Partagez | 
 

 Family portrait feat Victor Zsasz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 234
Date d'inscription : 29/10/2016
Situation amoureuse : Veuf
Pour qui j'existe : Cela reste un mystère
Ma famille : Dusan al Ghul (fils), Talia al Ghul (fille), Nyssa Raatko (fille) Père ( le Sensei)
avatar
Ra's al Ghul
MessageSujet: Family portrait feat Victor Zsasz Mar 29 Nov - 2:18

Victor Zsasz and  Victor Sage
Family Portrait

   

   
Il était dans les alentours de minuit quand je me présentai aux Docks Pier. Le lieu  était naturellement vide à une heure aussi tardive, mais de source sure, certains membres de la pègre allaient se rencontrer pour établir un marché...La police n'intervenant pas dans les affaires du crime organisé, j'ai fini par monté ma propre enquête et le trafique qui avait lieu ce soir n'avait rien  de très habituel. Non il y avait dans ces caisses des serpents tout droit venus d'Amérique du Sud  dans lesquels on avait caché des diamants d'une valeur inestimable.  Voilà des semaines maintenant que The Question  -mon pseudonyme  entant que justicier -était sur cette affaire , remontant les moindres pistes en terrorisant les malfrats de cette ville. Gotham n'est pas si différente de Hub City , et bien que cela soit considéré comme des actes de violence  , je savais exactement sur quoi appuyé pour le brin de  causette . Je parle bien entendu de la gâchette d'un flingue braqué sur la tempe... The Question se battait pour la justice, mais il restait pas moins un individu fou et dangereux...Oui un pas de plus et j'étais aussi considéré comme criminel. Toutefois je restais un indic' solide pour le GCPD , bien que le capitaine Barnes me voit d'un très mauvais œil...Enfin me voyait vu que lui même a atterri à Arkham autrement dit chez les barjos pour avoir  démembré ou pendu des vilains de  toutes catégories. Ce ci dit ça m'avait bien fait marré, pour une fois que la police se montrait implacable et efficace... Franchement c'est pas en citant leurs droits qu'ils vont faire dans  leurs pantalons.

A l'arrivé des hommes du Pingouin, je fronçai les sourcilles , n’apercevant pas ce dernier mais son assassin en tête du gang. Ce dénommé Victor Zsasz était l'un des meilleurs tireurs de cette ville,  il n'avait pas peur de donné la mort, ci ce n'est pas de la mort tout court. Cobblepot devait avoir une confiance aveugle pour le laissé diriger tout son réseau. Remarque entant que nouveau maire, il avait d'autre chats à fouetter. Rupert Thorne se présentant à son tour, je me mordis la lèvre inférieur d'impatience. Sans que le Pingouin ne   sache , son rival avait fait joué ses relations depuis l'Amérique du Sud pour que son butin soit transporté clandestinement sur l'un de ses  navires marchandes . Comme de toute façon ces serpents lui étaient revendus , il ne perdait rien aux changes , sauf si l'un des hommes de Cobblepot se serait aperçu du réel trésor..Mais bon pour cela , il aurait  fallu qu'il ouvre le ventre de l'un des reptiles. Des boas constricteurs qu'on aurait en plus modifié génétiquement. J'ignorai encore ce qu'ils allaient faire de toute ces bêtes mais venant de Thorne fallait vraiment s'attendre du pire. Les deux hommes  conversant  un moment avant d'ouvrir l'une des caisses pour vérifier la marchandise , je me rapprochai un peu plus de la scène pour tendre l'oreille.  L'échange se passait plutôt bien entre les deux familles mafieuses , c'était à peine croyable, surtout venant de ce bon vieux Rupert, on ne peut pas dire que ses discours se tiennent sur l'honneur. Eh les gars , comment sa va ? M'enquis-je , sortant enfin de l'ombre pour venir tranquillement à leurs rencontre, ne me souciant même pas de tous ces revolvers , braqué  de concert sur moi. Bien évidemment, je portais mon costume  de The Question, dont le fameux   pseudoderme , conçut par le professeur Aristotle Rodor  pour dissimuler la totalité de mon visage.  «  Patron , c'est l'homme sans visage ! » s'écria l'un des hommes de Rupert Thorne « Il est toujours à fourrer son nez dans nos affaires. » C'est vrai mais comme j'ai pas de nez comment je pourrai le fourrer aussi ? Rectifiai-je avant de me tourner vers ce fameux Victor Zsasz , mon dieu qu'il a une mine effroyable , je comprends pas qu'il ne puisse pas travailler son bronzage dans une cabine à UV, là il m'a tout l'air d'un cousin de la Famille Adams.

«  Attrapez moi ce bouffon avant qu'il ne touche à nos caisses ! Sauf que dans une situation comme la notre il était toujours difficile de savoir qui allait vraiment tiré le premier , une simple balle perdue pourrait créer une véritable confusion entre les deux familles. Tant d'histoires pour des serpents...Est-ce vraiment l’intérêt que tu protèges Rupert Thorne ? Hun ? As-tu entendu parler de touts ces diamants qu'on aurait volé d'une mine au   Venezuela ? Attends que je te rafraîchisse la mémoire , y en a en tout huit avec autant de carats qu' El Librador . Son visage devenant rouge de colère, j'esquissai un sourire ravis...Les hommes du Pingouin ignorait tout de cette histoire et pour sure, ma petite révélation allait vitre changer la donne. M'enfin, aucun d'eux allaient récupérer les diamants...Ils appartenaient au  Venezuela, plus précisément au propriétaire de la mine. Le canon de l'arme de Thorne, basculant en direction de Zsasz , je savais que le feux allait être ouvert et que  j'allais devoir  aussi défendre mon propre camps , en moins que je n'arrive a prendre mes jambes à mon cou. « J'ai volé ces diamants et je les ai caché dans les serpents de la cargaison . Je ne vois pas ou est le problème étant donné que cette cargaison m'était destiné. » Avoua-t-il , sans quitté sa position, conscient qu'un tel butin était extrêmement bon pour  les intérêts du Pingouin et surtout qu'il avait roulé tout le monde sur ce coup là , en commençant par Oswald Cobblepot lui même .. « Je m'occuperai de ton cas personnellement Question. Pour le moment c'est Zsasz qui m’intéresse. » Au son de sa voix, on devinait que deux avaient une histoire personnelle a réglé, sûrement en rapport avec la mort du fils de Thorne.

   
© code par Nostaw.


L'oppression du pauvre est un de ces grands crimes qui sollicitent la vengeance divine, et l'attirent. Une chute soudaine, l'écroulement fatal et imprévu de la plus brillante fortune, apprennent aux hommes qu'il y a au-dessus de nous un Etre suprême, qui, en abattant ces têtes altières qui abusaient de leur puissance, fait craindre au méchant effrayé que la foudre qui gronde encore ne vienne le frapper à son tour.ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Date d'inscription : 03/10/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Mes victimes et les fantômes de mon passé...
Ma famille : Disparu, depuis mes 25 ans
avatar
Victor Zsasz
MessageSujet: Re: Family portrait feat Victor Zsasz Sam 3 Déc - 5:25


Family Portrait
Victor Sage & Victor Zsasz



Ce Rupert Thorne a décidément la langue un peu trop tendu à mon goût. Contrairement à moi, qui reste bien plus observateur que bavard. Je ne cesse de l'examiner durant tout l'échange. Pendant que lui essaye de m'apaiser en jouant au marchand de sable bienveillant et bon marchand. Sauf que je n'ai bien évidemment pas confiance en lui. Malgré mon sourire hypocrite, quoi que plus moqueur et malsain, et mes hochements de tête. Je garde tout de même un œil très vigilant sur les alentours, même en hauteur par moment. Il fallait être parano dans ce job, si on voulait être certain de ne pas se faire surprendre. Ce n'est pas la première fois que je me retrouve à la tête du gang pour un échange de marchandise. Je suis donc assez bien placé pour savoir que rien ne se passe jamais comme prévu. Heureusement, mes mimiques et mes grimaces suffisent pour répondre au blabla de mon interlocuteur. Quoi que son humour est plutôt tordant par moment, ce qui pourrait presque donner l'impression d'une bonne entente. Le maire de Gotham comptait beaucoup sur moi ces temps-ci et je tenais à rester au sommet de son estime. Mon étiquette de grand criminel étant mis en jeu. J'avais donc retenu des instructions très claires pour cet échange. Interdiction de le butter. En revanche, j'avais autorisation de me défendre et il n'avait pas précisé comment. Ce qui laisse un sacré éventail de choix pour un esprit tel que le mien...

