Partagez | 
 

 Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
MessageSujet: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Lun 23 Jan - 15:04


Chroniques de la vie et de la mort
Harvey Dent dit « Dans la Bible , on parle de deux camps  bien distincts. Les ténèbres de Satan et puis la lumière du tout Puissant . Autour d'eux nous avons des démons , des anges...Et puis nous les hommes , ces pauvres  pécheurs   tiraillés entre la bonté et la cruauté.  J'ai beau défendre de nobles causes, je ne me considère pas comme un Saint ...Non, bien au contraire, j'ai fait des choses dont je ne suis pas vraiment fière et ses mauvais actions, que je tente bien que mal à dissimuler , semble aujourd'hui me rattraper ».

La grande horloge de la cathédrale venait tout juste de sonner vingt trois heures quand je relevai mon nez de mes dossiers. J'avais plusieurs affaires importantes  en cours , mais mon cœur n'était pas à l'ouvrage...Il était en miette et ma vie entière se trouvait entre parenthèse. Mon ex copine était à Gotham et tous mes secrets , l'entourant , venaient de remonter à la surface...Le meurtre de mon père violent, la mort accidentel de mon frère, ma schizophrénie  et ma main refermant son jolie cou.  Oui, il y avait de l'ombre dans mon regard, si bienveillant....Du danger dans ce sourire chaleureux d'avocat si lisse , mais extrêmement inquiétant . Une partie beaucoup plus obscure  de ma personnalité , voulait prendre le-dessus et ce nouveau danger n'avait fait que de le réveiller. Il se nourrissait de ma colère la plus profonde, et avant  même que je ne puisse le stopper, il faisait du mal aux personnes dont je suis le plus attaché. J'avais promis à Norah de me soigner, mais un dossier de psychiatrie à mon nom et entre de mauvaise main pouvait aussi ruiner ma chance de devenir procureur de cette ville. Je lui avais répondu « oui » mais au final, méritait-elle vraiment que je tienne ma promesse ? Elle qui m'a demandé a ce que je l'embrasse pour ensuite repousser mes avances ? Je continuais à la voir mais ses mots , ses gestes, ce soir là m'avaient blessé au plus profond de mon âme ...Pourquoi rallumer  cette flamme ? si ce n'est  que pour  me consumer … Je souriais , mais intérieurement je mourrais, d'ailleurs ces larmes sur mes joues étaient glacées comme la mort .  On dis souvent que demain est un autre jour, mais plus rien de bon m'arrivait et plus je m'efforce de m'accrocher, plus je m'enfonçais dans l’abîme de cette ville. Cette ville de fous du nom de Gotham .  A cette pensée, mes doigts se crispèrent sur un document jusqu'à le froisser. Plus grand monde se souciait de moi...De comment j'allais depuis la tournure désastreuse de l'affaire Lovecraft.

Oui personnes ne prenaient des nouvelles de moi et mise à part un message salé de l'inspecteur Harvey Bullock sur mon répondeur en disant que je ne sers a rien comme d'habitude, c'était comme dirait le désert dans ma vie social... Mon regard s’obscurcit, et mon cœur se serra douloureusement dans ma poitrine. Je n'avais même plus de famille vers qui  me tourner dans les moments difficiles. Ma mère est morte en me mettant au monde et des ce jour, mon existence à été comparé a celle du diable. Mon père m'a battu et enfermé dans un placard.  Après quoi , j'ai fini par mettre le feu à la maison, pour qu'il brûle des flammes de mon enfer. Il était alcoolique , la police allait vite conclure à un accident. Malheureusement, cette nuit là, les choses ne se sont pas déroulés comme prévu et mon frère a péri aussi...C'est là que ma double personnalités a commencé. L'autre Harvey était une entité cruelle , né de la souffrance et de culpabilité. Il semble vouloir détruire tout ce qui y a de plus positif en moi .  Il est mon juge et à ses yeux, je suis coupable de « ses meurtres ». Je pris une lourde inspiration et bu un peu de ma bière...J'étais un criminel , quoi que je dise ou fasse et  j'avais besoin d'aide pour faire taire cette voix dans ma tête. Un homme passant soudainement la porte, je détournai vivement mon regard sur lui. Son visage je le connaissais,  mais cette personne du nom de Théodore Galavan était morte, il y a deux ans , si ce n'est pas plus.. Je m'arquai une hésitation, puis finis par le rejoindre à sa table, nul doute il s'agissait bien de l'ancien maire de Gotham. Lui comme moi, n'avions  pas à fréquenté un endroit aussi sordide  en plein cœur des Narrows ... mais lui comme moi n'étions pas si parfait non plus pour soigner cette ville au coté de James Gordon dit Le chevalier blanc. Impressionnant. Lâchai-je sans préambule .   Deux morts puis deux résurrections ...Êtes vous un être immortel , monsieur Galavan? Cet homme je le connaissais plutôt bien, et en dépit de tout ce qui a été dit sur lui, à aucun moment je m'étais senti manipulé. Bien au contraire , en véritable ami, Théo s'est toujours montré juste et compréhensible envers moi . Je peux me joindre à vous ? A mes nombreuses crises à la marie ou au palais de Justice, j'étais plus que certain, que Théodore m'avait déjà deviné . C'est peut-être pour cela que d'ailleurs , qu' il m'a toujours bien traité...Faisant signe au barman, de nous servir deux verres, je reportai immédiatement toute mon attention sur lui, ignorant encore tout de l'homme qui se tenait face à moi . Était-ce Théodore Galavan ? Azrael ou bien  un tout nouveau personnage ? Qui que ce soit j'étais ravis de le revoir et cela se lisait pleinement dans mon regard.  Il n'allait pas me juger comme je ne l'ai jamais fait non plus .  
AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Harvey Dent le Mer 1 Fév - 5:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Sam 28 Jan - 3:54

Chroniques de la vie et de la mort
Double Face & Azraël
Harvey Dent & Théodore Galavan

J'ignore depuis combien de temps exactement, je fréquente les sombres rues de Gotham. Le temps, n'ayant plus autant d'importance à mes yeux qu'auparavant. Depuis que j'ai fait la connaissance de la grande faucheuse, le temps n'a plus la moindre emprise sur moi. C'est comme si, tout était figé autour de moi ou qu'au contraire, tout allait beaucoup trop vite. Perdu entre mon passé, mon futur et cet ange de la mort qui sommeil toujours en moi. Bien que j'ai retrouvé une grande partie de mes souvenirs et de ma personnalité, Azraël n'est jamais bien loin. Peut-être que si j'arrive à retrouver Strange un jour, il aurait la solution pour m'en débarrasser. Ou bien, peut-être pas. Quoi qu'il en soit, j'avais besoin de prendre l'air et de mettre mes idées en place. La Cour des Hiboux devait certainement m'épier en cet instant, mais qu'importe. Je m'en fichais, littéralement. Je n'avais pas non plus envie de me confronter à ma nièce, ni à Tabitha ce soir. Simplement être seul, avec moi-même. Je ne pouvais me permettre de rester dans le vague éternellement et devra un jour ou l'autre, choisir une seule et unique ligne de conduite. Comme je l'ai toujours fait. Redevenir quelqu'un, et pourquoi pas... d'important. Mais cela ne devait plus être au détriment de mon nom. Mais de ma personne, de mes efforts et de mes talents. Cela, ne pourra commencer qu'une fois que je n'aurai plus les pieds et les poings liés à cette maudite Cour.

Arrivé dans le quartier de Narrows, c'est à tout hasard que j'entre dans un des rares bars occupant ce quartier, pas très réputé pour être des plus fréquentable. Mais là au moins, j'étais certain de ne pas avoir une horde de journaliste derrière moi, attendant la moindre occasion pour crier sur tous les toits dans quel état je suis après une deuxième résurrection. Le regard sombre et vague, je m'avance dans le bar. Ne m'attendant pas le moins du monde à croiser quelqu'un de familier. Je prends tranquillement place au fond, avant de faire signe au barman de venir prendre ma commande. Mais avant que celui-ci n'arrive, c'est une autre silhouette qui s'avance vers ma table. Je soupire, exaspéré. Mettant bien quelques secondes, le temps que mes souvenirs se remettent correctement en place, avant de reconnaître qu'il s'agit en réalité d'Harvey Dent. Aussitôt, mes traits se détendent et je suis tout aussi surpris de le voir traîner dans un endroit pareil. Bien entendu, lui aussi avait eu vent de ce qui m'est arrivé. Pourtant, je ne voyais aucun mépris ni aucun jugement de sa part. Au contraire, il semblait même heureux de me revoir. Sa remarque me fit timidement sourire. C'est donc avec enthousiasme, que je l'invite d'un signe de main à s'installer à mes côtés. Le scrutant un instant, encore un peu surpris de le retrouver et surtout de constater que notre "amitié" semble tout aussi tenace que je le suis.

- « Harvey Dent... Quelle surprise. »

Un fin sourire, amical, fini enfin par étirer la bordure de mes lèvres. Laissant Harvey commander pour nous deux. Il n'avait pas changé, du moins, en apparence. Mais j'avais déjà la sensation que quelque chose n'allait pas. Je le connaissais suffisamment pour le ressentir.

