne laisses rien ni personne t'en détourner, tu iras toujours dans la bonne direction. » Ses paroles me réchauffèrent le cœur, en dépit de tout ce qui s'était passé entre nous, Théodore Galavan semblait à présent, développé une réelle sympathie  envers moi. D'ailleurs sa main sur mon épaule était chaleureuse, pour la première fois depuis que nous nous connaissions, il ne jouait pas un jeu ridicule pour me séduire . Non car il avait marqué de l'hésitation à le faire.  « J'accepte de rester encore quelques jours. A condition que ce soit ton dernier mot. Blanc ou noir, il faut choisir... » Me répondit-il, le sourire taquin de nouveau sur ses lèvres .   Je souffrais de bipolarité , c'était donc un choix plutôt difficile à faire , même Alfred en faisait les frais  et pourtant il était pour moi «  la famille ». Notre relation est loin d’être facile . Lui fis-je rappelé, sans détoure. Tu es  tendre et puis t'essayes de me poignarder ou de m'étouffer avec un fouet. Tu me demandes de faire un choix qui t'es aussi difficile . Dois-je te rappeler qu'à Gotham le blanc et le noir n'existent pas ? Je soupirai puis repris , lui adressant à mon tour un sourire particulier, plutôt difficile à cerner.   Je porte très bien le noir , c'est une couleur qui me définit à merveille. Je marquai une nouvelle pause me rapprochant de lui, nos deux  visages à une fine distance l'un de l'autre. Si je t'ai demandé de rester , ce n'est pas uniquement pour la mission et tu le sais très bien. Je suis plutôt novice en ce qui concerne l'art de dissimuler les émotions. Je t'aime énormément Théodore, et ça depuis notre première rencontre.  J'ai juste peur de souffrir encore de cet amour.  C'est difficile à porter la déception et plus encore le rejet.  On me trouve orgueilleux, condescendant , arrogant voire détestable,  j'en vois des critiques dans la presse...Mais personne n'a réellement gratté le vernis pour savoir qui j'étais en réalité et pourquoi je me conduis si bizarrement en société. Parfois c'est pour me protéger et  à d'autres moments, c'est juste pour ne pas me conduire en mouton , comme tous ces riches pompeux et distingués  qui m'entourent au cours des galas. Je ne me sens pas vraiment à ma place dans tout ça, et je suis fatigué de défendre bec et ongles les agissements de mon père. Enfin bon, j'essaye encore et toujours à m’intégrer ... Sur cette conclusion,  je reculai pour ramasser mon sac. La séance d’entraînement était terminé pour ma part , tout comme cette conversation  qui m'ébranlait fortement. Cependant, cela me soulageait de m’être confié à quelqu'un, même le docteur Thompkins, mon psychiatre, n'arrivait pas  à obtenir autant de moi. Faut croire qu'il est plus facile pour moi de me livrer à un ennemi qu'un ami. Mon regard déviant de nouveau sur lui, je lui adressai un sourire timide mais non feint.  Je l'aimai beaucoup, et jamais je m'en étais caché. Je sais que tu as déjà déjeuné mais tu peux rester avec moi pour prendre un autre café. Lui proposai-je alors avant de disparaître en hâte dans l'escalier et de regagner ma chambre le temps d'une douche . C'était toujours plus agréable après un effort physique. L'eau qui coulait sur mon visage semblait nettoyer toutes les pensées négatives de mon âme.  
C'est habillé avec élégance, que je finis  par refaire mon apparition dans le salon , embaumant rapidement la pièce de ce parfum plutôt coûteux, que je portais pourtant que très rarement. Mon sourire était de nouveau pour cet invité, qui attendait donc de ma personne  plus d 'hospitalité. Très bien, rien de mieux qu'un bon café pour démarrer du bon pied. Alfred l'avait d'ailleurs apporté au salon avec deux parts de Pannetone , une sorte de brioche italienne que j'adorai particulièrement mangé au moment des fêtes. A présent que nous faisons équipe ...Je dois te mettre dans la confidence. Lâchai-je , prenant aussitôt place sur l'un des fauteuils avec ma tasse à café. En moins que tu ne sois déjà au courant , vu que tu sers la Cour. C'est moi qui détient leur artefact . Au regard d'Alfred , je compris que cette déclaration ne l’enchantait pas vraiment. Le dire à un assassin de la Cour était risqué mais je le devais en retour de sa sincérité. J'ignore encore comment cela fonctionne mais selon  le Whisper Gang, c'est l'arme absolue pour anéantir la Cour des Hiboux. Je marquai une pause , posant mon regard sur le feux qui crépitaient dans la cheminée. Avant que tu viennes , je projetais déjà de récupérer l'ensemble de mes biens. Mais je voulais être sure de pouvoir te faire confiance, même après que tu m'ais dit la vérité sur tes attentions. Avec la Cour des Hiboux on n'est jamais trop prudent et je voulais être sure de ce qu'ils savent exactement sur les personnes qui l'ont dérobé. Il ne  faut pas qu'ils remontent jusqu’à nous...Je ne suis pas encore prêt à les affronter. Détournant enfin mon regard sur lui, je marquai une soudaine pause , quelque peu troublé par ce cœur qui se serrait étrangement dans ma poitrine  . Par moment , c'était vraiment curieux comment je le dévisageais ou réagissais en sa présence , on lisait clairement de l'admiration, mais aussi un désir  refoulé  et d'une étrange intensité.