Histoire de garder toute mon attention sur l'assemblée, j'ordonne donc à un de mes hommes d'ouvrir la caisse de marchandise afin d'étudier plus convenablement son contenu. Les bras croisés, dont une arme toujours bien logé sous le coude, je me rapproche. Accompagné de Rupert, me voilà presque dans un état quasi admiratif face à ces serpents particulièrement... beaux. De nouvelles espèces, très charmantes et effroyablement dangereuses. L'instant fut assez brutalement interrompu par l'arrivée d'un inconnu sans visage. Vivement, je pivote et pointe mon arme dans sa direction. Le détaillant comme s'il provenait d'une autre planète. Quelle dégaine... Ils savent vraiment plus quoi inventer comme costumes. Encore un petit justicier à la mords-moi-le-nœud sorti de nul part et essayant d'imposer son "style". Visiblement, il s'était bien débrouillé pour que je ne le repère pas et il semblait un peu trop sûr de lui à mon goût. J'écoute d'une oreille ce que balance le larbin de mon "associé", avant de fixer à nouveau l’intrus. Qui fit soudainement naître un sourire amusé sur mes lèvres, suite à sa réplique. Il avait de la répartie, c'était au moins ça.

Je déverrouille rapidement la sécurité de mon arme, prêt à tirer et surtout viser juste. Mais voilà qu'un court échange se fait entre Thorne et l'inconnu. Jonglant mon regard entre les deux, voilà que tout s'éclaircit soudainement, en plus du canon de l'arme de ce traître qui se braque finalement sur moi. A vrai dire, je me demandais quand est-ce qu'il allait justement me demander des comptes. Faut croire qu'il a choisi le mauvais moment pour le faire. Pour autant, je ne semble pas paniquer des masses, pour ne pas dire du tout. Cet enfoiré avait osé rouler le Pingouin et moi y compris. Il n'était pas près de passer une très bonne nuit... Car s'il y a bien une chose qui me fais perdre le peu de sang froid que j'ai, c'est quand on se paye ma tête.

- « Oh... Vraiment ? »

Pourtant je le trouve pas très concentré le gaillard. Je profite d'ailleurs du laps de temps qu'il utilise pour pivoter son attention vers moi, afin de sortir avec agilité de son champ de tire et lui tirer une balle dans l'épaule qui lui permettait de tendre le bras. Tout se dégoupilla ensuite très rapidement. Mes hommes tenant déjà en joues les larbins de Thorne, l'ennemi se retrouva rapidement en infériorité numérique. Je m'approche d'ailleurs de cette espèce de larve et récupère son arme tout en gardant pointer la mienne sur lui. Ma seconde arme, je la pointe sur l'inconnu, que j'invite à ne pas trop bouger au travers d'un petit gloussement. Malgré la situation, je reste étrangement cool. Il faut dire que c'était devenu finalement bien plus amusant. Mais c'est ce qui fait tout mon charme et a souvent le don de désarçonner l'ennemi.

- « Moh... Dis donc, tu as la dent dur Rupert. Tu sais, parfois, il faut savoir laisser le passé derrière soi. »

Lentement, je pivote la tête en direction de l'autre guignole. Le maintenant toujours dans ma ligne de mire, avec précision. Malgré que j'ai deux cibles en joue.

- « Eeeet toi... Question, huh ? Sérieusement t'as pas trouvé mieux ? T'avais envie de te suicider ? »

Un Homme Mystère en ville suffit déjà amplement. Un sourire mesquin étira mes lèvres. Visiblement, ce type en savait beaucoup sur beaucoup de choses. La seule raison pour laquelle d'ailleurs, je ne lui avais pas encore tiré un balle entre les yeux, bien qu'il n'en ait plus à cause de ce bidule sur sa tronche.




AVENGEDINCHAINS


Forever trusting who we are. And nothing else matters ;
I'm not sorry for beeing clingy, stressful, weird, distant, strange, unlovable, useless, worthless, lonely, sad, helpless, sassy, broken, lost cause, defeated. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 234
Date d'inscription : 29/10/2016
Situation amoureuse : Veuf
Pour qui j'existe : Cela reste un mystère
Ma famille : Dusan al Ghul (fils), Talia al Ghul (fille), Nyssa Raatko (fille) Père ( le Sensei)
avatar
Ra's al Ghul
MessageSujet: Re: Family portrait feat Victor Zsasz Dim 11 Déc - 11:39

Victor Zsasz and  Victor Sage
Family Portrait

 

 
Son regard se tournant à présent sur moi, je m'immobilisai , attendant de voir ce que Victor allait me dire avant de tenter quelque chose de stupide. Rupert Thorne était toujours face à moi, sa main pressant  l'épaule ou il avait reçu une balle perdue  . Les traits de son visage était déformés par la douleur , mais se tenir face à l'assassin de son fils le tiraillait encore plus. Alors c'était donc vrai, Zsasz avait tué, le dernier de ses fils,  Allan Thorne  puis jeter son cadavre dans les Docks.  A cette pensée, je pris une lourde inspiration, conscient de mettre retrouvé au cœur de l'une des histoires , les plus meurtrières  que la pègre de Gotham aura connu . « Eeeet toi... Question, huh ? Sérieusement t'as pas trouvé mieux ? T'avais envie de te suicider ? »  S'enquit-il , sa deuxième armes toujours braquée en ma direction.  Pour une fois je n'avais pas une réplique à la con aux bords des lèvres ...Non là, c'était vraiment pas le moment de jouer la carte de la désinvolture. Écourtez , Victor Zasaz c'est ça ? On m'a envoyé récupérer les diamants pour les remettre à son propriétaire . Ma mission s’arrête là. Mon regard brun , passant de son visage cachet d'aspirine à l'une des caisses que Rupert Thorne avait ouverte pour vérifier la marchandise , je repris. Mais je peux tout aussi bien faire comme ci de rien. Mes yeux de nouveaux sur les siens , je passai subrepticement  ma main sous mon long manteau  bleu pour y sortir, a mon tour et abruptement,  une arme que je pointai avec imprudence en sa direction . En dépit de l'avantage que ce Zsasz avait sur moi, je n'ai jamais été du genre à me laissé capturer sans combattre.

«  L'intrépide homme sans visage. » Lâcha Rupert Thorne, dans mon dos d'une voix essoufflée. «  Quand est-ce que tu vas t’arrêter ? Tu n'as aucune chance de t'en sortir cette fois-ci  . » Prenant une profonde inspiration, je tentai au mieux de garder toute mon attention sur Zsasz qui n'avait pas bougé d'un cil  alors que mes mains, serrant  fermement l'arme, tremblaient d'hésitation .   La ferme Thorne ! Lui ordonnai-je , quelque peu contrarié par la situation actuelle. Quelque chose n'allait pas...Quelque chose me retenait d'agir , de tirer . Pourtant la mort d'un salopard dans son genre ne m'avait jamais dérangé jusqu'à présent. Curieux, plus je regardais ce Victor, plus son visage me paraissait familier , pourtant jusqu'à ce soir je ne l'avais jamais rencontré  . C'est fini pour nous tous..   Soufflai-je bien décidé à tirer une dernière balle, avant que cet assassin ne m'abatte. Que justice soit faite !   Mais alors que je m’apprêtai à presser la détente voilà qu'un flot de souvenirs envahir mon esprit -Un esprit à présent manipulé par une entité supérieure- Retraçant l'enfance malheureuse d'une petit garçon de Hub City du nom de  Charles  Victor Szasz mais né du sang des Zsasz....Victor était donc mon demi frère, ce petit garçon fermé qui venait m'ouvrir la porte lorsque je me pointais sur leur pallier , déterminé à  renouer les liens avec mon père biologique. En moins que ce dernier lui ait dit  finalement  la vérité, il ne me connaissait pas entant que membre de sa famille. Abasourdi, je lâchai    brusquement mon arme à terre , devais-je enlever le pseudoderme  de mon visage ? et lui dire qui je suis réellement?