- « J'avais envisagé de venir vous rendre visite, mais pas dans ce genre d'endroit. Vous êtes ici, à cause d'une affaire en cours ? »

On peut dire que les retrouvailles furent très hasardeuses. A mon plus grand bonheur, qui plus est. Il était certainement le seul, que j'étais ravis de retrouver ce soir. Tout autant qu'il fait parti des rares personne, que j'apprécie réellement. Nous avions tellement de choses à nous raconter, que j'ignorai réellement par où commencer.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Mer 1 Fév - 7:35


Chroniques de la vie et de la mort
« J'avais envisagé de venir vous rendre visite, mais pas dans ce genre d'endroit. Vous êtes ici, à cause d'une affaire en cours ? »  S'enquit-il , alors que face à lui, j'abaissais la capuche de mon sweat sur une chevelure impeccablement coiffée. Il m'était arrivé de suivre l'inspecteur Gordon dans ses enquêtes mais pas cette fois-ci. Par ailleurs , cela faisait un moment qu'on ne s'était pas croisé . Notre dernier tête à tête remontant  à l'affaire du meurtre de Théodore Galavan. A cette pensée, mon regard sur lui s'assombrit, il avait trompé tout Gotham et pourtant, sa mort m'avait plus affecté que l'arrestation de James Gordon et sa condamnation à Blackgate.   Je ne suis pas sure que vous m'auriez rendu visite... C'est plutôt difficile de revenir dans la vie de quelqu'un  , après avoir été déclaré mort . Parfois il faut laissé le hasard opérer seul...  . Un  sourire prit possession de mes lèvres, alors que ce soir , c'était exactement le cas. Le hasard a fait que nous nous sommes retrouvé dans ce bar pour noyer notre peine au fond d'un verre d'alcool. Habituellement, j'étais plutôt contre, mais rien n'allait en ce moment et  j'étais en proie à une folie dévastatrice....Ma deuxième face  était revenu et beaucoup plus fort que prévu.  Je ne vous en veux pas et rien   ne me fera  changer d'avis sur vous Théodore. Je marquai une pause à l'arrivé du barman, pour nos deux bières , puis repris. Mon regard noir planté dans le sien. Je sais  le mal que vous avez fait à Gotham , en partie au jeune Bruce Wayne . Mais j'ai surtout souvenir d'un homme charmant , dont j'ai eu  l'honneur et le privilège de serrer la main a sa victoire entant que maire de cette ville.  Vous m'avez toujours traité avec respect et je n'ai jamais  eu la sensation que vous profitiez  de ma gentillesse.  J'étais pourtant une proie facile ,mais  à aucun moment vous vous êtes servi de moi pour atteindre votre objectif. Entant qu'ami cela me rassure, toutefois  je reste assez perplexe  et vraiment je me demande pourquoi  ce traitement de faveur ? Une autre sourire et je bus un peu de ma bière , avant d'en revenir à sa question, sur ma présence en ces lieux. Et pour vous  répondre, non je suis pas en mission ...Je suis avocat pas de la police.  Je suis venu finir quelques dossiers, mais je n'y arrive pas...Ma vie s'est compliquée à un point, que je n'arrive plus à faire la part des choses. Je marquai une brève hésitation puis finis par ajouter. Mon passé  semble me rattraper et  je suis effrayé par ce qu'il pourrait arrivé. J'ai fait des choses mauvaises , des choses dont je ne suis pas fier...J'ai tout enterré au lieu d'affronter et aujourd'hui toutes ces mauvaises actions menacent ma carrière ...Mon avenir entant que futur procureur de cette ville. Je serre fermement mon verre , la colère me gagnant progressivement .  Tout ça c'est à cause d'elle. Grognai-je , une partie de mon visage se crispant. Il a fallut que cette sale putain débarque à Gotham . Me séduise et me foute dans cet état ! Ma prise se refermant de plus belle, le verre finit par éclater sous la pression. Ses morceaux , écorchant ma main au sang , mais bizarrement je ne ressentais rien ...Du moins rien d'autre que cette haine que je lui vouais à cet instant.  Je l'aimais à la folie, mais  l'autre face de ma personnalité , la détestait au plus haut point et voulait la voir souffrir...A cette instant, je ne pus que me remémorer cet incident entre nous au cours laquelle j'ai tenté de l'étrangler. On se disputait à propos de mes secrets et à ce moment là, j'ai vraiment insisté pour qu'elle se taise !  C'est après ce dérapage que je suis revenu à Gotham, affrontant alors mes vieux démons : c'est à dire le meurtre de mon père et la mort accidentelle de mon frère avec qui j'aurai du fuir. Je pris une profonde  inspiration, avant de lâcher les débris de verres sur la table . C'était pas la première crise que Galavan assistait, non il m'avait surpris plus d'une fois ...Ma main, se glissant instinctivement dans ma poche  pour y sortir ma pièce de monnaie à double face , je la fis tourner nerveusement entre mes doigts ensanglantés.  Je ne parlais pas , j'étais énervé , voire perturbé  c'était comme-ci qu'une autre personne ; brusquement avait pris possession de ce corps... Mon regard se relevant de nouveau sur le sien, je lui adressai un sourire, bien plus mystérieux et malin que mes précédents. Lui aussi aimait beaucoup la compagnie de Théodore Galavan, mais pas pour les même raison que moi. Pour son coté calculateur, destructeur, vengeur et  sadique  . Théo savait séduire les gens et les rendre esclaves de lui et cela lui plaisait. Mon autre moi voulait aussi atteindre des sommets, mais autrement qu'en étant juste. Son cœur est noir et nourrit de toute ma colère, cette colère que je cumule depuis trop longtemps...Son penchant était pour le sang et c'était plus qu'effrayant, car intérieurement , sous l'emprise de la folie, on est tous capable de cet acte irréversible.  Il se cachait en moi un criminel en puissance, extrêmement attiré par les méfaits de mon ami. J'aurai aimé le freiner avant qu'il ne repousse Théodore a commettre un autre crime. Lançant la pièce , pour la rattraper en la plaquant sur le dos de ma main , je poursuivis d'un ton obscure.  J'ai assassiné mon ivrogne de père en mettant le feu et mon frère a cramé avec lui. Par amour pour cette traînée , je lui ai tout avoué et elle....M'a laissé en plan ! Elle a ravivé la flamme pour me jeter avec une excuse bidon qui m'a fait l'effet d'un blabla.  Elle veut que je me soigne ! J'ai franchement l'air d'un type malade ? Tout ce qu'elle veut c'est me détruire parce que dans le passé , j'ai déjà essayé de lui faire fermer sa grande gueule. Mon regard parsemé d'ombres se posant sur le barman, je criai à son attention. Et toi tu attends quoi pour me servir un autre verre ! L'arrivé de cette ex à Gotham et sa réaction envers la vérité , l'avaient vraiment réveillé...Et alors que je tentais de reprendre le contrôle , je compris que ce personnage réagissait avec cette pièce de monnaie. Si elle disparaissait, il disparaitrait aussi.. Mais curieusement ce choix m'était plus que difficile. Cette partie obscure était , à mes dépends, omniprésente...  
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Jeu 9 Fév - 5:22

Chroniques de la vie et de la mort
Double Face & Azraël
Harvey Dent & Théodore Galavan

Très attentif, observateur et à l'écoute, je reste incroyablement calme face à ce personnage des plus tumultueux mais surtout... fascinant. Harvey Dent, un homme étrange, imprévisible et peut-être effrayant, mais que j'adore. Oui, un mot possiblement exagéré, mais que je pense réellement. Je l'ai toujours respecté pour son intellect, son ambition et son audace. L'autre facette de sa personnalité m'a déjà surpris de nombreuses fois, de par sa spontanéité, mais jamais effrayé. Bien au contraire... Je ne l'ai jamais regardé comme un monstre, ni jugé et lui en a fait de même pour lui. Cependant, je ne m'attendais pas à ce qu'il ne m'en veuille pas ni ne me voit encore comme un ami, après toutes ces révélations à mon sujet. Je lui avais tout de même menti à lui aussi, et pourtant... Cette révélation et cette loyauté de sa part, me fit honnêtement chaud au cœur. Cela se voit d'ailleurs clairement, à mon regard azuré encré profondément dans le sien. J'acquiesce à ses mots en guise de gratitude, avant de froncer légèrement le regard quand il me demande pourquoi ce "traitement de faveur" à son égard. Pour moi, il ne s'agissait clairement pas de ça. Cet homme mérite amplement mon amitié et mon respect. Pas uniquement le mien d'ailleurs. Seulement, je n'avais jamais eu l'occasion de lui faire part de mes sentiments. Le moment était certainement venu et il le méritait amplement.