©junne.


Batman /le chevalier noir
Peut-être qu'on aime la douleur. Peut-être qu'on est fait comme ça. Parce que sans elle, je ne sais pas, peut-être qu'on ne se sentirait pas vivant. On peut se demander : pourquoi on continue à se taper la tête contre les murs ? Parce que ça fait tellement de bien quand on arrête. «Grey's Anatomy»  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 118
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan Lun 16 Jan - 2:45


we all have our cross to bear
Bruce Wayne & Théodore Galavan



Faisant à nouveau preuve d'une certaine patience pour l'écouter, mais surtout ne pas le contredire, je soupire également. N'étant pas totalement d'accord avec son point de vu, pourtant loin d'être stupide et impossible. Mais selon moi, tout est justement blanc ou noir, à Gotham. Le noir, est juste la couleur qui y règne en maître. Et ceux teintés de gris ne le restaient jamais bien longtemps. Concernant ma bipolarité, elle était plutôt explicable dû au fait que j'étais tout de même mort deux fois, en plus d'un Hugo Strange ayant quelque peu traficoté ma personnalité, mes souvenirs... Sans oublier aussi, une Cour des Hiboux qui me met particulièrement la pression et mes sentiments envers cette diva, qui vacillent tout autant que lui est instable. Je pourrai très bien m'énerver et lui balancer tout cela, mais non. Car finalement, c'est peut-être justement tout ça, qui nous unis et qui fait que nous nous comprenons. Nous ne sommes finalement, pas si différents. A l'entendre parler de lui, j'ai l'impression de me reconnaître également dans sa description. Tout du moins... Quand j'avais son âge. Mais, ce qui me trouble le plus, c'est surtout le fait qu'il m'avoue non sans mal, le fait qu'il "m'aime énormément". On peut même dire, que ses thermes me clouèrent littéralement le bec. Il n'est pas très surprenant qu'il m'apprécie, mais à ce point... Je reste donc comme, étrangement bloqué sur place, mon regard transperçant le toisant, sans le moindre mot surpassant mes lèvres. Comme littéralement pris de court. Toujours aussi silencieux, je l'observe s'en aller, avant qu'il ne se retourne pour finalement m'inviter à le rejoindre plus tard pour un café. J'acquiesce, simplement.

A mon tour, je prend mes affaires également et de les dispose au pied de l'escalier. Cela, avant de m'arrêter un instant devant le premier miroir que je côtoie, et remettre minutieusement quelques cheveux bien en place. Il ne fallut pas longtemps, pour que je repère Alfred dans le reflet et que celui-ci se racle la gorge dans mon dos. Lentement, je me retourne et lui lance un regard. Sans la moindre hostilité, mais sans un mot, je prend la direction du salon pour y attendre Bruce. Aucun échange ne se fait entre le majordome et moi, celui-ci, était certainement peu enjoué à l'idée que je ne quitte finalement pas les yeux. Quand à moi... J'ai suffisamment déblatéré avec lui pour aujourd'hui et j'avais aussi tout intérêt à bien me conduire. Au moins... pour éviter que l'ambiance soit plus glaciale. C'est donc patiemment, que j'attends Bruce. Mais je n'ai guère le temps de m'ennuyer. Profondément plongé dans mes songes et ce nouveau bouleversement que je ressens vis à vis de mon ancien ennemi. Je redresse d'ailleurs vivement le menton, lorsque je vois silhouette pénétrer la pièce. Rapidement, son parfum envahi la pièce. Une délicieuse odeur, qui n'est pas pour déplaire à mon sens olfactif. C'est toujours aussi silencieux, que je l'observe très attentivement. Observant, presque avec admiration, avec quel goût il sait se vêtir et se mettre aussi bien en valeur. Il n'avait absolument rien à apprendre de ce point de vu là. Une pensée m'échappe en une fraction de seconde, sans même que je m'en rende compte. A savoir... l'idée que s'il eut été mon fils, je serai fier d'en être le père.