Sortant instinctivement,  cette bombe de gaz de ma poche pour la décollé de mon visage . C'est sans l'ombre d'un remord que je dévoilai à tous ces hommes ma véritable  identité. Tout le monde me connaissait sous le nom de Victor Sage chroniqueur d'un journal d'investigation, mais cette identité était encore une fausse. Après ce lourd coma ou j'ai perdu l'ensemble de ma mémoire, il m'avait fallu me reconstruire  en créant un personnage. Puis au final, je me suis retrouvé avec trois identités : l'orphelin, le journaliste et le justicier. Mon regard l'enveloppant d'une étrange intensité , je finis par dire sans détour et d'un souffle.   On se connaît Zsasz , je suis ton petit frère...Charles. Rupert Thorne , éclatant de rire derrière moi, je ne lui prêtais aucune attention. j'avais  retrouvé la mémoire miraculeusement et la colère qui en découlait, était dévastateur. Je n'avais rien contre Victor Zsasz , mais son père lui m'avait frappé et laissé ma mère mourir. Mais alors que je m’apprêtais à lui  rappeler mes nombreux  passages à leur domicile, voilà que Thorne attrape son arme et me tire volontairement  dessus. En même pas une seconde , j'ai sentis  mon corps , se projeter en arrière sous l'impact des balles.  «  Tu as pris la vie de mon fils  . J'ai pris celle de ton  connard de petit frère , à présent nous sommes quitte Zsasz. »  Ce fut les dernière parole que j'entendis  de ce fumier , moi , agonisant sur l'asphalte de ce  quais. Toute chaleur s'échappait, à présent,  de mes veines  mais curieusement je continuais de sourire ...Après des mois de recherches, à remonter douloureusement le chemin de mon passé, j'étais enfin parvenu à déverrouiller mon cerveau. Mon corps prit de légères convulsions alors que je vomissais du sang , je fermai instinctivement les yeux sur la scène , c'était exactement la fin  que je m'étais imaginé pour The Question... Une mort digne au cours d'une dernière mission.
 
© code par Nostaw.


L'oppression du pauvre est un de ces grands crimes qui sollicitent la vengeance divine, et l'attirent. Une chute soudaine, l'écroulement fatal et imprévu de la plus brillante fortune, apprennent aux hommes qu'il y a au-dessus de nous un Etre suprême, qui, en abattant ces têtes altières qui abusaient de leur puissance, fait craindre au méchant effrayé que la foudre qui gronde encore ne vienne le frapper à son tour.ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Date d'inscription : 03/10/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Mes victimes et les fantômes de mon passé...
Ma famille : Disparu, depuis mes 25 ans
avatar
Victor Zsasz
MessageSujet: Re: Family portrait feat Victor Zsasz Lun 19 Déc - 3:51


Family Portrait
Victor Sage & Victor Zsasz



Il semblerait que subitement, le prince du sarcasme n'ait plus très envie de plaisanter ni de jouer avec le feu. Une bonne chose, car il est clair que je n'aurai aucun mal ni aucun remord à tirer une balle entre les deux yeux d'un parfait inconnu. Malgré tout, le pauvre semble croire qu'il peut encore marchander avec moi alors que je compte bien appuyer sur la gâchette. C'est vrai, à quoi servait-il exactement ? Juste un petit fouineur qui a pris le risque de se mêler à une affaire qui ne le regarde absolument pas. Mais voilà que ce bon vieux Thorne continue de l'ouvrir. Une chance pour l'inconnu sans visage, une poisse pour ma part. Ce qui me pousse à lever une nouvelle fois les yeux au ciel, dans un soupire peu discret. Mes doigts maintenant fermement leur équilibre sur chaque détente... Si ça ne tenait qu'à moi, je tirerai dans l'instant. Malheureusement, cette affaire ne concerne pas uniquement moi. Bien qu'il y ait une affaire de vengeance dans tout ça qui, elle, me concerne. Mon regard globuleux reste cependant sévèrement braqué sur l'inconnu, qui pointe à son tour son arme, sagement caché sous sa veste, sur moi et qui semble même s'apprêter à tirer. J'aurai pu l'abattre dans l'instant, mais au lieu de ça, un sourire amusé étire mes lèvres et je ne bouge pas d'un pouce devant lui. Un étrange petit ricanement s'échappe d'entre mes lèvres. Il n'allait pas le faire et ce n'était pas mon heure, je le sais.

- « Bah alors vas-y mon grand ! Qu'est-ce que t'attends ? »

Aucun tremblement, ni même signe de frayeur dans la voix. Je reste assuré comme jamais. Quoi que surveillant toujours Thorne du coin de l’œil. Mais voilà que l'inconnu reste comme pétrifié face à moi, comme s'il avait... une soudaine révélation. A moins qu'il soit en train de se faire dessus. Je regarde ma montre devant lui, tapotant nerveusement du pied, puis soupire encore.

- « Bon... tant pis. T'auras eu ta chance... »

Alors que mon doigt a, à moitié pressé la gâchette, voilà que l'inconnu me balance une révélation en pleine figure. Comme quoi, il serait mon petit frère, Charles. Mes yeux s'écarquille et un blocage se fait aussi de mon côté. Charles... Charles... Il ne pouvait pas être lui ! Non... Je n'ai plus de famille depuis longtemps. Il ment ! Pour la première fois en longtemps, quelque chose arrive à me faire légèrement trembler. Je déglutis, observant attentivement l'individu, qui nous montre enfin son vrai visage. Je n'ai que très peu de souvenir de ce soit disant frère, alors physiquement il ne me dit pas grand chose. Mais rien que l'espoir d'envisager d'avoir encore une famille, me bouleverse littéralement. A tel point, que je baisse ma garde sur Thorne, qui profite de l'instant pour tirer sur lui. J'en sursaute, et braque cette fois mes deux armes sur Thorne. La gorge encore nouée, aucun mot n'arrive à en sortir. Je suis comme... perdu. Je secoue la tête, ne devant pas me déconcentrer ni laisser la moindre faiblesse transparaître.

- « Ce que tu peux m'agacer avec ton fils ! Vas donc le rejoindre si tu y tiens tant ! »

Aussitôt dis, je lui tire dans chaque genoux et dans chaque bras. Le clouant littéralement sur place.

- « En faite non. Ça te ferais bien trop plaisir... Il devra attendre. Il n'est sûrement plus à ça près, après tout... »

Je lui offre un dernier petit sourire, avant de shooter dans son flingue pour l'envoyer valser plus loin. Dommage, il m'aurait offert l'occasion de décorer mon corps d'une nouvelle cicatrice. Ma foi... l'autre se faisant passer pour mon frère, peut le remplacer. Je m'approche doucement de lui et le regarde de toute ma hauteur. Grimaçant légèrement sous l'ampleur de ses blessures. Je me positionne accroupi à côté de lui, pointant mon flingue.

- « Shht... ça va aller, tout est fini... »

Lentement, mon doigt presse la détente. Mais aucune balle n'en sort et l'arme s’enraye. Je lâche un juron, puis balance l'arme plus loin, avant de retenter le coup avec la seconde. Sauf qu'en cet instant, des retentissements de sirènes se font entendre. Je jette un rapide coup d’œil aux marchandises... Pris de court, je ne peux rien en faire tout seul. Et les flics semblent beaucoup trop proche. Sans réfléchir, au lieu de m'enfuir seul, je décide de porter l'inconnu sur mes épaules et quitte l'entrepôt à grande vitesse. Ou du moins, j'essaye... Ce qu'il a révélé tout à l'heure, ne me laisse tout de même pas indifférent. Personne, hormis moi, n'est au courant que j'ai déjà eu un "frère". Il n'aurait pas dit ça au hasard... Au pire des cas, je le descendrai plus tard. Je rassemble donc toutes mes forces pour le tenir fermement sur mes épaules jusqu'à ma voiture. Je le balance à l'arrière, puis roule jusqu'à une autre planque aux abords du centre ville. Que j'utilise pour "éduquer" ou "torturer" mes victimes. Sachant qu'il y aurait le nécessaire là haut pour possiblement le maintenir en vie.

A nouveau, je le porte. Sentant son sang dégouliner à moitié sur moi et n'étant même plus sur qu'il soit encore en vie. Je le pose sur la table et m'empresse d'aller chercher ce qu'il faut pour le soigner. Retirant les balles les plus faciles d'accès, luttant contre les hémorragies... Tout cela, en totale improvisation. Car de base, je suis plus bourreau que chirurgien. Je prend le temps de le recoudre, de le désinfecter, puis de lui mettre quelques bandages de fortunes. Après de longues minutes voir heures de soins intensifs, je pars souffler un peu dans le canapé de la pièce voisine. Je passe aussi un coup de fil à mon patron pour le tenir informé des soucis causés par Thorne et la marchandise. Malgré la fatigue, je n'arrive pas à piquer un roupillon. Préoccupé par les mots de ce type, qui me sont restés en travers de la gorge. Je rumine... J'ignore durant combien de temps. Les démons de mon passé remontant à la surface, alors que je les croyais bien profondément enterrés. Je sors de ma torpeur, entendant un semblant de bruit à côté. Aussitôt, j'entre dans la pièce et positionne une chaise à l'envers pour venir m’asseoir non loin de lui. L'observant attentivement.