- « J'ai toujours beaucoup apprécié et admiré l'homme que vous êtes, Mr Dent. Vous n'avez jamais cessé de croire en moi, ni de me soutenir. Aujourd'hui encore...  »

Prenant délicatement mon verre de bière en main, j'y trempe doucement mes lèvres pour m'en délecter de quelques gorgées. Ce jeune homme ira loin dans sa carrière, très loin. Tout du moins, j'en suis persuadé, bien qu'il ait quelques faiblesses en possession. Mais dont lui-même n'est pas encore totalement conscient. Ou plutôt, qu'il ne sait pas maîtriser. Gardant le verre prisonnier de mes deux mains, je pose à nouveau toute mon attention sur Dent. Très à l'écoute de ce qu'il me confie ensuite... Comme je l'ai pressenti plus tôt, il se porte plutôt mal. Et voilà qu'il me surprend à nouveau, à me démontrer sa confiance en se confiant ouvertement à moi. Me faisant part de son passé et de sa vie sentimentale. Sans un mot, je le regarde et surtout l'écoute. Mais alors que je m'apprêtais à boire à nouveau, Harvey entre soudainement en état de crise. Je le reconnais à son visage à demi crispé, à sa vulgarité et à sa voix devenant plus... sombre. Comme si quelqu'un d'autre prenait la parole à sa place. Je reconnais là, son double maléfique. Ce n'était pas la première fois je faisais sa rencontre... Je sursaute légèrement lorsqu'il brise son verre, mais ne suis pas effrayé pour un sous. Je reste même effroyablement calme et ma voix se veut presque berçante.

- « Du calme, Harvey... »

Bien sûr, cela avait un peu attiré l'attention sur nous. Je lance un regard rassurant et détendu au serveur, puis sors gracieusement un mouchoir en soie propre d'une de mes poches et le lui tend.

- « Vous savez comment sont les femmes. »

Personnellement, j'en sais bien quelque chose. Tant en songeant à ma nièce, qu'à ma sœur qui me fait tourner la tête dans tous les sens du terme. Mais là n'est pas la question. Je me concentre à nouveau pleinement sur Harvey, qui se confia d'autant plus intimement à moi à propos de son passé. Un passé... que je n'aurai jamais imaginé aussi sombre. Lui ? Avoir déjà tué ? Son propre père qui plus est... Je tombe des nues. Au point de laisser mon dos s'abattre contre le dossier de ma chaise. Lui, que je croyais incapable de chatouiller même une mouche. Mais serait-ce donc la mort tragique de son frère, qui serait la cause de ce dédoublement de personnalité ? Je suis bien loin d'être psychiatre, mais je sais qu'un passé et que certains actes peuvent être la réponse à de nombreuses questions. Bref, je l'écoute jusqu'au bout et le laisse même s'en prendre au serveur, avant de finalement boire cette gorgée de bière que j'ai mise de côté. Intérieurement, je suis comme... enchanté de me retrouver face à ce deuxième Harvey, auquel je n'ai pas eu la moindre occasion de faire plus ample connaissance. Jonglant mon regard entre sa pièce de monnaie et son visage, je reprends doucement la parole.

- « Cette fille ne pourra pas vous détruire. Vous êtes bien plus fort que cela... Elle ne vous mérite pas, voilà tout. Vous en trouverez bien d'autres, mon ami. J'en suis persuadé. Vous êtes intelligent, bourré de talents et d'ambition... Concentrez vous sur votre carrière. Elle au moins, vous apportera la reconnaissance que vous méritez. »

Récupérant mon appuie sur la table, je ne peux m'empêcher d'observer avec une curiosité non dissimulée, cette pièce de monnaie. Envers laquelle il semble apporter une très grande importance...


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Mer 15 Fév - 17:05


Chroniques de la vie et de la mort
« Du calme, Harvey... » Il avait raison, il fallait que je me calme et pourtant comment pourrai-je me calmer ? J'en avais gros sur le cœur, et le bonheur lui ne cesse de m'échapper. Norah était une menace à ma carrière et amèrement, je regrettais  de mettre confié à elle.  Vraiment , je ne sais plus quoi penser  des gens qui m'entourent ...C'est sans arrêt que je me retrouve dans cette position  d'homme bafoué et seul. « Vous savez comment sont les femmes. »  A vrai dire, j'ai toujours été un homme de carrière et non un  homme à femmes, Norah avait été mon seule et unique amour, encore aujourd'hui mon cœur ne bat que pour elle...Mais l'unique solution à mes problèmes serait qu'elle disparaisse, du moins c'est qu'il tente de me faire croire...Ses murmures dans ma tête non pas cessé depuis qu'elle s'est présentée au tribunal Salomon Wayne. Il aimerait que je la tue en bon criminel que je suis . La pièce, continuant à glissé entre mes doigts, je l'écoutai avec attention me parler de la gente féminine, Galavan était réputé pour être un vrai tombeur , il savait donc de quoi il parlait. « Cette fille ne pourra pas vous détruire. Vous êtes bien plus fort que cela... Elle ne vous mérite pas, voilà tout. Vous en trouverez bien d'autres, mon ami. »  A sa dernière phrase je laissai passé un rictus, bah voyons tout le monde sait qu'à Gotham l'amour est mort et enterré. Toutes ces belles choses, résumées  par des «  je t'aime » ,  sont devenues beaucoup trop compliquées. « J'en suis persuadé. Vous êtes intelligent, bourré de talents et d'ambition... Concentrez vous sur votre carrière. Elle au moins, vous apportera la reconnaissance que vous méritez. »  Ça c'était les paroles  que  je  voulais entendre , Ma carrière primait sur sur toutes ses conneries à l'eau de rose. Si l'amour d'une femme préoccupait ce pauvre Harvey Dent, sa double face lui s'en fichait éperdument. Des femmes, il en aura tous les jours une fois qu'il sera procureur de cette ville , il est juste trop niais pour exploiter son pouvoir. Le regard de mon ami, braqué avec curiosité sur cette pièce de monnaie, que je ne cessai de faire rouler , je lui adressai un sourire sibyllin. Je n'avais pas la moindre explication à cela, mais je ne vivais plus qu'avec le hasard. Prenant certaine décision de ma vie avec ce jeu «  pile ou face ». Cette pièce était truquée, elle était composée de deux faces , mais l'une des deux je l'avais  égratignée...Elle représente depuis  la solution le plus sombre... Cette pièce t’intrigue? Ton regard sur elle ne m'a pas échappé   Lui dis-je , la plaquant , brusquement sur la table, avant de l'imiter en me pencher vers lui. Mon regard noir dans le sien qui était d'un bleu magnifique. C'est devenu une obsession  tout ce qui est à deux faces  et  totalement à l’opposé de l'autre. Je laissai passer un rire amusé et renchérit. L'enfer, le Paradis. Le Blanc, le noir, le mal et le bien....Ah ! Ce stupide amour et sa haine Sur cette dernière phrase, mon sourire s'élargit. Nous sommes tous tiraillé par ses opposés. Cela fait partie de la nature humaine. Mais chez certaine personne , comme toi ou bien comme moi même, il y a des personnages bien distincts. Le barman, se pressant pour me déposé  ce nouveau verre , je me tue , lui adressant un regard suspicieux...Il n' avait pas intérêt à m'attirer des ennuis ou le choix de la pièce sera simple «  la vie ou la mort » m'avisai-je , mon alter égo étant une personne de réputation. L'homme partit, je reportais aussitôt mon attention sur mon ami, l'expression de mon visage se changeant à la seconde.  J'étais décidément plus fou que d'ordinaire , mais Théodore semblait fasciné par l'homme qui se cachait derrière l'image lisse et soigné de cet avocat. Peut-être était ce les ténèbres qui nous avaient réuni ? En tout-cas c'est dans un élan d'ultime confiance que je relevai la main pour pousser la pièce vers lui. La pièce fétiche de ce pauvre Harvey Dent. Sous la lumière blafarde de ce bar , elle brillait de mille feux. Tu es mon ami Théodore Galavan, j'ai confiance en toi. Je savais qu'il ne tenterai rien du stupide, comme brisé ce lien malsain avec cette pièce.  C'était comme une drogue, j''étais dépendante d'elle, et  sa perte pourrait autant me soigner que me faire basculer du sombre coté. Cette pièce n'était pas que la lumière, ni les ténèbres...Mais la double face d'une seule et même personne. Un homme juste , qui a malheureusement céder à un état convulsif , et à présent, il lui est impossible de se définir. Il était Harvey Dent l'avocat non corrompu de Gotham City, mais aussi un enfant qui a donné la mort à son père violent. Qui était exactement Harvey Dent ? Une question plutôt impertinente vu qu'entre le mal et le bien, il y a qu'un seul pas et encore ...Il nous et plutôt  difficile  de faire justice sans toucher à l'interdit.  Même les anges les plus pures ne seront jamais des saints...Il y' aura toujours du vice caché. Si tu es tourmenté par un choix, c'est le moment ou jamais Théodore Plus que jamais , j'étais persuadé à l'exactitude réponse de cette pièce.
AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Harvey Dent le Ven 24 Fév - 10:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Mer 22 Fév - 7:03

Chroniques de la vie et de la mort
Double Face & Azraël
Harvey Dent & Théodore Galavan

C'est avec toujours autant de curiosité, que je continue d'observer sa pièce, qui semble être composé de la même face. Sauf que l'une des deux possède comme une forme de balafre. Silencieux, je repose mon regard transperçant sur Harvey, qui semble avoir aisément capté cette curiosité. J'acquiesce à sa question, avant d'être surpris par son geste, lorsqu'il la plaque assez brusquement sur la table. Aussitôt, je jette un coup d’œil autour de nous. N'aimant pas vraiment l'idée d'attirer trop l'attention sur nous. Contrairement à ce Harvey, qui semble s'en contre-carrer complètement. Mais ce n'était pas mon cas. Je l'écoute donc à nouveau, très attentivement et avec intérêt. Tandis qu'il me partage son obsession pour les oppositions, tout ce qui peut-être à double face. Je trouve cela étrange et fronce légèrement les sourcils à sa logique, mais soit. Je comprends et trouve cela d'autant plus fascinant. Jamais, je n'aurai cru faire face un jour à un tel Harvey. C'est bien la première fois, que je me retrouve en confrontation et communication direct avec son côté sombre. Pour autant, je ne ressens aucune peur. J'avais au moins l'occasion, d'en connaître davantage à son sujet et sur ses origines.

