Partagez | 
 

 You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 418
Date d'inscription : 24/02/2016
Situation amoureuse : Dans une relation compliquée
Pour qui j'existe : l'homme mystère ♥
Ma famille : Gertrud Kapelput ( mère ) et Tucker Cobblepot (père, †)Elijah van Dahl père biologique
avatar
Oswald C. Cobblepot
MessageSujet: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Mar 8 Nov - 12:22

You're the reason that I'm alive
Edward & Oswald
Il était dans les alentours  de trois heures du matin, quand je me réveillai brusquement de ce cauchemar dans lequel il m'avait quitté pour la suivre. Machinalement ma main vint cherché la sienne sans jamais la trouver , ce rêve n'étant plus vraiment un . Edward ne résidait plus chez moi , dans la mesure ou ce petit ménage à trois  avec Isabella  m'était insupportable. Je l'aimai plus que la raison l'exige et les surprendre à s'embrasser me consumait de l'intérieur. Il était mon ami mais je devais aussi me protéger de lui... De cette douleur qu'il ne cesse de réveiller en moi. Il m'est arrivé de songer à les tuer, tout les deux sans exception, et d'en finir pour de bon avec l'amour. Mais à chaque fois que je croise son regard, c'est plus fort que moi, je succombe un peu plus à son charme si troublant  et énigmatique. Edward m'avait tant aidé à me construire,  à devenir cet homme si brillant et aimé de cette ville , comment pourrai-je alors lui faire du mal ? Depuis lui je n'étais plus le Oswald dangereux et manipulateur...Non j'étais un maire respectable à l'écoute de ceux qui ont besoin de moi. Je le surprenais et dans ses yeux je pouvais lire une certaine admiration. J'adorai ça, comme chacune de nos tendresses échangées depuis le début de notre histoire  .  Au souvenir soudain, de notre unique nuit, je sentis comme un frisson me parcourir. Que restait-il à présent de ses baisers et de ses mains fiévreuses sur ma peau ? Plus rien d'autre que des sensations dévorantes et torturantes...Cela me dégoûtait qu'il puisse aussi la toucher , la découvrir intimement du bout des lèvres  et lui faire l'amour. Cette fille se jouait de lui, j'en étais plus que convaincu mais je n'avais rien  pour le lui prouver. Je me redressai brusquement de mon lit, s'entend alors mon cœur se serrer dans ma poitrine. Je pourrais rester là et attendre que le temps fasse son œuvre , mais Ed' était mon ami et bien qu'il puisse mérité rien d'autre en retour  que la souffrance , je me devais de veillé à ce qu'il ne trébuche pas. Son bonheur comptait bien plus que le mien...Il était tout moi , lui seul avait su me faire briller de mille éclats. C'est pour cela aussi que je me refusai de le laissé partir loin de moi...

Me glissant enfin hors du lit, je me postai machinalement à la fenêtre, attendant encore son retour alors que c'était moi qui lui avait demandé gentiment de voir sa petite amie ailleurs que sous mon toit. Dehors il pleuvait des cordes, mais j'avais toujours le sentiments qu'il allait venir me chercher et surtout s'excuser de sa conduite , pour toutes ses fois ou il m'avait délaissé pour ce jolie minois de poupée. Pourtant, en dépit de tout ce mal, je me sentais encore capable de lui pardonner et de braver  ce temps pour me rendre et son appartement et lui faire comprendre une dernière fois mes sentiments. Non je ne comprenais pas pourquoi nous devions  encore nous séparer...Edward est l'homme que j'avais espéré depuis que je suis en age d'aimer , je me devais de me battre pour le récupérer , serait-ce encore une fois pour lui prouver que l' amour de cette fille n'est rien comparé au mien, et que son passé l'a trahi. Sortant vivement de mes pensées pour venir m'habiller, c'est machinalement que mon regard ce posa sur une photo de nous que j'avais découpé du journal.  On était si beau, heureux,complice...Ma plus belle victoire était incontestablement sa rencontre. Un léger sourire sur les lèvres et j'attrapai instinctivement mon parapluie, avant de sortir du manoir. Il y avait peu de chance pour que je trouve un taxi, c'est pourquoi je fis appelle à Gab' pour me déposé devant chez Ed' et ça en dépit de l'heure si tardive. J'avais toujours les doubles de ses clés, mais au risque qu'il soit en compagnie de cette cruche de bibliothécaire , je préférai sonner. Mon cœur battait la chamade dans ma poitrine, je n'avais pas la moindre idée de ce que j'allai lui dire , enfin pas exactement . La porte s'ouvrant sur moi, c'est avec surprise que je tombai nez à nez sur Isabella , qui a première vue s’apprêtait à rentrer chez elle. Sa voix était innocente, mais son regard profond et mystérieux me toisait avec une certaine insolence. Elle m'avait sûrement deviné et prenait un malin plaisir à me narguer. Espèce de sale catine , je te ferai bouffer mon parapluie un jour ou l'autre , songeai-je alors que je maintenais un sourire feint jusqu'à ce que la blonde disparaisse. Mon regard se heurtant à celui de Edward , je tressaillis , il me paraissait si mal , confus, perturber...Que lui avait-elle fait ? Cette femme est décidément une sorcière venue tout droit des ténèbres pour nous briser. Sans prendre la peine de lui demandé, je refermai la porte derrière moi, et m'avança vers lui. Les mots me manquaient cruellement sous sa beauté, c'était à peine si j'arrivai à prononcer son prénom. Je n'aimai pas du tout ce qu'il faisait de moi par moment, et pourtant il restera à jamais la plus belle chose qui me soit arrivée. Mes bras venant s'enrouler instinctivement autour de lui pour le tirer  tout contre moi, je ne pus que reconnaître le soulagement que j'éprouvai de le revoir après cette courte pause. Des larmes même, venaient à monter a mes paupières inférieurs. Je pensais que la distance  nous aiderait, mais elle m'a fait surtout comprendre a quel point Edward Nygma m'était indispensable...
electric bird.

 


☂ All You Need Is Love ?
_Il y a des moments dans la vie où l'amour est plus fort que tout.Plus fort que l'épuisement, que le manque de sommeil... Plus fort que tout. Et il y en a d'autre où il semble que l'amour ne nous apporte rien d'autre que de la souffrance.

.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 239
Date d'inscription : 27/03/2016
Situation amoureuse : Très compliqué.
Pour qui j'existe : Mr. Pingu ♥
avatar
Edward Nygma
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Mer 16 Nov - 4:02


You're the reason that I'm alive
Pingu  ♥ Nini



Bien que je n'ai jamais été aussi perdu de toute ma vie, je n'ai rarement été aussi heureux également. Alors que durant si longtemps, la malédiction de Kristen Kringle ne cessait de me poursuivre et de me ronger de l'intérieur à petit feu, voilà que j'avais rencontré Isabella. Cette femme, eu le don de me détourner de tout chemin. Y comprit, celui que j'avais commencé à prendre aux côtés d'Oswald. Suite à ce qu'il s'était passé entre nous, intimement, cette nuit là... Nous n'en avons même plus reparlé. Le lendemain c'était déroulé comme si rien ne s'était passé. Pourtant, je ne peux nier dans mon fort intérieur, avoir éprouvé quelque chose de fort, durant cet ébat et envers Oswald. Mais cette Isabella... me troublait d'une façon si particulière. En plus de correspondre à la perfection à ma personnalité. Elle est comme mon double, mais au féminin. La femme idéale, celle dont j'ai toujours rêvé. A tel point, qu'elle a su m'apprécier tel que je suis. Malgré mon séjour à Arkham et mon casier judiciaire. Elle su faire battre mon cœur, comme rare personne n'a su le faire en si peu de temps. Considérant cette rencontre, comme un signe. Une seconde chance, pour peut-être ainsi... réellement me racheter.

Pour ainsi dire, c'est de façon assez égoïste que je profite de chaque instant aux côtés de ma belle et mystérieuse blonde. Complètement aveuglé par ce miracle et mes sentiments, qui virevoltent vraiment dans tous les sens. C'est que, je n'ai vraiment pas l'habitude d'être autant aimé. D'abord les sentiments d'Oswald à mon égard et puis maintenant, ceux d'Isabella. C'est la première fois, qu'autant de personnes, m'apportent autant d'importance. Alors peut-être... que maladroitement, je voulais profiter de cette situation unique. Sans même me rendre compte, de la souffrance que je fais endurer à ce pauvre Pingouin. Après avoir passé une délicieuse soirée au coin du feu, autour d'un bon dîner et de quelques tendresses échangés, ma belle bibliothécaire s'en alla chez elle. Mais c'était sans prévoir, l'irruption soudaine d'Oswald à sa suite. Aussitôt, mon visage se décomposa et mon regard se retrouva totalement embué d'un nuage de gêne et de confusion.

- « Oswald ? »

A peine ai-je prononcé son nom, que mon cœur se serra subtilement dans ma poitrine. D'autant plus, quand il vint me serrer dans ses bras. Je ne m'étais pas du tout attendu à le voir. La surprise, ne manqua donc pas de me perturber de façon évidente. Au début un peu figé, je fini également par le serrer contre moi, bien qu'assez sur la réserve. Je suis le premier à m'écarter. Retroussant mes lunettes jusqu'au sommet de mon nez, avant de plonger mon regard dans le sien, empli de petites larmes d'émotions. Ce qui... ce me mis d'autant plus mal à l'aise. Pourquoi donc ce soudain malaise d'ailleurs ? Jamais cela n'était encore arrivé entre nous... Quelque chose aurait-il bel et bien changé ? Je me racle la gorge.

- « Je suis content de te voir... »

Je prends le temps de l'observer quelques secondes, peut-être un peu trop même... Avant de cligner des yeux et de m'écarter un peu plus, l'invitant à prendre place confortablement aux côtés du feu crépitant de la cheminée.

- « On dirait que pour une fois, Mr Pingouin est venu sans son parapluie. Viens te réchauffer près du feu. »

Un timide sourire étire délicatement mes lèvres, avant de partir chercher la théière contenant encore un peu de thé ainsi que deux tasses. Le tout posé sur un plateau d'argent, que je pose sur la table basse face à Oswald. J'évite un peu son regard, avant de venir m'installer à ses côtés. Me tenant bien droit et versant le liquide encore bien chaud dans nos deux tasses. Un léger silence pesait sur moi, un silence qu'il me fallait absolument briser.

- « Qu'est-ce qui t'amènes à cette heure si tardive ? Rien de grave, j'espère ? »

Pour une fois, voilà que je craignais la réponse à une question. Pour autant, j'essaye de ne rien laisser paraître.


AVENGEDINCHAINS



? L'HOMME MYSTERE - THE RIDDLER ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 418
Date d'inscription : 24/02/2016
Situation amoureuse : Dans une relation compliquée
Pour qui j'existe : l'homme mystère ♥
Ma famille : Gertrud Kapelput ( mère ) et Tucker Cobblepot (père, †)Elijah van Dahl père biologique
avatar
Oswald C. Cobblepot
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Ven 18 Nov - 9:19