Discrètement, j'observe le plateau qu'Alfred vient disposer devant nous, avant de rabattre mon regard sur Bruce, qui repris le fil de la discussion. Je plisse légèrement les yeux à ses dires, me concentrant et réfléchissant judicieusement en même temps. Cette petite pause et remise à niveau semblait l'avoir soudainement remis d'aplomb. Lui qui avait tant pâli, quand j'avais fait l'éloge de la Cour des Hiboux tout à l'heure. Et le voilà, à présent, déterminé à en discuter sans trembler. Allant même jusqu'à me confier qu'il détient leur artefact. Mon visage se décomposa un court instant, avant de récupérer rapidement de ma contenance. Si dans l'immédiat, je décidais finalement de le trahir à nouveau pour annoncer cela à la Cour, mon avenir serait plutôt doré au sein de celle-ci. Tout du moins... bien plus qu'à présent. Croisant mes mains devant moi, tout en me penchant un peu plus en avant, mes yeux de cesse de fixer intensément les siens. Maintenant qu'il m'avait avoué, plus que clairement, ce qu'il ressentait à mon égard, je le voyais plus clairement au travers de son regard sombre. Et cela n'était pas pour me déplaire. Déjà parce que j'ai toujours aimé être admiré et regardé de la sorte, mais surtout... venant de lui, c'était tout autre chose.

- « Je n'étais pas au courant. Contrairement à ce qu'ils sèment un peu partout, la Cour n'est pas au courant d'absolument tout. Auquel cas, ils ne compteraient pas sur mon aide, ni sur celle d'autres personnes pour éclairer leurs lanternes... Pour ce qui est de les affronter, nous n'en sommes pas encore là et nous veillerons à ce que cela n'arrive pas de si-tôt. Tu es bien plus rusé et prudent que je ne le pensais. »


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1197
Date d'inscription : 16/02/2016
Situation amoureuse : En couple avec Selina Kyle
Pour qui j'existe : Selina Kyle , Alfred Pennyworth, Leslie Thompkins,
Ma famille : Alfred mon tuteur, Martha et Thomas Wayne mes parents
avatar
Bruce Wayne
MessageSujet: Re: we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan Sam 21 Jan - 9:59

we all have our cross to bear
❝ But in the name of understanding now Our problems should be shared
Mon regard était agrippé au sien , sombre et pénétrant . Galavan tentait de me lire comme je tenais aussi  à le faire à cet instant. Je détenais l’artefact de la Cour des Hiboux, et en retour de son secret, je lui avais fait part de cette nouvelle. Il était l'un de leurs Talons et moi, sa cible pour ne pas changer. « Je n'étais pas au courant. Contrairement à ce qu'ils sèment un peu partout, la Cour n'est pas au courant d'absolument tout. Auquel cas, ils ne compteraient pas sur mon aide, ni sur celle d'autres personnes pour éclairer leurs lanternes... »  M'apprit-il. « Pour ce qui est de les affronter, nous n'en sommes pas encore là et nous veillerons à ce que cela n'arrive pas de si-tôt. Tu es bien plus rusé et prudent que je ne le pensais. »  A sa dernière phrase , j'esquissai un léger sourire, venant de sa bouche cela avait tout l'air d'un compliment. J'ai grandi et surtout j'ai appris. On ne peut pas dire que ma vie soit de tout repos, surtout depuis que j'ai commencé mes investigations au sein de la Wayne Enterprises . Mon sourire vacilla puis disparu. Cette société secrète était la dernière étape d'un  mystère que je poursuis depuis des années et je ne pouvais en rester  là...Rester les bras croisés et ne rien   tenter  contre eux. La police n'a rien fait pour mes parents. Je vais leur rendre justice... Voilà maintenant quatre ans que je me battais pour cette cause . J'étais jeune mais déterminé  à remonter jusqu'à l'assassin de mes parents.  Hugo Strange, l'ancien ami de mon père,  avait été arrêté mais il y avait bien d'autres personnes  tapis dans l'obscurité. Des esprits malveillants que je me  devais  de neutraliser pour assainir mes entreprises  de toutes  mauvaises actions, non appropriées à nos recherches.  A cette pensée,une lueure de tristesse passa en éclair dans mes yeux. La Wayne Enterprises aurait du être un symbole d'espoir et au lieu de ça, son nom se retrouvait en tête de projets illégaux et malveillants pour les citoyens de cette ville  . Par ailleurs , j'étais convaincu que le laboratoire de Indian Hill n'était qu'une préambule de ce que mes industries pouvaient réaliser dans mon dos. Contre l'argent, l'humain était vraiment capable du pire...Surtout à Gotham City.