Au delà de son obsession, cet homme est clairement déchiré en deux. Mais qu'est-ce qui peut bien se trouver en son centre ? Qu'adviendra-t-il de lui, si l'un des deux vacille ou prends le contrôle total de son être ? L'une peut-elle vivre sans l'autre ? Personnellement, je respecte entièrement son raisonnement. Mais en homme droit et terre à terre que je suis, je reste persuadé que tôt ou tard, l'une des deux face prendra le dessus sur l'autre. Mais je garde cela pour moi et me contente d'acquiescer à ses dires, avant de lui sourire chaleureusement lorsqu'il affirme notre amitié et sa confiance en moi. Il n'y a jamais eu le moindre doute à ce propos. Cette confiance est d'ailleurs tout aussi réciproque. Mais le voir me tendre cette pièce, visiblement si précieuse à ses yeux, me prouve bel et bien la valeur de cette amitié qui nous unis. Et jamais, je n'aurai pour idée de tout gâcher, ni de la briser.

- « Tu es décidément un homme... plein de surprises. »

Délicatement, j'attrape cette pièce et l'observe avec beaucoup d'attention. Bien qu'elle paraisse banale, elle semble détenir quelque chose de très lourd. Elle représente comme... un totem, pour Harvey. Une idée. Mais je ne trouvais pas cela très sécurisant de faire reposer son "équilibre mental" et c'est décision sur un seul et même objet. Trouvant cela bien trop risqué. Mais sa façon de voir les choses, restent terriblement intéressante. Voir même... excitante. C'était un peu comme jouer constamment à la roulette russe. Sauf que la chance est bien plus mince et divisée de moitié. Faisant tournoyer la pièce à mon tour entre mes doigts, je laisse à mon tour, ma part sombre prendre le dessus. Comme séduit... Par le magnétisme de cette pièce et de la face sombre d'Harvey.

- « As-tu déjà tué un Homme, Harvey ? »

Relevant doucement mon regard sur lui, je repose cette pièce sur la table et la fait glisser vers son propriétaire. J'avais envie de jouer avec le feu et d'obtenir une réponse à un de mes nombreux tourment. Le choisissant provisoirement comme maître de mon destin.

- « Voyons si cette pièce pense, que je mérite de vivre ? »

Contrairement aux couleuvres qu'a essayé de me faire avalé Strange après ma résurrection, je voulais tester le destin afin de savoir si ma réapparition dans ce monde est uniquement le fruit d'expériences révolutionnaires ou bien pour un but bien précis. Si c'est le cas, le hasard répondrait de lui-même. Consciemment, je mettais aussi Harvey au défi. Lui montrant à mon tour, la confiance que je lui octroie.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Ven 24 Fév - 11:21


Chroniques de la vie et de la mort
« Tu es décidément un homme... plein de surprises. » A sa remarque, un sourire mystérieux étira , aussitôt mes lèvres . Cela n'était que le minimum de mes capacités, une fois que le gentil Harvey Dent perdra tout contrôle , quelqu'un de beaucoup plus fort et confiant naîtra...Un personnage charismatique et sombre comme cette foutue ville qu'il s'obstine à défendre.  A cette pensée, je laissai passer un souffle, totalement désemparé par mon autre face. Il était faible et ses bonnes actions le rendaient deux fois plus pathétique.  Personne ne le craignait et sans ma présence, il n'avait jamais recours à la violence .  Théodore , attrapant enfin la pièce, je souris de nouveau...Toute mon attention était sur eux,  lui si machiavélique et elle, si lumineuse  entre ses mains.  Théodore était comme moi, et il allait très vite comprendre l'importance d'un tel objet. Elle seule était en capacité de trancher une décision, comme le couteau sur la gorge. A cette image, mon sourire se fit plus large, ma pièce seule décidait de la vie et la mort, sur toutes ces pauvres petites choses.... Sa face intacte représentait le Harvey Juste et bon, et  sa face égratigné, le Harvey brisé , enfermé dans ses mensonges. Celui qui continu de sourire alors qu'il devrait pleurer. « As-tu déjà tué un Homme, Harvey ? »  Vu mes confessions, c'était une question qui ne se posait  plus... Après a quel Harvey il s'adressait exactement ? Je  secouais vivement la tête comme prit d'un spasme soudain. Tant que ce corps sera partagé entre le bien et le mal , il y aura toujours un pour nuire aux actions de l'autre. Pas depuis mon alcoolique de père...Il y a trop de moralités dans cet esprit...On est en conflit permanent. D'ailleurs, à l'heure ou je parlais, l'adorable Harvey Dent  tentait de reprendre le contrôle. Avait-il peur pour son précieux ami ? Mais une fois le mal fait, on ne peut revenir dans la lumière...Théodore n'avait plus sa place dans le cœur des Gothamiens, alors autant qu'il se fasse respecter dans la peur et le sang.  C'est comme ça que ça marche dans cette ville.
 Mon ami , posant la pièce sur la table, pour la glisser devant moi, je fronçai les sourcilles d’insatisfaction. Pourquoi ne voulait-il pas essayé le pouvoir de cette pièce ? Elle seule pouvait nous juger avec impartialité....Elle seule pouvait nous guider dans nos choix...Tout est  misé sur le Destin, on est commande de rien.  Je pris une lourde inspiration, contenant alors ma frustration,  j'avais confiance en lui. « Voyons si cette pièce pense, que je mérite de vivre ? »  S'enquit-il, alors que mon regard obscurcit, se faisait plus fourbe. Cette pièce m'appartenait , normal que je sois le juge.  Mais la réponse a cette question, je la détenais déjà. Tu as raison, Théodore fies toi au Destin. Ça ne sers à rien de se prendre la tête, quand tout pour nous est déjà tracé.  La pièce posé sur mon poing, je la fis voltigé de mon pouce qui, d'un mouvement très instinctif s'était tendu. Mon regard sur elle était émerveillé, plus encore quand elle retomba du bon coté dans ma paume.  Théodore avait le droit à la vie et sa en dépit de toutes ses mauvaises actions. La pièce a parlé, tu mérites la vie. Lui répondis-je tout en lui adressant la face intacte . Et ils vont payé pour le mal qu'ils t'ont fait , mon ami. Parole de Juge....
Pris d 'une migraine soudaine, je lâchai brusquement la pièce , pour presser mes tempes de mes deux mains. L'autre Harvey s'y opposait et sa justice  à la con, me tapait fortement sur le système.   Sors de ma tête ! Criai-je alors, tous les regard se convergeant sur moi. Personne ne m'avait reconnu, mais il était clair que je ne pouvais pas resté là...La bataille entre mes deux moi était bien plus présente et difficile , qu'elle n'a été. Laissant un billet sur la table, je sortis promptement du café, reprenant alors mon souffle et mes esprits à l'extérieur , sous  une pluie fine et froide . Que s'était-il passé ? Qu'avait-il dit ? Tout m'était flou , incertain...J'étais en proie à une grande confusion. Poussant un cri de désespoir sans doute, je finis par lâcher ces larmes, qui depuis menaçaient de s'écouler...J'avais besoin d'aide, ou jamais je ne pourrai devenir procureur.. Ou jamais je ne pourrai aimer sans la blesser. Mon cœur s'emballa de plus belle, alors que ma gorge se serra.  Je ne savais plus quoi faire ou aller, il était encore là , à m'influencer....Il me trouvait faible mais j'étais loin de l’être, j'étais l'un des chevaliers blancs de cette ville et jamais, je n'aurai recours à la violence pour me faire respecter ...Non, les citoyens de cette ville m'aimaient pour ma bonté. Collant mon dos contre un mur, je me laissai tout doucement tomber, avant de ramener mes jambes vers moi en position foetale. Je tremblais à cet instant...Non de froid, mais de peur...J'étais terrorisé par l'homme que je devenais et dans la panique j'avais laissé tombé ma pièce. Sans elle j'étais perdu, la proie de tout ce mal qui me rend fou. La pièce ? Ou est ma pièce ? Me demandai-je , anxieux, faisant le tour de mes poches pour la retrouver. Elle était restée dans ce café... Je l'avais perdu dans la précipitation... Sans ma pièce , j'étais faible, elle seule pouvait encore me guider dans les ténèbres de cette ville. Théodore devait me la rapporter.   
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Jeu 9 Mar - 6:03

Chroniques de la vie et de la mort
Double Face & Azraël
Harvey Dent & Théodore Galavan