You're the reason that I'm alive
Edward & Oswald
« Oswald ? »  S'enquit-t-il , plutôt surpris de me voir à une heure aussi tardive . Sur le coup je ne lui répondis même pas, préférant l'enlacer , alors que toute sa douceur m'avait cruellement manqué. Il portait sur ses vêtements l'horrible parfum fruité de cette harpie, mais a cet instant , rien ne comptait plus que la sensation de ses bras autour de moi. Nygma paraissait  heureux de me revoir, et vraiment cela me soulageait qu'il puisse encore penser à moi comme un ami proche. Bien que la situation me soit inconfortable, je ne pouvais demeurer loin de lui plus longtemps. Ce dernier desserrant notre étreinte, je rencontrai aussitôt son regard , surpris de voir des larmes naître dans le mien..Pourtant, Nygma m'a toujours connu comme extrêmement sensible, mais il est vrai que mise à part la mort de mes deux parents, personne n'avait su m'arracher une pareille émotion. « Je suis content de te voir... » Me souffla-t-il , avant de m'inviter à prendre place près du feu. « On dirait que pour une fois, Mr Pingouin est venu sans son parapluie. Viens te réchauffer près du feu. »   Je l'ai oublié dans la voiture de Gab' Lui déclarai-je ,frissonnant comme une feuille  , alors que mon beau père Tucker Cobblepot avait succomber à une terrible pneumonie pour n'avoir pas pris son parapluie , un soir de pluie comme celle-ci.
Mon ami revenant avec du thé , je ne pus que remarqué sa terrible gène , alors qu'à aucun moment il n'avait réussi à soutenir pleinement  mon regard. Peut-être était-ce encore la faute de cette maudite Isabella ? Elle connaissait mes sentiments pour lui, et serait capable d'autant de fourberies  pour obtenir son cœur. Car  il est vrai que je suis une grande menace pour son couple ... Portant  machinalement cette tasse , qui m'était adressée,à mes lèvres, je restais un moment songeur sur ce qui pourrait être alors  le crime parfait. Cette petite peste devait disparaître de notre vie et au plus vite.« Qu'est-ce qui t'amènes à cette heure si tardive ? Rien de grave, j'espère ? »  M’interrogea t-il brusquement, alors qu'un curieux  et pesant silence s'était abattu sur nous. Je ne fais que rendre visite à un vieille ami. Répondis-je d'un sourire crispé , ne sachant vraiment pas comment aborder l'unique raison de ma venue . Il avait à présent des sentiments pour cette femme et bien que nous ayons franchi des limites à notre amitié , j'étais conscient de n’être aujourd'hui plus que le second.  Une place qui désormais ne me satisfaisait plus ...   Et ...Pour discuter de choses importantes...Plus précisément de « nous ». Renchéris-je dans un soupire, tout en reposant ma tasse sur la table basse pour évité de la lui lancer en pleine figure. En plus d’être susceptible, j'étais très impulsif et naturellement , la moindre chose à ma porté , je le lançai en cours de dispute. Je marquai une hésitation, cherchant alors mes mots , puis  repris le plus juste possible pour ne pas le perdre d'avantage. Isabella est une femme remarquable et charmante , mais tu me manques Ed' . Le manoir m'est insupportable sans ta présence...J'aimerai sincèrement te dire que je suis heureux pour toi, mais ce n'est pas le cas.  Tu manques à tous nos rendez-vous...Je me présente seul aux soirées et nous avions même plus de conversation .  J'ai l'impression que nous nous perdions et cette idée me fait terriblement mal. Détournant mon regard sur le feu, pour dissimuler l'immensité de cette peine , je continuai . Tu sais très bien ce que je ressens pour toi...Et alors que je pensais enfin cet amour réciproque, tu viens dire que tu l'aimes...Une fille que tu connais depuis à peine une semaine. Mes iris bleus de nouveau braqué sur lui, je ne pus contenir d'avantage ma rage, alors qu'en plus d’être un laideron cette pisseuse, c'est une belle emmerdeuse qui va nous briser. Tu joues au type cérébral mais tu es complètement à coté de la plaque mon cher ami...J'ai une question pour toi monsieur Nygma ? Vu que la seule énigme qui te résiste  c'est toi même. Je marquai une pause puis , l’attrapant  à brûle pourpoint par la cravate pour le tirer vers moi, de façon à ce que nos deux visages soient plus qu'à une mince distance, je poursuivis plus calme. Qu'est-ce que tu ressens exactement pour moi ? Des larmes ne tardèrent pas à briller à mes yeux , alors que cruellement je me retenais de l'embrasser . Mais Nygma devait à présent faire son choix.. Est-ce qu'en moins cette nuit t'a compté autant qu'à moi ? Quoi qu'il répondra , il est clair que j'allais mettre du plomb dans la cervelle de sa grognasse. Edward Nygma est à moi et si je ne peux pas l'avoir et bien personne d'autre ne l'aura. Ce petit jeu entre nous à assez duré, et aussi longtemps que je me souvienne c'est moi qui a été là pour lui , dans les pires moments de sa vie. Mon regard se faisant plus insistant , je fini par me rapprocher encore plus , ma bouche venant alors caresser la sienne  dans un désir maladif. Je ne peux pas croire que ça soit fini...Je ne peux pas vivre sans toi   Il était tout pour moi, cet immense parapluie qui me protégeait de toute forme de violence. Aussi improbable que cela puisse, une existence sans Nygma m'était impossible...
electric bird.

 


☂ All You Need Is Love ?
_Il y a des moments dans la vie où l'amour est plus fort que tout.Plus fort que l'épuisement, que le manque de sommeil... Plus fort que tout. Et il y en a d'autre où il semble que l'amour ne nous apporte rien d'autre que de la souffrance.

.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 239
Date d'inscription : 27/03/2016
Situation amoureuse : Très compliqué.
Pour qui j'existe : Mr. Pingu ♥
avatar
Edward Nygma
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Jeu 24 Nov - 20:00


You're the reason that I'm alive
Pingu ♥ Nini



Cette nuit est encore bien loin de se terminer. Je le sais, à la minute où Oswald répond à ma toute première question. C'est que je commencerai presque à le connaître par cœur... Car s'il y a bien une chose que je sais, c'est qu'il ne rend jamais visite à quelqu'un sans une bonne raison. Encore moins au beau milieu de la nuit. Il était venu pour moi... pour "nous". Bien sûr... Et mon hypothèse se confirma très rapidement, de sa propre initiative. En guise de malaise, je fuis à nouveau son regard et remet mes lunettes en place pour la je ne sais combientième fois. Puis, tout comme lui, je fixe le feu. Néanmoins, je l'écoute attentivement et ne manque pas de ressentir toute cette peine émanant de lui. Ce qui m'attriste... Malgré mon air indifférent et évasif. C'est généralement ce qui découle de moi, lorsque je me retrouve dans une impasse. Face à une énigme que je ne peux résoudre. A savoir : moi-même. Il l'a d'ailleurs très bien compris. Sauf qu'il n'a pas idée d'à quel point ça me frustre. Continuant de l'écouter, malgré tout, je soupire à ses dires. Le pire, c'est qu'il avait raison, sur beaucoup de points. Mais... Que pouvais-je réellement en dire ? Alors qu'il y a peu encore, je ne comptais pour absolument personne, voilà que je me retrouve subitement coincé entre deux feux. Un, représentant un ancien démon, la copie de mon premier amour. L'autre, un ami très cher, qui m'a aidé dans les pires moments de ma vie et envers qui je ressens des choses nouvelles et encore inconnues... Voilà que plus il parle, plus finalement la nervosité monte en moi, allant jusqu'à m'en ronger les ongles et bouger nerveusement le pied. Des tonnes de questions se bousculant... Non pas dans ma tête pour une fois, mais dans ce cœur, longtemps vide de tout amour.

C'est seulement quand il m'attrapa vivement par la cravate, que je sors de mes songes et plante enfin mon regard dans le sien. Déglutissant fébrilement au passage. Il voulait une réponse sur mes sentiments, mais je n'en avais aucune à lui fournir... A moins que ça ne soit plutôt l'idée de ne vouloir perdre aucun des deux. J'aime les deux, mais d'une manière si différente. J'entrouvre légèrement la bouche, prêt à lui répondre quelque chose, avant de finalement la refermer. Pris d'une soudaine montée d'angoisse. J'avais horreur de me retrouver au pied du mur de cette façon. En plus de ses lèvres caressant les miennes, à m'en donner le tournis. Je savais que peu importe ma manière de formuler, Oswald s'emporterait ou ne le prendrait pas comme je le voudrai... Bien sûr que cette nuit avait compté ! A tel point que j'avais redécouvert une autre facette de ma personnalité, aussi complexe soit-elle déjà. A tel point, qu'à chaque fois que je le vois, son être tout entier ne me laisse pas indifférent. Mais ça l'avancerait en quoi de le lui dire ? Et puis, Isabella qui débarque si soudainement dans ma vie... M'efforçant à croire à un "signe" du destin. C'est donc assez soudainement, que je repousse la main d'Oswald maintenant toujours ma cravate, pour me lever du canapé et me dresser devant le feu ardent de la cheminée. Passant une main nerveuse dans mes cheveux, puis sur mon visage.

- « Oswald, je t'aime... beaucoup. » J'eus également cette sensation que ce dernier mot était de trop. - « Mais... Comme je te l'ai déjà dit, je suis amoureux d'Isabella. »

Mon cœur se serra étrangement dans ma poitrine, totalement perdu dans ce fléau sentimental à l'eau de rose. Comme si cette fille, m'avait réellement ensorcelé. Elle avait beau être la copie de Kristen, savoir que j'ai tué son double de mes mains et fais un séjour à Arkham, son regard ne me jugeait pas. Elle n'avait pas peur de moi et me réconciliait avec mon passé. Cependant... Oswald m'a aussi tant appris. C'est pourquoi, il était aussi hors de question pour moi, de le perdre. Mais quelque chose me dit, que je finirai par être dans l'obligation de perdre un des deux. Je m'appuie contre la structure de la cheminée, fatigué par ce dilemme qui me ronge de l'intérieur.

- « Elle est comme... la résurrection d'une erreur passé, que je peux aujourd'hui régler, faire pardonner... »


AVENGEDINCHAINS



? L'HOMME MYSTERE - THE RIDDLER ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 418
Date d'inscription : 24/02/2016
Situation amoureuse : Dans une relation compliquée
Pour qui j'existe : l'homme mystère ♥
Ma famille : Gertrud Kapelput ( mère ) et Tucker Cobblepot (père, †)Elijah van Dahl père biologique
avatar
Oswald C. Cobblepot
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Dim 27 Nov - 10:05

You're the reason that I'm alive
Edward & Oswald
Mon regard sur le sien, j'étais encore qu'à une mince distance de sa bouche quand finalement Edward Nygma me répondit. « Oswald, je t'aime... » Mon cœur , à cet instant, fit un énorme bond dans ma poitrine , il venait enfin de m'avouer ses sentiments ...Du moins c'est que je croyais jusqu'à ce qu'il ajoute son «  Beaucoup » , de trop et annonciateur d'une suite pas vraiment  bonne à  entendre. Pourtant de la manière dont je lui souriais, éperdu d'un rêve sans lendemain  , je continuais encore à garder espoir. Après tout ce que nous avions traversé ensemble, il m'était définitivement impossible de croire que cette Isabella pouvait occuper une place aussi importante dans sa vie. « Mais... Comme je te l'ai déjà dit, je suis amoureux d'Isabella. » Ajouta t -il  , avant que je ne recule et baisse les yeux sur mes mains qui  tremblaient de colère et d'envie de le gifler . Qu'avait-elle que je n'avais pas ? Ou était-elle quand Nygma était au plus bas ? Vraiment je n'arrivais pas à comprendre son choix...Certes  c'était une jolie femme , une copie de son ex en plus de ça, mais Ed' ne m'avait-il pas prouvé son désire pour moi  en me faisant l'amour cette nuit là..C'était à peine si nous pouvions en discuter sans qu'il ne détourne la conversion et pourtant, bien que cela puisse le déranger , il avait son lot d'obligation envers moi... Mais Ed'...Tu la connais à peine... Balbutiai-je, ne trouvant même plus les mots  pour lui faire comprendre son erreur.  Pour le moment elle acceptait son passé de criminel , mais quand sera t-il lorsque tout Gotham la dévisagera entant que   petite amie d'un ancien détenu de l'asile d'Arkham ? Elle le laissera tout bonnement tombé pour sauver  sa réputation de petite sainte qui n'ouvre pas ses cuisses à n'importe qui . « Elle est comme... la résurrection d'une erreur passé, que je peux aujourd'hui régler, faire pardonner... » M’expliqua t-il  alors que mon regard, embué de larmes , exprimait une certaine incompréhension envers cette relation . En moins tu as fais ton choix. Lâchai-je , me levant soudainement du fauteuil sur lequel il m'avait installé à mon arrivé .   Merci Ed' pour cette mise au point, il est grand temps que je fasse aussi ma vie. Bien entendu je ne pensais aucun mot , mon cœur était littéralement brisé et le savoir perdu dans les bras de cette femme me dévorait de l'intérieur. Gab' est encore  en bas .. Je ne vais pas le faire attendre davantage. Mes amitiés à Isabella... Terminai-je sur un sourire crispé avant de regagner  l'entrée de son appartement. Tellement de souvenirs ici, que j'ai eu comme un pincement au cœur de tout plaquer d'un seul coup. Mais voilà, je n'avais visiblement plus ma place dans sa vie, et bien que nous soyons encore des amis , je n'étais pas pour le moment capable d'entendre ses folles histoires avec sa pétasse. D’ailleurs à la seconde ou je refermai  derrière moi, je ne pus contenir plus longtemps ma peine. Restant un moment dos contre sa porte jusqu'à ce que mes pleures cessent...J'étais le roi de Gotham, et bien que la moitié de mes hommes avaient deviné mon amour pour Edward Nygma, il m'était interdis de leur dévoiler l'étendu de ma faiblesse au risque d'une usurpation de trône. […]

Une semaine plus tard...
Les yeux rivés sur mon portrait , je me délectais encore  de la mort de cette  pauvre Isabella. Nygma était encore en deuil mais cela n'était qu'une question de temps avant qu'il ne retrouve le chemin de la raison .Jamais cette petite sotte n'aurait du se mettre au travers de notre amour  songeai-je alors qu'avec impudence , la blonde  m'avait délibérément  nargué. Voilà ce qui arrive quand on veut jouer avec le Pingouin. A cette pensée , mes lèvres s'étirèrent d'un sourire mesquin  , devinant  l'expression de son visage, à la seconde ou les freins du véhicule  ont cessé de fonctionner. Par chance , elle n'a pas trop souffert....Non elle a juste fait « boom » dans le train et au revoir les problèmes. A l'arrivé soudain d'Edward je me figeais, totalement subjuguer par son magnétisme...Toute cette histoire avait réveillé le criminel en lui et je trouvais ça vraiment très excitant. D'ailleurs sans me soucier une seule seconde que ma petite magouille puisse être découverte, il me tardait de le remercier d'avoir cruellement torturé ce traître de Butch et  cette Tabitha.   Ed' que je suis content de vous revoir en si grande forme. Lui dis-je , me retournant alors face à lui, pour rencontré son regard de tueur à faire froid dans le dos. Un verre de vin ? M'enquis-je avant de remplir deux verres et de lui adresser un. Le sourire qui naissait sur mes lèvres était charmeur voire coquin. Cette expérience avait aussi attisé une facette de ma personnalité que je pensais évanoui pour de bon … Mais au final, on ne change jamais les plus grands calculateurs de cette ville..Même par amour j'aurai fini par monter un plan diabolique. J'ai eux vent de ta petite torture. J'aurai aimé être une petite souris pour voire la tête de  notre ami Butch. Repris-je le ton amusé, ignorant encore que l'histoire s'est retournée contre moi et que Nygma veuille à présent me tuer pour venger sa belle.
electric bird.

