Partagez | 
 

 L'heure du thé [PV: Clark Kent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 75
Date d'inscription : 06/02/2017
Situation amoureuse : En couple
Pour qui j'existe : Shi Wang (grand-père) et Jeremiah Jenkins (petit ami)
Ma famille : Shi Wang (grand-père)
avatar
Rhody Wang
MessageSujet: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Lun 13 Fév - 20:47


Le coeur, l'un des meilleurs abats qui soit, le plus noble peut-être; bien qu'à écouter Tante Rhody, tous les abats sont nobles et dignes d'être dégustés, à condition d'avoir bien été nettoyés, préparés et cuisinés; cela va de soi, mais tout le monde ne s'en rappelle pas toujours.

Perchée sur la pointe des pieds, la petite Josetta regarde faire Tante Rhody.


-Le dénerver, c'est ce qui est extrêmement agaçant avec le coeur, mais après, c'est plus facile de le cuisiner.

-J'en aurai moi aussi ?

-Non, Josetta, ce n'est pas un plat pour toi.

Cette viande n'est pas réservée aux enfants, bien qu'elle accepte parfois d'en céder quelques morceaux, mais surtout pas de cette viande-ci.

Josetta et ses parents n'en savent rien, un mercenaire avait essayé d'enlever la gamine pour faire chanter le père; ce dernier est un quelconque flic. Le mercenaire en question repose en morceaux dans le jardin, son foie avait été livré à l'hôpital, anonymement. Sa cervelle avait fait le bonheur de Tante Rhody, hier soir, et son coeur fera un bon dîner.

Tante Rhody finit de dénerver le coeur émincé en fines tranches.


-Va jouer, Josetta ou regarde la télévision.

La petite tourne les talons et va rejoindre Mr. Doudou - une sorte de croisement entre un dragon et un dinosaure rouge - resté tout seul sur le canapé; elle le serre contre elle et allume la télévision. La nounou entend le générique de Gravity Falls et sourit.

La jeune femme épluche et émince des échalotes. Une fois fait, elle se prépare rapidement du café au passage et retourne s'occuper du dîner; la cuisine ouverte sur le salon lui permet de garder un œil sur la petite fille de huit ans, à la petite frimousse blonde, si adorable.

Quelqu'un sonne à la porte, elle n'y va pas tout de suite, elle a les mains dans le plat, littéralement. Ou plutôt dans la cocotte, elle est en train de mettre les ingrédients de sa recette dedans. Un coeur de boeuf au Saint-Joseph ne se fait pas aussi aisément.


-J'arrive, un instant. crie t-elle comme elle le peut.

-J'ouvre ?

-Non, Josetta, reste devant la télévision, ne bouge pas j'y vais.

Elle éteint le feu car elle avait commencé à faire revenir les ingrédients et se dirige vers la porte en s'essuyant quelque peu les mains sur son tablier noir, protégeant sa jolie robe de flanelle, non pas en coton peigné comme aujourd'hui, mais bel et bien en laine cardée, comme autrefois; on ne soupçonne jamais le potentiel infini d'une friperie de quartier et tous les merveilleux trésors que l'on puisse y trouver.
La jeune femme ouvrit, finalement, après avoir fait patienter le visiteur au moins trois bonnes minutes.


-Bonjour, excusez-moi, je suis en train de cuisiner; que voulez-vous ?

Il est dix-sept heures, l'heure du thé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 324
Date d'inscription : 10/05/2016
Situation amoureuse : très compliquée
Pour qui j'existe : Loïs Lane
Ma famille : Les Kent mes parents adoptif,kara Danvers et Jor-El, Lara-EL mes parents biologique.
avatar
Clark Kent
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Mar 14 Fév - 8:21

TNK a écrit:















 ❝ L'heure du thé❞
Une petite citation ~




Venir à Gotham n'était pas une contrainte pour moi, non au contraire avec cette multitude de criminel, j'avais de quoi faire un scoop même si, elle n'est pas aussi étrange que Metropolis. En plus de cela il m'arrivait de venir prendre des nouvelles de mon jeune ami Bruce de temps à autre. Perry White, mon chef, avait l'habitude de me refiler quelques petites affaires comme du vol à la tire, ou bien des vandales dans un lycée de Smallville. Je ne sais pas si s'était à cause de mon statut de journaliste stagiaire, mais en tout cas j'avais décidé de lui montrer que je pouvais faire beaucoup plus que ça. D'où ma venue, à Gotham, dans cette ville on pouvait tomber sur des affaires comme Indiana Hill, même si je n'ai pas pu couvrir l'exclusivité au moins j'ai pu écrire certaine page dans notre filiale de Gotham. Il y a moins d'une semaine de cela, un de mes contacts, dont je tairais le nom, m'a refilé un tuyau sur des disparitions étranges. Il est bien vrai que beaucoup de personnes disparaisse dans cette grande ville, sans que cela ne sorte de l'ordinaire, mais j'avais tout de même décidé d'y jeter un œil, après tout, ces derniers temps j'avais pas eu d'affaire concret par rapport à Lois.

En parlant d'elle, ma partenaire n'était pas avec moi sur ce coup, on lui avait envoyé couvrir un autre évènement et tel que je la connais, on va dire qu'elle est encore en train de se faire passer pour quelqu'un d'autre pour mieux avoir des informations. EN parlant également de quelqu'un d'autre, depuis que je lui avais dévoilé mes sentiments et mon secret, elle avait décidé de me confectionner un personnage, un genre de nouveau Clark Kent. Je devais dorénavant porter des fausses montures, qui me gênait beaucoup, car cela faisait un intello de la classe et de surcroît il fallait que je porte une grosse veste et  une trench-coat-cape gris, qui ne sont même pas sûr mesure. Si je me souviens bien de ses mots, cela te donnera un look banal et on ne pourrait pas faire le rapprochement avec le flou. Je veux bien, mais j'ai l'impression de ressembler à un gros looser et qui porte des vêtements qui ne sont pas à sa taille je pense bien que c'était le but recherché. Pourtant, peu de personnes connaissait l'existence du flou rouge et bleu, sauf les habitants de Metropolis.

Pour en revenir aux disparitions, d'après mon contact, certain criminel était porté disparu. Certaine personne dirait, qu'il y a enfin un super héros qui est un train de faire le ménage. C'est tout de même étrange qu'on ne revoyait plus ces criminels. J'avais fais un tour à l'asile d'Arkam et même à Blackgate mais rien sur eux. Ma piste se refroidissait, je commençais à penser que j'étais sur une fausse piste. La plupart des disparitions avaient eu lieu dans le Midtown, j'avais donc décidé de faire du porte à porte. Arrivée à ma dixième porte, je décidais que c'était la dernière. puis, je laisserais tomber.  Je sonnais donc à la porte, j'entendais une femme qui me fit comprendre qu'elle arrive et manque de chance pour moi il se mit à pleuvoir. Tellement que le ciel est gris dans cette ville, on ne sait même pas quand il va pleuvoir. J'ai dû remonter mon col, histoire de ne pas avoir froid. La voie d'une petite fille se fit entendre et quelques minutes après une jeune dame m'ouvrit la porte.

-Excusez-moi madame pour le dérangement je sais qu'il est un peu tard. Dis-je avec une voix timide. J'étais un peu gêné de déranger cette charmante dame qui était en train de préparer le dîner pour sa fille. Je suis journaliste reporter pour le Daily Planet. Je lui montrais ma carte de presse, on pouvait voir l'adresse qui montrait que cela se trouvait à Metropolis et que j'avais le statut d'un stagiaire. Si cela ne vous dérange pas, j'aimerais vous poser quelques questions sur certaine disparition qui ont eu lieu dernièrement ?



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Man Of Steel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 75
Date d'inscription : 06/02/2017
Situation amoureuse : En couple
Pour qui j'existe : Shi Wang (grand-père) et Jeremiah Jenkins (petit ami)
Ma famille : Shi Wang (grand-père)
avatar
Rhody Wang
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Mer 15 Fév - 10:39

Un demi-point acceptable pour le jeune journaliste; il s'est excusé pour le dérangement, bien qu'il ait oublié l'inévitable "bonjour". Elle s'est habituée à ce que les gens oublient les salutations dans ce pays.

Un journaliste donc, et non un flic, "un poulet" comme elle les appelle souvent avec son grand-père. Qu'un policier vienne l'interroger sur des disparitions, cela ne la dérangerait pas; cela étant quelque chose de normal, il s'agit du travail du monsieur après tout. Qu'un journaliste vienne fouiner, en revanche, cela est quelque chose qu'elle n'apprécie guère; peut-être est-ce dû à son éducation dans son pays, la liberté de la presse n'étant qu'assez limitée; et ce fait ne la dérange même pas. Pour qu'un gouvernement soit stable, il se doit de faire quelques sacrifices; cela étant sa pensée à ce propos.
Mais nous divaguons, concentrons-nous sur l'action en cours, voulez-vous ?