Le Destin alias la pièce, parla pour moi. Ainsi donc, je méritais bien la vie. Étrangement, j'ignore si je suis censé être soulagé ou non. A vrai dire, après être mort plusieurs fois, on ne la craint plus et on en deviendrait presque... endoloris. J'avais simplement peur, d'être condamné à airer inutilement et douloureusement sur cette terre, dans cette ville. Mon regard toujours profondément encré dans le sien, un sombre sourire étire mes lèvres, face à cet effrayant mais véritable ami, qui semble déterminé à me venger par tous les moyens. Ce qui ne me laissa pas indifférent. Seulement, Harvey lâcha soudainement sa pièce et sembla pris d'une violente migraine. Ou si ce n'est plutôt, d'un violent combat entre lui et son double. Je me fige dans le fond de mon siège, au moment où il se met à hurler. Observant la scène, impuissant, un air effaré collé sur le visage. Sa bipolarité semble devenir de plus prononcé et j'avoue en cet instant... Ne plus trop savoir quoi en penser. Son double avait beau me fasciner, ces deux-là allaient finir par nous attirer des ennuis ou d'étranges suspicions. Et je n'avais sérieusement pas besoin de rajouter tout ça au reste de mes soucis. Lors d'un instant, j'envisagerai presque de partir en douce et de le laisser planter là, en pleine crise. Agrippant mes mains de part et d'autre de la table, je le fixe, hésitant. Mais mon regard azuré fut attiré par sa pièce, qui avait roulé jusque'aux pieds du comptoir, derrière lui. Je regarde brièvement Harvey laisser un billet sur la table, avant de sortir. A mon tour, j'enfile mon manteau, avant de m'approcher du comptoir en sortant d'autres billets d'une de mes poches intérieurs. De quoi faire taire le barman, au cas où il aurait envie de nuire à la réputation d'Harvey Dent. Mon regard sombre figé sur lui, suffit à le menacer, sans avoir besoin d'user de mots. Je m'abaisse ensuite suffisamment pour ramasser la pièce au sol. Pensivement, je l'observe, puis soupire en la serrant au creux de ma paume. Je ne pouvais pas le laisser tomber, il est mon ami. Et a clairement besoin de mon aide. Je lui devais au moins bien ça, après tout le soutien qu'il m'a déjà apporté et qu'il m'apporte encore d'ailleurs. Et puis, il est clairement un allié dont je ne peux me passer et qui pourrait m'être certainement favorable un jour ou l'autre.

Lançant un dernier regard épineux à tous les occupants du bar, je sors à mon tour. Je ferme les derniers boutons de ma veste et frissonne au contact du vent sur ma peau. Pivotant légèrement sur la gauche, je le vois au sol, recroquevillé sur lui-même comme un moins que rien. Je m'avance d'un pas lent, jusqu'à lui. Dire qu'il n'y a pas si longtemps, j'étais comme lui. Minable, perdant, mort vivant... Terrorisé, car en pleine phase de redécouverte. Je suis certainement l'un des seuls, si ce n'est vraiment le seul, à pouvoir l'aider et le comprendre. Délicatement, je pose une main sur son épaule. L'invitant ainsi, à pivoter vers moi. Sa pièce, coincé entre mon index et mon majeur, je le lui tend.

- « Jamais très loin de son bienfaiteur. »

Un petit sourire énigmatique, naquit aux coins de mes lèvres. Attendant sagement qu'il récupère son dû, avant de lui tendre mon autre main pour l'aider à se redresser sur ses deux jambes. Je l'aide à dépoussiérer ses vêtements à la va vite, serrant un peu plus l'emprise de ma main sur son épaule et plongeant mon regard transperçant dans le sien. Malgré ce à quoi je viens d'assister, je n'ai pas peur de lui, ni ne le regarde comme un monstre. Bien que sur le coup, il m'est juste un peu mis dans l'embarra. Mais c'est déjà du passé.

- « Viens avec moi, mon ami. Je connais un endroit, où l'on pourra être beaucoup plus tranquille. »

Pourquoi pas le bar de ma chère sœur ? Il y aura bien un coin tranquille où nous pourrons nous poser. A moins que ce cher Harvey ait d'autres chats à fouetter. Je commence néanmoins à lui emboîter le pas tout en l'invitant à me suivre. Car pour le moment, dans tous les cas, il ne valait mieux pas le laisser seul avec lui-même.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Ven 24 Mar - 9:52


Chroniques de la vie et de la mort
Une main posée sur mon épaule, me força alors à me retourner. Il s'agissait , bien évidemment de Théodore Galavan, l'ami que je venais de quitter si brusquement. J'étais de nouveau moi , mais le sombre coté de ma personnalité ne demeurait jamais loin. Elle était dans cette pièce de monnaie , que l'ancien maire de Gotham me tendait , à cet instant. « Jamais très loin de son bienfaiteur. » Me déclara t-il alors que mon regard se posa instinctivement dessus. La dévisageant un moment  , ce besoin d'elle mettait devenu si maladif...Obsessionnel. Que m'arrivait-il exactement ? Ce comportement ne me ressemblait pas..Ce comportement m'effrayait au plus haut point. Ma pièce...Merci Théodore... Le remerciai-je , avant de saisir cette main amicale tendue vers moi et me relever de mes propres ténèbres. La pluie continuait à tomber sur nous, et je frissonnais à présent de froid. « Viens avec moi, mon ami. Je connais un endroit, où l'on pourra être beaucoup plus tranquille. »  Me proposa t-il alors que mon regard s'était perdu sur les lumières de cette ville. L'expression que j'affichais , était des plus étrange, comme-ci que rien autour de moi m'était familier... J'étais à la fois craintif et désespéré. Oui le substitut Harvey Dent avait peur de l'homme qu'il était intérieurement et cette schizophrénie gagnait de plus en plus d'ampleur.   Le piège se refermait sur moi, mais la décision sur mon cas n'était pas la plus simple à prendre. Un dossier de psychiatrie à mon nom et entre de mauvaises mains pourrait bien ruiner ma carrière. Allons plutôt chez moi , on peut couper par le quartier des théâtres. Un raccourcit qui jadis aura conduit Thomas et Martha Wayne vers la mort, alors qu'ils cherchaient un taxi pour regagner le Nord de la ville. Je suis trempé jusqu'aux os, j'ai besoin de me changer... Ajoutai-je , bien que l'unique problème soit mon incapacité à le maîtriser. Ce soir je n'étais définitivement pas à mon avantage, et mon esprit  si tourmenté, ne pouvait que trouvé du repos hors des foules.  L’entraînant aussitôt , dans cette même ruelle  ou les deux philanthropes ont trouvé la mort, je jouai machinalement avec ma pièce de monnaie truquée. Il y avait toujours cette sensation de malaise qui  y planait, cette idée de la Mort , même après quatre ans... Bruce Wayne ne les avait pas enterré, et leurs fantômes étaient ainsi dire très présents. De la fumée blanche à ma respiration qui s'était accélérée à la froideur qui y régnait. Les Narrows stimulaient  l' amygdale   , et la peur qui s'en écoulait , entraînait  des hallucinations en tout genre...

Arrivé enfin à mon bâtiment, je me figeai quelques secondes. Il n' y avait qu'entre ces quatre murs que je me sentais ,à peu de choses près, bien. Personne ne pouvait voir le monstre que j'étais en voie de devenir. Fais comme chez toi, tu es le bienvenu. Lui dis-je avant de tourner la clé dans la serrure et pousser la porte sur un vaste appartement. Il était propre spacieux mais étrangement vide. Je n'étais pas de ceux qui conservaient les souvenirs, au risque de me retrouver hanté par les fantômes du passé. Il y avait cependant des photos sur le mur...Des clichés d'un homme heureux et amoureux sur les bancs d'une prestigieuse académie de Droit , d'autres le jour de mon diplôme et puis au bal de fin d'année....Sur chacune il y avait cette fille Norah , à mon bras . On paraissait épanoui mais ce n'était que l'illusion de la photographie. Je retirai vivement mon sweat mouillé pour un peignoir chaud , avant de revenir vers lui les deux mains occupés par des verres à Whisky. On était aussi bien à boire ici... La présence de mes diplômes , me rappelant combien je pouvais être brillant , bien que je me sois auto- diagnostiqué de fou dangereux. Attrapant vivement la bouteille qui se trouvait déjà sur ma table basse, je remplis aussitôt les deux verres. Ma vie se détériorait un peu plus chaque jour  et moi, je sombrais avec elle.. Tu peux rester ici cette nuit. Lui proposai-je sans préambule, avant de boire une mince gorgée de mon verre et d'attraper sur la table un paquet de cigarettes déjà entamé et son briquet. Malgré moi , je ressemblais de plus en plus à mon père...C'est peut-être cette image qui involontairement à  fait accéléré ma démence. Glissant l'une d'entre elle entre mes lèvres, je finis bien entendu par lui tendre le paquet, l'invitant à me suivre dans cette triste décadence. Toute façon faut bien crever de quelque chose, c'est ainsi dire le destin de l'homme... Et toi ? M'enquis-je soudain, entre deux bouffés de nicotine . Comment t'es revenu parmi les mortels ?  De nouveau, je paraissais beaucoup plus sombre et présomptueux. Une lueur étrange dansait dans mes yeux et cette maudite pièce de monnaie tournait machinalement entre mes doigts. Il était de nouveau là.... 
AVENGEDINCHAINS


Dernière édition par Harvey Dent le Jeu 20 Avr - 9:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Mar 18 Avr - 2:15

Chroniques de la vie et de la mort
Double Face & Azraël
Harvey Dent & Théodore Galavan