 


☂ All You Need Is Love ?
_Il y a des moments dans la vie où l'amour est plus fort que tout.Plus fort que l'épuisement, que le manque de sommeil... Plus fort que tout. Et il y en a d'autre où il semble que l'amour ne nous apporte rien d'autre que de la souffrance.

.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 239
Date d'inscription : 27/03/2016
Situation amoureuse : Très compliqué.
Pour qui j'existe : Mr. Pingu ♥
avatar
Edward Nygma
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Ven 2 Déc - 3:13


You're the reason that I'm alive
Pingu  ♥ Nini



C'est silencieux, mais étrangement hésitant, que je regarde le Pingouin quitter les lieux. Ne faisant absolument rien pour l'en empêcher. Je devais faire un choix, même si mon cœur balance également pour mon oiseau boiteux, je ne pouvais passer à côté de ce signe du passé. Et je respectais bien trop Oswald pour le laisser sans réponse et dans le vague. Autant lui mentir sur mes sentiments...

_____________________________

Des sentiments mis à très rude épreuve durant toute une semaine. Où je du faire face à la mort brutale et soudaine de mon Isabella. Un vrai déchirement... Un échec. Le cœur brisé, j'ignore combien de temps je suis resté recroquevillé sur moi-même, dans l'obscurité, à ruminer mon deuil. Il fallait à tout pris, que je comprenne le pourquoi du comment. Car, quelque chose me disait qu'il ne s'agissait pas seulement d'un accident. C'est donc dans l'ombre, que je débute progressivement ma petite enquête. Qui m'amena en premier lieu jusqu'aux chemins de fer, soit le lieu du drame. Le témoignage d'un SDF, soit disant présent ce soir là, me pousse ensuite à aller examiner la carcasse de la voiture de ma libraire. Aussi douloureux soit l'examen de celle-ci, la rage m'aide à avancer dans mon enquête... A tel point, que mes doutes finissent par être confirmé. Les freins de la voiture ont bel et bien été trafiqués et coupés... Pas un seul instant, je ne songe à ce qu'Oswald soit le coupable. Le pensant incapable, naïvement, de me faire une telle chose... Persuadé qu'il m’apprécie et me respect bien trop pour cela. Nous avons beau être tous deux de vicieux criminels, il y a des frontières que nous ne pouvons franchir.

C'est donc en toute logique, en direction de Butch, que ma suspicion de focalise. Qui d'autre pouvait m'en vouloir autant que lui ? Après l'avoir fait passer pour le leader des Red Hood et détruit sa confiance auprès du Pingouin, il aurait tout à fait pu vouloir se venger. C'est donc avec l'énergie et la hargne qu'il me reste, que j'organise un plan pour le capturer et le torturer. Mais pas uniquement lui... sa chère et précieuse Tabitha serait également de la partie. Au programme, un générateur électrique pour tirailler douloureusement les méninges de Butch et une charmante guillotine -conçu par moi-même- pour découper quelques membres de la belle tigresse. Je voulais le faire souffrir... Plus qu'il ne m'a fait souffrir en tuant Isabella. Laissant la part la plus sombre de ma personnalité, prendre le dessus sur tout le reste. Il n'y avait, en cet instant, plus que la vengeance qui comptait. Rien d'autre. Je savourais pleinement la douleur de mes deux victimes, mais savais pertinemment que je n'aurai pas non plus toute la journée. Persuadé aussi que Tabitha laisserait Butch mourir. Sauf que mon plan de se déroula pas du tout comme prévu, et la tigresse sacrifia sa main, pour sauver Butch. Au bout du compte, c'est bien la première fois que j'étais persuadé de l'innocence de ce gros balourd.

Mais alors... Qui pouvait donc être le coupable ? C'est Barbara qui vint semer la plus douloureuse des graines dans mon esprit. Oswald pourrait être le coupable... Pour moi, c'était inenvisageable. Et pourtant... Il est bel et bien amoureux de moi. Et... C'est lui-même qui dit que l'amour pouvait nous pousser à faire les plus grandes folies. En y réfléchissant bien... tout pouvait aisément le mener à lui. J'avais tout de même besoin d'en être sûr. Car après mon choix, il fut soit disant question pour lui, de refaire sa vie. J'ignorai simplement encore comment agir... user ou de perfidie ou user de violence ? L'improvisation choisirait pour moi. Car c'est assez rapidement que je me rends chez Oswald. C'est le cœur serré et le visage grave, que je pénètre dans la demeure. Chaque pièce de cette dernière, me rappelant déjà quelques souvenirs... Pour autant, je déglutis et maintiens une froideur inébranlable. Quand je fais face à son sourire et son air enjôleur, je me crispe de colère intérieurement. Pourquoi avait-t-il l'air si joyeux ? Surtout après l'avoir délaissé pour Isabella, il ne devrait pas l'être à ce point...

Je le laisse d'abord causer, mon regard sombre parlant pour moi. Mais Oswald semble bien trop à côté de la plaque pour s'en soucier. Sa dernière réplique, me pousse discrètement à prendre ma fine lame en main. Cela, avant de balancer son verre de vin plus loin et de le poignarder sauvagement. Mais cela ne fut qu'une puissante pulsion meurtrière, pour le moment... Je cligne des yeux et prends sagement le verre qu'il me tends.

- « Moui... Il était plutôt mal en point. »

Lançais-je assez vaguement. L'air de rien, je pense leur avoir tout de même semer une sacrée frousse. Suffisamment pour qu'ils s'en souviennent longtemps. En plus d'avoir pris mon pied par la même occasion... Lentement, je trempe mes lèvres et savoure ce délicieux vin. Tout en continuant de ruminer et de bouillir intérieurement.

- « Cependant, aussi surprenant que cela puisse être, je sais de source sûr qu'il est... innocent. »

Mon regard sombre se braqua aussitôt sur mon partenaire, laissant exprès un long silence empli de mystères voguer tout autour de lui. Prêt à examiner la moindre de ses réactions. Impatient de voir s'il allait encore oser jouer aux innocents, ou se montrer enfin honnête à mon égard.


AVENGEDINCHAINS



? L'HOMME MYSTERE - THE RIDDLER ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 418
Date d'inscription : 24/02/2016
Situation amoureuse : Dans une relation compliquée
Pour qui j'existe : l'homme mystère ♥
Ma famille : Gertrud Kapelput ( mère ) et Tucker Cobblepot (père, †)Elijah van Dahl père biologique
avatar
Oswald C. Cobblepot
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Mer 7 Déc - 5:23

You're the reason that I'm alive
Edward & Oswald
« Moui... Il était plutôt mal en point. »  Me confirma t-il alors que je lui gratifiai un sourire ravis. A présent , persuadé que Butch est l'unique responsable de la mort de son Isabelle...Ah non zut Isabella, Nygma ne remontera jamais jusqu'à moi. A cette pensée, une lueur de malice passa en éclair dans mes yeux Edward Nygma était à moi , rien qu'à moi...Il ne me restait plus qu'à le convaincre sur ses sentiments. Faisant délicatement tourner le vin dans le verre , d'un léger mouvement répétitive de la main, je repris. Il n' a eu ce qu'il mérite . Il a conspiré contre moi par jalousie envers « nous ». Butch n'avait pas supporté qu' Ed' prenne la place de second , et c'est sous l'apparence du Red Hood, qu'il avait tenté à ma vie . « Cependant, aussi surprenant que cela puisse être, je sais de source sûr qu'il est... innocent. »  Reprit soudainement mon ami, m'arrachant une  surprise légèrement faussée. Que voulait-il exactement ? Possédait-il le vrai nom du coupable ? A cette idée , je blanchis , balbutiant mon incompréhension  dans un petit rire nerveux. Mais que veux-tu dire exactement ? Nous  savons tout les deux qu'il ne peut que s'agir de Butch ? En moins que tu es d'autres ennemis que je connais pas. Tournant , vivement, les talons  face à le fenêtre , je laissai échapper toute cette angoisse, qui en quelques secondes m'avait envahit.  . Son regard, son silence ne pouvaient être que les signes avant-coureurs d'un retournement de situation...Mais vraiment pas bénéfique pour moi. D'ailleurs avant qu'il ne décide de me planter avec couteau dans le dos, je ferais mieux de me retourner et d'affronter son sombre regard . Tu es fatigué mon cher ami, ton imagination te joue encore des tours... Lui dis-je plus calme, en reportant toute mon attention sur lui, le sourire feint sur mes lèvres. En tout cas  si Butch n'est pas  le coupable, je mettrais tout en œuvre pour t'aider à le trouver et lui faire payer son crime   Le vrai coupable se  tenait tout bonnement face à lui, mais comment lui avoué  sans attirer sa foudre sur moi ?  Vu l'amour qu'il lui porte , il est clair que Nygma me ne le pardonnerai jamais...Et pire que la mort je le perdrais pour de bon. A cette cruelle vérité, mon cœur se serra douloureuse dans ma poitrine, l'idée qu'Ed remonte jusqu'à moi ne m'avait pas effleuré et pourtant, l'amour était un mobile classique pour un crime. Portant, innocemment mon verre à mes lèvres, je restais un instant songeur...Songeur sur le serpent qui aurait pu être son informateur.  Jusqu'à maintenant notre liaison était été secrète, et mise à part ma femme de ménage , personne ne connaissait mes sentiments pour Nygma. Elle sait à peine parler notre langue, jamais elle n'aura été capable d'une pareille trahison. Que Diable s'était-il passé après sa rencontre avec Butch et Tabitha ? Ça n'avait aucun sens ? Et sur les lieux, il n' y avait aucune trace de ma présence. Gab' c'était chargé de tout, comme d'habitude. Écoutes Ed' , je peux comprendre que cette histoire te bouleverses mais arrêtes de me regarder comme ça tu me fais peur... Oh oui , a cette instant précis mon être aimé ,  me terrifiait plus qu'il ne me faisait chavirer le cœur. Quoi que je répondrais, il n'allait pas lâché prise, peut-être était-il plus préférable que je lui dise la vérité....Cette cruelle vérité qui me ronge de l'intérieur. Avec un peu de chance il m'accordera toute sa clémence , au lieu de me trancher la gorge avec cette lame qu'il portait dans la main. Sous le feux des chandelles , elle ne m'avait pas échappé. Mon visage s’obscurcit, à la seconde même ou je repris la parole.  Je ne sais qui est ton informateur mais il a raison. Butch n'est pas l'assassin de Isabella.  J'ai commandité son meurtre. Revenant à sa hauteur , je renchéris. mon regard bleu planté   dans le sien avec une certaine impertinence . Tu veux sans doute savoir pourquoi ? Mais je pense que tu le sais très bien pourquoi...Repenses un peu au garçon que tu as laissé partir en larme et sous la pluie. Se garçon brisé que tu as baisé puis abandonné ! La voix plus forte et plus dur, je tremblais de cette colère qui m'envahissait , je l'aimai et cette amour me laissait vraiment dans un état second et le pire c'est que lui , il s'en fichait pas mal que je puisse souffrir dans mon coin...Non pas tant qu'il avait sa salope de bibliothécaire à ses cotés ! Pourquoi je serais le seul à souffrir dans cette histoire ? Hein ! Dis moi pourquoi?! Repris-je, attrapant vivement la main ou il tenait la lame , pour la placer sous ma gorge,  une expression de folie peinte  sur le visage. T'avais l'attention de me tuer ? Vas y donc Ed' ne t'en prives...Toute façon, il y a longtemps que tu l'as déjà fait. Alors vas y qu'on en finisse ! Le suppliai-je presque, avant de fermer les yeux sur ce qui allait suivre.  Si je devais mourir , autant que ça soit de sa main . Son regard perdu dans le mien avant que je ne m'éteigne...Rapprochant d'avantage sa main, je versai une larme au contact de cette pointe sur ma peau. Jusqu'au bout je l'aurai aimé dans la déraison...Mais alors que je continuais à le convaincre de me tuer , voilà que l'une des vitres du salon se brise , laissant alors entrer un étrange homme masqué. Poussant ,instinctivement et abruptement  Nygma pour qu'il échappe à cette nouvelle menace qui avait tout l'air d'un assassin envoyé contre moi.  Je me laissai capturer en premier  , résistant un moment  avant qu'il ne m'endorme  , d'un tissus imbibé de chloroforme   sur la bouche.
electric bird.