Tante Rhody sourit, avec amabilité, elle s'écarte pour laisser le jeune homme entrer.


-Ne restez pas dehors sous la pluie, vous allez attraper froid ! Laissez votre manteau à l'entrée, là, sur le porte-manteau et venez vous asseoir. Du thé ?

Elle referme la porte derrière lui et retourne dans le coin-cuisine, tout à fait à l'américaine, id est, ouvert sur le salon, sans mur porteur gênant afin de pouvoir aisément surveiller les enfants qu'elle garde lorsqu'ils regardent la télévision.
Josetta s'exclame soudainement, disant un "Bonjour monsieur !" très fort et fort jovial, avant de s'en retourner porter toute son attention sur les images animées défilant sur l'écran. Bill Cipher est un personnage des plus intéressants.

Tante Rhody se mit à penser que ce journaliste peut tout à fait être sur sa piste, et cela n'est pas une chose à prendre à la légère. Elle aviserait quoi faire au moment venu; s'il devient trop gênant, elle devra s'arranger pour qu'il ne pose plus de problèmes.
De l'eau bouillante demeure dans la théière de style chinois, en fonte, malheureusement pas assez pour partager une tasse pleine avec le jeune homme.


-Je vais en refaire.

Elle s'était déjà servie du thé tantôt et avait fini sa tasse vite fait; alors il faut en refaire. Son cerveau s'active vite et lui indique d'attendre sagement les questions du journaliste avant d'essayer de lui servir le thé fatal auquel elle pense.

-Je vous écoute. dit-elle pendant qu'elle refait chauffer de l'eau, manuellement, selon tout un procédé complexe, ce qui lui laisse le temps de réfléchir au thé à servir et ce qui laisse le temps au jeune homme de poser ses questions.

S'il pose la question de trop pour elle, ce sera ce thé au lotus si spécial que son grand-père lui envoie parfois; pour l'aider. Une variété étrange de lotus, de couleur sombre, si sombre qu'il en est noir, aux propriétés soporifiques mais pas que, car il pourrait bien être comme une drogue, à condition d'en prendre régulièrement; une fois, ce n'est pas suffisant.
Lovecraft en parle de temps à autre, dans ses nouvelles, mais Tante Rhody a déjà essayé; ce n'est qu'une drogue parmi tant d'autres, permettant de sombrer dans un sommeil profond, éventuellement, comme toute drogue hallucinogène, de percevoir visions et sons bizarres, uniquement tirés de l'inconscient. Tante Rhody a toujours eu du mal à comprendre d'où et comment cette variété pousse, toujours est-il qu'elle s'est maintes avérée efficace. Sur des humains. Qu'elle ne serait potentiellement pas sa surprise face à ce journaliste...
Enfin, cela ne dépendra que de lui.

Faites vos jeux et lancez les dés du hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 324
Date d'inscription : 10/05/2016
Situation amoureuse : très compliquée
Pour qui j'existe : Loïs Lane
Ma famille : Les Kent mes parents adoptif,kara Danvers et Jor-El, Lara-EL mes parents biologique.
avatar
Clark Kent
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Jeu 16 Fév - 17:47

TNK a écrit:















 ❝ L'heure du thé❞
Une petite citation ~




J'avais vraiment l'impression de tomber mal, lorsque je pus franchir le palier. C'était en effet l'heure du dîner et je n'avais rien à faire là, mais je ne pouvais pas non plus décliner l'offre. Cette pluie ne me donnait pas tellement le choix, c'était ça, ou bien rentrer à Metropolis tout mouillé. Oui il m'est déjà arrivée par le passé de courir entre les gouttes d'eau, mais cela ne m'a jamais empêché de me tremper. Grâce à la générosité de cette femme, je n'allais pas rentrer sous la pluie. J'étais tout de même content qu'au final elle m'est rentrée, elle pouvait tout aussi me laisser sur le pas de la porte, déjà qu'elle m'avait accueilli froidement. J'ôtais mon trench-coat-Cap, pour le déposer sur le porte manteau qu'elle m'avait indiqué.

-Volontiers.

C'était si aimablement proposé, que je ne pouvais refuser. En fait j'étais un peu gêné de tout ce qui se déroulait devant mes yeux, je n'avais pas prévu d'entrée, je devais vite poser mes questions et rentrée chez moi, mais la météo avait bel et bien décidé autrement. Ayant une petite idée sur la culture asiatique, je savais que refusé le thé était un geste malpoli pour un invité.  Je pris place sur le fauteuil en attendant qu'elle puisse m'apporter une tasse de thé. C'était une maison chaleureuse, espacé avec un environnement propice pour les enfants. La pièce qui s'offrait devant mes yeux, me dévoilait de son charme oriental, on pouvait voir beaucoup de décoration surement des souvenirs du pays. Elle pouvait être d'origine chinoise ou japonaise, qu'importe je n'étais pas là pour ça et puis le plus importait c'est qu'elle maîtrisait bien la langue. En dehors du petit côté oriental, j'apercevais des jouets un peu partout à croire qu'elle avait une ribambelle d'enfant. D'ailleurs j'adressais, un bonjour et un sourire à la petite fille qui se tenait à côté de moi sur le canapé. Elle était très captivée sur le dessin animé qui passait. Que je ne connaissais pas particulièrement, j'avais plus le temps déjà de regarder la télé. Les seules choses que j'avais l'habitude de regarder,était des matches de football ou encore à cause de Loïs des courses de Monster Truck.

J'approchais tout délicatement de mes lèvres la tasse encore chaude de thé, son Bonjour me fis un peu sursauté. Je me rappelais que je n'avais pas dit bonjour et d'un geste un gêné j'essayais de me reprendre mais j'hésitais un court instant à dire Bonjour sachant l'heure qu'il faisait.

-Bonjour madame. Ne voulant pas la mettre dans l'embarra, je lui répondis de la même manière. Elle s'en alla faire une seconde tasse de thé et j'en profitais pour lui poser quelques questions.

-Plusieurs disparitions ont été signalées dernièrement. Tout en essayant ne pas évoquer le nom de mon contact j’enchaînais. Cela concerne certains malfrat, d'autre dirais-je qu'ils sont en prison, mais hélas aucune de nouvelle d'eux, ni à l'asile d'Arkam ni même à la prison de Blackgate. D'après, d'autre information, il  parait qu'un don d'organe a été fait tout recensement. L'analyse a montré qu'il s'agissait d'un certain Niall Robert. Le GCPD n'a pas pu retrouver son corps, mais nous savons qu'il résidait dans ce quartier. Connaissez-vous Monsieur Robert et est-ce que quelque chose vous a semblez étrange dans le quartier ?



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Man Of Steel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 75
Date d'inscription : 06/02/2017
Situation amoureuse : En couple
Pour qui j'existe : Shi Wang (grand-père) et Jeremiah Jenkins (petit ami)
Ma famille : Shi Wang (grand-père)
avatar
Rhody Wang
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Jeu 16 Fév - 19:16

Les mots de son monologue visant à lui soutirer des informations résonnent dans sa tête. Intérieurement, elle se sent défaillir, tandis qu'extérieurement elle garde l'imperturbable contenance - cliché - des asiatiques; elle ne laisse rien paraître, jamais. C'est ce que lui a appris son grand-père, c'est ce que sa société chinoise lui a appris. C'est culturel, les sentiments, on les garde pour soi, d'autant que ce serait s'exposer à un inconnu.
Elle ne regarde pas le journaliste, elle est concentrée sur le thé à faire. Instinctivement, bien que doucement, sa main vagabonde entre les différentes variétés à sa disposition, et sans la moindre once d'hésitation et de pitié, sa main gauche joue son rôle néfaste et plonge dans les sachets préparés d'avance; le Lotus Noir en ressort.
Un seul sachet de ce thé suffit pour faire dormir, et parfois les effets de cette drogue - car, de base, il s'agit bel et bien d'une drogue - hallucinogène apparaissent; ce ne sont jamais des illusions bien méchantes, juste un ressort de son propre inconscient. Hallucinations visuelles et sonores. Rhody a l'habitude d'en user pour elle-même et en connaît les effets, elle sait comment doser pour ne pas avoir à faire à de tels effets; mais elle n'en limitera rien pour le journaliste. Il faut qu'il dorme. Et pendant ce temps, elle se chargerait de lui faire oublier.
Dans sa tête, elle se dit toutefois qu'il ne l'a même pas découverte, et qu'il est idiot de gâcher une dose de ce thé. Ses mains jouent avec le sachet, en attendant que l'eau bout.