C'est donc finalement sans la moindre contradiction que j'accepte de le suivre jusque chez lui. Cela ne me dérange nullement, n'ayant rien de prévu de spécial entre temps, hormis profiter pleinement de sa compagnie. Et puis, à bien y réfléchir, ce n'est pas peut-être pas une si mauvaise idée. Vu son instabilité, il vaut peut-être mieux qu'on aille s'isoler tranquillement, dans un endroit qui lui est familier et où il serait pleinement à son aise. Nous traversons donc plusieurs quartier, dont un qui est devenu particulièrement célèbre à cause du meurtre des parents du jeune Bruce Wayne. Une rue "bénite", il fut un temps. Sans un mot, je traverse les ruelles aux côtés de mon ami. L'air quelque peu songeur lors d'un instant. D'étranges ondes règnent ici et donneraient presque un côté "hanté" à cette zone. J'étais réellement curieux de découvrir le lieu de vie de Harvey. J'en suis même presque flatté. Être reçu chez quelqu'un, est toujours considéré comme un symbole de confiance accru. Quoi qu'il en soit, je n'allais certainement pas en abuser ni le retourner contre lui. Je suis juste, très intrigué. L'entretien d'un intérieur ainsi que sa décoration, représentant bien souvent la personnalité de celui qui y habite. Celle d'Harvey étant en quelque sorte "dédoublé", je me demande laquelle aura pris le dessus à ce propos. Ou peut-être que ce sera un mélange des deux ? Bref, inutile de me poser plus longtemps la question, puisque nous arrivons chez lui. Toujours silencieux et très observateur, je jette un coup d’œil à chaque pièce. Pas très surpris de constater à quel point tout est bien rangé. Je ne perçois aucun vieil objet, rien en quelconque rapport avec son passé, que du très récent. Hormis quelques portraits et photos souvenirs représentant sa réussite. Je m'attarde d'ailleurs quelques secondes devant une d'entres elles. Sur laquelle il semble particulièrement heureux, aux côtés d'une jolie blonde. Sûrement cette fameuse Norah...

Je me retourne doucement lorsque je l'entends revenir dans mon dos. J'observe les deux verres de whisky qu'il tiens dans ses mains, me saisissant d'un d'entre eux. Je souris doucement, lorsqu'il me propose poliment et gentiment de rester chez lui pour la nuit. Personnellement, je n'aime guère m'attarder chez autrui la nuit, mais tout dépendra de son état et du miens, dans les minutes à venir. Car je dois avouer qu'un bon whisky et une bonne cigarette ne me feraient pas de mal. C'est donc volontiers, que j'accepte son partage et glisse à mon tour la cigarette entre mes lèvres. Je me penche légèrement, afin de lui emprunter le feu de son briquet, puis tire un bon coup de nicotine. Je ferme les yeux quelques secondes, savourant le goût de cette mauvaise drogue. Puis à sa question, je redresse doucement le menton et plante à nouveau mon regard transperçant dans le sien. Souriant jaune à son interrogation. Comme si ce sujet de conversation, paraissait complètement anodin entre nous.

- « Je connais un certain... Hugo Strange, qui semble être un parfait connaisseur en la matière. »

Sans quitter mon interlocuteur du regard, j'échange la place de la cigarette contre quelques petites gorgées de ce délicieux whisky, qui me chatouille agréablement les papilles. Le sombre Dent, semble être de retour parmi nous. Encore un changement radicale, qui ne manque pas de me surprendre et de me fasciner à la fois.

- « Tu te doutes bien que l'effet d'une résurrection, embrouille pas mal l'esprit...  et certains souvenirs. Tout ce que je sais, c'est que ce n'est pas une expérience très agréable. En plus d'avoir constamment l'impression de n'être qu'un vulgaire cobaye... »


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Jeu 20 Avr - 8:44


Chroniques de la vie et de la mort
« Je connais un certain... Hugo Strange, qui semble être un parfait connaisseur en la matière. » Hugo Strange était l'homme qui l'avait réveillé une première fois , après que James Gordon l'avait abattu sur les quais.   Dans ma question je parlais évidemment de sa dernière mort, mais mon ami ne semblait pas enclin à en discuter...  Mon regard  sur lui se fit plus insistant , qu'est-ce qu'il ne me disait pas ? Connaissant Galavan , son retour dans ce monde était prémédité et non, sans conséquences désastreuses . Il était le cavalier même de l’échiquier de la mort et pourtant, une partie de moi faisait un réel soucis pour lui. Je connais très bien bien cette affaire. Lui annonçai-je avant de l 'imiter en buvant une gorgée de mon whisky. Entant que substitut du procureur , j'ai tapé du poing pour obtenir ce dossier.  Toute l'affaire de l'ancien maire avait été confié au procureur même, la Cour m'ayant jugé d’être beaucoup trop appliqué émotionnellement.. Ma relation exclusive avec Théodore Galavan n'avait été un secret pour personne, et mon comportement excessif suite aux événements, n'avait fait que appuyé ce que nous savions déjà. « Tu te doutes bien que l'effet d'une résurrection, embrouille pas mal l'esprit...  et certains souvenirs. Tout ce que je sais, c'est que ce n'est pas une expérience très agréable. En plus d'avoir constamment l'impression de n'être qu'un vulgaire cobaye... »  Reprit-il, son regard toujours planté dans le mien,  qui étrangement s'était obscurci . Je n'avais pas la moindre idée de ce que pouvait être les effets d'une résurrection...Dans ma tête j'étais déjà plus mort que vivant ...Une sorte de cadavre ambulant, qui ne fait que  se plier aux ordres d'un enfoiré première. Ma vie entière n'était qu'une succession   d'échecs dégradantes et intérieurement , je commençais vraiment à péter les plombs.  La pièce , faisant de nouveau son apparition entre mes doigts, je restai un moment songeur sur cette lamentable existence, que Harvey Dent acceptait chaque jour sans exception. Il n'était qu'un petit agneau dans une bergerie remplie de loups, la pauvre petite victime d'une sombre société, incapable de s'opposer sans baisser les yeux...Normal que personne ne le respecte, que tout le monde à la Cour lui rit au nez. Harvey Dent n'était qu'une petite chose fragile et insignifiante, qui s'obstine à refouler  ce qui y a de plus mauvais en lui. Il tremble comme une feuille face à son propre reflet ...Il est craintif envers l'homme qu'il est intérieurement, cette partie si obscure qui ne cesse de grandir sous la déception, la colère et bien entendu le regret. Je me nourris de sa peine, de sa culpabilité et jour après jour je gagne un peu plus sur son âme.  A cette idée, un mystérieux sourire prit possession de mes lèvres, tôt ou tard l'homme bon qu'était Harvey Dent disparaîtra, et l'homme mauvais qu'il était intérieurement fera alors de lui un vainqueur. Il deviendra en ce jour , le procureur le plus respecté de tout  Gotham City . Je vais te dire ce que je pense réellement de tout ça... En deux fois. Je laissai échapper un petite rire amusé puis  rapprochant un peu plus mon visage du sien, repris le ton plus dur. Il est vrai que derrière cette façade d'homme sure et intouchable, se cache une personne qui n'a jamais cessé d’être manipulé. Ça à commencé avec le Père Creel  de l'Ordre de St Dumas, puis Hugo Strange que tu as servi avec ferveur et loyauté...Pour enfin, finir sur les autres... Je marquai une pause, me concentrant un moment sur sa réaction et renchéris. Mais tout cela peut changé Théodore. Il suffit de prendre le mal par la racine et de frapper fort. Le hasard fait bien les choses  ...Et le hasard t'as offert un ami du système... Je parlais bien évidemment de moi. J'étais son ami le plus fidèle et bien qu'il  me faudra brûler mes ailes, j'étais en mesure de l'aider. Qui sont ces personnes qui t'emploient Théodore ? En quoi je peux t'aider pour que tu retrouves toute ta liberté ? Ce n'était ni le gentil, ni le mauvais Harvey qui s'adressait à lui à cet instant mais les deux. Mon amour et mon respect pour cet homme comme unique terrain d'entente .  Mon visage s'adoucit, alors que je posai une main froide mais chaleureuse sur sa joue . L'expression qui s'était peinte , à cet instant, était dés plus curieuse : elle  était  soucieuse, mais on devinait comme l'ombre d'un sourire sur la partie gauche de mes lèvres. Je n'ai jamais cessé de croire en toi Théodore... Ma main, quitta lentement sa joue pour venir frôler sa bouche . L'alcool , la tristesse, plus deux personnalités en confrontation , pouvant vraiment te jouer de sacrés tours. Il m'arrivait de ne plus avoir aucun contrôle sur ma personne. L'unique  fois, ou je t'ai réellement détesté c'est pour m'avoir laissé seul...Je peux comprendre tes motivations, nous sommes tous animés par la vengeance personnelle. Cependant, tu es un personne brillante , le respect  et la fortune , tu pouvais l'acquérir autrement...Peut-être pas honnêtement, ce n'est pas quelque chose qui marche fort à Gotham, mais autrement quand réglant une affaire du passé. Tu comprends ? Mon regard  sur lui était empli d'admiration, autant pour l'homme bon que Théodore pouvait être, que le criminel beau-parleur, qui un temps avait su duper toute une ville.
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Ven 5 Mai - 5:59

Chroniques de la vie et de la mort
Double Face & Azraël
Harvey Dent & Théodore Galavan