☂ All You Need Is Love ?
_Il y a des moments dans la vie où l'amour est plus fort que tout.Plus fort que l'épuisement, que le manque de sommeil... Plus fort que tout. Et il y en a d'autre où il semble que l'amour ne nous apporte rien d'autre que de la souffrance.

.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 239
Date d'inscription : 27/03/2016
Situation amoureuse : Très compliqué.
Pour qui j'existe : Mr. Pingu ♥
avatar
Edward Nygma
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Dim 11 Déc - 3:33


You're the reason that I'm alive
Pingu  ♥ Nini



Plus les secondes passent, plus il parle, plus la pression de mes doigts se resserrent autour de la lame que je cache dans ma manche. La laissant maladroitement dépasser de sous celle-ci, le regard tellement concentré sur le Pingouin, qui tente encore une fois de se défiler. Ce qui me donne encore plus envie de le poignarder... avant de finalement tout avouer. Mon cœur manque un nouveau battement. Ce qu'il m'avoue, me glace le sang, me brise le cœur. Encore une fois. Ce qui démontre à quel point finalement, je suis resté bien faible. Bien que je le savais déjà, je recule d'un pas, sous le choc. Terriblement déçu, dévasté, d'entendre de sa propre bouche ce qu'il a osé me faire. A moi, son soit disant meilleur ami... Lui qui savait, en dépit de ce qu'il s'est passé entre nous, le bonheur qu'Isabella m'apportait. Ayant tout bonnement préféré, faire l'égoïste et satisfaire son propre bonheur. Voilà, ce qui me brisais. Comment a-t-il pu me faire une chose pareille ? Quand bien même par amour... Il m'a vu souffrir, effondré... et a volontairement continué à me mentir, en me regardant droit dans les yeux. J'avais sûrement bien des tords aussi, mais jamais, je ne lui ai mentis. Mon regard s'embua de discrètes larmes. Des larmes de rage. Ainsi, sa logique est que je souffre tout autant que lui ? C'est donc ça l'amour, selon lui ? C'est donc de cette manière, qu'il considérait "notre" possible amour ? En cet instant, je me dis que je n'aurais pas du hésiter autant à choisir Isabella... J'avais en face de moi, un monstre, égoïste et sans scrupule !

Tétanisé de colère, je le surprends à attraper ma main tenant la lame pour la glisser lui-même sous sa gorge. Excellente initiative, pour une fois. Je le fixe sévèrement, froidement. Je le regarde pleurnicher à nouveau sous mes yeux et me suppliant d'en finir une bonne fois pour toute. Au départ, j'aurai voulu le faire souffrir longuement avant de l'abattre. Il croyait vraiment avoir souffert ? Il n'avait pourtant rien vu... Mais là, s'en était trop. Une pulsion meurtrière et violente s'empara de moi, il n'était plus question de le laisser respirer. Je lui avais peut-être brisé le cœur, mais lui la fait de manière encore plus cruelle. Jetant littéralement à la poubelle le respect et la valeur que je pensais avoir sincèrement à ses yeux.

- « Je vais te tuer, Oswald... JE VAIS TE TUER !! »

Tout se déroula en une seconde. Mon regard sur lui, n'était plus débordant d'admiration ni d'amour, mais de haine. Le fixant, comme je fixerai une de mes victimes. Commençant à enfonçant la pointe de la lame, dans son cou. Hurlant de rage. Une larme s'échappant et glissant le long de ma joue au même moment... J'allais réellement le faire, le tuer. De mes mains. Froidement... Si ces hommes n'étaient pas intervenu en débarquant et explosant subitement les fenêtres du manoir. Si Oswald ne m'avait pas vivement repousser, d'une force que je ne lui connaissais pas. Je glisse sur le parquet, jusqu'à me cogner légèrement contre le mur d'en face. Observant la scène avec terreur, regardant Oswald essayer de se débattre contre un homme masqué. Je reste tétanisé une fraction de seconde, avant de me relever et de fuir le plus rapidement possible. Du moins, jusqu'à constater que la porte d'entrée est bloqué. A croire que c'était prémédité, car je ne me souviens pas l'avoir verrouillé en rentrant ici tout à l'heure. A peine ai-je ensuite le temps de me retourner, que l'homme masqué est déjà derrière moi. Sans réfléchir, j'essaye de l'attaquer à plusieurs reprises avec ma lame, arrivant tout de même à lui effleurer le bras. Mais mon adversaire est incroyablement agile et arrive à se faufiler derrière moi en un rien de temps, avant que ce soit le trou noir complet.

_____________________________

C'est lentement, que je m'éveille dans un endroit sombre et frais. Ma vision est floue, je cherche instinctivement mes lunettes, disposé non loin de moi. Il semblerait, que je sois dans les cachots du manoir... Je cligne plusieurs fois des yeux, encore dans le gaz. Je me relève lentement, et titube jusqu'aux barreaux de ma cellule. Manquait plus que ça... Voilà que je me retrouve à nouveau enfermé. J'observe les lieux, du mieux que je peux, jusqu'à apercevoir Oswald dans la cellule voisine. Comme, quelque peu soulagé... Pour autant, je reste impassible à le voir sain et sauf. Heureusement pour lui que ces barreaux nous séparent.

- « Hey oh !!! Y'a quelqu'un ?? »

Je frissonne, sous l'effet de la température et de la noirceur des lieux. Avant d'aller me recroqueviller sur moi-même, dans un coin de la cellule. Tournant littéralement le dos à Oswald. Dans quel affaire me suis-je encore retrouvé...

"Nous voilà de retour à la case départ..."

Soupira mon subconscient, adossé aux barreaux en face de moi. Les bras et les jambes croisés. Me narguant avec ses grands airs, si sûr de lui.

- « Encore toi ?? »
"Si tu avais sagement suivi mes conseils, tu n'en serais pas là. Mais non... Tu as préféré n'en faire qu'à ta tête. A croire que t'es complètement maso mon gars !"
- « La ferme ! Il y a des choses... qu'on ne maîtrise pas... »
"Dommage... Tu étais plutôt bien partis. L'échec de ton premier amour ne t'as pas suffis... Il a fallut que tu craques cette fois pour deux personnes, dont un clone de la précédente !"

Mon subconscient explosa littéralement de rire, tandis que je grogne de frustration et tente de lui balancer un bâton en pleine poire. Pourtant, il avait raison, j'étais pitoyable.

"Quoi que je peux comprendre pour Isabella... Elle était si... parfaite. C'est pas tous les jours qu'on peut retenter sa chance avec une fille qu'on a tué..."

Une nouvelle fois, il me rit au nez, tandis que je glisse une main sur mon front pour me le masser.

"Par contre, je ne vois pas du tout ce que tu lui trouves à lui... Non mais regardes le ! Juste un oiseau boiteux et sans plumes, qui s'est servi de toi. S'il est au pouvoir, c'est uniquement grâce à toi. Autrement, il n'est rien... C'est toi, qui mériterait d'être à sa place !"

Alors qu'en cet instant, je haïssais Oswald de tout mon être, suite à ses révélations, un étrange déclic me poussa à redresser vivement le menton. La gorge nouée, et le cœur prenant la parole à ma place.

- « NON !! C'est moi, qui ne suis rien, sans lui... »

Tous mes souvenirs, chaque instant passé à ses côtés, m'avaient permis de revivre. De me donner une raison d'exister. De me transformer en ce papillon, que j'espérai tant pouvoir devenir. Il avait tant fait pour moi. Quelque chose d’indescriptible nous lie... Quelque chose, d'effrayant aussi. Telle l'osmose en est intense. J'avais tout bonnement peur, de me l'avouer. Que ce serait-il finalement passé, si je l'avais tué ? J'aurai tout perdu. Tandis que je m'usurpe progressivement de ma torpeur personnelle, je vois une silhouette sombre se tenant devant ma cage. Me faisant légèrement sursauter. Toujours ce même masque de hiboux sur le visage... Je plisse légèrement les yeux, comme pour tenter de transpercer la pénombre m'empêchant de voir correctement.

- « Qui êtes vous ? Que me voulez vous ? »

Il ouvre la cage et entre, s’apprêtant visiblement à s'emparer de moi. J'essaye à nouveau de résister, mais les forces me manquent...

- « Non ! Laissez moi !! »

C'est non sans mal, qu'il réussi à me traîner jusqu'à une pièce voisine. Sans avoir la moindre idée, du sort qu'on me réserve.


AVENGEDINCHAINS



? L'HOMME MYSTERE - THE RIDDLER ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 418
Date d'inscription : 24/02/2016
Situation amoureuse : Dans une relation compliquée
Pour qui j'existe : l'homme mystère ♥
Ma famille : Gertrud Kapelput ( mère ) et Tucker Cobblepot (père, †)Elijah van Dahl père biologique
avatar
Oswald C. Cobblepot
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Ven 16 Déc - 11:36

You're the reason that I'm alive
Edward & Oswald
« Je vais te tuer, Oswald... JE VAIS TE TUER !! » Des mon réveil, ses paroles me sont revenus comme une claque. Si cet assassin ne serait pas intervenu , Nygma m'aura sans doute tué. J''avais moi même pointé la lame , mais jamais je ne l'aurai cru capable de me faire du mal ...Je pouvais qu'en conclure qu'il aimait Isabella  bien plus qu'y ne m'aimera un jour , qu'à ses yeux je n'étais qu'une phase...Une phase compliqué et surtout sans grand  intérêt. Comme quoi la vérité peut-être cruelle,  voire plus blessante qu'un couteau. Mon cœur écorché était à présent, à l'état de cendre...Je n'attendais plus que le vent pour tout éparpiller et faire en sorte que tous ces mauvais souvenirs me passent. Il allait me falloir du temps  pour oublier , mais peut-être le temps m'était déjà compté. Des gouttes d'eau  , me tombant  sur le front, je sortis aussitôt de ma torpeur, pour observer ce lieu particulier et  sinistre. Il était seulement éclairé deux de torches , glissés dans  des supports en forme de hiboux. Me relevant doucement pour scruter plus attentivement cet endroit, qui avait tout l'air d'une prison, je tombais malencontreusement sur  son regard froid et impassible...J'étais soulagé de le savoir sain et sauf, mais son comportement envers moi me bouleversait. J'avais tué cette femme par amour pour lui , car  à long terme elle l'aurait rendu fou.  Ses yeux se détournant aussitôt des miens, je restai un moment à le contempler à travers cette simple grille qui séparait nos deux cellules. Il était si beau, mais tellement interdit, je n'avais pas autre choix que d'abandonner ce rêve à deux. « Hey oh !!! Y'a quelqu'un ?? » Cria-t-il à l'attention de nos ravisseurs, alors que tout doucement je regagnai aussi le fond de ma cellule pour me recroqueviller en condamné . Ma gorge était serrée , je n'arrivais même pas à décocher un mot. Nygma voulait plus rien savoir de moi et tout ce que je désirais, était que tout s’arrête.

Après la mort de ma mère, je n'aurai jamais cru ressentir une pareille détresse. Je me sentais vide...Vide de tout bonheur, de toute ambition , de tout plaisir...Je n'avais plus que mes larmes, elles me venaient même en dormant tellement que cette peine me gangrenait.  J'ai aimé Edward Nygma d'un amour pas permis et à présent,  c'était toute ma forteresse qui était assiégé par la déception. En moins qu'on me dise encore le contraire, j'ai vraiment cru qu'il m'aimait aussi.  Sa façon de me regarder, de me toucher, de me désirer...Comment pourrais-je ne plus y penser ? Edward était l'essence même de mon existence. La lumière rassurante de ce long chemin obscure que je parcoure, la chaleur de mon hiver sans fin. Jamais je ne mettais sentis aussi bien dans les bras d'un homme. A cette pensée, je détournais mon regard vers lui qui était en pleine confrontation avec son double. C'était la première fois que j'assistais à ça, et le sujet de leur dispute était moi ? Discrètement, je me rapprochais , mes iris bleus sur lui . C'était effrayant mais en même temps j'aimais tout de lui : Ses ténèbres je les connaissais mieux que quiconque.. "Par contre, je ne vois pas du tout ce que tu lui trouves à lui... Non mais regardes le ! Juste un oiseau boiteux et sans plumes, qui s'est servi de toi. S'il est au pouvoir, c'est uniquement grâce à toi. Autrement, il n'est rien... C'est toi, qui mériterait d'être à sa place !" A ses paroles, je sentis mon cœur se serrer douloureusement dans ma poitrine. Nygma n'était pas dans on état normal, mais cette autre facette, était ce qu'il pensait tout bas. Mon aimé me voyait donc comme un horrible oiseau boiteux, qui sans scrupule se serait servi de lui pour atteindre le titre de maire. En silence, je laissai échapper quelques larmes , mon regard était toujours sur lui, blessé encore une fois par la vérité.  Je comprenais pas vraiment ce qu'il se passait sous mes yeux, même le reste de la conversation m'était complètement flou. J'étais brisé de l'intérieur....