-Tout le monde me connaît dans le quartier, mais je ne suis pas sûre de connaître tout le monde, désolée.

Tout le monde connaît Tante Rhody et sa manie de faire des gâteaux pour les voisins, d'en inviter parfois à dîner, jamais plus.

Elle entend une voiture se garer devant chez elle, une porte claquer. Ce sont les parents de Josetta qui reviennent la chercher. Elle s'excuse auprès du journaliste, elle abandonne la cuisine et s'en va ouvrir au policier en civil. Josetta se lève, dit au revoir au journaliste et à Tante Rhody. Cette dernière récupère son salaire du jour et regarde la voiture s'éloigner; ensuite elle referme la porte et retourne du côté cuisine, elle y a déposé, quelque part, son portefeuille en cuir dans lequel elle y glisse les billets.
Et quel cuir ! Elle l'a payé fort peu cher à Chinatown, en sachant parfaitement la provenance de la peau tannée; humaine, une de ses victimes. Elle n'a eu qu'à fournir un morceau de peau, le fabricant - tout à fait illégal - n'a pas posé plus de question et lui a fait ce qu'elle a voulu; son silence aussi a été acheté contre monnaie sonnante et trébuchante. Brisons-là cependant, puisque ce n'est point ici le sujet.


-Par bizarre, que voulez-vous dire ?

Distraitement, sa main droite et salvatrice se saisit d'un autre sachet et range le Lotus Noir; il ne servira pas pour cette fois. Rien ne dit qu'elle peut être démasquée. La main droite prend un sachet de thé aux fruits rouges, sucré naturellement, odorant. Il infuse.
Doux souvenirs en réminiscence, l'odeur du thé aux fruits rouges, Tante Rhody petite et son grand-père dans leur salon; un temps lointain.
La jeune femme apporte la tasse à l'invité inopportun; il n'y a rien dans le thé. Absolument rien que des fruits rouges, ni drogue ni poison. Il n'y a pas encore lieu de s'en faire contre ce pauvre jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 324
Date d'inscription : 10/05/2016
Situation amoureuse : très compliquée
Pour qui j'existe : Loïs Lane
Ma famille : Les Kent mes parents adoptif,kara Danvers et Jor-El, Lara-EL mes parents biologique.
avatar
Clark Kent
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Sam 18 Fév - 11:02

TNK a écrit:















 ❝ L'heure du thé❞
Une petite citation ~




J'en profitais pour plonger la main dans la poche de ma veste non pas pour sortir un calepin, mais mon téléphone. Lois m'en avait offert, elle me disait que cela pouvait m'être utile pour interrogation. Enfin elle parlait de l'option d'enregistrement, qui transformait ce Samsung galaxy en magnétophone. Je vérifiais, tout d'abord s'il me restait suffisamment de mémoire, car aujourd'hui j'avais enregistré beaucoup de conversation, que j'irai écouter en boucle au bureau pour essayer de savoir ce qui m'aurait échappé. Tout en appuyant sur le bouton REC, je déposais mon téléphone sur la table basse et je concentrais toute mon attention sur la dame. Cela me changeait beaucoup de ces calepins, ou j'aurais dû utiliser mon stylo pour noter chaque détail de la conversation. Même s'il est bien vrai que j'ai une grande mémoire grâce à mon métabolisme Kryptonien, au moins cette fois mes mains étaient libre de tout mouvement et je pouvais regarder mon interlocuteur dans les yeux. Je n'étais toujours pas habitué à ces lunettes, bien sûr c'était des faux, elle n'avait rien avoir avec des lunettes médicales, sauf juste qu'elle n'arrêtait pas de me déranger sur mon nez. N'ayant pas trop le choix je devais m'y habituer, cela faisait partie de mon nouveau personnage.

On pouvait entendre le bruit d'une voiture qui venait à peine de s'arrêter devant la maison, la jeune dame se leva pour aller ouvrir la porte. Elle fit signe à la petite fille que ses parents étaient venus l'apprendre. J'en profitais pour mettre pause sur mon enregistrement, sachant que cela n'avait rien avoir avec mon enquête. Mon regard se dirigeait vers la fenêtre du salon et je pouvais constater qu'il pleuvait toujours des cornes et que la pluie n'allait pas s'arrêter tout de suite. D'un geste de la main et avec un petit sourire je disais au revoir à cette petite. Je n'avais pas prévu de rester longtemps, ce n'est pas la pluie qui allait m'arrêter et puis, je suis pas en sucre. Déjà que je me suis pointé à l'heure du dîner, c'était pas très poli de ma part, il faudrait que je fasse vite et que je rentre. Lorsque mon interlocuteur revint vers sa petite cuisine, on pouvait apercevoir quelque billet à la main. C'était un détail intéressant, alors comme cela, elle faisait du babysitting. Par la même occasion je remis mon enregistrement sur Play.

- Par bizarre, je voulais tout simplement dire, que vous n'avez rien vu de suspect dans le quartier ? Comme une personne suspecte, qui passait son temps à prendre les photos dans le quartier.  Elle m'apporta ma tasse de thé, que je soufflais d'abord avant de m'empresser de la déposer à mes lèvres. Humm c'était délicieux, je sentais un petit goût de fraise c'était délicieux. Je redéposais la tasse pour continuer mon interview. Je fouillais rapidement dans un coin de ma mémoire, lorsque le nom me revint en tête je continuais.

-Vous êtes bien Madame Rhody Wang n'est-ce pas ?  Partout où j'étais passé tout le monde n'avait que ce nom à la bouche. Bien sûr, rien de bien grave, juste que tout le monde l'appréciait dans le quartier. Le fait d'être apprécié n'avait rien de suspect pour moi, mais une chose me tracassait. D'après ce que j'ai cru comprendre, une personne répondant à la description de Monsieur Niail Roberts avait été aperçu du côté de chez vous.  Grâce à Chloé, j'avais pu connaitre la profession de cet homme. Il était mercenaire spécialisé dans les affaires d'enlèvement, il collait parfaitement au profil des victimes. Au départ il était mon premier suspect, mais là on avait retrouvé son foie, à l'hôpital du coup il était devenu une victime.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Man Of Steel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 75
Date d'inscription : 06/02/2017
Situation amoureuse : En couple
Pour qui j'existe : Shi Wang (grand-père) et Jeremiah Jenkins (petit ami)
Ma famille : Shi Wang (grand-père)
avatar
Rhody Wang
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Lun 27 Fév - 23:21

[HRP: Je m'excuse pour le retard de cette réponse suite à quelques désagréments pendant les vacances, encore désolée.]

L'avantage de Rhody Wang, c'est qu'elle est capable de dissimuler ses émotions avec facilité; tout simplement parce qu'on lui a toujours appris, pendant son éducation, à ne pas les montrer. D'autant plus que cela est culturellement peu plausible qu'une chinoise montre ouvertement ce qu'elle peut ressentir en public. Ici, c'est différent, mais le naturel revient au galop. A dire vrai, c'est un vrai travail pour elle que d'apprendre à extérioriser et à faire montre de ses ressentis par des sourires, des mimiques faciales...et hélas il lui est si simple de faire l'inverse.
Pour ainsi dire, il est donc impossible de lire avec discernement ce qui se passe dans sa tête; à moins d'être capable de lire dans les pensées...
Rhody n'affiche donc pas sa crainte d'être découverte, malgré tout ce que le journaliste lui annonce.

Tu as encore le temps de faire infuser le Lotus Noir et de lui proposer de faire goûter ce thé pendant que tu réponds à ses maudites questions... se dit-il en son for intérieur.

Un débat mental s'installe alors, durant une éternité - en vérité, cela ne prend que quelques dixièmes de secondes, le temps semblant suspendu dans la tête de la jeune femme, se retrouvant comme coincée dans un étau, ou penchant pour deux solutions; que faire ?

Elle vient s'installer en face de lui, avec sa propre tasse de thé.


-Mademoiselle Wang. Les gens du quartier m'appellent Tante Rhody.

Déjà, elle préfère mettre les choses au clair, car elle n'aime pas qu'on la vieillisse en l'appelant "Madame"; c'est là une chose qu'elle ne peut comprendre, qu'on l'appelle "Madame" alors qu'elle n'est pas mariée. Elle l'avait été, elle était veuve. Cependant, personne ici ne le sait. A moins que le journaliste ait fait des recherches sur ses origines, ce qui est quelque chose de tout à fait possible, mais elle en doute. Quel intérêt de rechercher des faits en particulier sur elle, pour le moment ?
Enfin qu'importe, tout cela pour dire qu'elle apprécie plus l'appellation de "Tante Rhody".


-Niail Roberts ?