Il est évident qu'Harvey devait en connaître un très gros morceau de l'affaire. Nous étions suffisamment proche, en plus que celle-ci soit particulièrement juteuse, pour qu'il s'y intéresse fortement. Des affaires de résurrection, bien que l'on soit à Gotham, ça n'arrive pas tous les jours. Seulement, de là à se douter qu'il ne s'agit pas uniquement de Hugo Strange... Je ne peux m'empêcher de sourire doucement en coin. Me rendant compte, à quel point j'ai à nouveau sous estimé son intelligence. Ayant oublié, à quel point, il est futé. Cependant, c'est bien volontairement, que je décide de ne pas tout lui dévoiler. S'il n'avait aucun intérêt à mes yeux, je l'aurai fait sans aucune crainte, mais ce n'est pas le cas. Je sais très bien, ce dont est capable la Cours des Hiboux. Ce n'est ni mon intelligence, ni mon argent, ni quoi que ce soit qui les empêcheront de s'en prendre à lui. Je reste donc très silencieux et secret, pour le moment. Me contentant de savourer ce délicieux whisky, d'observer et d'écouter mon ami. Les remarques qu'il me confia sans détour dans les secondes qui suivirent, ne manquèrent cependant pas de me vexer quelque peu. Bien que je garde ce sentiment pour moi et continue de l'écouter sagement, histoire de comprendre ce pourquoi... Il me perçoit comme quelqu'un de manipulable. Le manipulateur, manipulé depuis toujours ? Aussi triste que cela puisse être et malgré toute tentative pour me persuadé du contraire, je crains que ce qu'il dise, ne soit que la pure vérité. Lentement, je baisse les yeux et inspire une grande bouffée d'air. Voilà d'où vient peut-être ce sentiment d'échec perpétuel, que je ressens depuis si longtemps...

C'est finalement doucement, que je redresse le menton pour fixer à nouveau Harvey d'un regard plus grave. Lui, comme toujours, mets tout et n'importe quoi sur le fruit du hasard. Il n'en rien de mon côté. Je ne suis pas venu à lui autrefois, pour rien et par hasard. Tout était prémédité et calculé. C'est bien ce qui nous différencie, lui et moi. Pour autant, je le laisse dire et croire. Tandis que progressivement, son visage se rapproche du mien. Face à ses questions, une fois encore, je reste muet. Tentant de me montrer le plus impénétrable possible. Du moins, avant de sentir sa main froide se poser délicatement sur mon visage et d'être intrigué par une étrange expression figé sur sa face. Un étrange malaise me parcours et me force, pour une fois, à détourner mes yeux de lui. Après que sa ait frôlé ma bouche, me faisant secrètement frissonner, troublé. Instinctivement, je m'enfonce dans mon siège et me noie dans mon alcool pour quelques gorgées. Peu d'homme ont réussi à me fasciner de cette façon et jamais je ne l'aurai imaginé aussi... incroyablement authentique. A tel point, que ses mots arrivent sincèrement à me toucher en plein cœur.

- « Je comprends oui et... Je te remercie, Harvey. »

Doucement, j'acquiesce. Laissant mon bras et ma main, maintenant toujours fermement mon verre, retomber délicatement à côté de moi.

- « Je vais être franc avec toi également, ce qui n'est clairement pas dans mes habitudes. Notre rencontre, n'est pas du au hasard. Je n'aurai jamais songé à ce que l'on devienne ami. Je n'en ai jamais réellement eu, alors il était forcément inconcevable pour moi, que cette éventualité arrive un jour... »

Nerveusement, je fais tapoter mes doigts sur les contours du verre. Concentrant par la même occasion, mon regard transperçant sur celui-ci quelques secondes, avant de le rabattre sur lui.

- « Tu es mon ami, Harvey. Certainement le seul, que j'ai. Aussi talentueux et puissant que tu puisses être, je doute cependant que tu puisses m'aider, pour ce coup là. Personne ne le peut. »

A nouveau, je bois d'un coup. Jusqu'à liquider la toute dernière goutte de mon verre. Je mourrais pourtant d'envie de le lui dire, mais cela exigerait de le mettre réellement en danger, si ce n'est de gâcher sa carrière ou le reste de son existence.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Sam 13 Mai - 7:51


Chroniques de la vie et de la mort
« Je vais être franc avec toi également, ce qui n'est clairement pas dans mes habitudes. Notre rencontre, n'est pas du au hasard. Je n'aurai jamais songé à ce que l'on devienne ami. Je n'en ai jamais réellement eu, alors il était forcément inconcevable pour moi, que cette éventualité arrive un jour... » A sa déclaration, un léger sourire vint illuminer mes lèvres . Je savais que trop, ce qu'il pouvait ressentir, n'ayant jamais eu d'amis sincères également. Contrairement à ce qu'on pourrait croire  , je n'ai jamais été une personne entourée et appréciée des autres  . Non...Aussi longtemps que je me souviens , j'ai toujours été quelqu'un de   seul et fermé....Un homme difficile à cerner et  constamment sur ses gardes  aussi . Comme chacun d'entre nous  , je portais sur le cœur le poids d'un lourd secret, et il m'était impossible de le partager ou de laisser entendre quelques fragments de cette horrible histoire.  Mon regard sur lui s'intensifia, le remerciant intérieurement de m'avoir écouté  quelques heures plus tôt et sans aucun jugement. En réponse de ses paroles, Théodore était aussi l'ami que je cherchais depuis toujours et le seul en mesure de comprendre mon tourment . « Tu es mon ami, Harvey. Certainement le seul, que j'ai. Aussi talentueux et puissant que tu puisses être, je doute cependant que tu puisses m'aider, pour ce coup là. Personne ne le peut. »  Reprit-il, plus grave , avant de boire d'une seule gorgée le  fond de son verre. Il m'avait tout l'air de quelqu'un de perdu au fond d'un gouffre. Remarque après deux résurrections , que pouvait-il ressentir d'autre que de l'incertitude  ? Théodore Galavan , je suis le substitut du procureur ...Cela veut dire que tout ce qui touche cette ville et ses habitants passent entre mes mains. Il y a beaucoup de choses dont je suis au courant  et j'ai le bras long en plus de ça . En moins d'une semaine je peux te constituer un dossier sur ces personnes. On est tous des hommes avant toute chose, je doute qu'ils puissent être aussi puissants. Nous possédons tous un Talon d'Achille , il suffit juste de mettre le doigt sur l'information qui les fera plier en deux. A cet instant ,ce n'était plus le Dent criminel qui parlait, mais l'avocat. Mon regard toujours sur le sien, je rapprochai de nouveau mon visage . Mon expression était résolue, je ne reculerai devant rien pour le libérer de cette emprise, après quoi je ferai mon possible pour lui créer une nouvelle vie.  Si tu penses vraiment que je vais fuir le danger et te laisser  comme ça , c'est mal me connaître. Des affaires délicates, j'en ai suffisamment traité pour savoir me défendre. Je pris une profonde inspiration et ajoutai, un large sourire étirant mes lèvres. A juste titre, je suis un avocat non corrompu , la liste des personnes qui veulent ma mort est plutôt longue et de toi à moi, ça ne m'a jamais empêché de dormir la nuit. Nous vivons dans une société violente Théodore, on pense toujours qu'on va mourir de l'arme de nos ennemis et au final, c'est du couteau du simple voleur des bas quartiers. Alors peu importe qui ils sont...Je n'ai pas peur d'eux et je n'ai pas besoin qu'on me protège aussi....C'est tout en ton honneur Théo'  de vouloir m'écarter du danger, mais qui te protèges ? Tu n'es plus seul...Tu dis que je suis ton ami, et bien quel genre d'ami je serais si je te laissais à la première difficulté ? Ce n'est pas une attitude  qui me ressemble , qui plus est... Enfin, j'espère être plus loyal que ça. Et puis c'est mon devoir de te défendre , mes fonctions ne se limitent pas à des déclarations sur l'honneur à la barre. On est plus vicieux que ça dans cette profession ... ils nous arrivent de mener nos propres enquêtes sur le terrain et récolter des informations auprès de nos indiques  ...Dans ton cas il est clair que ça sera sans l'appui d'un enquêteur  de la police , mais je suis capable de me débrouiller seul... Mon métier était , en plus d'une passion, tout ce qui me retenait encore du bon coté. Et rien ne me ferait plus plaisir que d'aider mon ami , lui qui s'était montré si présent pour moi dans le passé. Je peux même dire que c'est grâce à son intervention entant que nouveau maire que mon nom s'est vu , de nouveau valorisé... C'est une main honnête et amicale que je te tends Théodore, tu ne peux pas la refuser. Si je me souviens bien, après que Aubrey James m'a mis au placard pour l'affaire Lovecraft...C'est à toi que je dois cette nouvelle chance de devenir un jour procureur. A ce souvenir, je restai quelques secondes songeur, me rappelant de notre rencontre à la mairie. Je n'ai jamais compris , pourquoi il s'était autant intéressé à moi ? Je n'étais vraiment pas à mon avantage...Bien que je tenais à garder la tête hors de l'eau. Machinalement, je jouai avec ma pièce, comme pour canaliser ma colère face à cette période de honte que j'ai du affronter.   La partie gauche de mon visage était de nouveau crispée , alors que mon regard, lui s'était assombri ;Je ne portais pas le maire de la ville sur le cœur, par ailleurs, il n' y avait rien de plus véreux que Aubrey James... Mouillé jusqu'au os dans les actions de la pègre , il n'avait jamais rien fait de profitable pour les citoyens de Gotham.   T'aurais du le tuer au lieu d’enfermer sa sale gueule dans une boite ! Lâchai-je brusquement, le ton sombre  et empli de ressentiments.