- « C'est ton jour de chance, on dirait... »


AVENGEDINCHAINS


Forever trusting who we are. And nothing else matters ;
I'm not sorry for beeing clingy, stressful, weird, distant, strange, unlovable, useless, worthless, lonely, sad, helpless, sassy, broken, lost cause, defeated. × by lizzou.


Dernière édition par Victor Zsasz le Ven 30 Déc - 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 234
Date d'inscription : 29/10/2016
Situation amoureuse : Veuf
Pour qui j'existe : Cela reste un mystère
Ma famille : Dusan al Ghul (fils), Talia al Ghul (fille), Nyssa Raatko (fille) Père ( le Sensei)
avatar
Ra's al Ghul
MessageSujet: Re: Family portrait feat Victor Zsasz Ven 30 Déc - 9:44

Victor Zsasz and  Victor Sage
Family Portrait

 

 
« C'est ton jour de chance, on dirait... »  Me déclara mon frère , alors que tout doucement je reprenais conscience. La mort m'avait frôlé de près et comme toujours , j'en ressortais avec quelques blessures. Visiblement , j'étais dans son appartement et Victor, ici présent m'avait prodigué des soins ce qui me fit sourire intérieurement étant donné l'immense fossé qui nous sépare. Le même sang coulait dans nos veines, mais on était à l'opposé l'un de l'autre, lui un criminel et moi, un justicier. Quand ton arme s'est enrayée ou quand la police est intervenue ? Lui demandai-je , quelques souvenirs me revenant brusquement en mémoire. Je suppose que je te dois « un merci », sans toi je serais encore  mort . Mes lèvres s'étirèrent d'un sourire , alors que je tenais à me redresser, histoire d'en  voir un peu plus de cet endroit. J'étais un fin limier et un simple bout de papier griffonné pouvait m'en dire long sur la personne. J'ai toujours su qu'un jour on se recroiserait , mais ce n'était pas exactement à quoi je m'attendais. A la découverte  d'un cheveux sur son oreiller, j'arquai les sourcilles,  vu que Victor est chauve, il devait appartenir à quelqu'un d'autre. J'en déduis donc qu'il avait quelqu'un dans sa vie , ce qui était plutôt difficile à concevoir , en moins qu'il est eu la visite d'une prostituée. Sur ce point , je n'étais vraiment pas en mesure de le juger. Je suppose que je te te dois des explications, à propos du fait que nous soyons frère. Dis-je mon regard brun se posant de nouveau sur le sien. Nos yeux étaient la seule ressemblance que nous ayons, si nous oublions bien entendu la cruauté....Car oui il m'arrivait de me montré très très cruel envers mes ennemis. Je combattais le crime de façon abjecte et à Hub City, The Question était recherché pour meurtre.   Ou bien peut-être que tu préfères ne rien savoir, mais dans ce cas tu m'auras laissé crever sur les docks. Le plus agaçant chez moi était incontestablement  ce besoin de faire les questions et les réponses. Même avec la plus grande des volontés , il m'était difficile de ne rien analyser et d'en déduire. Victor était impassible, mais son acte laissait à penser que mes mots  l'avaient ébranlé. On était ennemi , mais surtout des frères et tout comme moi, Victor avait baissé son arme sous la vérité.  J'ignore encore pourquoi , il a choisi cette voie ? Mais avoir la chance d'un toit et d'une famille , ne suffisait pas non plus au bonheur...Notre père était particulièrement sombre et violent, il n'avait pas hésité à lever la main sur moi, pour protéger son secret.

A ce souvenir, mon sourire disparu , à présent je me rappelais de tout...Et je définissais cette colère qui m'habitait entant que The Question.  La mort, la maladie, le viol, les coups et la famine, telle était ma vie avant que cette voiture me renverse et m'offre la chance de disparaître  puis de renaître sous le nom de Victor Sage.   On est du même père. Repris-je d'un souffle, quelque peu soucieux de sa réaction.  Je ne le connaissais pas, j'aimerai , mais peut-être que  lui se foutait  de le savoir. Il était Victor Zsasz , un dangereux  assassin qui portait sur le corps la trace de toutes les vies fauchées. Pourtant ce qui me terrorisait le plus n' était pas sa renommée entant que membre de la mafia, mais   qu'il me rejette à son  tour...Je suis d'habitude  solitaire , je n'aime pas  vraiment la compagnie des gens. Toutefois,   face à lui - mon sang bouillonnant  dans mes veines - je me surpris   à désiré secrètement cette place de frère . Je me foutais mal de qui il était...On pourrait tout simplement poursuivre nos chemins sans avoir à se détester. Écoutes,  personnellement je n'ai rien contre toi, ni du fait que tu sois un assassin...J'ai également du sang sur les mains . Alors arrêtes moi si je parle trop, mais j'aimerai beaucoup te connaître.  Tu es mal seule famille Victor et je ne crois pas au coïncidence. Si j'ai retrouvé la mémoire , c'est pour que nous puissions avoir cette seconde chance. J'ignore ce que la vie a fait pour que tu deviennes un criminel, mais si t'avais le cœur froid tu ne m'auras pas traîné jusqu'à ton appartement pour me soigner. Et si te connaître, ne comptait pas pour moi, je n'aurais jamais baissé mon arme...Je me suis pris une balle parce-que je suis ton frère, c'est douloureux  mais j'en suis heureux. Prenant alors une profonde inspiration, je posai machinalement mon regard sur la table de chevet ou traînait une bague . L'inscription en latin   était la devise d'un groupe d'individus malveillants , qui d'ailleurs faisait l'objet de l'une  de mes enquêtes à mon arrivé à Gotham.   La Cour des Hiboux... Soufflai-je avant de la saisir et de relever mon regard curieux vers mon frère. La bague était bien trop petite pour lui, avait-elle un lien avec la personne qui a dormi ici ? Victor d’où vient cette bague ? M'enquis-je , il servait Carmine Falcone anciennement, peut-être les connaissaient-ils ? Et je dirai que oui.. Victor, si t'as des soucis avec eux , je suis en mesure de t'aider. En déduis-je, mon frère n'étant pas assez beau, riche et surtout stupide pour les suivre. Non , à l'instar de moi, son nom devait figurer dans la liste noir.
 
© code par Nostaw.


L'oppression du pauvre est un de ces grands crimes qui sollicitent la vengeance divine, et l'attirent. Une chute soudaine, l'écroulement fatal et imprévu de la plus brillante fortune, apprennent aux hommes qu'il y a au-dessus de nous un Etre suprême, qui, en abattant ces têtes altières qui abusaient de leur puissance, fait craindre au méchant effrayé que la foudre qui gronde encore ne vienne le frapper à son tour.ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Date d'inscription : 03/10/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Mes victimes et les fantômes de mon passé...
Ma famille : Disparu, depuis mes 25 ans
avatar
Victor Zsasz
MessageSujet: Re: Family portrait feat Victor Zsasz Jeu 5 Jan - 4:44


Family Portrait
Victor Sage & Victor Zsasz



Un merci ? Non merci. Cela m'arrange bien des masses qu'il ne le fasse pas, ne sachant jamais comment réagir face à de la niaiserie. Il en était de même pour les compliments. Cela a toujours eu le don de me mettre incroyablement mal à l'aise. Alors qu'il est clairement en train de reprendre du poil de la bête, je me saisie d'une de mes armes. Simple mesure de précaution. J'ai beau m'être cassé la tête à le soigner, simplement parce qu'il dit être mon frère, il n'en reste pas moins un ennemi très futé. Et vif d'esprit visiblement. En un instant, je le vois étudier minutieusement l'endroit où il se trouve, jusqu'au moindre détail. Je le vois dans ses yeux... Yeux, qui ressemblent beaucoup aux miens d'ailleurs. Mais, je me reconnaîtrais presque dans sa façon de faire. Je reste donc silencieux et l'observe tout aussi attentivement, tandis que sans avoir la nécessité de lui demander, il en vient à suggérer qu'il me doit quelques explications. En effet... Ce serait ce qu'il y a de mieux à faire, avant que je ne regrette finalement de lui avoir sauvé la vie.

Après avoir traîné un peu en longueur, le voilà qui confesse enfin un détail important. Ainsi, nous serions donc du même père. Ce qui, étrangement, ne me surprend pas des masses. Il est clair que ma mère n'était pas volage et n'avait surtout pas le temps pour ça. Tandis que mon père... était un incroyable menteur et manipulateur. Bien que je l'ai aimé, mais j'ai toujours vu très clairement en lui. Un peu trop peut-être. Il mentait comme il respirait et j'avais même l'impression qu'il croyait lui-même en ses mensonges. Ce qui pouvait le rendre effroyablement crédible. Mais de là, à cacher un autre enfant... Bon, au moins, ce n'est pas moi qu'il a renié.