A l'arrivé soudain, d'un homme en costume et dont le visage était dissimulé derrière un masque blanc de chouette, je reportai toute  mon attention sur lui. C'était à priori l'heure de sortir de la cage et de faire son entré dans la grande salle.  Contrairement à Nygma, je me débattais même pas. J'étais fatigué de vivre et je me réjouissais d'avance qu'on puisse me libérer de mes tourments. Je riais même...Oui je riais de ce tribunal des Chouettes. « Monsieur Oswald Cobblepot , nous vous attendions » M'annonça une femme , qui m'était étrangement pas inconnue. Mes prunelles , suivant un instant l'homme qui détenait encore Nygma, je finis par me concentrer sur ce qu'il se passait. Même si de toute évidence, je ne savais pas  de quoi on me jugeait. Entant que Maire de Gotham, j'avais fait de grandes choses pour mon prochain.  «  Vous détenez quelque chose qui nous appartient. Ou es le garçon ? Ou es Owlman ? » Alors c'était eux pour qui le méta-humain travaillait . Vous voulez dire le patient 514A de Indian Hill ? Et pourquoi je vous le dirais ? Il est entré dans mon entrepont et a tué trois de mes hommes pour prendre ma recette.  Et puis pour qui vous vous prenez pour nous juger ? Un étrange sourire était à présent sur mes lèvres , on devinait clairement que je prenais un plaisir à défier ces autres oiseaux de pacotilles. Je suis le Pingouin , le roi de cette ville et vous ...Vous êtes qu'une bande de lâches derrière des masques ridicules. L'homme sortant abruptement un couteau de sa manche pour le glisser sous la gorge de Nygma, j'esquissai un autre sourire, ravis de la tournure que prenait cette entrevue .  Voilà qu'on passe au chantage affectif. Vous perdez votre temps, cet homme n'a plus aucune valeur à mes yeux. En plus d'avoir tenté a ma vie , il m'a blessé en m’appelant l'oiseau boiteux. A la dérobé, je lui jetais cependant un regard, ça ne m’intéressais pas non plus qu'on lui tranche la gorge... Non j'ai envie qu'il vit avec ma mort sur la conscience.   La copie de Bruce Wayne est chez mon assassin Victor Zsasz. Il n'a aucune valeur pour moi, vous pouvez le reprendre sans problème. Bref ce fut un réel plaisir de négocier avec vous. Terminai-je avec espoir de sortir au plus vite de cet endroit. Oh j'allais oublié , en échange j'aimerai que vous relâchez Edward Nygma , il n' a rien avoir avec tout ça  . La femme , faisant signe à son assassin  de le lâcher, je souris en dépit de cette lueur de tristesse qui brillait contradictoirement dans mes yeux  . « Reconduisez monsieur Nygma au manoir..Quand à vous ça sera la potence , nous pouvions laissé un criminel à la tete de cette ville.   » 

electric bird.



☂ All You Need Is Love ?
_Il y a des moments dans la vie où l'amour est plus fort que tout.Plus fort que l'épuisement, que le manque de sommeil... Plus fort que tout. Et il y en a d'autre où il semble que l'amour ne nous apporte rien d'autre que de la souffrance.

.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 239
Date d'inscription : 27/03/2016
Situation amoureuse : Très compliqué.
Pour qui j'existe : Mr. Pingu ♥
avatar
Edward Nygma
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Mar 20 Déc - 1:53


You're the reason that I'm alive
Pingu  ♥ Nini



Après un bien trop long moment d'euphorie passé avec mon autre moi, nous voilà tous les deux amenés jusqu'au tribunal des chouettes. Je n'ai absolument pas connaissance de cet endroit, ni de ces gens masqués, qui ne me disent rien qui vaillent. J'observe un instant Oswald, qui lui, semble beaucoup moins inquiet que moi... Étrangement. Son drôle de comportement me pousse à me calmer aussi et à cesser toute résistance. De toute évidence, il n'y a rien que je puisse faire contre la force de l'homme qui me tient fermement de tous les côtés. Je me concentre qu'à moitié sur la situation, surveillant bien trop souvent le Pingouin d'un œil. Ne me rendant absolument pas compte non plus, qu'il a suivi toute ma conversation avec mon subconscient. Ou du moins, à peu prêt tout. Pourquoi diable se comporte-t-il avec autant de... résignation ? J'en ai bien une petite idée, mais je ne peux tout de même pas être la raison d'une telle souffrance intérieur ? Après tout, je ne suis que... Moi. Je ne suis qu'Edward Nygma, rien de plus. Un simple petit criminel débutant, qui n'a fait qu'étrangler maladroitement son ancienne petite amie. Comme depuis le tout début, je ne comprends pas pourquoi, il m'aime. Personne n'a réussi à le faire, alors pourquoi lui ? Je n'arrive pas non plus à me faire à l'idée, qu'il n'y ait aucune réponse à ce mystère qu'est tout simplement... l'amour. Un mystère, qui me ronge de l'intérieur et qui m'effraye. Que j'ai essayé de cacher derrière cette Isabella, derrière cet être du passé. Lui, est bien présent. Bien réel et la prouvé à de nombreuses reprises.

- « Qu'est-ce qu'il se passe... »

Marmonnai-je d'une voix à peine audible entre mes lèvres, comme sonné. N'ayant rien suivi de la conversation depuis mon entrée dans ce tribunal. Je sors de ma torpeur, lorsque je sens une lame se glisser sous ma gorge. Mon regard se braque ensuite sur Oswald, qui semble dire que je n'ai plus la moindre valeur à ses yeux. Est-ce un moyen pour me protéger, ou bien le pense-t-il vraiment ? D'un autre côté... il est vrai que j'étais prêt moi aussi à le tuer. Sa réaction est assez compréhensible. Pour autant, ses mots me pressent le cœur. Et sans que je le veuille, mes yeux s'embuent de larmes. Ainsi donc, il m'avait bien entendu penser à voix haute. Je baisse légèrement la tête, fuyant son regard. Il semblerait que nous sommes tous les deux très doué, pour nous entre-tuer et nous faire du mal. Cependant, il arrive à marchander avec la "juge" pour qu'ils me relâchent. Ce qu'ils font, tandis qu'ils comptent emmener Oswald à la potence. A peine détaché, je m'écarte d'eux et m'exprime sans la moindre crainte dans la voix.

- « Non ! Ne faites pas ça ! Attendez !! »

J'essaye de me rapprocher de cette mystérieuse femme, caché derrière son masque de chouette, avant d'être rattrapé par ses hommes. Parfaitement conscient, de gâcher une chance de m'en sortir. Mais cela m'importais vraiment peu, si c'est sans Oswald.

- « Oswald... Mr Cobblepot n'est plus un criminel. Vous l'avez vu vous même ? Tous les habitants de Gotham l'aiment et ont décidé de l'avoir comme maire légitime. Il a travaillé dur pour y arriver, pour se reconstruire. Tout ce qu'il fait, il le fait uniquement par amour. »

Discrètement, je lui jette un petit regard en biais et ampli de désolation, avant de me reconcentrer sur cette femme.

- « Laissez le soigner cette ville. Laissez lui une chance. Le seul monstre ici... c'est moi. »

Toujours très discrètement, je vérifie si je suis toujours en possession de ma lame et il semblerait que la "chance" me sourit. J'allais également tout miser pour m'assurer qu'Oswald s'en sorte, quitte à me sacrifier. Je lui devais bien ça, après tout. La simple idée de le perdre et d'avoir faillis lui arracher la vie, est tout simplement insupportable et impardonnable. Je ne fais que blesser, tuer, le peu de gens capable de m'aimer. Il est temps que tout ça s'arrête. Sans demander la permission, je m'approche vivement d'Oswald pour le serrer fort dans mes bras. Rapprochant mes lèvres de son oreille.

- « Ne gâches pas cette chance, mon ami... »

Je ferme les yeux l'espace d'un seconde, m'enivrant une dernière fois de son parfum. Luttant contre l'envie de l'embrasser une dernière fois. Profitant aussi de cette étreinte pour sortir ma lame.

- « Je t'aime. »

Sans attendre, je repousse Oswald et enfonce ma lame dans la carotide d'un des hommes masqué. Le transformant en fontaine de sang. Rien de tel, pour attirer toute leur attention sur moi et espérer blanchir Oswald. Bien conscient, qu'on ne pouvait négocier que par la force, avec ces individus de l'ombre. Dont nous ne connaissions même pas l'existence jusqu'à aujourd'hui.


AVENGEDINCHAINS



? L'HOMME MYSTERE - THE RIDDLER ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 418
Date d'inscription : 24/02/2016
Situation amoureuse : Dans une relation compliquée
Pour qui j'existe : l'homme mystère ♥
Ma famille : Gertrud Kapelput ( mère ) et Tucker Cobblepot (père, †)Elijah van Dahl père biologique
avatar
Oswald C. Cobblepot
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Mar 20 Déc - 21:24

You're the reason that I'm alive
Edward & Oswald

Music By brunuhville : River of tears ( no voice version)

- « Non ! Ne faites pas ça ! Attendez !! »  S'écria , brusquement Nygma alors que deux hommes s’apprêtaient  à me conduire dans l'autre pièce , sans doute la salle  d'exécution de ces fanatiques.  La femme, faisant un simple signe pour les stopper, alors que d'autres s'emparaient  violemment de mon ami   , l'écouta  pourtant d'une grande attention .« Oswald... Mr Cobblepot n'est plus un criminel. Vous l'avez vu vous même ? Tous les habitants de Gotham l'aiment et ont décidé de l'avoir comme maire légitime. Il a travaillé dur pour y arriver, pour se reconstruire. Tout ce qu'il fait, il le fait uniquement par amour. »  Mon regard bleu , de nouveau  sur lui, je ne pus caché mon étonnement. Il avait pourtant dit des choses blessantes  dans cette prison, au cours d'une conversation avec sa double personnalité. Je ne comprenais vraiment pas à quoi il jouait, mais ses paroles m'avaient touché  au cœur. En moins, je pouvais disparaître avec le sentiment de ne l'avoir pas autant déçu que ça...Lui mon seul et véritable ami. «  C'est grâce à ses promesses contre les monstres de Indian Hill, que monsieur Cobblepot a été élu maire, mais il reste pas moins un criminel d'une grande envergure. D'ailleurs il n' a jamais cessé ses mauvaises actions au sein de la pègre. » Trancha -t-elle, implacable . Le regard de mon aimé, se posant à la dérobée sur moi, je lui adressai cette même expression de regret. Il n'était pas loin de moi, mais un océan de haine nous avait éloigné l'un de l'autre ..Et avant que ces assassins  nous capturent , Edward avait tenté de me tuer.  Je ne suis pas sure de réussir un jour à lui pardonner. « Laissez le soigner cette ville. Laissez lui une chance. Le seul monstre ici... c'est moi. » Au non ,  il avait aimé cette femme d'un amour pur et sincère et moi, j'avais tout brisé dans l'espoir de  le récupérer à mes cotés . Le seul monstre dans cette pièce n' était  autre que moi....Un monstre envieux, rongé par la  jalousie et d’égoïsme.  A cette vérité , je baissai systématiquement les yeux, je l'aimais toujours et  cette honte me submergeait. Arrêtes ça tout de suite Edward...   Lâchai-je  d'un souffle,  complètement dépassé par ce retournement de situation . A croire qu'il aimait me rendre fou. Plusieurs fois je lui avais fait part de mes sentiments, sans jamais obtenir la moindre réponse. Pourquoi avoir attendu  que je passe à la potence pour me dire tout ça ?  Si c'était de la pitié, j'en avais pas besoin. Je suis Oswald Cobblepot et j'ai grandi dans le sang et les larmes.  Edward se rapprochant avec impudence, je me raidis à la sensation de ses bras autour de moi.  Je ne savais pas trop comment me comporter, bien que j'appréciais intérieurement cet instant de chaleur entre nous . « Ne gâches pas cette chance, mon ami... » Me murmura-t-il alors , dans le creux de l'oreille. M'arrachant autant de surprise que de curiosité.  Je ne comprenais pas trop ce qui se passait, mais l'idée même que nous soyons redevenus complice ne m'avait pas échappé. J'étais bouleversé . Des larmes de joies brillaient à mes yeux, alors que sans plus d'amertume je décidais de resserrer cette étreinte. Je suis heureux que nous soyons encore des amis. Lui répondis-je, réprimant mon envie de l'embrasser. Il avait une lame dans la main, et j’ignorai encore pour qui, elle était destinée, a nous deux on ne pourra jamais combattre toute une assemblée. « Je t'aime. »  Me souffla t-il soudainement, avant de me repousser et d'enfoncer sa lame dans la carotide, de l'homme qui se tenait derrière moi.  J'étais couvert de son sang, mais je souriais comme jamais....Edward Nygma si beau, si machiavélique, si sanguinaire , si énigmatique...Mon cœur a cet instant ne battait plus par crainte de la mort, mais d'un amour que j'avais pourtant tenu à effacer pour ne plus souffrir. Tous les regards ,convergé, sur nous,  je me rapprochai à mon tour de lui. Hésitant un moment avant de l'embrasser avec passion devant toutes ces personnes qui  n'attendaient plus que le mot d'ordre pour nous capturer et nous faire payer cet affront. On a tellement perdu de temps.... Déclarai-je encadrant son visage de mes mains. Je pleurais à chaudes larmes . Nous nous étions retrouvés , mais dans la mort et rien qu'une petite heure, nous sera jamais accordé. «  Cela suffit, saisissez-les ! » Ordonna la femme , en se levant de son siège. «  Ils seront tous deux pendus au levé du soleil. » Quatre de ses hommes, venant immédiatement nous séparer, je me débattus férocement . La main tendu vers Nygma  dans l'espoir  d' attraper la sienne . Je ne désirais  pas être séparé de lui et curieusement, celui qu'on désignait comme un Talon prit la décision de nous enfermer dans la même cellule. La grille se refermant, sur nous dans claquement sourd, je me rapprochai aussitôt d'Edward Nygma. Il faisait terriblement froid dans ses cachots, le mieux était qu'on restait l'un contre l'autre pour se réchauffer. Je suis tellement désolé pour tout ça... Ma main venant prendre la sienne pour entrelacer nos doigts, je continuais, mon regard à présent dans le sien. T'aurais du partir Ed, je te mérites pas. L'avais-je un jour mérité? Lui qui  aurait pu refaire sa vie et guérir de ses tourments...

electric bird.