Pris d'une vertige soudain,  je lâchai brusquement ma tasse qui s'éclata au contact du sol.  J'étais fatigué de tout ces complots  qui salissaient notre nom , mais il était aussi impossible pour moi  de renoncer et de démarrer une vie normal.  Ceci étant dit la tristesse, la colère et les nuits manqués se lisaient comme dans un livre ouvert sur mon visage.  On pouvait dire que j'étais au bout de ma vie, mais le moindre indice pouvait aussi me guider vers la vérité...Cette vérité pour laquelle j'aspire depuis gamin. Ramassant aussitôt les morceaux de ma tasse, je me surpris à penser à Karen Jennings et à la relation qu'elle entretenait avec mon père. Son combat avait été si important pour lui, qu'il me suffisait d'ouvrir cette boite à musique pour me rappeler, combien il était pour moi aussi et combien la mort de Karen m'avait affecté...Sans mon intervention , elle serait encore en vie. Qu'est-ce que je peux être maladroit parfois... Si ce n'est pas tout le temps, c'est bien pour cela que Selina se charge de tout ce qui est délicat au cours de nos missions. Je trouve ça tout de meme étrange que pour un Talon, tu n'as pas été averti de la disparition de cet Artefact . La Cour des Hiboux ne lui faisait donc pas confiance. Les Talons sont censés intervenir sur les problèmes que la Cour rencontre, pour être sure de rester dans l'anonymat. Cela veut dire qu'ils ont aussi des doutes sur toi , sur ta loyauté envers eux. Sur cette conclusion, je relevais mes iris bleus sur lui. Quelqu'un d'autre était en charge de le surveiller et cette personne était entrée hier soir au manoir. Hier soir, je t'ai entendu parler à quelqu'un. Je peux savoir qui c'était ? La seule personne que j'ai cru voir c'était 514A, mais cela ne pouvait être que le fruit d'une illusion. Mon double avait disparu depuis  des mois et à ce moment là , Théodore me tenait par la gorge à l'aide d'un fouet....Je manquais d'air et j'étais au bord de l'évanouissement. Le regard plus doux, voire compassant, je posais ma main sur la sienne.   Je ne cherche qu'à t'aider Théodore. Et j'avais grand espoir qu'il trouve enfin la paix , après deux résurrections.  Ma prise se refermant sur une tache de sang,  d'une coupure que je n'avais point ressenti , je repris. J'ignore encore comment m'en servir mais nous avons , à présent une longueur d'avance sur eux.  Théodore n'avait pas l'air de connaitre aussi cette statue , il n'était décidément qu'un pion aux yeux de la société...Un pion envoyé pour me charmer et me détourner de leur plan. Je ne cherche pas à ce que tu m'apprécies , après cette alliance nos chemins se sépareront  mais tu mérites mieux que ça...Enfin même à mon pire ennemi , je ne lui souhaiterai jamais autant de souffrance. Ceci dit je ne te considère pas comme un ennemi. Je n'ai jamais su mettre un mot à notre relation. Un nouveau frisson me parcouru , alors que tout doucement je relâchai ma prise sur sa main. Mon visage était décontenancé, par ce torrent de sentiments, pour certains contradictoires, qui me traversaient.

©junne.


Batman /le chevalier noir
Peut-être qu'on aime la douleur. Peut-être qu'on est fait comme ça. Parce que sans elle, je ne sais pas, peut-être qu'on ne se sentirait pas vivant. On peut se demander : pourquoi on continue à se taper la tête contre les murs ? Parce que ça fait tellement de bien quand on arrête. «Grey's Anatomy»  


Dernière édition par Bruce Wayne le Mar 31 Jan - 22:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 118
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan Sam 28 Jan - 2:08


we all have our cross to bear
Bruce Wayne & Théodore Galavan



Lentement, mon regard se baisse lorsque le jeune héritier me confie sa peine, concernant l'injustice suite à la mort de ses parents. Je ne pouvais que trop bien le comprendre. Cette envie de rendre justice à notre famille, est certainement un des quelques points communs qui nous animent. Je pouvais lire aisément dans son regard, cette même détermination, qui m'envahissait lorsque j'avais pour objectif de le détruire pour venger les Dumas. Sauf que lui... N'avait pas encore idée, de l'endroit où frapper, ni qui. C'est le bruit du fracas de la tasse éclatant sur le sol, m'extirpa efficacement de mes songes. Allant jusqu'à me faire quelque peu sursauter, presque de façon exagéré. Une mystérieuse pointe de frayeur traversa mon regard, comme si ce simple bruit, me rappela un traumatisme. Depuis mes résurrections, certaines de mes réactions m'étais incompréhensibles. Il m'arrivait parfois le même genre de réaction, qu'un homme ayant vécu la guerre. Certains mots, ou bruits, pouvaient déclencher d'étranges réactions ou angoisses en moi. Lentement, après retrouvé mes esprits, je quitte également mon appuie pour venir l'aider à ramasser quelques morceaux.