Un long soupire s'échappe d'entre mes lèvres, tandis que je continue de le fixer de mes yeux globuleux, tout en gardant un calme presque intriguant. Je ne voulais pas l'interrompre dans son discours, le voyant bien du genre à partir rapidement dans tous les sens ou dans les longs discours ennuyeux. Ce qu'il fit d'ailleurs, malgré mon silence. Était-il réellement, sincèrement, en train de voltiger vers le sentimentalisme avec moi ? Je roule des yeux, blasé. Mais pourtant... Légèrement affecté. Il n'est mon frère que depuis quelques secondes, mais voilà qu'étrangement, je n'arrivais déjà plus à être indifférent de lui. Pourtant, il y a bien longtemps que j'ai perdu toute notion de ce qu'est une famille et par la même occasion, tiré un trait sur mon semblant d'humanité. Mais voilà... Fallait que ce guignol vienne tout bouleverser.

- « Écoutes mon vieux... Sans vouloir jouer les rabats joies, je ne suis pas certain que tu reste enthousiaste très longtemps, à l'idée que je sois ta seule famille... Alors, c'est bien mignon tout ça, mais rester loin de moi à l'avenir est sûrement ce qu'il y a de mieux à faire. Pour toi, comme pour moi d'ailleurs. »

Certainement une façon, de me protéger aussi. Sachant qu'il avait l'effrayante capacité de devenir une faiblesse, pour moi. Bien que j'en démontre parfaitement le contraire, tout ça, me déstabilisais et me touchais en plein cœur. Un cœur, que je croyais tout bonnement inexistant. De toute manière, cela fait bien longtemps maintenant, que je vis seul et sans la moindre attache. Une habitude, difficile à adopter et qui m'a permis de me couper de toute nouvelle envie de suicide. Soudainement, je me fige lorsque son attention se pose sur la bague d'Owlman. L'idiot l'avait oublié ici... J'ignore si ce qui me crispe et m'effraye, est le fait qu'il va me demander des comptes à propos de la Cour, où le risque qu'il puisse deviner que j'ai un "amant". Certainement les deux. Aussitôt, je pousse un léger grognement et me rapproche de lui afin de lui reprendre la bague des mains. La cachant dans l'une des poches de ma veste.

- « Je n'ai aucun soucis avec qui que ce soit. C'est bien généralement l'inverse qui subsiste. En revanche, si tu continues sur ce chemin très très boueux, c'est toi qui risque d'en avoir. »

Il venait clairement de poser le doigt sur un sujet sensible, qui m'a d'ailleurs fait adopter un timbre de voix sec et tranchant. Sa curiosité et sa perspicacité commençait très sérieusement à me casser les pieds. Pourtant, je n'ai pour une fois, même pas le réflexe de pointer mon arme sur lui. Et ce qu'il semble savoir, m'intrigue malgré moi. J'inspire un bon coup, pour essayer de récupérer mon calme et contenir mes envies de meurtre.

- « Qu'est-ce que tu sais d'eux ? »

Cette interrogation m'échappe des lèvres, comme si je pouvais avoir un semblant d'inquiétude pour cette petite chouette chevelu et frêle.


AVENGEDINCHAINS


Forever trusting who we are. And nothing else matters ;
I'm not sorry for beeing clingy, stressful, weird, distant, strange, unlovable, useless, worthless, lonely, sad, helpless, sassy, broken, lost cause, defeated. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 234
Date d'inscription : 29/10/2016
Situation amoureuse : Veuf
Pour qui j'existe : Cela reste un mystère
Ma famille : Dusan al Ghul (fils), Talia al Ghul (fille), Nyssa Raatko (fille) Père ( le Sensei)
avatar
Ra's al Ghul
MessageSujet: Re: Family portrait feat Victor Zsasz Sam 7 Jan - 10:31

Victor Zsasz and  Victor Sage
Family Portrait



« Alors, c'est bien mignon tout ça, mais rester loin de moi à l'avenir est sûrement ce qu'il y a de mieux à faire. Pour toi, comme pour moi d'ailleurs. » A ses paroles , je baissai tristement  mes iris brunes , tout en me pinçant les lèvres . Je comprenais tout à fait ce que Victor voulait dire  et je respectais amplement son choix. Mais il m'était , à présent, difficile de continuer sans l'ombre d'un frère dans mes pensées, sans savoir qu'il existe quelque part à Gotham . Contre tout attente, Zsasz m'avait sauvé la vie et je lui étais en quelque sorte  redevable. L'idée d'une famille ne m'avait, pourtant,  jamais effleuré . Ma vie était bien trop dangereuse pour y laisser quelqu'un entrer. Au souvenir soudaine , d'une personne  en particulier , je pris une lourde inspiration, pour cacher à mon tour les apparences. La dernière personne a qui j'avais offert des sentiments était comme dirait  "morte" et jamais je ne pourrai oublié ses mots écrites dans une vulgaire lettre de rupture. Bien qu'il se pourrait, qu'il  est aimé Victor Sage  au point de me demandé de partir avec lui  , c'est mon pseudonyme The Question qui l'aura finalement  "tué", après avoir hésité de le suivre dans ses aventures tumultueuses. Il m'arrive très souvent de penser à lui , à ce que serait ma vie si je lui avais dit «  oui » et surtout à  me demander si cette décision m'aura fait raccrocher mon costume de justicier.  J'avais créé le personnage de The Question pour libérer cette ville du crime et de l'injustice, mais au fil du temps il était devenu pour moi  une prison invisible emplit de solitude ...Je ne vivais plus que pour mon combat , et l'individu pathétique et triste que j'étais d'ordinaire s'effaçait sous ce désir profond de devenir l' homme sans identité, courageux et implacable. Je ne comptais pourtant  plus mes victimes et  mes actes abominables , certain revenant même le soir  pour me hanter au cœur de terribles hallucinations. The Question m'appelait constamment et je me voyais dépassé par sa force.
Mon frère se rapprochant de moi pour m'arracher, vivement, la bague des mains, je plissais les yeux avec suspicion.  Quel était donc  son lien avec cette société secrète ? Je lisais clairement dans son attitude de la détresse noyée par  la fierté.   Le genre de comportement , derrière lequel je me cachais à sa mort, pour tromper mon entourage et me mentir à moi même. « Je n'ai aucun soucis avec qui que ce soit. C'est bien généralement l'inverse qui subsiste. En revanche, si tu continues sur ce chemin très très boueux, c'est toi qui risque d'en avoir. » Trancha-t-il en rangeant la bague dans l'une de ses poches. Bah voyons ! Répliquai-je , me redressant avec peine,  plus tout  en grimaçant de douleur. Le mieux serait que je me repose, mais avec Question, il n' y avait jamais une seconde à perdre. Si mon frère avait des ennuis avec la Cour des Hiboux, qu'il le veuille ou non, je devais mettre mon grain de sel dans l'affaire. D'ailleurs, il y a longtemps que j’enquête sur ce qui était une rumeur et au fur et à mesure des choses, j'avais fini par remonter jusqu'à leur cachette. « Qu'est-ce que tu sais d'eux ? » Finit-il par demandé, une légère pointe d'inquiétude dans les yeux. Non pas pour lui, mais sûrement pour la personne a qui cette bague appartenait. Assez pour te demander de ne pas y aller seul. Mon regard s'intensifia. Écoutes je me fous de savoir  , qu'elle genre de relation tu  entretenais  avec le détenteur de cette bague, enfin même si tous les éléments ici présents  me ramène a une seule conclusion.  Si tu penses vraiment  que cette personne a été  sincère avec toi et  qu'elle est en danger, il va falloir travailler en équipe que tu le veuilles ou non. Victor , je respecte ta décision, une fois fini je disparaîtrais aussi si vite que je suis apparu , mais tu vas avoir besoin de moi sur ce coup là.  Ça fait un bon moment que j’enquête sur eux, et je pense être en mesure de pénétrer leur demeure.  Ils ont de nombreux systèmes de sécurité à neutraliser, et  je suis très bon en informatique et  en ce qui est de crocheter une porte  discrètement. Toi par-contre t'es un très bon tireur... A nous deux on peut vraiment former un très bon duo. Effectivement entre lui qui ne rate jamais sa cible et mon QI de génie, on aura pu former un tandem de choc, entant que frangin. Cette idée me fit sourire intérieurement, jamais je n'aurai autant désiré travailler avec un criminel. Par contre,  si ton amie est retenue pour trahison, il y a de forte chance pour qu'elle soit déjà morte.  La Cour des hiboux est plutôt impitoyable en ce qui concerne  la violation  de leur code.. En portant cette bague, elle a prêté un serment de loyauté envers eux. Cela me surprenait assez que l'un des membres , est plus bafoué son serment. Ces petits riches ne faisaient pas trop dans le sentiment, ils avaient entre leurs mains , les ficelles de tout Gotham et le reste, ils s'enfichaient éperdument. Mais pour que Victor est un semblant d'humanisme, cette mystérieuse personne devait aussi être différente...Voire spéciale.
Me redressant pour de bon, avant de me glisser hors du lit , je récupérai sans tarder cette chemise blanche , maculé de mon sang pour l'enfiler. J'étais robuste pour un garçon de ma corpulence  mais  condamné par la maladie . Et bien que pour le moment rien ne soit certain, j'espérai reculer au mieux cette échéance, pour mettre de l'ordre mes affaires.   J'ai envie d'un verre d'eau avec du sucre  Dis-je , sentant , à mes premiers pas, un corps tout affaiblit sans doute par la perte importante de sang .  
© code par Nostaw.