☂ All You Need Is Love ?
_Il y a des moments dans la vie où l'amour est plus fort que tout.Plus fort que l'épuisement, que le manque de sommeil... Plus fort que tout. Et il y en a d'autre où il semble que l'amour ne nous apporte rien d'autre que de la souffrance.

.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 239
Date d'inscription : 27/03/2016
Situation amoureuse : Très compliqué.
Pour qui j'existe : Mr. Pingu ♥
avatar
Edward Nygma
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Dim 25 Déc - 2:38


You're the reason that I'm alive
Pingu  ♥ Nini



Ne dit-on pas que la frontière entre l'amour et la haine est effroyablement fine ? La preuve était bien là, entre Oswald et moi-même. Je croyais l'aimais de simple amitié, mais il y avait clairement plus entre nous. Je le voyais aussi comme beaucoup plus, mais me voilais la face et avais peur. Préférant opter pour la simplicité en me raccrochant au passé. Craignant certainement... de lui faire aussi du mal. Pourtant, c'est justement en niant les faits, que je le faisais aussi souffrir. Ce qu'il a fait à Isabella, je ne pourrai jamais lui pardonner. Néanmoins, aussi malsain et cruel que cela puisse être, il a tué... pour moi. Que je le veuille ou non, de par cet acte, il m'a conquis. En plus de cette fameuse nuit, que nous avons passé ensemble et qui me resta à jamais en mémoire. Personne n'avait jamais fait tout ça pour moi et personne d'autre ne le fera sûrement. Malgré ma colère encore présente, je sais malgré tout qu'il est hors de question que je vive sans lui. J'aurai été prêt à me venger de lui, à le faire souffrir comme il m'a fait souffrir... Mais pas, à lui ôter la vie. Contrairement à ce que j'ai failli faire au manoir. Sauf qu'en cet instant, je fus posséder par la rage et la folie. Ce qui me permis au moins, de déclencher une certaine remise en question, me permettant d'ouvrir les yeux.

Pour une fois, je n'eus pas le temps de réfléchir et devais surtout agir. Ce que je fis, laissant parler mon cœur par la même occasion. C'était maintenant, ou jamais. Intérieurement, je tremblais de peur. A l'extérieur, le tueur sûr de lui et déterminé maîtrisait tout. Assumant également, ce baiser fougueux échangé avec Oswald, aux yeux de tous. Il était même très plaisant de provoquer toute cette assemblée arrogante et prétentieuse. Cela les fit au moins descendre de leurs grands chevaux et retrouver la saveur des lèvres d'Oswald fit battre à nouveau mon cœur. Tout en prolongeant ce baiser, je le conclu en jetant un regard amusé et diabolique en direction de la femme juge, toujours cachée son pitoyable masque de chouette. Ravis, qu'on l'ait offusqué voir littéralement choqué. Croyait-elle avoir affaire à n'importe qui ? Je concentre mon attention sur Oswald, qui s'empara de mon visage. Visiblement heureux et touché par ce retournement de situation et d'avoir enfin perçu quelque chose au travers de mon masque empli de mystère. Je souris doucement à sa remarque, avant qu'on nous sépare à nouveau. Les bras maintenu de tous les côtés, je ne pouvais saisir la main d'Oswald.

Cette fois-ci, c'est moi qui ne me débattais plus. J'aurai au moins essayer la politesse avec eux, ce qui n'arrangea rien. J'ai au moins pris un foutu plaisir à faire saigner comme un porc, un de leur petit hibou. D'ailleurs, avant d'être traîner en dehors de la pièce, je regarde l'homme mort au sol, puis fixe la femme avec un sourire des plus sadique. Allant même jusqu'à lui rire au nez, ouvertement. Là au moins, elle aurait une bonne raison de nous pendre. Contre toute attente, ils nous mettent dans la même cellule. Je reste songeur et pensif quelques instants, avant de baisser mon regard sur nos deux mains. Puis de plonger également mon regard sombre dans le sien. Pour l'heure, malgré ses excuses, il me faudra un peu de temps pour digérer. Néanmoins, ce qui est fait, est fait. Je ne le repousse pas, déglutis, puis arrive à faire déguerpir toute trace de haine dans mes yeux. Cependant, je ne peux m'empêcher de soupirer à ses paroles.

- « Ne sois pas ridicule... »

Mais c'est aussi ça, que j'aime tellement chez lui. Son côté ridicule, naïf et tellement fleur bleu. Mon regard se perd éperdument dans le sien quelques instants, caressant la peau douce de sa main de mon pouce.

- « Je ne suis pas certain, de pouvoir te pardonner un jour de ce que tu as fait. Cependant... »

Je prends ensuite le temps de remettre son col de chemise bien en place.

- « Tu as tué... Pour moi. »

Lors d'un instant, mon regard se fait d'autant plus intense. Inutile d'user davantage de mots, pour lui faire comprendre à quel point, cet acte fut le plus romantique qu'on ait jamais fait pour lui. S'il devait mourir après un tel geste d'amour, alors soit. Il aura au moins, enfin, eu la chance d'aimer et de se savoir sincèrement aimé.


AVENGEDINCHAINS



? L'HOMME MYSTERE - THE RIDDLER ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 418
Date d'inscription : 24/02/2016
Situation amoureuse : Dans une relation compliquée
Pour qui j'existe : l'homme mystère ♥
Ma famille : Gertrud Kapelput ( mère ) et Tucker Cobblepot (père, †)Elijah van Dahl père biologique
avatar
Oswald C. Cobblepot
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Mar 3 Jan - 8:39

You're the reason that I'm alive
Edward & Oswald

Music By brunuhville : River of tears ( no voice version)

Son regard , encré dans le mien, je souris aux caresses  répétitives de son pouce sur ma main. On allait mourir à l'aube  et pourtant,  je me sentais particulièrement bien..J'avais retrouvé mon Edward et  rien , à mes yeux, ne comptait plus que notre relation  , pas même la vie. « Je ne suis pas certain, de pouvoir te pardonner un jour de ce que tu as fait. Cependant... » Me déclara-t-il soudainement , me forçant alors  à baisser les yeux  avec déception. Avant qu'on nous enferme dans cette prison, il s'était passé quelque chose de fort entre nous.  D'ailleurs, je portais encore  la sensation de ses lèvres  et la chaleur de ses mots . Pourquoi revenir  sur la mort  de  cette  Isabella ?  Dans quelques heures on sera pendu..On avait  donc très  peu de temps pour enfin nous aimer. Toutefois, je me tus, n'étant pas en position d'instaurer  mes conditions. Je l'avais tué par cruelle jalousie et détruis par la même occasion la vie de l'homme que j'aime.  Ses mains, remontant au col de ma chemise pour le remettre convenablement, je relevai systématiquement mon regard bleu sur lui,  adressant alors une certaine incompréhension . « Tu as tué... Pour moi. »  Et si c'était à refaire, je le ferai sans l'ombre d'un doute. Je l'aimais  comme pas permis et le voir heureux dans les bras d'une autre m'était tout bonnement insupportable. Je suis capable du pire, comme du meilleur pour toi...Mais je reste surtout un criminel. Rétorquai-je sans détour, le regard emplit d'amour pour mon interlocuteur. Après tout ce qui s'est passé entre nous, il m'était impossible de te laissé partir sans agir. Je suppose qu'avec le temps , j'aurai fini aussi par rencontrer quelqu'un d'autre...Quelqu'un d’assez bien pour me faire oublier toute notre histoire mais...C'est toi que je veux Ed', et cet homme, je ne l'aurai jamais aimé avec sincérité , parce qu' au plus profond de moi c'est toi que j'aurai continué à espérer. Je marquai une pause, sentant des larmes me monter et renchéris la gorge légèrement nouée. J'ai tué mon beau père pour m'avoir volé l'amour de la seule personne qui m'aimait . Je pensais qu'avec le temps cette possession me passerai, que j'aurai compris , que je me  serais fait à ma solitude mais tu es apparu..Et j'ai apprécié chaque secondes en ta compagnie. Ton sourire, ton regard sur moi , tes étreintes et plus encore. T'avais de l'admiration pour l'homme que j'étais et pour la toute première fois, quelqu'un était vraiment sincère avec moi. Je ne sais pas pourquoi tu es resté à mes cotés, Nygma ? Mais sache que ton amour a fait énormément bien à l'homme blessé que je suis intérieurement .  Mes mains vinrent encadrer son visage. T'as raison c'est sûrement grâce à toi que j'ai été maire . Le Pingouin était assez fourbe pour tromper tout le monde et devenir le roi , mais c'est Oswald qui a vraiment dirigé cette ville. Il avait suffisamment de cœur  , à présent, pour faire les choses biens... Je souris , n'abandonnant cependant pas cette pointe de tristesse dans mes yeux et ma voix. J'ai fait de toi un criminel et toi, tu as fait de moi un être aimant.  A notre première rencontre , je n'aurai jamais cru que nous deux prendrait une telle tournure. Mes mains , reprenant les siennes qui étaient désormais froides, je les glissai sous ma chemise et contre mon ventre chaud pour les réchauffer.  Mon regard était toujours planté dans le sien, insistant. Je ne regrette rien de ce qu'il s'est passé...Jamais je le pourrai.. Mon visage se rapprochant lentement et dangereusement du sien, je fermai instinctivement les yeux, pour sentir simplement son souffle chaud sur moi. Il faisait froid dans cette prison, mais lui seul me faisait littéralement frissonné. Ma bouche , frôlant avec passion la sienne, je me remémorai toutes ces fois ou nous nous sommes embrassés sans jamais trouvé le courage de nous nous aimer. Ses « je t'aime » jamais dit à haute voix, je les avais deviné  dans son regard, ses caresses et ses baisers...Dans sa façon si personnelle de m'aimer , à la fois insupportable et si attirant pourtant. Je t'aime .. Soufflai-je , mes lèvres si proches des siennes, que j'aurai pu le déclarer pour deux. Je veux profiter de ces derniers instants avec toi. Je ne veux plus réfléchir à ce qui est bon ou mauvais, si nous sommes amis , ennemis ou bien amants. Je veux juste être dans tes bras , contre toi...Et oublier le temps sur nous.  Mon regard perdu dans le sien, je ne pus que reconnaître que les dernières heures d'un homme étaient les plus beaux de toute une vie.  Je n'éprouvais plus rien d'autre que l'envie de lui appartenir jusqu'à ce que la Mort nous sépare. Edward était l'homme que j'ai aimé et le dernier à qui mon cœur appartenait. Mes mains, relâchant les siennes, pour venir courir dans ses cheveux, je marquai un silence, appréciant tous ses contacts directs ou pas entre nous. Toutes les sensations semblaient s’être amplifiées sous l'effet de la fin et alors, que je continuai à caressé ses lèvres. Son goût salé et de sang me fit perdre la raison.  Jamais Isabella ne l'aura aimé comme je l'aime. Je le désirai dans son intégralité et  je crois bien être le seul à l'avoir vraiment résolu. Il était l'énigme et mon amour pour lui, la réponse...Dommage qu'il lui a fallu autant de temps pour en venir aussi à cette conclusion.

electric bird.



☂ All You Need Is Love ?
_Il y a des moments dans la vie où l'amour est plus fort que tout.Plus fort que l'épuisement, que le manque de sommeil... Plus fort que tout. Et il y en a d'autre où il semble que l'amour ne nous apporte rien d'autre que de la souffrance.