- « Tu n'es pas maladroit, seulement épuisé... »

Il suffisait d'observer ses cernes et ses réactions pour le comprendre. Après avoir tout ramassé, je repris ma place et continua d'observer et d'écouter Bruce avec attention. Bien qu'assez rapidement, mon regard se détourna de lui, par gène. Une fois de plus, l'esprit de déduction de l'orphelin s'avéra efficace. Evidemment que la Cour ne me faisait pas confiance. Ils avaient connaissance de mes anciens méfaits, de mes échecs et m'ont ramassé l'esprit complètement paumé entre deux résurrection et deux identités. Ils m'ont laissé choisir entre la vie, sous condition d'être à leur service, ou bien la mort. Le choix fut assez évident, bien que j'eus hésité. On peut clairement dire qu'à cette période, je suis tombé plus bas que terre. Je repose mon regard sur lui, quand je sentis sa main se poser sur la mienne. J'en avais plus qu'assez de me sentir aussi honteux... C'était une terrible torture, pour un homme aussi fier et orgueilleux que moi, d'inspirer autant de pitié. Je crispe un instant la mâchoire, prenant sur moi et me contenter d'acquiescer à ses dires.

Il voulait savoir qui est venu me rendre visite hier soir ? Mon regard s'assombri un instant et un frisson me parcourra, en resongeant à ce bref instant aux côtés d'Owlman. A ses mains sur moi, à son regard perfide et pervers, qui me dégouttait au plus haut point... A nouveau, je détourne mon regard pour fixer les flammes dansantes au creux de la cheminée. Je risquais gros également, en dénonçant Owlman. Pourtant, une vague de résignation s'empara de moi. Provoqué certainement, par le fait de repenser à l'échec que je suis devenu. Ce qui n'est pourtant pas dans ma nature, mais depuis que je suis mort une fois, j'ai l'impression de l'être encore. Seule Tabitha arrivait à me redonner goût à la vie et à maintenir en vie le puissant Théodore Galavan qui sommeil toujours en moi. Alors autant donner à ce gamin ce qu'il veut. Je déteste ces maudits hiboux, de toute façon et ne compte pas rester sous leur joug. Bien que j'ai peu d'espoir d'y arriver... Mais je ne vis que d'indépendance et qu'en tant que chef. Si c'est pour finir esclave, autant mourir une troisième fois et ne plus me ressusciter.

- « C'était le sujet 514A. » Mon regard transperçant se posa à nouveau sur Bruce. « Ils l'ont envoyé garder un œil sur moi. Comme tu l'as si bien deviné, ils n'ont aucune confiance en moi. Et ils ont bien raison. » Je reste immobile un instant, le regard assez ferme. Insoumis. Mon pouce, venant frôler inconsciemment celui du jeune homme qui avait toujours sa main posée sur la mienne. « Mais il n'est pas un soucis. J'ai cru comprendre qu'il ne comptait pas leur rester loyal très longtemps... »

Entre temps, le jeune héritier souleva une affaire bien mystérieuse. Qui l'était tout autant pour moi. Quelle relation nous unis vraiment, finalement ? Moi même, ne savait pas vraiment... Bien que parfois, inconsciemment, je le voyais réellement comme un fils. Du moins, depuis que j'avais "accepté" ma défaite et que cette vengeance n'était plus la solution pour récupérer ma place parmi les plus grandes familles de Gotham. Sa main lâcha délicatement la mienne. Je ne lâchais pas pour autant, le contact visuel avec lui. Malgré tout, touché par sa compréhension et la compassion qu'il porte, vis à vis de ma souffrance. Je m'enfonce un peu plus dans le fond de mon fauteuil et sirote ma tasse de café.

- « A moins que la question soit plutôt... Quel mot, souhaiterais-tu mettre sur notre relation ? »

C'est sans le vouloir, que mon charme et mon impulsivité se mélangea à cette interrogation. Mais d'un autre côté, je n'étais pas dupe et savait pertinemment que notre "relation" avait tout de même une certaine valeur pour lui. Sinon, il m'aurait déjà jeté dehors et ne porterait pas autant d'importance à ma personne, ni ne se poserait autant de questions à ce sujet.

- « Je ne t'ai jamais détesté, Bruce. Ni vu comme un ennemi. Tu n'étais... que la malheureuse victime d'une vieille vengeance et de nombreuses années de bourrage de crâne endossé par ma sœur et moi. En dépit de tout cela... »

Je me fige un court instant, sans pour autant le quitter des yeux. M'apprêtant à lui confier mes sentiments à moi, à son égard. Chose qui tient du miracle, sachant surtout qu'il n'y a aucune manipulation caché au dessous.