L'oppression du pauvre est un de ces grands crimes qui sollicitent la vengeance divine, et l'attirent. Une chute soudaine, l'écroulement fatal et imprévu de la plus brillante fortune, apprennent aux hommes qu'il y a au-dessus de nous un Etre suprême, qui, en abattant ces têtes altières qui abusaient de leur puissance, fait craindre au méchant effrayé que la foudre qui gronde encore ne vienne le frapper à son tour.ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Date d'inscription : 03/10/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Mes victimes et les fantômes de mon passé...
Ma famille : Disparu, depuis mes 25 ans
avatar
Victor Zsasz
MessageSujet: Re: Family portrait feat Victor Zsasz Sam 14 Jan - 4:10


Family Portrait
Victor Sage & Victor Zsasz



Encore heureux qu'il se fiche éperdument de la relation que j'entretiens  avec le détenteur de cette bague. Je ne suis pas hyper réputé pour avoir des relations autre que "meurtrière" avec les gens, ce n'est pas demain la veille que j'allais lui raconter mon histoire, avec cette personne hors du commun qui a su avoir un quelconque intérêt à mes yeux. Déjà que j'ignorai moi-même, quel "intérêt" il avait. Quel mot, pouvait bien décrire cela ? Ce qui nous lie ? Car oui... Il y a bien quelque chose qui me lie à cette petite chouette, auquel cas, je n'irai pas jusqu'à songer à aller le récupérer au sein de la Cour des Hiboux. J'avais beau ne rien connaître encore de cette société, je me doute qu'ils ne doivent pas faire dans la dentelle. Et lorsque j'ai vu qu'il avait laissé sa bague sur ma table de nuit, j'ai de suite songé au fait que celle-ci devait représenter quelque chose de particulier. Quelque chose... qu'ils ne vont pas aimer ne plus voir à son doigt. Ce soit disant frère, avait donc sûrement raison. Il avait peut-être de fortes chances, pour que Owlman ne soit déjà plus en vie. Je baisse légèrement la tête à cette pensée, bien qu'aucune émotion ne s'affiche sur mon visage. Plongé dans mes songes, je ne tique même pas, lorsqu'il parle de Owlman comme d'une fille. Pour sûr, il songeait au fait que je sois hétéro. Ne me connaissant absolument pas dans les petites lignes, il ne pouvait pas se douter que de base je suis asexuel. Si ce n'est en réalité, paradoxalement et dans les tréfonds de mon inconscient, pansexuel. Bizarrement, ses mots sur la désignation d'un "duo de choc" me fit vivement redresser le menton.

- « Je ne travaille pas "en duo". Je travaille sans contraintes. »

Alors que mon regard resta évasif et en train de fixer le mur face à moi, je dis cela d'un air presque robotique. Manquerait plus que ça tiens... que je me farcisse un clown comme lui. Surtout après l'avoir vu à l'oeuvre tout à l'heure, non merci. Je soupire, puis sors de mon étrange état ressemblant à de l'absentéisme, pour me redresser et faire pivoter mon regard sombre sur lui.

- « Tu n'es pas en état de faire quoi que ce soit, de toute manière. Tu vas uniquement tout faire foirer. »

C'est d'ailleurs tout juste s'il arrivait à s'éjecter du lit. Après avoir roulé des yeux, je traîne les pieds jusqu'à ma cuisine afin de lui servir un verre d'eau, dans lequel j'y mélange un médicament. Je me rapproche ensuite de lui pour le lui tendre, l'air toujours aussi impassible.

- « Tu as perdu une trop grande quantité de sang et c'est une chance que tu sois encore en vie. Si tu veux tenter le coup, vas-y. Mais tu n'iras pas plus loin qu'en bas de la rue avant de t'effondrer et je ne te sauverai pas deux fois. Frangin, ou pas frangin. »

Une fois, venant de moi, était déjà du domaine du miracle. Et puis... Il n'était pas le seul bonhomme de la famille à être incroyablement têtu. Je jette ensuite un rapide coup d’œil à ma messagerie sur mon téléphone, avant de le ranger aussi dans ma poche. Une marge de temps semblait être à ma disposition afin de m'occuper de cette "affaire". Et à bien y réfléchir, l'idée d'avoir un petit coup de main, serait peut-être la bienvenue. Bien que... je n'avais aucune confiance en ses soit disant "talents". C'est avec exaspération que je soupire, rien qu'à l'idée de devoir approuver que son idée n'était pas si mauvaise.

- « Bien que le temps ne soit pas en notre faveur, il vaudrait mieux que tu récupères avant. Mais autant te prévenir de suite, que si tu fais tout foirer... Je te prouverai qu'on peut mourir d'une balle dans le derrière. »


AVENGEDINCHAINS


Forever trusting who we are. And nothing else matters ;
I'm not sorry for beeing clingy, stressful, weird, distant, strange, unlovable, useless, worthless, lonely, sad, helpless, sassy, broken, lost cause, defeated. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 234
Date d'inscription : 29/10/2016
Situation amoureuse : Veuf
Pour qui j'existe : Cela reste un mystère
Ma famille : Dusan al Ghul (fils), Talia al Ghul (fille), Nyssa Raatko (fille) Père ( le Sensei)
avatar
Ra's al Ghul
MessageSujet: Re: Family portrait feat Victor Zsasz Mar 17 Jan - 7:48