.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 239
Date d'inscription : 27/03/2016
Situation amoureuse : Très compliqué.
Pour qui j'existe : Mr. Pingu ♥
avatar
Edward Nygma
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Dim 8 Jan - 20:27


You're the reason that I'm alive
Pingu ♥ Nini



Une sensation étrange, effrayante, mais bienveillante, s'est emparé de moi depuis que j'ai enfin déclaré à Oswald ce que je ressens réellement pour lui. Pour une fois, que j'avais réussi à mettre mon intellect de côté et seulement agis avec le cœur... Cela faisait un bien fou. Presque aussi similaire, qu'à chaque fois que j'arrive à résoudre une énigme particulièrement compliqué. Dans un sens, je venais tout bonnement d'en résoudre une. Aussi bête et niais que cela puisse paraître, celle-ci, était peut-être la plus compliqué que je n'ai jamais eu encore à résoudre. Moi, aimer le Pingouin ? Aimer un homme ? Cette pensée, fit naître un petit sourire aux coins de mes lèvres. Il venait de tuer Isabella, une femme que j'ai aussi aimé, mais peut-être simplement parce qu'elle n'était que la réincarnation d'un passé à présent résolu. Bien que je sois sur le point d'être exécuté avec Oswald et enfermé derrière des barreaux, je me sentais... libéré. Hélas, un de mes principaux défauts aura encore eu gain de cause. Je suis toujours, très long à la détente. Un peu trop... Au point, que je me serai rendu compte de ce bonheur, qui était devant moi durant tout ce temps, un peu trop tard. Néanmoins, c'était toujours mieux que rien. C'est donc sans une certaine attention, que je plante à nouveau mon regard sombre dans celui de mon oiseau boiteux. Écoutant, très attentivement, tout ce qu'il avait à me confier. Lui aussi... semblait délivré de quelque chose. Ce qui me soulagea d'autant plus, en plus de ce qu'il me déclara, qui raviva une certaine flamme au fond de mon être. Bien que je sois tout aussi triste que lui, que tout ceci arrive bien trop tard.

Je ris doucement, en baissant un peu le menton, lorsqu'il refait monter à la surface notre toute première rencontre. Oh il est clair qu'à ce moment là, il nous était impossible d'envisager que nous en arriverions à ce point. C'est tout juste, si nous pouvions être dans le même pièce. Malgré le fait qu'il m'intriguait déjà au plus haut point, à cette époque. En effet, j'ai toujours eu de l'admiration pour lui et en aurait toujours. Si j'ai réussi à devenir le criminel que je suis aujourd'hui, c'est en parti grâce à lui. Et j'aurai certainement commis la plus grosse erreur de ma vie, en lui ôtant la vie, pour une histoire de cœur. Comme quoi, notre humanité est aussi notre faiblesse. Je déglutis, au contact de mes mains froides sur la peau de son torse, beaucoup plus chaude. Machinalement, je caresse délicatement sa peau, replongeant intensément mon regard dans le sien. Tandis que ses lèvres vinrent frôler les miennes et éveiller ce désir à son égard, si durement refoulé au fond de moi. Nos souffles flirtent ensemble et je savoure chaque seconde de cette proximité. Il a toujours su décrypter, non sans mal, mon affection pour. Mais aussi, ma façon d'aimer. Cette osmose entre nous, est unique. Je ne la retrouverai certainement jamais chez aucun autre. Cet homme, était tout bonnement mon âme sœur. Sa petite déclaration, fit manquer un battement à mon cœur si froid et si mystérieux. Tandis que je meurs d'envie de dévorer ses lèvres avec passion. Mais savoir que ce serait sûrement pour la dernière fois, me faisais d'autant plus mal. Néanmoins, mon amant avait encore une fois raison. Malgré la crainte de ce qui nous attend, il nous fallait profiter des derniers instants. En guise de réponse à ses dires, j'acquiesce. Mes yeux, voilé d'une intense tendresse, posé sur lui. Avant que je ne les ferme un bref instant. Juste le temps, de savourer la caresse de sa main dans mes cheveux. Comme si tous mes sens, s'étaient également amplifiés.

- « Je crois, Oswald, que tu as été l'énigme la plus alambiqué que je n'ai jamais eu à résoudre. »

Encore une façon bien à moi, de lui offrir un somptueux compliment. Une manière aussi, de noyer cette peur qui commençait progressivement à me ronger de l'intérieur. Qu'allaient-t-ils faire de nous ? De lui ? Je détourne un instant la tête sur le côté, tentant de contenir ses larmes d'inquiétudes en moi, comme je sais si bien le faire. Je devais profiter de l'instant et non essayer d'imaginer ce qu'ils allaient lui faire. Je reviens donc sur ma position, après avoir rassembler mon courage. Tentant de garder cet air impassible, comme si je ressentais constamment le besoin de représenter la sécurité, pour mon Oswald. Il voulait profiter de cet instant, je n'allais pas le lui gâcher. Délicatement, je m'empare de sa cravate pour l'attirer à moi, avant de l'embrasser tendrement. Une tendresse, qui se mêla assez rapidement à une certaine fougue. Je l'embrasse, comme si c'était la dernière fois. Savourant l'échange, leur goût... comme si le temps c'était littéralement arrêté autour de nous. Sans relâcher ses lèvres, une de mes mains vint remonter jusqu'à sa nuque, la lui caressant le temps d'intensifier un peu l'échange. Jusqu'à libérer enfin ses lèvres de mon emprise. Mon front contre le sien, je ferme les yeux, pour savourer encore et toujours, chaque seconde à ses côtés. Son parfum, sa façon d'être, son lui tout entier. Lentement, j'enroule mes bras autour de lui et le serre contre moi, mon cœur. Regardant la porte de notre cellule par dessus son épaule, inquiet, qu'à tout moment, ils viennent seller notre destin.


AVENGEDINCHAINS



? L'HOMME MYSTERE - THE RIDDLER ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Mar 17 Jan - 10:52

You're the reason that I'm alive

 

 
 
 
IntroductionJason Todd

 
Gotham était plongé dans une nuit noir, quand j’arrivai enfin au vieux manoir d' Harbor House.  Là ou se tenait donc la Cour des Hiboux, une société secrète qui jusqu'à présent n'avait été qu'une rumeur parmi tant d'autre  à mes oreilles .  Mon regard dissimulé derrière un loup de couleur noir, j'étais simplement venu , armé de deux couteaux , que je n'allais cependant pas utiliser ce soir...Du moins je l’espérai. Mon âme demeure ,en ce jour , tourmentée par la mort d'un seul homme, et j'étais en proie à la violence...Une violence incontrôlable , effrayante et accablante qui ne cherche plus  qu'à être extériorisé  , sans doute le résultat d'un passé beaucoup trop sombre et  traumatisant . Sur cette pensée , je fermais un cours instant les yeux, le vent sifflant, venant jouer dans mes cheveux sales et en batailles. Je n'étais qu'un gamin quand la police est venue tambouriné à notre porte . Quand ils sont venus m’arracher  mon père pour  le menotter sous mes yeux  . «  Jason tout va bien se passer, je te le promets. » M'avait-il soufflé avant qu'on ne le brutalise d'un coup de Tonfa.   . Après quoi il a été abattu  à Blackgate au cours d' une ultime tentative d'évasion  et m'a relation avec ma belle mère s'est compliquée.  Elle buvait sans plus compter les bouteilles , se droguait et puis surtout me battait jusqu'à ce que je m'écroule  dans mon propre sang ...Je suis bien heureux que cette salope a claqué d'une overdose...Quand j'ai découvert, un beau matin,  son cadavre gris et rigide sur le canapé, je suis resté simplement à la contempler ,  sourire sournois  sur les  lèvres , avant de lui faire les poches  en hâte.    La vie de rue m’appelait et aujourd'hui je m'étais fait un nom entant que voleur.

Mes iris brunes , de nouveau braqués sur le manoir. Je me remémorai instinctivement ma conversation, avec le justicier sans visage The Question.  Il avait fait appelle à mes services pour que je dérobe un plan de la demeure et si possible, ce qui pourrait être «  le journal de bord » des actions de la Cour.  Des bricoles sans valeurs quoi ? Du moins à mes yeux...M'enfin tant qu'on me payait , le marché était toujours conclu et puis la Cour des hiboux n'étaient qu'une bande de guignols prétentieux,  que j'allais prendre plaisir à emmerder....Un sourire mystérieux étirant mes lèvres, gercées par le froid, je finis enfin par rompre la distance entre mon objectif et moi. Escaladant avec agilité et facilité la façade du  manoir jusqu'à la bibliothèque ou, selon mon employeur, était stockée toutes leurs archives. Cette société secrète opérant depuis  la naissance de cette ville. Par chance, l'une des fenêtres était restée ouverte. Il y avait de la lumière , mais personne , du moins pour le moment , car l'odeur d'une encre fraîche flottait dans l'air. Mon regard se plissa, scrutateur... Le plan ne devais être plus loin. […]
Après une bonne demi-heure, à farfouiller la bibliothèque, je finis toutefois par tomber sur ce qui avait tout l'air d'un plan du bâtiment. Mais avant même que je ne puisse , me mettre en quête du «  journal de bords » , un homme masqué , de ce qui devait être le visage d'une chouette , fit son apparition dans la pièce. Fermant un premier temps la fenêtre avant de prendre place sur son bureau  et de peaufiné ce qui a première vu était une liste. De quoi ? Je ne serais vous dire, étant donné que je n'ai jamais appris à lire. En-tout cas ces quelques secondes m'auront suffi pour me diriger subrepticement  vers l'escalier de pierre  qui se trouvait dans le fond de la pièce. J'ignorai ou il menait mais c'était ma dernière solution pour sortir d'ici. M'enfonçant alors dans sa pénombre, je sentis comme des toiles d'araignées se coller sur mon visage, alors que ma main glissait le long d'une parois froide et humide.  Il y avait la lumière d'un feu au bout...Et les cachots.

Retirant vivement mon masque, je contemplais avec surprise ce lieu à la fois  lugubre et  impressionnant. C'est alors que je les aperçus tout les deux, enfermé dans une même cellule  à larmoyer sur leurs tristes sorts. Ma première idée fut de les laisser , leurs évasion ne pouvant causer que du tord à ma mission, mais au final ils m'ont inspiré ce qui pourrait être de la pitié . « Je crois, Oswald, que tu as été l'énigme la plus alambiqué que je n'ai jamais eu à résoudre. » Ah mais je connaissais très bien celui avec son vocabulaire de gros nase ,je l'ai croisé plus d'une fois au poste de police et l'autre dans ses bras, n'était autre que l'ancien   maire de la ville...Quel jolie tableau ils font, on aurait dit les amoureux de Peynet. Ca va pas trop froid là-dedans ? Leur demandai-je taquin avant de venir m'accrocher au barreau. C'est vrai que se bécoter sa tient chaud... De ma poche je sortis ce qui était vraisemblablement une épingle à cheveux mais en or massif sculpté pour crocheter la porte.   Habituellement je laisse croupir les gens dans la merde  ... Repris-je en faisant minutieusement tourner la pince , avant d'en sortir une deuxième et de  l’insérer à son tour dans la serrure. Mais j'ai grand espoir qu'en échange de votre libération , vous me donnez une récompense. Au son d'un clic je me tue, tirant sur un horrible  grincement,  la porte en métal. sur eux Je veux même pas savoir ce qui se passe. Ni le pourquoi ? Du comment ? Mais je pense savoir comment sortir d'ici. Je me comportais toujours comme un garçon solitaire et détestant les gens, mais au final , je faisais bien plus de bonnes actions que je ne le pensais...Bien que tirailler entre l'ombre et la lumière. Ce qui d'ailleurs me vaudra le statu de Robin puis celui du Red hood , pour enfin devenir l'un des plus grand ennemi de la chauve-souris de Gotham : sous le nom du Chevalier d'Arkham.
 
to follow...

 
fiche by mad shout.