Elle opte pour l'idée de lui dire une partie de la vérité; omettre est une chose facile à faire et très intéressante: vous ne mentez pas mais vous ne dites pas tout non plus. C'est fantastique, n'est-ce pas ?

Elle sait qui est Niail Roberts puisqu'elle l'a tué et avait, au préalable, fait ses propres recherches; elle a un avantage non négligeable, Chinatown. Et en tant que ressortissante chinoise, elle passe inaperçue et de par ses connaissances, a rapidement trouvé les bonnes adresses de renseignements.
Il lui avait été facile de savoir qui était sa victime, quel métier exerçait-elle et ses intentions. Pour cinquante dollars de plus, elle avait réussi à obtenir ses habitudes. Une étude minutieuse lui avait permis de placer son traquenard et hop, au revoir !


-Pouvez-vous me le décrire, peut-être ? Beaucoup de gens passent par chez moi.

Son accent chinois est à couper au couteau, elle fait pourtant des efforts pour demeurer compréhensible. L'anglais n'est définitivement pas quelque chose d'aisé à prononcer, pour elle.

Elle dit la vérité, sur quelques points. Non, elle ne connaît pas de Niail Roberts. Car celui-ci ne s'était jamais présenté comme étant Niail Roberts.
En vérité, il s'était présenté à elle comme étant de ces gens tournant dans les quartiers pour proposer leurs services comme le nettoyage de vitres, refaire les toits, peindre les clôtures et les murets, s'occuper du jardin, etc. Il avait donc donné un autre nom et celui d'une compagnie au nom aléatoire et non utile à cette histoire vu qu'il est mort et c'est tout, voilà. Fin de l'histoire. Enfin non, Rhody se fait interrogée. Zut.


-Oh, je ne vous ai pas demandé...du sucre peut-être ? Des gâteaux ?

C'est une hérésie pour elle que de mettre du sucre dans le thé; elle comprend toutefois qu'un néophyte en la matière en mette et accepte lorsqu'il s'agit de thé noir, cependant le thé n'étant qu'un thé aux fruits rouges, il est inconcevable pour sa personne de pouvoir en mettre ne serait-ce qu'un demi-sucre. Pour les gâteaux, cela est une autre affaire. Sans même attendre une réponse de sa part, elle se relève et apporte quelques gâteaux secs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 324
Date d'inscription : 10/05/2016
Situation amoureuse : très compliquée
Pour qui j'existe : Loïs Lane
Ma famille : Les Kent mes parents adoptif,kara Danvers et Jor-El, Lara-EL mes parents biologique.
avatar
Clark Kent
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Sam 4 Mar - 16:26

TNK a écrit:















 ❝ L'heure du thé❞
Une petite citation ~




En regardant en direction de la fenêtre, je pouvais voir, que la pluie battait toujours de l'aile. Le temps qu'il faisait était vraiment mauvais, j'avais même du mal à voir l'état du quartier à travers la vitre du salon. Décidément ce n'était pas tout de suite que j'allais sortir d'ici au contraire j'en ai encore pour un petit moment. Heureusement pour moi la dame avait eu l'hospitalité de me laisser entrer chez elle et de me servir une boisson chaude. Je pense bien que cela faisait partie de leur coutume, si c'est le cas, j'aimerais bien faire un tour en Asie, car j'avais devant mes yeux l'hospitalité asiatique.

Lorsqu'elle termina de faire une autre boisson chaude, elle vint s'asseoir en face de moi. J'attendais qu'elle ouvre la bouche, pour qu'elle puisse répondre à mes questions.

-Je vous demande pardon ?

Je n'avais bien compris ce qu'elle venait de m'affirmer et cela n'avait rien avoir, avec mes questions. Elle me corrigea sur une faute que j'avais commise. Elle le rectifia en me disant mademoiselle Wang et en précisant que les gens du quartier l'appelaient Tante Rhody. Je baissais les yeux en venant de comprendre l'erreur que j'avais commise et je m'excusais aussitôt en balbutiant. Cela n'avait pas été professionnelle de ma part je le reconnais, j'étais un peu gêné par la situation et tout ce que j'avais pu faire à part m'excuser c'était d'essayer de bien m'asseoir sur mon fauteuil. Maintenant que j'y pense, je jetais un coup d'œil rapide sur les photos se trouvant dans la pièce, je n'apercevais aucune, où on pouvait apercevoir un homme. C'est clair, elle n'était pas mariée, ce qui ne m'aidait pas à me sentir mieux.  

Après avoir simulé une toux, je continuais à lui poser mes questions, tout en lui évoquant le nom de Niail Roberts. Seul moyen pour moi d'enlever la gêne et regarder sur son visage, une micro expression qui pourrait la trahir. J'ignore si c'est le fait, que je n'étais pas assez doué dans le style mentalist, mais elle ne montrait aucune expression, ni de peur ni de joie et même quand je l'avais vexé elle me répondait juste de manière un peu froide sans changer d'expression faciale.

-Homme de grand taille, environ un mètre quatre-vingt, cheveux bruns, une barbe, avec un tatouage en forme de soleil sur sa nuque.

J'avais une excellente mémoire, je me rappelle juste de la photo qui se trouvait sur le bureau d'un des agents du GCPD. La regardant encore droit dans les yeux pour attendre sa réponse, elle me répondait, une nouvelle fois avec un calme olympien, en me demandant si je voulais du sucre ou des gâteaux. Comme à mon habitude et ne voulant pas paraître impoli encore une fois j'acceptais sa proposition.

-Le sucre est suffisant, mais je ne refuserais pas un gâteau. Dis-je avec un sourire timide.  



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Man Of Steel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 75
Date d'inscription : 06/02/2017
Situation amoureuse : En couple
Pour qui j'existe : Shi Wang (grand-père) et Jeremiah Jenkins (petit ami)
Ma famille : Shi Wang (grand-père)
avatar
Rhody Wang
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Dim 5 Mar - 2:28

Bon choix de sa part que de prendre ne serait-ce qu'un gâteau sec; ils s'émiettent facilement au contact d'un liquide, mais ils sont délicieux avec le thé car ils s'imprègnent de toute la saveur du thé ! Mais là n'est pas la question.

En vérité, le lecteur se doute bien que Tante Rhody connaît déjà Niail Roberts; elle n'a pas besoin de description. Enfin si, pour donner le change; vous l'aviez compris. Ce type lui avait bien donné du fil à retordre; pour la découpe du moins. Retenez le tatouage en forme de soleil sur la nuque, c'est là que cela va devenir très intéressant.

Il avait été lourd à porter jusque dans la cave et à placer sur la table à découper; une vraie petite salle macabre digne des serials-killers, mais propre et bien ordonnée. Elle avait observé le cadavre attentivement afin de savoir quels morceaux prendre pour les donner à l'hôpital, lesquels garder pour sa propre consommation, et éventuellement quel trophée éternel elle pourrait préserver.
Un trophée éternel c'est un percing, un tatouage, un objet qui appartenait à la victime. Vous vous doutez donc bien qu'elle avait eu un coup de coeur pour ce tatouage en forme de soleil et avait très soigneusement découpé un bon morceau de peau afin de le faire préserver.

Chinatown est un quartier des plus intéressants de Gotham City. Evidemment, la babysitter s'y sent toujours comme chez elle, c'est un morceau de son pays à elle; bien qu'elle y trouve surtout un côté qu'elle a déjà côtoyé auparavant, le crime. Et les portes lui ont été grandes ouvertes par son grand-père.
Rapidement, Tante Rhody avait pris ses marques dans ce quartier chinois et avait dégoté toutes les bonnes adresses. Elle avait pris l'habitude de se faire faire certains objets avec les restes de ses victimes. Il est peut-être certain que le journaliste l'ait remarqué. Comment ? vous dites-vous. Eh bien, c'est tout simple. Lisez plutôt.

Vous souvenez-vous du portefeuille en cuir aperçu tantôt ? Elle l'avait fait faire avec de la peau humaine ! Et quelle peau humaine !? Oui, vous avez bel et bien deviné ce qu'il est advenu de ce tatouage. Son portefeuille dans la cuisine porte ce sceau macabre. Du cuir humain...quelle atrocité...

Le journaliste a donc pu le voir, normalement; et son hôte ne le sait pas. Toutefois, l'idée que son interlocuteur ait pu le remarquer et puisse faire le lien lui traverse l'esprit; une crainte l'envahit, même si, encore une fois, on ne peut le deviner. On ne peut le deviner que par une chose, sa main crispée sur sa propre tasse de thé; elle aurait eu plus de force qu'elle l'aurait brisée dans ses mains.
Le sachet de Lotus Noir attend toujours, elle résiste à l'envie d'aller en faire. Pour donner le change, elle boirait, se dit-elle. Elle en avait déjà bu et connaissait les effets; elle saurait résister, peut-être...
A t-il vu ? N'a t-il pas vu ?
Guidée par son instinct, elle pose sa tasse et regarde celle du jeune homme. Son regard se porte sur l'horloge; bientôt l'heure du dîner. Elle sourit.