Victor Zsasz and  Victor Sage
Family Portrait



« Tu n'es pas en état de faire quoi que ce soit, de toute manière. Tu vas uniquement tout faire foirer. » Me fit-il remarquer, le ton dur  . J'avais perdu énormément de sang et sans son intervention je serai sans doute mort , mais ce n'était pas dans les principes de The Question de rester sagement à la maison avec une soupe de poulet fumante  ….Non je venais de retrouver mon demi-frère et cette disparition allait m'aider à me rapprocher de lui , du moins le temps qu'il nous faudra pour  mettre à bien la mission contre cette société secrète .A juste titre .. Victor ne voulait pas de moi comme frère , ni même dans sa vie  .  mais c'était plus fort que moi, je voulais absolument le connaître ainsi que les raisons qui l'ont poussé à devenir l'homme qui l'est aujourd'hui.  Son regard sombre de  nouveau sur moi, je me rassis  sur le lit, la main pressant cette blessure qui me tardait de prendre en considération . Victor avait malheureusement  raison, j'étais dans l'incapacité de me battre ou quoi que ce soit....A part le ralentir, je ne servirai pas à  grand chose. Que je l’accepte ou non , The Question avait besoin d'une semaine de convalescence si ce n'est pas plus.   Peut-être mais tu ne pourras jamais les infiltrer sans mon aide... Lui répondis-je aussitôt, les traits de mon visage déformés par la douleur. Laisses moi t'aider Victor. Ce dernier , quittant soudainement  sa position pour la cuisine et en revenir avec un verre d'eau , l'ombre d'un sourire se dessina sur mes lèvres. J'avais demandé du sucre et non un médicament, mais sa petite attention envers moi était la bienvenue ,  « Tu as perdu une trop grande quantité de sang et c'est une chance que tu sois encore en vie. Si tu veux tenter le coup, vas-y. Mais tu n'iras pas plus loin qu'en bas de la rue avant de t'effondrer et je ne te sauverai pas deux fois. Frangin, ou pas frangin. »  Je pris une lourde inspiration,  ses paroles me bourdonnant presque dans les oreilles. Je n'aimais  pas vraiment le fait qu'il est toujours raison, encore moins qu'il m’appelle « frangin » Pas après tout ce qu'il m'avait demandé... Tu m'as sauvé la vie et je t'aide à chasser du hiboux  , comme ça on est quitte . J'aurai aimé que ça soit aussi facile, mais à présent que nous connaissions l'existence de l'autre, rien ne sera plus jamais comme avant...Pire on sera sûrement amené à nous combattre. Il était de la mafia et moi un justicier. Une cruelle vérité qui ne cessera jamais nous rattraper, en moins que je ne décide à repartir à Hub City. A cette pensée, je baissai les cils pour voiler ce regard incertain. Gotham City n'avait pas son justicier....C'est homme brisé et solitaire , né de sa violence la plus pure ...J'étais alors venu mettre un peu d'ordre , mais au final il semblerait qu'au cœur même de cette ville je sois en proie de nombreux tourments. En plus de mon frère , il y avait aussi Black Mask , un homme que j'ai apprécié et qui m'a traîné dans la boue. Mais qui ne cessera de me faire de l'effet...Secouant ma tête, comme pour me chasser ces idées noirs, je reportai de nouveau mon attention sur mon frère, qui consultait sa messagerie. Il était si distant envers tout ça,  ça me brisait intérieurement mais je demeurai pas moins admiratif de son sang froid. Victor n’avait pas besoin de se cacher  derrière  un masque pour rester impassible. « Bien que le temps ne soit pas en notre faveur, il vaudrait mieux que tu récupères avant. Mais autant te prévenir de suite, que si tu fais tout foirer... Je te prouverai qu'on peut mourir d'une balle dans le derrière. » Je ris , avant de lui rétorquer  du tac au tac Je vois et je serais celui qui donnera un sens à l'expression avoir un trou de balle. .  Moi alors des que je me tente à la plaisanterie , ça tourne toujours au vinaigre  . Je blêmis aussitôt sous la dureté de son visage. Des flammes semblaient brler dans ses grands yeux noirs.    Désolé je pensais que ça serait plus drôle. Je pourrai aussi donner un sens à «  tourner sept fois la langue dans la bouche avant de parler. Cela pourrait m’être plus judicieux surtout face à mon frangin.  Raclant alors ma gorge, pour reprendre mon sérieux, je poursuivis. Depuis que j'ai passé cette porte t'as l'air de me  prendre pour un petit con sans courage et cervelle . Thorne m'a touché certes, mais habituellement mes missions ne se passent pas comme ça... J'ai été submergé par mes souvenirs...Jusqu'à présent je me souvenais d’absolument rien de mon passé et là, tout s'est déverrouiller . Je marquai une pause, ignorant pourquoi je perdais encore mon temps à lui expliquer tout ça. Victor en avait rien à foutre de ma vie et l'avait prouvé plus d'une fois en me recalant. Les armes à feux c'est pas vraiment mon truc...Mon domaine c'est l'informatique et les arts martiaux. Pour le moment un corps à corps avec l'ennemi allait être difficile , mais je me défendais pas mal au sabre, mon enseignement au combat venant de Lady Shiva. Laisses moi deux jours pour récupérer et tout préparer...Juste deux jours en comptant celui-ci. Je savais que le temps de cette personne était compté, mais on ne pouvait pas attaqué la Cour des Hiboux sans être un minimum préparé. Par ailleurs, j'attendais des nouvelles de mon informateur, lui seul était vraiment entré dans le manoir de Harbor House . Jason Todd, de son nom,  était de loin le plus agile et le plus futé des orphelins de cette ville. A l'heure ou nous parlions, il devait déjà détenir le plan de leur demeure, ainsi que d'autres objets pouvant nous aider à les neutraliser.  
© code par Nostaw.


L'oppression du pauvre est un de ces grands crimes qui sollicitent la vengeance divine, et l'attirent. Une chute soudaine, l'écroulement fatal et imprévu de la plus brillante fortune, apprennent aux hommes qu'il y a au-dessus de nous un Etre suprême, qui, en abattant ces têtes altières qui abusaient de leur puissance, fait craindre au méchant effrayé que la foudre qui gronde encore ne vienne le frapper à son tour.ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Date d'inscription : 03/10/2016
Situation amoureuse : Célibataire
Pour qui j'existe : Mes victimes et les fantômes de mon passé...
Ma famille : Disparu, depuis mes 25 ans
avatar
Victor Zsasz
MessageSujet: Re: Family portrait feat Victor Zsasz Jeu 26 Jan - 22:35


Family Portrait
Victor Sage & Victor Zsasz



Notre étonnante détermination mutuelle, semble à elle toute seule, relativement prouver que nous sommes bel et bien du même sang. Bien que je n'ai pas manqué d'être particulièrement clair sur le fait que je ne voulais pas de lui dans ma vie, j'avais la certitude qu'il n'allait pas ne rester là. Si cela pouvait lui faire du bien d'espérer, ma foi... Il semblait tout de même se rendre à l'évidence, que j'avais raison bien plus souvent que lui. Bien que lui, avait raison sur le fait que j'avais besoin de son aide et que nous serions quitte une fois qu'il m'aura aidé à chasser du hiboux. Après tout, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple. Restait plus qu'à espérer, qu'il se remette assez vite de ses blessures, car je n'allais pas l'attendre indéfiniment. Bref, je n'émet donc plus aucun objection à ses dires et me penche sur ma messagerie comme si de rien n'était. Intensifiant davantage et sans le vouloir, de par ce simple geste, mon côté indifférent et impassible à tout. Ne me rendant même pas compte, du chagrin qui régnait dans le cœur de mon "frangin".

Un chagrin, qui ne semblait pas pour autant l'empêcher de rire, voir même d'essayer de sortir une blague vaseuse en réponse à ma menace. Une blague... Qui visiblement, avait pour but premier, de faire rire. Ce qui ne marche, évidemment pas. Bien que le jeu de mot soit bien trouvé et bien envoyé. Mais sur le moment, ça me fit plus lever les yeux au ciel qu'autre chose. Ce qu'il pouvait être benêt par moment... Fort heureusement, le froid que je créais suite à son humour pourri, le force à reprendre rapidement son sérieux. Croisant les bras contre mon torse, je l'écoute à nouveau. Bien que cela m'ennuie déjà. Il essayait de justifier son erreur, soit. C'était possible... Moi aussi, je fus quelque peu troublé, au point de lui sauver la vie. Donc je pouvais à la limite, laisser couler ça. De toute façon, s'il est vraiment nul, c'est lui qui le payera cher. Pas moi.

- « Pour ce qui est des armes à feu et abattre du gibier, tu me laisses gérer ça. Si tu es aussi doué en informatique et au combat que tu l'es en blagues vaseuses alors... j'veux bien te croire. »

Je lâche un dernier soupire, alors qu'il me supplie d'attendre deux jours, à compter de celui-ci, avant d'agir. Je doute que deux jours suffisent, au vu de son état, mais... pourquoi pas. Nous n'avions vraiment pas le temps devant nous, de toute manière. J'hésite un instant, restant figé, puis fini par acquiescer.

- « Okey. Ça me laissera le temps de conclure deux trois contrats que j'ai déjà sur le dos. »

Et sur ses mots, que je jette un dernier regard à Victor, avant de regarder ma montre et de quitter l'appartement comme un loup solitaire. Après tout, je n'étais pas sa baby-sitter. Le médicament que je lui avais mélangé avec l'eau devrait avoir un bon effet sur lui. Il avait un frigo à sa disposition et une salle de bain ainsi qu'un lit pour se reposer. Inutile que je perde mon temps à lui donner des consignes. Pour ma part, je me remis aussitôt au boulot. Ou plutôt, en chasse...

_______________________________________


Deux jours sont passés et je n'ai pas vraiment eu le temps de les voir passer. Mes contrats ne furent pas de tout repos, a tel point, que Victor et moi nous sommes à peine vu. Et encore... quand je rentrais à l'appartement, il dormait la plupart du temps. Cette nuit-là, c'est avec un joli pactole en cash, que je rentre chez moi. Je claque assez bruyamment la porte, volontairement, histoire d'avertir de mon arrivé. Puis, je balance un sac rempli d'argent sur le lit. A mon grand soulagement, Victor semblait déjà éveillé et souhaitons le, en pleine forme. Je traîne les pieds jusqu'à la cafetière et m'apprête à me boire un café froid et pas très bon. Mais au vu de la chaleur de celui-ci et de son goût, bien meilleur que celui que je fais, il semblerait que mon soit disant "frère" se soit montré prévoyant. Ce qui ne fut pas désagréable. M'appuyant contre un des meubles, je bois tranquillement mon café. M'enfermant quelques secondes dans ma bulle. Si Victor était peut-être en train de me parler, je ne l'entendrais même pas.