- « Le jeune homme, que je découvre à nouveau depuis cette nuit, est à l'image du fils idéal. »


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1197
Date d'inscription : 16/02/2016
Situation amoureuse : En couple avec Selina Kyle
Pour qui j'existe : Selina Kyle , Alfred Pennyworth, Leslie Thompkins,
Ma famille : Alfred mon tuteur, Martha et Thomas Wayne mes parents
avatar
Bruce Wayne
MessageSujet: Re: we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan Mar 31 Jan - 21:45

we all have our cross to bear
❝ But in the name of understanding now Our problems should be shared
« C'était le sujet 514A. » Déclara t-il son regard  perçant de nouveau sur moi. Théodore savait que je le connaissais. Le sujet 514A était mon double et  quelques mois auparavant , il avait tenté de se faire passer pour moi. Il s'était coupé les cheveux, puis avait pris ma voiture pour rejoindre Selina Kyle au Narrows. A ce souvenir, je me pinçais amèrement les lèvres, «  5 » l'avait embrassé et cette dernière ne l'avait pas repoussé... Il est la  version de «  Bruce Wayne » que tout le monde désire, plus ouvert, plus fort et plus confiant, car oui derrière cette immense fortune se cache un garçon terrifié par ses sentiments et le fait qu'il doit absolument « avancé ». Après la mort de mes parents, j'ai en quelque sorte tout stoppé, oubliant ce que c'est de vivre... Je souris que très rarement, et très peu de choses me font du bien...Mon âme s'était éteinte avec mes parents cette nuit là. « Ils l'ont envoyé garder un œil sur moi. Comme tu l'as si bien deviné, ils n'ont aucune confiance en moi. Et ils ont bien raison. »  Nos regards joints ,  je frémis au contact de son pouce sur ma main. Cette démonstration était chaleureuse mais en même temps, cela m'effrayait. Peu de personnes avaient de vraies attentions envers moi, et  j'en souffrais cruellement.  « Mais il n'est pas un soucis. J'ai cru comprendre qu'il ne comptait pas leur rester loyal très longtemps... »  Mon regard s'intensifia, à la seconde ou mon cœur s'emballa.  J'ai eu connaissance de la Cour des Hiboux à Indian Hill, après le petit jeu sadique de Edward Nygma...Mais jamais je n'ai pu les relier à Hugo Strange.  Et pourtant, la présence de « 5 » dans leur rang, n'avait rien d'une coïncidence. Je le sentais... A ce sentiment ma bouche s'incurva,  je devenais de plus en plus perspicace  et comme mon père, je tenais à faire éclater certaines vérités au grand jour.   « 5 » n'est pas une personne qui sait exactement ce qu'il veut. Et c'est moi qui dit ça... Sans sa petite introduction dans ma vie, je ne serai pas en couple avec Selina.  Enfin si je peux le dire comme ça .. Tout comme avec Galavan, c'est une relation qui n'a pas vraiment de mot pour la définir.  Sur cette pensée, je lâchai volontairement sa main, il m'arrivait trop souvent d'aimer pour deux et ça me brisait.  « A moins que la question soit plutôt... Quel mot, souhaiterais-tu mettre sur notre relation ? » Me reprit-il, alors que je tenais à rester impassible, regrettant déjà d'avoir ouvert cette discussion.  Sincèrement, il m'arrive vraiment de me conduire comme un idiot , surtout en sa présence.   J'en ai aucune idée. A cette réponse , bien que sincère, je transpirai , mal à l'aise  . Et lui que voulait-il exactement entendre ? Ce n'est pas pour rien qu'il me demandait ça ?  