-Resterez-vous dîner ?

Elle devra trouver une autre idée de repas; s'il accepte, il est hors de question de lui servir de la viande humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 324
Date d'inscription : 10/05/2016
Situation amoureuse : très compliquée
Pour qui j'existe : Loïs Lane
Ma famille : Les Kent mes parents adoptif,kara Danvers et Jor-El, Lara-EL mes parents biologique.
avatar
Clark Kent
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Dim 5 Mar - 17:51

TNK a écrit:















 ❝ L'heure du thé❞
Une petite citation ~




J'approchais le morceau de gâteau de ma bouche. j'avais mis, plein de miette un peu partout. Par politesse, je dû faire en sorte qu'elles tombent sur mon pantalon, histoire de les rassembler plus facilement lorsque j'aurai fini. Cela ne faisait aucun doute, mélangé avec un peu de thé c'était exquis. Je ne regrettais pas d'avoir accepté ce gâteau, il était vraiment délicieux. Rien avoir avec ce que j'avais l'habitude de prendre sur l'île chinatown de Métropolis. Ceux-ci étaient faits maison et cela se sentait au goût. Il y'a pas dire j'étais bien tombé, évitant la pluie de justesse, me voilà en train de manger du gâteau et prendre un peu de thé. L'hospitalité Orientale est bien à la hauteur de sa réputation.

Bien que j'avais toujours la sensation de n'être pas arrivée au bon moment, cela ne m'empêchait pas de l'enlever de la liste des suspects. Oui elle était une suspecte, j'avais fait exprès d'insister sur le tatouage lors de ma description. Au départ, le portefeuille qu'elle avait posé sur la table de la cuisine me paraissait normal, mais le symbole en forme de soleil, me fit pensée à autre chose. Non je ne pouvais y croire. Pour moi, cela semblait être impensable, qu'elle puisse se servir d'une peau humaine et faire cela un porte-monnaie. Malheureusement pour moi, mais doute commençaient à se confirmer. Le calme légendaire qu'elle faisait preuve jusqu'à présent, commençait à montrer quelques failles. J'observais ses mains tout en dégustant mon thé. Quelque signe de stress se faisait sentir. Ce qui me choquait, c'est que cette femme puisse le faire à la vue et au nez des enfants qu'elle est censée garder.

Mademoiselle Wang, ne semblait pas répondre directement à mes questions et en posait d'autre. J'aurais tendance à croire qu'elle chercherait plutôt à savoir ce que je sais sur cette affaire. Ignorant toujours comment elle s'était prise pour maitriser un homme qui faisait deux fois son poids, je préférais m'abstenir et garder mon calme. Lorsqu'elle m'évoqua l'heure du diner, j'avais une certaine nausée me disant que peut être, qu'il s'agissait peut-être de la chair humaine.  Peut-être que je me faisais des idées après tout. Elle peut tuer un être humain et pendre juste quelques morceau pour en faire un trophée, comme le font certains tueur en série.

Je lui répondis par un sourire un peu hypocrite bien que cela ne soit pas dans mes habitudes. Il fallait que je lui donne une réponse satisfaisante. Je n'avais pas de preuve, la reliant au meurtre de Niail Roberts. Je devais la livrer à la police avec quelques aveux de sa part. Mon téléphone était toujours en train d'enregistrer notre conversation.

-volontiers Mademoiselle Wang. Il fallait que je le fasse, c'était mon unique chance pour obtenir des aveux.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Man Of Steel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 75
Date d'inscription : 06/02/2017
Situation amoureuse : En couple
Pour qui j'existe : Shi Wang (grand-père) et Jeremiah Jenkins (petit ami)
Ma famille : Shi Wang (grand-père)
avatar
Rhody Wang
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Mar 7 Mar - 17:30

Tante Rhody sourit doucement. De toute façon, refuser une invitation à dîner, c'est faire perdre de la face à un chinois; à moins d'avoir expressément quelque chose d'urgentissime à effectuer. Dans l'immédiat, elle estime qu'il n'a pas grand chose à faire, si ce n'est tenter de lui tirer les vers du nez; et de par le fait qu'il ait accepté, cela confirme le fait qu'il ait du temps et rien d'autre de prévu. Bien.

Elle se lève, elle avait presque fini ce qui aurait pu être son dîner, cependant, si elle le met au frais, elle pourrait reprendre la confection plus tard; il perdrait de sa qualité gustative, tant pis. Elle mit donc la préparation de côté et se hâte de mettre le plat dans le frigo. Elle sortit alors de quoi faire le repas pour un invité et pioche, dans sa mémoire, dans des recettes vietnamiennes qu'elle a toujours su apprécier.

Premièrement, elle se décide pour une rau trôn, que l'on peut traduire par salade verte; et quelle salade ! De la laitue, des feuilles de menthe et de coriandre et un concombre composent cette recette de salade verte dite vietnamienne; et parce que Tante Rhody la trouve fade et ne souhaite rajouter ni sel ni poivre, elle se décide pour servir avec une sauce aux anchois (à base d'ail et de piments écrasés avec des anchois fraîches; car la jeune femme aime les produits frais).
Pendant qu'elle prépare le repas, elle indique à son invité qu'il peut regarder la télévision, lire, ou encore aller se laver les mains. Elle lui montre où se trouvent les toilettes, c'est-à-dire au bout d'un couloir, tout droit; des toilettes avec des murs en mosaïque reproduisant des vagues d'une mer calme, des toilettes plutôt grandes qui ont permis l'installation d'un évier et d'un portoir dans lequel un savon solide en forme de rond et sentant la rose attend d'être usité. Ensuite, la jeune femme retourne à la préparation de son plat de résistance; des pinces de crabe frites et des calmars farcis. Elle chantonne. Elle ne veut pas être dérangée pendant qu'elle cuisine. C'est une chanson qui chante l'amitié entre deux grands personnages chinois du temps des Royaumes Combattants. Zhuge Liang, un formidable stratège, et le général Zhou Yu. Du chinois, bien sûr. Et pas de traduction disponible.
Elle ne voit sûrement pas son invité faire ce qu'il a à faire en tant que journaliste venu trouver des preuves contre elle; quoiqu'il en soit, il ne peut trouver l'entrée de sa cave sans passer par une pièce particulière et interdite d'accès, fermée à clef: sa chambre. A s'en souvenir, un trousseau de clefs peut être vu à côté de son portefeuille.

La préparation du dessert est entamé, elle est concentrée sur ce qu'elle fait. Des galettes de banane. Ce n'est pas grand chose, mais elle n'a pas forcément eu plus de temps.

Elle se rince les mains et met la table. Sa voix et son accent chinois à couper au couteau se font entendre.


-C'est prêt ! annonce t-elle d'une voix chantonnante; à croire que la cuisine lui a redonné confiance en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 324
Date d'inscription : 10/05/2016
Situation amoureuse : très compliquée
Pour qui j'existe : Loïs Lane
Ma famille : Les Kent mes parents adoptif,kara Danvers et Jor-El, Lara-EL mes parents biologique.
avatar
Clark Kent
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Ven 17 Mar - 20:37

TNK a écrit:















 ❝ L'heure du thé❞
Une petite citation ~




Je n'avais pas vraiment faim, mais refuser le diner aurait été mal poli, même s'il s'agissait de celui de mon suspect. Me sentant pressé par le temps, je regardais ma montre subtilement. Il n'était pas encore trop tard pour un diner avec Lois. La météo ne semblait toujours pas de mon côté, il pleuvait toujours des cordes. Je m'installais confortablement sur le fauteuil, pendant qu'elle nous concoctait le diner. Prenant également le soin de mettre l'enregistrement sur pause, je l'observais lorsqu'elle remettait au frigo le dîner, qu'elle avait préparé avant que je n'arrive. Sûrement elle le gardait pour une personne très spéciale. Elle sortit autre chose, cela ressemblait à de la laitue. Au moins, elle ne trouvait pas contraignant de nous faire un repas. Cela avait l'air même de lui faire plaisir, même s'il n'était pas évident qu'elle laisse échapper ces émotions.