Doucement, je fini par rouvrir les yeux. Observant Victor attentivement et terminant de boire les dernières gouttes de mon café. Il semblait en forme, espérons que ce ne soit pas qu'en apparence. Je l'entends vaguement parler, mais suis déjà concentré sur mon prochain objectif. Bizarrement, je me sens aussi... inquiet. Pas aussi à l'aise, qu'habituellement, quand je dois partir quelque part, seul. Un sentiment, qui ne m'a plus traversé depuis bien longtemps. Pour la p'tite chouette ? Ou serait-ce aussi pour ce "frère" ? Pour autant, je ne laisse rien transpirer. Je me décolle du mur, une fois que Victor a fini de blablater, puis lui donne ma tasse vide.

- « Il était bon ton café. Bon... Let's go ? »

Je passe à côté de lui, puis vais aussitôt vérifier mes armes et mes munitions avec rapidité, mais beaucoup de minutie. Un gros calibre dans le dos, mes deux flingues sur les côtés et un bon poignard de chasseur dans une de mes bottes. Je recharge toutes mes armes, puis nous nous mettons rapidement en route. Traversant la noirceur de Gotham, sous les indications de Victor, qui semble avoir une idée assez précise d'où nous allons et comment.


AVENGEDINCHAINS


Forever trusting who we are. And nothing else matters ;
I'm not sorry for beeing clingy, stressful, weird, distant, strange, unlovable, useless, worthless, lonely, sad, helpless, sassy, broken, lost cause, defeated. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 234
Date d'inscription : 29/10/2016
Situation amoureuse : Veuf
Pour qui j'existe : Cela reste un mystère
Ma famille : Dusan al Ghul (fils), Talia al Ghul (fille), Nyssa Raatko (fille) Père ( le Sensei)
avatar
Ra's al Ghul
MessageSujet: Re: Family portrait feat Victor Zsasz Ven 27 Jan - 14:57

Victor Zsasz and  Victor Sage
Family Portrait



Ces deux jours de convalescence  , je les avais passé sagement dans l'appartement de mon frangin. Là ou personne ne pourra remonter jusqu'à moi . Jour et nuit, j'avais bossé sur notre plan d'action contre la Cour des Hiboux. Ils détenaient une personne qui lui était  visiblement cher  et bien que nous soyons à un stade pas très avancé de notre relation entant que demi-frère, je lui avais fait une promesse....La promesse de l'aider en retour de son geste héroïque et inattendu  sur les docks. Il aura pu me tuer  et se débarrasser de   Rupert Thorne ,mais Victor m’avait finalement épargné, puis soigné chez lui . Cependant, une fois la mission achevée  , je devais partir de sa vie et ne jamais revenir. Chose que je ferai bien entendu mais à contre cœur....Pourquoi retrouver soudainement la mémoire , si c'est pour se manquer  encore ?Toutefois  je comprenais pleinement   sa décision et entant que justicier, il m'aura été  difficile de le traquer comme tous les autres criminels... Je ne pouvais rien faire contre cela , Victor était mon frère et ma dernière famille. A cette pensée, je pris une lourde inspiration  tout en fermant les yeux. , Ma mère avait succombé à la maladie alors que je n'étais qu'un enfant et mon père biologique avait refusé de  nous apporter son aide, pour nous sortir de la  misère.. Gotham n'est rien en comparé  de l'injustice  qui règne à Hub city, Mais sans cette obscurité, The Question ne sera jamais né...

La porte , s'ouvrant abruptement sur moi, je rouvris aussitôt les yeux sur cette assemblage de photos sur la table . C'était mon frère Victor qui venait enfin de rentrer, et visiblement charger d'un sac refermant  une centaine de liasses de billets ou même plus . Je vois que la chasse a été bonne. Lâchais-je , mon regard toujours braqué sur ce que j’appelle  grossièrement « le réseau ».   Victor était un assassin de la pègre et curieusement je commençais à me faire à l'idée. Toute façon, à l'instar de la police, je ne m'occupe pas  de ce type d'affaire , sauf dans des cas exceptionnelles comme le trafiques de diamants dans les serpents. Mon frangin , balançant vivement son butin sur le lit, je finis par me retourner, quelque peu embarrassé par tout son raffut.  J'avais besoin de concentration pour finir mon assemblage de relations et en deux jours, j'étais arrivé à de folles conclusions mais largement prouvées en ce qui concerne la Cour des Hiboux. J'ai pas mal avancé en ce qui concerne «  le réseau » et tu seras jamais ce que j'ai découvert. Le voyant prendre du café et se coller dos au mur , je poursuivis, pensant peut-être qu'il m'écoutait...Mais il paraissait très soucieux, sans doute pour cette  personne qui s'est montrée  déloyal envers la société secrète.  Il y  avait effectivement de grande chance pour qu'elle soit déjà morte mais en dépit d'une vie des plus sombre, j'ai toujours gardé un minimum d'espoir... Ils ont de nombreux repaires à Gotham, des immeubles et des entrepôts abandonnés tous ayant appartenu à Alan Wayne...Le père de Thomas Wayne. Il semblerait même qu'il a été membre de la Cour des Hiboux et l'un des fondateurs de la Société....Bref , je suppose que tu ne m'écoutes pas là... Sur cette conclusion, je me tus , l’imitant en buvant un peu de mon café. Il était particulièrement bon et rien que pour ce luxe , Victor allait me regretter. « Il était bon ton café. Bon... Let's go ? » Effectivement, maintenant que tout est en place nous n'avons plus une seconde à perdre. Lui répondis-je, en ramassant soigneusement toutes mes affaires éparpillées sur la table. J'étais obsédé par la théorie du complot et personne ne devait faire main basse sur mes travaux...Je dis bien personne... Ma voiture est garée a quelque pas de l' immeuble. Il était à peine 4h du matin et c'est sans problème qu'on allait pouvoir traverser la rue sans être aperçu. Notre destination était le vieux manoir Harbor House qui se trouvait en dehors de la ville. [...]

Le vieux manoir de Harbor House , à seulement quelque pas de nous , je stoppai aussitôt le véhicule. Comme toujours ses lumières étaient allumées et des silhouettes malveillantes passaient  devant les vitrées. Attrapant mes jumelles sur la banquette arrière, je scrutai alors la fenêtre de la bibliothèque  , ou Jason Todd était passé pour me récupérer le plan. Elle n'était pas ouverte à cette heure-ci mais ce n'étais pas un problème en soi, j'avais tout ce qui fallait dans mon équipement. La salle de réunion est particulièrement animée .  Ça ne va pas fort dans leurs affaires... Constatai-je , ayant récemment eu vent de l'artefact dérobé et de la mort de l'un de leurs Talons. Tant mieux, on sera plus tranquille pour entrer. Ôtant les jumelles de mes yeux , pour les lancer à l'arrière, je sortis aussitôt de la voiture pour ouvrir le coffre, qui refermait donc tout mon matériel de parfait détective et de justicier. Victor s'était armé de tous ses gros canons , mais moi j'avais en ma possession un katana, remis par la grande Lady Shiva. Mon maître d'arme...En somme. Nous allons escalader la façade jusqu'à la bibliothèque , alors ne te charges pas trop non plus. Lui conseillai-je , avant d'attraper mon sac  et  de glisser la lanière du fourreau  à mon épaule  gauche, de façon a ce que l'arme soit à mon dos.  C'est seulement arrivé à la façade que j'ouvris le sac pour y sortir une sorte lance -grappin qui allait nous permettre de monter jusqu'à la pièce en question.
© code par Nostaw.


(HJ Vivi tu poursuivras sur un nouveau sujet à 3 à Manoir de Harbor House )


L'oppression du pauvre est un de ces grands crimes qui sollicitent la vengeance divine, et l'attirent. Une chute soudaine, l'écroulement fatal et imprévu de la plus brillante fortune, apprennent aux hommes qu'il y a au-dessus de nous un Etre suprême, qui, en abattant ces têtes altières qui abusaient de leur puissance, fait craindre au méchant effrayé que la foudre qui gronde encore ne vienne le frapper à son tour.ALASKA

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Family portrait feat Victor Zsasz

Revenir en haut Aller en bas
 

Family portrait feat Victor Zsasz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» /Vilain/ Victor Zsasz
» TCOO Acte 2 - Lulla Brogan/Victor Zsasz
» Victor Zsasz : Le rendez vous.
» Sky&Elya | family portrait
» The Moon family portrait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham: Rise of the Villains ::  :: Midtown :: Pier ( docks)-