Y avait anguille sous roche. « Je ne t'ai jamais détesté, Bruce. Ni vu comme un ennemi. Tu n'étais... que la malheureuse victime d'une vieille vengeance et de nombreuses années de bourrage de crâne endossé par ma sœur et moi. En dépit de tout cela... » Me confia t-il soudain, alors que mon regard se déroba , mes joues étaient en feux et je ne voulais pas qu'il me prenne pour un faible. Ne te sens pas obligé de poursuivre... Lui soufflai-je, en relevant timidement mes iris bleus. Ma famille avait ruiné la sienne et les avait chassé de Gotham, désirer qu'il m'aime  était bien trop à demander...Et ça me rendait aussi égoïste que tous les autres Waynes...Je devais aussi accepté que des gens me haïssent. Toute-façon à Gotham, il n' y a pas beaucoup qui me laissent une chance, c'est pourquoi j'ai cessé de leur plaire aussi. Ils ont du mal avec le fait qu'un gamin soit à la tête d'un empire. « Le jeune homme, que je découvre à nouveau depuis cette nuit, est à l'image du fils idéal. »  Terminai Théodore , m'arrachant une expression stupéfaite. Le pensait-il vraiment ? Ou c'était encore une de ses ruses pour m'endormir sur ses mauvaises actions. Je fronçais les sourcilles , interrogateur, il y avait pas d'ombre dans ses yeux, ni même de la malice.  Ce qu'il venait de me confier me touchait au plus au point, mais je ne savais pas quoi lui répondre. Aussi longtemps que je me souvienne je crois que même mon propre père, ne m'avait jamais dit ces paroles. Il était beaucoup trop occupé avec ses secrets, pour se rendre compte de la peine de son fils... Je pris une lourde inspiration,sentant amèrement des larmes me monter. La société nous a toujours vu comme une famille uni mais ce n'était pas vraiment le cas ...J'aimais mon père mais il s'était toujours montré absent dans ce rôle  sauf pour me former entant que futur PDG de la Wayne Enterprises et puis,selon lui,  ce n'était pas en me couvant qu'il allait faire de moi un homme. Mon père est toujours resté très discret sur ses sentiments...C'est après sa mort que j'ai compris l'importance que j'avais pourtant à ses yeux. Après avoir découvert une lettre qui m'était adressée.  Sa voix était dans ma tête, mais j'aurai aimé l'entendre dire tout ça à vive voix...Mais quand on est un Wayne , on ne dit pas ces choses là, faut toujours avoir l'air d'un patron.  Il était sous l'emprise de mon grand père, qui n'est pas une figure paternel , ni quelqu'un de bien. Mes parents se disputaient souvent à cause de lui et puis il voulait absolument tout contrôler en ce qui me concerne. Heureusement qu'il n'est plus de ce monde. Concluai-je sans même peser le poids de mes paroles. Alan Wayne était tout ce qui y a de plus néfaste . Je pris une autre inspiration, puis finis par dire, le cœur battant à tout rompre. J'aurai aimé avoir un père comme toi. Un père qui me regarde et qui soit fièr de moi ...Mais la situation dans laquelle nous nous trouvons , est très compliquée. Et si il t'arrivait malheur, je ne supporterai pas d'enterré encore un père. C'était plus simple quand tu me détestais... Un  petit rire du à l'ironie  s'échappa entre deux sanglots. Mais ces paroles , je les ai attendu...Après le jour ou tu m'as sauvé de Jerome Valeska, il y a eu un bouleversement dans ma vie. J'étais bien en ta compagnie et en sécurité.  Mes ténèbres s'étaient dissipés et  j'apprenais de nouveau à vivre...Je souriais.  Une chaleur que mon sang n'a su m'offrir. Une fusion parfaite et  beaucoup trop troublante, en plus d'un physique bien plus proche du mien. La vrai question est : Se pourrait-il que Théodore Galavan soit mon véritable père? Il avait attenté à ma vie et pourtant la Cour des Hiboux se méfiait de sa loyauté...Peut-être détenait-il un secret de famille nous concernant et que d'une façon comme une autre il savait que Théo' reviendrait vers moi. Mais si tout cela était possible...Aurai-je le cran de le faire entrer intégralement dans ma vie? Au risque de mettre la sienne en danger et de le perdre. Mon regard rougi et empli de larmes,  brusquement quittait le sien...Non je n'aurai pas la force.