 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 418
Date d'inscription : 24/02/2016
Situation amoureuse : Dans une relation compliquée
Pour qui j'existe : l'homme mystère ♥
Ma famille : Gertrud Kapelput ( mère ) et Tucker Cobblepot (père, †)Elijah van Dahl père biologique
avatar
Oswald C. Cobblepot
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Jeu 26 Jan - 11:32

You're the reason that I'm alive
Edward & Oswald

Music By brunuhville : River of tears ( no voice version)

Son regard sur moi , me fit trembler. Il était empli d'amour...d'un amour profond que j'avais compris depuis longtemps, mais qu'Ed' avait tenu à refouler par peur de ses sentiments. Pourtant, n'étais-je pas enclin à le comprendre mieux que personnes d'autres ? Moi qui est un criminel psychotique comme lui. Beaucoup de choses nous séparaient, mais le plaisir du sang, lui,  nous avait réuni ...Le destin je suppose.  A cette déduction, un léger sourire se dessina sur mes lèvres , ces dernières heures étaient les plus belles de toute ma vie. Tout était clair entre nous, et la chaleur de son regard m'enveloppait. Quoi qu'il adviendra de nous, j'étais heureux de l'avoir retrouvé . Ma bouche caressant  la sienne du bout des lèvres  , je fermais systématiquement mes paupières sur lui, pour amplifier ses deux sens en éveilles.Lui seul savait m'arracher ce frisson ardant le long de l'échine....Lui seul savait me faire aimer à ce degré de  folie. Avant de le connaître, ce mot demeurait  absent de mon vocabulaire. Tout mon amour n'avait été que pour ma défunte mère, qui elle m'avait tenu à l'écart de  toutes formes de blessures liées à ce sentiment .  « Je crois, Oswald, que tu as été l'énigme la plus alambiqué que je n'ai jamais eu à résoudre. »  M'avoua-t-il , alors que je continuais à le sourire pleinement  , de jolies fossettes creusant mes joues.   . Je n'avais pas la moindre idée de ce que ce mot pouvait signifier , mais il était très agréable à mon oreille. Et toi , celui qui m'a appris à aimer . Lui répondis-je alors ,  sans le quitter des yeux. Les miens étaient emplis d'une extrême tendresse pour cet homme .   Non seulement Ed' m'avait appris à aimer mais aussi à m'accepter, chose que je n'aurai  cru possible.

Une lueur de tristesse , brillant dans son regard, avant qu'il ne le détourne de moi. Je compris que mon aimé avait aussi très peur...Non pas de notre relation, mais de ce qui se passera une fois le jour levé.  Cette mystérieuse Cour nous avait condamné à mort, et lui comme moi, craignait que le temps s'écoule trop vite . Toutefois, alors que je refermai de plus belle sa main pour le rassurer , je me surpris à ne penser qu'à l'instant présent. Rien ne m'effrayait plus que de perdre l'amour  de Nygma, et cette situation bien que pesante , nous avait permis de nous rapprocher. Ed'...  Soufflai-je, alors que sa main s'était refermée sur ma cravate pour me tirer vers lui. Sa bouche emprisonnant aussitôt  mes lèvres d'un baiser .  On n'avait plus une seconde à perdre  pour nous aimer...Pour se dire  les choses et sans détour.  Ses lèvres étaient tendres, mais il y avait une certaine fougue lié à cette mort qui nous attendait au tournant. Une intensité qui me fit trembler d'un plaisir que je savourai d'autant plus....Son front contre le mien, comme pour poursuivre cette échange, je lui souris....D'un sourire franc et magnifique, celui qu'on ne peu qu'adresser à la personne qui nous comble de bonheur. J'aimais mon Nygma et jamais je m'en étais caché, même lorsqu'il me repoussait  avec violence. Il était tout  ce que je voulais ...Et là contre lui , je me sentais étrangement bien. T'es la plus belle chose qui me soit arrivé Edward Nygma. Il avait tenté à ma vie mais après tout l'affection qu'il m'ait offert , je ne pouvais lui en vouloir...Et puis la folie faisait partie de nous et j'aimais tout ce qu'il était sans exception. Même ces assommantes argumentations et ces devinettes ridicules...Il est mon Homme Mystère et sans lui, je ne serais jamais être le Pingouin.  

Sentant comme une présence, je relevai , instinctivement mon regard sur la grille, sursautant à la seconde même ou il croisa celui d'un gamin . Son expression était condescendant , il semblait prendre  un malin plaisir à nous regarder souffrir au fond de cette cellule. « Ça va pas trop froid là-dedans ? » S'enquit-il en se rapprochant de la grille avant d'ajouter. « C'est vrai que se bécoter sa tient chaud... »  Je ne le connaissais que de quelques minutes que déjà il m'importunait. Et a qui avions nous l'honneur exactement ? Demandai-je lui renvoyant cette même expression, alors qu'il n'était qu'un gamin crasseux  sans la moindre  importance.  Toutefois , je comptais bien sur lui pour nous faire sortir de ce trou à rats, bien que le prix en  sera sûrement élevé.  C'était un petit voleur des bas quartiers, cela se devinait à son regard empli de fourberie.  « Habituellement je laisse croupir les gens dans la merde  ... Mais j'ai grand espoir qu'en échange de votre libération , vous me donnez une récompense. » Et tu seras fortement récompenser mon ami. L'argent n'est pas un problème pour moi   Ni pour me débarrasser de cafard dans son genre. Mon sourire était feint , pour rien au monde je lui laisserai un centime.  Même si il venait d'ouvrir la porte sur nous.  « Je veux même pas savoir ce qui se passe. Ni le pourquoi ? Du comment ? Mais je pense savoir comment sortir d'ici. »  C'était curieux qu'il nous propose si rapidement son aide, cependant j'avais nul autre choix que de le suivre. Aidant Nygma a se relever , je ne tardais pas a me poster face à cet avorton , le toisant fortement, il n'avait pas intérêt à nous rouler.   Nous te suivons. .

electric bird.



☂ All You Need Is Love ?
_Il y a des moments dans la vie où l'amour est plus fort que tout.Plus fort que l'épuisement, que le manque de sommeil... Plus fort que tout. Et il y en a d'autre où il semble que l'amour ne nous apporte rien d'autre que de la souffrance.

.©pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 239
Date d'inscription : 27/03/2016
Situation amoureuse : Très compliqué.
Pour qui j'existe : Mr. Pingu ♥
avatar
Edward Nygma
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Sam 28 Jan - 4:48


You're the reason that I'm alive
Pingu ♥ Nini



Malgré l'instant précieux que nous sommes en train de partager, je n'arrive malheureusement pas à le savourer aussi bien qu'Oswald. Comme souvent, j'ai du mal à profiter de l'instant présent et ne peux m'empêcher de songer à ce qui m'effraye particulièrement : notre exécution. Secrètement, pendant que lui me regardait avec tout l'amour du monde, derrière mon regard aussi rempli d'amour, je réfléchis à toutes les solutions possibles et loufoques, qui pourraient possiblement nous sortir de là. Je n'avais pas envie d'abandonner aussi facilement. Après tout, j'ai réussi à l'aide d'une vieille télévision périmé à ouvrir une serrure électronique à Arkham, quand j'y étais enfermé avec Gordon. Alors pourquoi pas là ? Bien qu'il n'y avait clairement pas grand chose, pour nous aider autour de nous. Mon intellect avait repris le dessus sur le reste, pour autant, je savoure chaque seconde aux côtés de mon petit oiseau boiteux. Et entends très bien, ce qu'il me déclare. Je lui souris, doucement. A vrai dire, je savais déjà tout ça et j'ai pleinement conscience de ce que je représente pour lui. Cela se lit si aisément dans ses yeux et puis... Ce n'est pas la première fois qu'il me complimente ou m’idolâtre. Pour autant, je ne l'empêche pas de le faire. C'est toujours très plaisant à entendre, après tout. Et puis, c'était Oswald, dans toute sa splendeur. Si fleur bleu, si mélodramatique, si niais... Je l'aime aussi pour ça.

C'est en voyant Oswald tourner la tête, que j'en fais finalement de même. Captant la présence d'un jeune homme, de l'autre côté des barreaux. Je remet mes lunettes correctement en place, plissant légèrement les yeux pour mieux le capter. On aurait effectivement dit, qu'il s'amusait clairement de la situation. Ce qui a le don d'assombrir sévèrement mon regard sur lui. Si Oswald n'avait pas pris la parole, je lui aurai volontiers volé dans les plumes. Je me contente donc de le fixer, d'un regard inquiétant et sévère. Avant de me lever, aux côtés d'Oswald. Son petit sourire hypocrite -que j'aime beaucoup- ne passe pas inaperçu et j'en retiens même un ricanement. Je le connais suffisamment pour déjà savoir que ce morveux allait se donner bien du mal pour rien. Quoi que non, il sauverait tout de même deux vies forte utiles. Et c'est avec soulagement, que la porte en métal s'ouvrit enfin. Néanmoins, maintenant cela fait, je n'avais plus trop de raison de contenir mon venin d'avantage. Je n'étais surtout pas d'humeur à être poli, ni reconnaissant, ni hypocrite.

- « Il vaudrait mieux pour toi que tu en sois certain. »

Contrairement à Oswald, je reste froid et particulièrement tranchant. Bien que ce fut très sympathique de sa part de nous avoir libéré de cette maudite cage. Mais ce gamin se croyait malin, un peu trop, à mon goût. En plus de s'être rit de nous. Ce qui m'avais quelque peu gêné, voir vexé.

- « Le temps joue contre nous. Dépêches toi de nous sortir de ce trou à chouettes ! »

Mon inquiétude et la pression de cet endroit ainsi que de nos bourreaux pouvant débarquer à tout moment, ne pouvait que me rendre désagréable. Je laisse Oswald passer devant moi, afin de rester derrière lui. Comme par instinct de protection pour veiller sur ses arrières.


AVENGEDINCHAINS



? L'HOMME MYSTERE - THE RIDDLER ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma Dim 5 Fév - 13:49

You're the reason that I'm alive

 

 
 
 
IntroductionJason Todd

 
« Il vaudrait mieux pour toi que tu en sois certain. »  Lâcha l'homme aux lunettes , comme un avertissement. C'était déjà bien que je les sorte de ce merdier, un «  merci Jason ne lui aura pas arraché la gueule ». Bah voyons et sinon quoi ? Tu vas me tuer ? Répliquai-je m’arrêtant soudainement pour lui tenir tête. Il avait tout d'un fou, mais c'était pas assez  pour m'impressionner. Je sais exactement ce que je fais d'accord !? Je vais lui faire ravaler ses grands airs, pensai-je  en serrant les poings, l'air menaçant.  Même si il fait le double de ma taille. « Le temps joue contre nous. Dépêches toi de nous sortir de ce trou à chouettes ! » De nouveau , un sourire sibyllin prit possession de mes lèvres.  Leurs sorts étaient désormais entre mes mains, et sincèrement l'échange allait être sévère. Je n'ai pas peur de la cour des hiboux. Ils sont que des hommes avant tout .. Nos faiblesses sont les même et  comment dirai-je ? Je suis plutôt habile avec un couteau et même un arc  .  Je suis un enfant de Gotham, la dureté de ses rues m'a forgé , alors il ne faut pas se fier aux apparences. Ouvrant la marche  dans la pénombre , je repris Je ne tues pas, mais cela ne veut pas dire que je n'ai jamais tué et que l'envie ne me travaille pas.  Vous savez ce que c'est ? N'est-ce pas ? Cette sensation ardente de vie ou de mort sur les autres. Je connaissais l'effet que cela faisait.  C'était étrangement excitant  et cela m'effrayait au plus haut point...Je n'étais pas un criminel comme l'Homme mystère et le Pingouin. Pourtant, quelque chose de mauvais et de destructeur sommeillait en moi. Mon cœur était empli de colère et une  lueur malsaine brillait dans mes yeux.  Je ne serai vous dire comment tout cela était survenue...Mais je disjonctais littéralement à la première occasion . Et il était préférable pour tout le monde de se tenir à l’écart de moi. Je suis une vraie bombe humaine  et plus tard Batman en sera  le détonateur. Oui après des années de bons et de loyaux services, le chevalier noir sera l'unique cause de ma mort et moi celle de sa défaite.

Tournant instinctivement sur la gauche , je m’immobilisai, soudain,  devant une petite grille en très mauvaise état. Elle donnait directement sur les égouts de la ville. C'est ici que nos chemins se séparent. Leur annonçai-je sans préambule, mon regard passant des iris bleus du Pingouin à ceux plus sombres de Edward Nygma.   Ce passage donne directement sur les égouts de la ville . Arrachant la grille , sans trop d'effort , je repris. Je ne viens pas avec vous,  je n'ai pas rempli ma mission ici...Enfin... Ma main se referma de plus belle sur le plan...Un plan que je devais remettre au détective The Question. Il doit avoir des trucs coûteux et sympa à voler dans ce vieux manoir. Mais je passerai  récupérer mon dû   Sauf que je ne suis jamais passé le récupérer. A priori ma motivation était beaucoup plus juste que je ne l'aurai pensé. Mais nos destins s'étaient scellés et dans le futur nous serons de nouveau amenés à nous rencontrer. Les aidant,un premier temps  à se faufiler  dans l'ouverture, je disparus aussi vite que je suis apparu dans  la pénombre de ces cachots...

Jason Todd dit Une  ombre parmi tant d'autres  dont  cette ville regorge. Une ombre tantôt bienveillante , puis fourbe....Une ombre que Gotham a créé et que cette ville reprendra dans la mort. Un enfant perdu  dans l'immensité d'un océan de colère et en proie à la confusion.  Je suis « Robin » mais je suis aussi le «  Red Hood »....

 
to be continued...

 
fiche by mad shout.

 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma

Revenir en haut Aller en bas
 

You're the reason that I'm alive feat Ed' Nygma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» DOA : Dead or Alive /!\
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham: Rise of the Villains ::  :: Midtown :: Habitations-