Je continuais à garder un œil sur mon principal suspect, qui avait l'air de garder son calme malgré la situation à laquelle, elle était confrontée.  L'occasion était trop belle, lorsqu'elle m'indiqua la direction de la salle de bain. La télévision ne m'intéressait pas vraiment, enfin j'étais pas à mon aise, même si j'avais pu apercevoir les résultats sportifs de Metropolis Monarchs, mon équipe de basket préféré. La salle de bain qu'elle m'avait indiquée, avait un décor en mosaïque très agréable à regarder. On pouvait voir une représentation des vagues, il n'y avait rien à dire, cela incarnait la sérénité dans ces lieux. Lorsque je refermai la porte derrière moi, je me mis enquête de trouver quelque preuve compromettante. En une fraction de seconde je me retrouvais dans un autre couloir ne se trouvant pas dans son champ de vision. Sachant qu'elle ne m'avait pas vu, je calculais le temps que je devais faire pour sortir de la douche. Je scannais les lieux à l'aide de ma vision rayon X. Les autres pièces n'avaient pas grand-chose. Par contre, une chose attira mon attention. Dans l'une des pièces il semblait y avoir une porte scellée.  Rentrant dans la fameuse pièce toujours en super vitesse, je pus m'apercevoir que j'étais dans sa chambre.

Impossible d'ouvrir cette porte sans avoir la clef. Elle semblait avoir des secrets, malheureusement, c'était une porte en plomb, donc impossible de voir, à travers. Mon investigation fût stoppée lorsqu'elle m'annonça que la nourriture était prête. En deux trois mouvements je me retrouvais avec la plus grande discrétion dans la salle de bain. J'en ressortis comme si rien n'était. Une odeur exquise s'emballait s'échapper de la cuisine.

-Cela, à l'air bon. Dis-je accompagné d'un sourire.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Man Of Steel



Dernière édition par Clark Kent le Sam 20 Mai - 14:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 75
Date d'inscription : 06/02/2017
Situation amoureuse : En couple
Pour qui j'existe : Shi Wang (grand-père) et Jeremiah Jenkins (petit ami)
Ma famille : Shi Wang (grand-père)
avatar
Rhody Wang
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Jeu 27 Avr - 22:23

-Ce sont des recettes de la Terre des Dragons.

La Terre des Dragons est le surnom donné au Viêt-Nam; là où l'Empire du Milieu est celui de la Chine. Un surnom qui n'est pas des moindres et est assez significatif en Asie, au vu de la symbolique que représente le dragon asiatique.

D'un geste de la main, elle lui fait signe de s'asseoir sur la chaise en face d'elle, tandis qu'elle apporte l'entrée et dépose une petite coupelle pour la sauce à l'ail. Souriante comme l'est n'importe quelle femme asiatique lors d'un repas où il y a un invité, elle se dirige vers le coin où elle y range sa boîte à thé et en sort le fameux sachet de tout à l'heure. Elle fait infuser le tout, et en attendant, elle s'en retourne à table.


-Bon appétit.

D'abord silencieuse, mangeant doucement, elle lui commença à lui poser des questions, plus pour briser le silence qu'autre chose.

-N'est-ce pas trop compliqué de trouver des informations dans votre métier ? Mon grand-père me parlait souvent du travail d'investigation de quelques uns de ses amis, mais je n'ai jamais compris ce qu'ils faisaient exactement. J'ai cru comprendre une fois qu'ils étaient sur la piste d'une criminelle qui éventrait des hommes. Ils ont réussi à l'arrêter, hélas, l'un d'entre eux y laissa sa vie; il était militaire je crois. Mais c'était il y a longtemps; que son âme repose en paix.

Il fut effectivement un temps où son grand-père, le Dr. Shi Wang (et cela pouvait toujours être retrouvé via des archives dans des bibliothèques, sur place, ou encore sur Internet) avait aidé quelques investigateurs hors du commun, peu avant la Seconde Guerre Mondiale, sur quelques affaires sordides, dont cette histoire d'éventreuse. Celle-ci avait été arrêtée, mais avait disparue mystérieusement; elle était probablement morte, mais la vérité avait été plus incroyable encore. Le Dr. Shi Wang (et cela n'était pas dans des archives) avait fait croire qu'il l'avait tuée, pour ensuite la ramener chez lui et l'épouser; elle fut donc sa première femme, car celle-ci mourut des suites d'une maladie.

-Reprendrez-vous de la salade ?

Sa voix se voulait douce et dans son attitude, la jeune femme se voulait être gentille; ce qui contrastait avec la froideur dont elle avait fait preuve de prime abord lorsqu'elle eut ouvert la porte.

Elle attendit sagement la réponse. Quoiqu'il répondisse, elle s'en alla toutefois chercher le thé qui venait d'être infusé.


-Celui-ci se boit à table. J'ose espérer que vous pourrez l'apprécier, malgré son goût quelque peu amer. C'est du lotus, bien particulier je vous l'accorde; il est fait selon une tradition chinoise datant d'il y a plusieurs millénaires. Il aide généralement à dormir, mais il est aussi très bon avec de la nourriture lors d'un dîner.

Le lecteur attentif se souviendra sûrement de ce thé. Le thé au lotus noir. Celui qui donne des illusions faisant ressortir son propre inconscient; des hallucinations auditives et visuelles, mais jamais rien de bien méchant. C'est surtout que cela va le faire dormir. Beaucoup. Juste le temps de réfléchir à comment se débarrasser de lui. Essaierait-elle de le rendre amnésique ou essaierait-elle de le tuer ? Elle hésite encore. Elle n'a vraiment pas envie de tuer.
En servant le thé, elle oublie juste un petit détail qui n'est toutefois pas de son ressort; il y a un ingrédient dedans auquel aucun des deux ne s'y attend.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 324
Date d'inscription : 10/05/2016
Situation amoureuse : très compliquée
Pour qui j'existe : Loïs Lane
Ma famille : Les Kent mes parents adoptif,kara Danvers et Jor-El, Lara-EL mes parents biologique.
avatar
Clark Kent
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Sam 20 Mai - 16:36

TNK a écrit:















 ❝ L'heure du thé❞
Une petite citation ~




Par un sourire, elle m’invita à m’asseoir à sa table, un sourire que je lui rendis de façon amicale. Elle semblait, vraiment être calme pour une femme, qui risquait de se faire choper. Je suis sûr, qu’elle savait, que je me rapprochais de la vérité, car je ne lui avais rien caché avec mes questions. Pour l’instant, elle ne semblait pas, me vouloir du mal. Non, elle m’avait invité à prendre le dîner avec elle.

-Merci, à vous aussi.
Dis-je avec un nouveau sourire.

J’attendais qu’elle puisse se servir, tout en gardant mes mains sur mes genoux. Je commençais à un peu à stresser, j’avais peur de recevoir l’appel de Lois. Je devais la retrouver à la ferme, sûrement pour un dîner et me voilà en train de dîner à la table d’une autre personne. Je gardais l’espoir que la pluie, puisse la ralentir un peu, mais je me doute qu’il pleuve à Smallville. Lorsque je me servis à mon tour, de la salade, qu’elle avait préparé avec délicatesse. Mademoiselle Wang décida de briser le silence qui avait commencé à s’installer entre nous. Elle savait garder son calme, il y a pas dire. Au lieu d’être inquiète sur l’avancement de mon enquête. Non, elle me posait des questions sur mon métier.

-Il est bien vrai, que parfois, cela peut s’avérer très compliquer de retrouver des indices. Il nous arrive même de fouiller dans les archives, qui ne sont même par enregistrer dans une base de données. Croyez-moi, si c’était si facile, je n’aurais pas choisi ce métier. La complexité du métier de journaliste d’investigation, me plaît énormément.

Dire, qu’il y a quelque année, je ne me voyais pas dans cette branche, mais plutôt terminé footballeur professionnel. Devenir un joueur à la NFL me plaisait beaucoup, mais tout cela, c’était-il y a plein longtemps, aujourd’hui, j’ai trouvé ma voie dans le journalisme. Il est bien vrai que Lois a mis de son grain de sel. Elle me parla de son grand-père. Par politesse, je continuais d’écouter son histoire. Elle me proposa de me servir à nouveau, cette fois- ci, je déclinais son offre. J’attendais qu’elle puisse me glisser une seule information susceptible de l’incriminer. Je sais, qu’elle est coupable, mais je ne pouvais plus patienter bien longtemps, je me devais de lui faire cracher le morceau. Même si je devais être direct avec elle.

Sa gentillesse, à peine masquée ne me trompait pas. Elle savait, que je la soupçonnais. Elle revint avec du thé, que je ne refusais pas par politesse. Après qu’elle m’est servie son thé, je me redressais, sur mon siège, histoire de pouvoir prendre un peu de souffle avant de pouvoir lui dévoiler, ce que je pensais d’elle. J’apportais la tasse de thé vers mes narines, une bonne odeur en ressortait de ce thé. Lorsque je bus une petite gorgée, je déposais délicatement la tasse.