 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Dim 2 Juil - 6:36

Chroniques de la vie et de la mort
Double Face & Azraël
Harvey Dent & Théodore Galavan

En effet, nous sommes tous des hommes, de base. Sauf que depuis ma deuxième résurrection, je commence à avoir un sérieux doute à ce sujet. Déjà bien avant cela, l'on me considérait soit comme un Dieu, soit comme un Monstre. La détermination de Dent ainsi que ses arguments me touchent très sincèrement, malgré que je ne crois pas trop en ses chances d'arriver à m'aider. Jusqu'alors, hormis peut-être ma sœur, personne ne m'a autant et aussi bien tendu la main. Il m'était donc clairement impossible de refuser son aide. Je ne pouvais que me contenter de lui sourire, le plus sincèrement qu'il soit. Le genre d'expression sincère, qui ne s'affiche que très rarement sur mon visage et que je ressens vraiment en cet instant. Pour une fois, je ne ressentais pas la prétention de mériter son soutien. Au contraire, je me demande ce que j'ai bien pu faire pour obtenir autant de prises de risques de sa part. Apparemment, je lui aurai offert une nouvelle chance de devenir procureur. Ma foi... Pourquoi pas. Au fil des secondes, les traits de mon visage finissent par se détendre un peu plus. Repensant à ses conseils, à ses dires. Il est clair que son soutien ne pourrait que m'être très précieux à l'avenir et il est bien l'un des seuls à qui je fais réellement confiance. Inutile de me voiler la face... Je n'ai guère davantage de soutien autour de moi. Je serai dingue de refuser une main aussi honnête, puissante et efficace.

- « Je n'avais pas l'intention de la refuser. Je tenais simplement à te préserver de certaines choses... Car comme tu l'auras compris, mes problèmes n'ont rien à voir avec ceux que tu as déjà côtoyé. Ils sont d'un genre... nouveau. Tu n'as pas encore totalement idée de tout ce que cette ville regorge, du plus profond de ses entrailles... »

Et le connaissant plutôt bien, c'est peut-être cela aussi qui l'intriguait et l'excitait autant finalement. Plongeant à nouveau mon regard transperçant dans le sien, je fini par acquiescer légèrement. Acceptant son aide et n'y ajoutant plus la moindre opposition, juste une petite mise en garde sur le danger constant qui rôde continuellement tout autour de moi. Dieu soit loué, Harvey n'est pas stupide et l'a déjà très bien compris. Ce qui semble ne même pas lui déplaire. D'ailleurs, j'ai comme soudainement l'impression que son côté sombre est de retour parmi nous. Je me redresse au fond de mon siège, sans le quitter des yeux. Tandis qu'il passe du coq à l'âne en critiquant le fait que je n'ai pas tué le maire Aubrey James.

- « Allons... Tu avoueras tout de même que ça ne manquait pas d'originalité. »

Je me serai peut-être vexé de cette réflexion en temps normal, sauf que là, je préfère en rire jaune.

- « Ce n'est pas l'envie qui manquait, crois-moi... Mais tu sais tout autant que moi, que ça n'aurait pas été très judicieux. »

A cette époque, je savais parfaitement ce que je faisais et qu'il y a bien une chose que je déteste c'est que l'on remette en cause mes dons de tacticien. Qui ont d'ailleurs tout de même fonctionné à merveille, puisque j'ai bel et bien fini Maire de cette ville. Mes problèmes ont été causé par bien d'autres choses et personnes... Bref, je garde ma concentration sur Dent et soupire un instant avant de me pencher à nouveau vers la table basse pour y déposer mon verre.

- « Il n'est pas trop tard pour que je m'occupe de lui, si ça peut te faire plaisir. »

Ma voix se fait quelque peu malicieuse et faussement innocente. Le sourire qui l'accompagne y est parfaitement bien assorti également. Par la même occasion, je lui fais subtilement comprendre mon désir d'un autre verre.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan Ven 28 Juil - 11:34


Chroniques de la vie et de la mort
« Je n'avais pas l'intention de la refuser. Je tenais simplement à te préserver de certaines choses... Car comme tu l'auras compris, mes problèmes n'ont rien à voir avec ceux que tu as déjà côtoyé. Ils sont d'un genre... nouveau. Tu n'as pas encore totalement idée de tout ce que cette ville regorge, du plus profond de ses entrailles... »  M'annonça t-il , son regard toujours dans le mien. Je savais exactement de quoi Théodore parlait : la criminalité de cette ville avait  étrangement changé. On pouvait dorénavant parler   de personnes  aux capacités extraordinaires , à des méta-humains ou familièrement des monstres.  Il est vrai que cela reste des cas encore très neufs pour moi, et qu'il m'était de plus en plus difficile de constituer un dossier tangible à présenter à la Cour. Mais comme tous les habitants de cette ville  je m'étais adapté  à cette nouvelle vie , au point de ne plus écarquiller les yeux devant les informations du soir .  On est à Gotham City et le pire reste encore à venir... Je m'en doute bien... Lui répondis-je simplement ,  sans démontrer la moindre crainte envers ce mal, qui serait  encore tapi dans les tréfonds de cette ville . Moi même , je devenais quelque chose d'ignoble et d' incontrôlable.... Un être d'une immense cruauté . A l'heure d'aujourd'hui , Je ressentais    bien plus de frayeur envers cette double personnalité qu'envers  l'un des détenus de l'Asile de Arkham.  Toute ma vie sociale était entre les mains du Destin  et cela n'allait pas se jouer «  à pile ou face ». D'ailleurs l'autre Harvey Dent n'était jamais très loin. Une nouvelle fois je sentais comme  une vague de colère m'emporter, pas loin de son paroxysme.  Je vouais une haine viscérale envers le maire Aubrey James depuis l'affaire Lovecraft et cette flamme instable et brûlante à souhait , n'était pas prête de s'éteindre tant que ce premier n'aura pas subi à son tour  l’humiliation. « Allons... Tu avoueras tout de même que ça ne manquait pas d'originalité. » A sa réponse , un sourire conquis et  complice étira doucement mes lèvres. J'aurai aimé être une petite souris pour le voir se faire torturer. C'est un spectacle que je regrette d'avoir pu assister . Continuant à faire glisser ma pièce entre mes doigts , je dévisageai mon ami  d'une manière  qui lui sera difficile à cerner . J'étais partagé entre deux états d'esprits et bien que le «  méchant Harvey » avait pris subitement le contrôle , il restait dans mes yeux une lueur de bonté qui appartenait à l'adorable avocat. « Il n'est pas trop tard pour que je m'occupe de lui, si ça peut te faire plaisir. »  Voilà une proposition dès plus alléchante  et qui me sera difficile de répondre «  non ». T'as envie de  jouer un peu ? M'enquis-je , d'une voix sombre, bien que je connaissais déjà sa réponse. Sa cruauté brûlait dans ses yeux , à croire que sa deuxième résurrection  l'avait rendu encore plus  puissant.   J'adore les jeux...Plus ils sont cruels, plus je prends  plaisir à continuer... Et quand je m'amuse et bien mon esprit est de plus en plus créatif. Mais laissons la pièce en décider. Une nouvelle fois ,  j'allais me servir de cette pièce de monnaie à double face pour trancher. Face intacte , nous laissons  notre bien aimé maire s'engraisser aux pains  aux  raisins.  Et face brisée , ça serait une sentence digne des dix  plaies  d’Égypte.  Toutefois, il n'était pas dans notre intérêt de le tuer , j'avais encore besoin de cet abruti pour devenir procureur, après quoi j'aurai cette ville entre les mains. La pièce de monnaie tournoyant un bref instant dans les airs avant de s'écraser dans la paume de ma main, je la gardai  un moment et fermement renfermé comme la chose la plus précieuse au monde . Le hasard  avait répondu à ma question  et comme toujours, sa décision allait avoir de l'impact sur la suite des événements  ...Autant pour le propriétaire que pour la victime visée.   Quel destin réserves-tu donc pour notre grand ami , le maire Aubrey James ? L'interrogeai-je ,incertain, avant de rouvrir mon poing sur sa face visible....Elle était égratignée, ce qui m'enchanta bien évidemment. Eh bien demain,  nous irons à la mairie rendre visite à un vieil ami en commun . De nouveau, je relevai mon regard brun sur mon ami Théodore. Bien-sur à visage couvert, il est important pour nous que Harvey Dent devient procureur , ainsi nous aurons encore plus d'emprise sur cette ville. Cela voulait-il dire  qu'une étroite collaboration avec Théodore Galavan était dans ses  projets ? Tout est encore si confus, si incertain avec cette double personnalité ... Quel genre de sentiments pouvait-il vraiment ressentir au fond? Le chaos seulement semble occuper l'intégralité de son être...



 
AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan

Revenir en haut Aller en bas
 

Chroniques de la vie et de la mort Feat Théo Galavan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham: Rise of the Villains ::  :: Le Quartier de Narrows :: Bang bang room bar-