©junne.


Batman /le chevalier noir
Peut-être qu'on aime la douleur. Peut-être qu'on est fait comme ça. Parce que sans elle, je ne sais pas, peut-être qu'on ne se sentirait pas vivant. On peut se demander : pourquoi on continue à se taper la tête contre les murs ? Parce que ça fait tellement de bien quand on arrête. «Grey's Anatomy»  


Dernière édition par Bruce Wayne le Lun 6 Fév - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 118
Date d'inscription : 22/05/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Plus grand monde, hormis moi-même...
Ma famille : Tabitha Galavan (sœur) - Silver St. Cloud (nièce)
avatar
Théodore Galavan
MessageSujet: Re: we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan Lun 6 Fév - 18:49


we all have our cross to bear
Bruce Wayne & Théodore Galavan



Ce fut bien la toute première fois, que j'essayais réellement de comprendre ce que moi, je ressentais vraiment. Et surtout, que je parlais avec le cœur, sans la moindre idée de manipulation ni de séduction. Bruce avait beau être mon ennemi hier, il n'y était vraiment pour rien dans tout ce complot monté à l'encontre de sa famille. Je fus tellement obnubilé par cette affaire de vengeance et ce pour quoi l'on m'a éduqué, que j'en voyais plus le côté "humain". C'est uniquement, après être mort une première fois, que certaines choses se sont comme... remise en place, dans mon esprit. J'agissais et pensais comme un robot. Figé sur un objectif bien précis et ne voyant pas le reste tout autour. Me fichant de tout, absolument tout... Même de ma sœur, pour vous dire. Je l'ai toujours aimé, mais cela était secondaire. A tel point, que je ne voyais pas à quel point cela était réciproque. Je n'avais pas non plus vu, toute la considération que Bruce avait pour moi. Je n'ai retrouvé la vue, que depuis peu. Et dévoiler mon côté humain, me faisais un bien fou. Alors qu'autrefois, cela m'aurait bien donné la nausée. Cela ne signifiait pas pour autant que j'ai changé, seulement, que je ne suis plus maintenu par des ficelles. Que je suis seul maître, de mes décisions et de mes actes. Je ne suis plus relié à l'Ordre et maintenant, je dois me détacher de cette maudite Cour des Hiboux.

Assumant donc parfaitement ce que je viens de confesser à Bruce, mes yeux ne le quittent pas d'une semelle. Analysant la moindre de ses réactions, lui en fait d'ailleurs tout autant. Normal. Je ne suis pas connu comme étant le plus honnête des hommes. Mais lorsque je le suis, cela se voit au moins très aisément. Je le laisse donc faire, puis l'écoute à mon tour. Tout en savourant ma tasse de café, la buvant jusqu'à la dernière goutte. Restant attentif à ses dires, qui me pinceraient presque le cœur. Quand on est issu d'une des plus grandes famille de Gotham, l'éducation reste à peu près la même partout. Pas de sentiments, pas de place pour la faiblesse et les niaiseries en tout genre. J'acquiesce à ses mots, comprenant parfaitement ce qu'il a pu ressentir et ce qui le fait souffrir. Il m'avoua ensuite, qu'il aurait aimé avoir un père tel que moi. Ce qui me touche tout aussi profondément. Bien qu'il me l'ai déjà dit la veille, j'aimais l'entendre dire. Il est clair maintenant, que tous deux, avons la capacité de nous apporter mutuellement ce dont nous avons le plus besoin, au fond de nous-même.

Ainsi donc, je ne suis pas que ténèbres et aurait même réussi à dissiper les siens. Je voyais au travers de ses yeux, un réel intérêt à mon égard. Une réelle inquiétude, à la possibilité que je puisse disparaître à nouveau. Malgré que j'ai attenté à sa vie, il m'aimait réellement. Je me racle la gorge un instant, gêné ou plutôt... réellement affecté par sa déclaration. Je me sens si faible, ne m'étant certainement pas attendu à être autant affecté. Ni même par ses larmes embrumant son regard sombre et intense. C'est à mon tour, derrière l'ironie et un petit sourire, que j'essaye de cacher mes émotions mais aussi, de le rassurer.

- « Après être déjà mort deux fois, j'en suis presque arrivé à l'hypothèse d'avoir autant de vies qu'un chat. Alors... Si c'est le cas, tu devrais plutôt te préparer à me supporter encore un long moment. »

Pudique et surpris par mes propres pensées, je détourne le regard et repose la tasse sur la table nous séparant. Jamais je ne pourrai remplacer son père, j'en suis plus que conscient et pourtant... Je ressentais comme une envie malsaine et possessive, de prendre sa place. Bruce, comme moi, méritions bien mieux que ce qu'on nous a "donné" jusqu'à aujourd'hui. Lui et moi, pouvions faire un duo des plus puissant et charismatique. Mes pensées se bousculèrent dans ma tête, commençant légèrement à m'épuiser. En plus de ces violents changements d'humeurs et d'autres effets secondaires, que je subis depuis ma deuxième résurrection. Je me pince le front un instant, avant de me lever gracieusement de mon fauteuil.

- « Je ferai mieux de te laisser te reposer. Tu sembles vraiment épuisé et... j'avoue l'être également. Nous nous retrouverons plus tard. »

Je plonge une dernière fois mon regard transperçant dans le sien. Ressentant presque l'envie de prendre ce jeune homme dans mes bras, pour le consoler de ses larmes. Mais je n'en fis rien. Trop inexpérimenté en la matière, je me contente d'un simple sourire, avant de quitter la pièce. Hors de son champ de vision, mon visage et mon regard se renferme dans une mystérieuse mélancolie. Cachant peut-être en réalité, la joie de retrouver un semblant d'humanité au creux de mon être, que je n'assume pas encore.


AVENGEDINCHAINS


Straight agony, cold blood, ice hearted, shady Prince
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan

Revenir en haut Aller en bas
 

we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» we all have our cross to bear Feat Théodore Galavan
» I'll worship like a dog at the shrine of your lies Feat Théodore
» Récit du cross de GENK (VBM)
» recit du cross de hamont a la VBM
» A hunter ... a bear

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham: Rise of the Villains ::  :: Le Manoir des Wayne :: Le salon-