-Tante Rhody, j’ignore à quel jeu vous jouez, mais je me persiste à croire, que vous me cachez quelques informations sur Monsieur Niail Roberts.

Je n’avais pas fini ma phrase, que je commençais à me sentir mal. Qu’est-ce qui m’arrivait ? Ma vision commençait à se troubler. Mademoiselle Rhody semblait me demander si j’allais bien, mais j’avais du mal à me focaliser sur ce qu’elle disait. J’avais même du mal à respirer, comme si j’avais de l’asme. Je venais de comprendre ce qui m’arrivait, de la Kryptonite avait été versé dans la tasse. Elle ne pouvait pas savoir et je me doute bien, qu’elle ignore même, l’existence de la kryptonite. En voulant me lever, je m’écroulais à terre, commençant à avoir quelques hallucinations. J’ignore ce qu’elle avait mis dans le thé, mais la kryptonite m’avait affaibli contre tout poison.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Man Of Steel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 75
Date d'inscription : 06/02/2017
Situation amoureuse : En couple
Pour qui j'existe : Shi Wang (grand-père) et Jeremiah Jenkins (petit ami)
Ma famille : Shi Wang (grand-père)
avatar
Rhody Wang
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Ven 26 Mai - 15:17

Tante Rhody écoutait ce qu'il disait avec un sourire amical et amusé, ce qui tranchait avec sa vraie personnalité; elle ne devait pas céder, cela n'était pas le moment. Intérieurement, cela l'amusait tout de même car cela lui rappelait ce que lui disait son grand-père du temps où il trainait avec des occidentaux pour des affaires, c'était souvent à lui de se coller à la récolte d'indices dans les archives, et étant donné que cela avait été en une époque où Internet n'existait pas, vous imaginez que cela était long et fastidieux; ce fut ainsi qu'une fois, son groupe avait dû dire adieu à un de leurs camarades. Pour s'être moqué du chirurgien chinois et lui avoir fait perdre son temps, le docteur Wang lui avait tranché la gorge et avait fait passé cela pour une agression quelconque dans la rue; il avait brillamment trompé les occidentaux avec qui il traînait pour que cela soit reporté sur une attaque de pickpocket ayant mal tourné. Mais revenons-en à nos moutons.

-Tante Rhody, j’ignore à quel jeu vous jouez, mais je me persiste à croire, que vous me cachez quelques informations sur Monsieur Niail Roberts.

-Tout va bien, jeune homme ? Vous avez l'air si pâle...

Elle savait que l'heure de la confrontation ne saurait tarder. Plutôt que de lui dire ce qu'il voulait savoir alors que le lotus noir était en train de circuler lentement dans ses veines, elle se contenta de lui demander s'il allait bien; de toute façon, son cerveau ne pourrait pas enregistrer les informations. Il voulait savoir ce qui était arrivé à Niail Roberts ? Il allait le découvrir.
Elle profita de sa confusion pour le traîner tant bien que mal dans la pièce au sous-sol, après avoir vérifié que toute la maison était soigneusement fermée à clef. Ce ne fut pas simple mais elle y parvint; il risquait d'avoir quelques hématomes et elle n'en était pas si désolée que cela, bien qu'elle évita toutefois de lui infliger plus de dommages que nécessaire. Son but n'était pas de le tuer. Pour l'instant.

Le sous-sol était grand et ne comportait qu'une seule et unique pièce, bien éclairée, ce qui tranchait sûrement avec le cliché habituel de l'antre du psychopathe avec de faibles lumières, limite tamisées. Non, Rhody n'était pas dérangée par la pénombre, mais y voir clair pour trancher dans du lard était agréable. Elle avait installé une table d'opération, un grand frigo, une chaise, plusieurs rangements et bien sûr un grand évier. Elle attacha le journaliste sur la chaise et serra les entraves en cuir le plus fermement possible, mais pas au point que celui-ci ne puisse plus sentir le sang circuler. Elle se dirigea vers un des rangements et prépara quelque chose dans une seringue qu'elle administra avec douceur dans la veine du jeune homme; c'était l'antidote au Lotus Noir. La kryptonite ne partirait peut-être pas naturellement avant un petit moment, mais le poison qu'était ce fichu Lotus Noir, lui, était en train de partir, et les effets désagréables avec.


-Vous vouliez savoir ce qui est arrivé à cet enfoiré ? demanda t-elle calmement. Ce qui reste de son corps sert d'engrais à mes plantes pour ce qu'il a fait.

Elle claqua des doigts devant ses yeux pour être sûre qu'il soit éveillé et alla chercher dans un autre rangement, un dossier qu'elle lui montra. Dedans, il y avait des coupures de presse, des photographies, des notes. Toutes les coupures de presse parlaient de disparition d'enfant, de meurtres horribles portés sur des gamins et d'autres choses peu ragoûtantes; les photographies étaient celles des enfants disparus et décédés pour la plupart, mais il y avait aussi celles de chacune des victimes de Rhody. Quant aux notes, toutes les adresses des personnes coupables d'avoir fait du mal aux garnements et qu'elle traquait. Elle lui énonça plusieurs noms, que des enfants, les lui montra.

-Ces enfants qui sont morts, ils sont la raison de pourquoi Niail Roberts est aujourd'hui décédé.

Elle était très calme quand elle lui dit cela, elle était même heureuse de lui dire qu'il était mort et qu'elle était fière d'avoir été celle lui ayant porté le coup fatal.

-Voulez-vous un verre d'eau ? Les effets du Lotus Noir sont néfastes sur le corps et l'esprit humain mais on peut s'en servir pour faire des choses un peu moins néfastes, dépendant de la situation. Et des doses. Je n'ai pas l'intention de vous tuer, cela ne me plairait guère, vous n'êtes pas un ennemi, seulement un journaliste un peu trop talentueux. Je pourrai peut-être vous effacer ce que vous avez vécu ce soir avec le Lotus Noir, à moins que vous ne préfériez une solution plus radicale; mais vraiment, j'ai autre chose à faire que de verser le sang d'un innocent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 324
Date d'inscription : 10/05/2016
Situation amoureuse : très compliquée
Pour qui j'existe : Loïs Lane
Ma famille : Les Kent mes parents adoptif,kara Danvers et Jor-El, Lara-EL mes parents biologique.
avatar
Clark Kent
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Dim 28 Mai - 16:19
















 ❝ L'heure du thé❞
Une petite citation ~




-Papa! c’est toi ?

Il faisait froid et Jonathan se trouvait en face de moi. Lorsque je regardais autour de moi, ‘avais compris que je me trouvais dans la forteresse de solitude. Je pouvais voir les murs de cristaux qui recouvraient toute la pièce. La lumière que dégageait de ces cristaux, illuminait la pièce dans laquelle nous nous trouvions. Mon regard se baladait dans toute la pièce et je pouvais apercevoir les différents objets que j’avais collectés au cours des années. Tout était là, le livre de Rao qui m’avait permis de renvoyer les kandoriens vers une autre galaxie et aussi, une bague qui portait l’initial L. Cet objet m’avait été offert par la Légion de Justice. Tous ses objets étaient posés, chacune sur un socle également en cristal. La forteresse faisait partie de mon héritage kryptonien, toutes les connaissances sauvegardées de krypton, s’y trouvait qu’ainsi que la mémoire autonome de mon père biologique : Jor-el. Peu de personnes, connaissaient l’existence de cette base, située dans le pôle Nord. Elle était indétectable par satellite.

- Vous vouliez savoir ce qui est arrivé à cet enfoiré ? Sa réponse n’avait pas de sens, pourquoi me vouvoyait-il ?

-De quoi tu parles ?

Un sourire se dessinait sur son visage, j’étais totalement déboussolé. Comment pouvait-il sourire en me parlant du cadavre d’un homme. Curieusement, cela me disait quelque chose. Un nom revenait sans cesse dans mon esprit Niail Roberts. Puis soudain, mon cerveau commençait à devenir lucide au point de faire la distinction entre ce qui est réel et ce qui ne semblait pas l’être. La forteresse avait disparu et je me retrouvais dans une pièce pour le moins étrange. J’étais victime d’une hallucination. Jonathan était mort il y a bien longtemps. J’ignore ce qu’elle avait mis dans ce Thé, mais mise à part la kryptonite, il y avait quelque chose qui m’avait provoqué des hallucinations. Sûrement, un hallucinogène.

C’est en claquant ses doigts que j’ai pu sortir de cette hallucination et désormais, j’étais attaché sur une chaise. Derrière elle, il y avait une espèce de table opératoire. Aucun doute, vu l’endroit dans lequel je me trouvais, il s’agissait du sous-sol. Endroit qui était très bien éclairé. Elle s’empressa de me montrer des coupures de presse. Les grands titres parlaient de disparition d’enfant et de meurtre sanglant. Elle me confia tout un tas d’information sur la disparition de ces enfants et fit le rapprochement avec Niail Roberts.

-Qu’est-ce que Niail Roberts avait avoir avec ses enfants ? Dis-je après avoir retrouvé totalement mes esprits. Malheureusement, je pouvais sentir qu’il y avait encore des traces de kryptonite dans mes veines. Difficile pour moi, de trouver le moyen de me dégager de mes entraves pour le moment.

-Oui merci. J’acceptais la proposition du verre d’eau. Bien que je me sentais toujours mal, cela pourrait m’être utile, pour faire circuler rapidement les résidus de kryptonite. Vous me parlez d’innocence et d’après ce que je constate vous également, vous n’êtes pas blanc comme neige. Pourquoi fait-vous cela ? Je n’éprouvais pas de la colère, je gardais mon calme en attendant patiemment que mon corps puisse se débarrasser de la kryptonite encore présent. Heureusement pour moi, il n’y avait pas une grande quantité.

-Alors, si vous ne voulez pas tuer un innocent, libérez-moi. Je n’avais pas peur de ce qui allait m’arriver, mais je ne voulais pas, qu’elle garde sur la conscience, la mort d’un être innocent. Je suis sûr que c’est une bonne personne avec de bonne intention, que je pouvais encore convaincre d’arrêter là.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Man Of Steel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 75
Date d'inscription : 06/02/2017
Situation amoureuse : En couple
Pour qui j'existe : Shi Wang (grand-père) et Jeremiah Jenkins (petit ami)
Ma famille : Shi Wang (grand-père)
avatar
Rhody Wang
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Jeu 15 Juin - 0:35

Elle alla lui chercher un verre d'eau, comme promis, tout en écoutant ce qu'il disait. Non, elle n'était pas blanche comme neige, loin de là, mais sur ce point, l'avis du journaliste lui importait peu. Elle le fit boire alors qu'il était encore attaché, sûrement qu'elle hésitait encore. Elle tint le verre d'eau vide dans ses mains, recula et le regarda.

-Grand-père disait toujours qu'il faut rendre utile les gens. Les tueurs d'enfants ne sont pas utiles à la société. Alors je les rends utiles, d'une autre manière. Je sais que la loi préfère les mettre sous les verrous ou chez les fous, certains sont sûrement de gentilles personnes lorsqu'ils ne tuent pas d'enfants; mais j'en doute. Avez-vous déjà vu des cadavres d'enfants ? Moi oui. J'étais institutrice. Un jour, un fou est venu et en à massacrer plusieurs avant que les autorités aient pu intervenir, quant à moi je n'ai pu mettre à l'abri que quelques uns. Elle se mit à sourire. Mon grand-père m'a aidé à le rendre utile.

Elle posa le verre d'eau sur la table et commença à le détacher.

-Vous pourriez tout dire aux autorités, je ne vous rattraperai pas; vous êtes trop innocent pour mourir maintenant. Si vous cherchez à faire tomber de vrais criminels, je pourrai peut-être vous aider.

Elle lui donna le nom d'un homme politique.

-Je ne peux pas m'attaquer à lui directement, il est trop protégé...de près...je crois que l'on dit ainsi dans votre langue. Mais un journaliste, un vrai, ça cherche à faire éclater la vérité et la justice n'est-ce pas ? J'ai des preuves sur lui. Détournement de mineurs et possession de pornographie infantile. Cela vous intéresse monsieur le journaliste ?

Elle finit de le détacher. Clark Kent avait bien une chose à comprendre sur la jeune femme: elle était elle-même folle, quoiqu'elle pouvait encore être raisonnée et soignée. Elle était apparemment sous la coupe de son grand-père, quelques recherches simples à effectuer permettraient de savoir qu'elle avait été élevée par cet homme et qu'il est donc normal qu'elle lui soit complètement obéissante, surtout au vu de sa propre culture. Maintenant, il allait falloir la convaincre sans la brusquer.

-J'ai l'antidote du Lotus Noir mais il est amer et vous risqueriez d'être malade quelques temps, il va falloir attendre un peu que les effets se dissipent. Avez-vous encore faim ? Il reste du dessert.

C'était fou à quel point elle pouvait passer de froide tueuse sans émotion, à folle dérangée souriant nerveusement et finir par avoir le comportement d'une jeune mère attentionnée et amicale envers quiconque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 324
Date d'inscription : 10/05/2016
Situation amoureuse : très compliquée
Pour qui j'existe : Loïs Lane
Ma famille : Les Kent mes parents adoptif,kara Danvers et Jor-El, Lara-EL mes parents biologique.
avatar
Clark Kent
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Jeu 15 Juin - 11:52
















 ❝ L'heure du thé❞
Une petite citation ~




Je pouvais sentir le liquide frais, qui désaltérait ma gorge. Je gardais dans l’espoir qu’elle puisse atténuer les effets de la kryptonite, de telle sorte, que mon corps puisse s’en débarrasser le plus rapidement possible. Je gardais l’espoir que je puisse retrouver toutes mes facultés avant qu’elle puisse dépasser la ligne rouge. Mais il me fallait être réaliste, cela risquerait de prendre quelques heures. Heureusement, que la quantité de kryptonite qui était contenu dans le sachet de thé, n’était pas en grande quantité, sinon j’aurai fini par mourir d’étouffement. Elle ne m’avait pas détaché et avait pris la résolution de me faire boire. Je ne pense pas également, que j’allais me laisser attacher si j’avais était maître de mes mouvements.

Ce qu’elle me raconta sur son grand-père et pourquoi elle le faisait, je trouvais cela un peu absurde. Bien qu’elle avait ses raisons personnelles, je ne pouvais cautionner tout ce qu’elle racontait. Il y avait d’autre moyen pour faire payer ces tueurs d’enfant. Pourquoi en tant qu’honnête citoyenne, elle ne prendrait pas contact avec la police tout serai plus simple. Je sais qu’elle a dû traverser des moments difficiles, lorsqu’elle a vue ses cadavres. Je ne refuse pas que j’aurai été en colère, mais pas au point de tuer. J’étais encore un peu trop sonné pour lui répondre à chaque fois, mais pas assez pour écouter ce qu’elle avait à me dire. Je suis sûr qu’elle pouvait encore rattraper ses erreurs en se livrant à la police, elle pourrait changer les choses en aillant une meilleure conscience.

Curieusement, elle commençait à me détacher de mes entraves. Mais je n’avais toujours pas récupéré toutes facultés motrices ni même kryptonienne. Elle voulait faire régner la justice à sa manière, je n’en disconviens pas, mais il avait des méthodes plus orthodoxes que celle qu’elle utilisait. Tante Rhody, me passa le nom d’une personnalité politique. Elle ne pouvait l’atteindre, mais été persuadé qu’avec mon statut de journaliste, j’arriverai à le faire. Elle oubliait que je n’étais qu’un simple stagiaire et qu’il me sera très difficile de m’en approcher.

-Je ferais mon possible pour arrêter ces agissements et le remettre entre les mains de la justice.

Je ne pouvais peut-être pas l’atteindre, mais maman, elle le pouvait. En tant que sénatrice à Washington, elle avait beaucoup de contact et je suis sûr qu’elle connaissait cet homme. Bon tante Rhody me fournira les preuves dont j’aurai besoin, mais j’en doute que cela suffira avec les relations qu’il doit en avoir. C’est pour cette raison que je devais faire intervenir ma mère dans cette histoire. Je pus tant bien que mal à me relever. Je m’appuyai sur son épaule pour garder l’équilibre.

-Non merci, je n’ai pas faim. J’ignore ce que vous entendez par rendre ces criminels utiles à la société. Je peux vous promettre, que je ferais tout mon possible pour arrêter ces criminels. Mais je vous en prie, il faut vous rendre à la police.

Avec l’aide de la tour de contrôle, je serai en mesure de savoir tout ce qu’il fallait pour mettre ces criminels derrière les barreaux. Je ne pouvais pas non plus laisser ces personnes faire du mal à des enfants impunément. Si on s’était rencontré dans des meilleures circonstances ont auraient pu unir nos forces, mais je ne pouvais fermer les yeux sur ce qu’elle avait fait.

-Ne torturez par votre conscience encore longtemps. Il y a d’autre moyen pour faire justice, que de tuer. Je sais que vous pensez bien faire, mais cela ne fera que vous détruire de l’intérieur croyez-moi.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Man Of Steel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 75
Date d'inscription : 06/02/2017
Situation amoureuse : En couple
Pour qui j'existe : Shi Wang (grand-père) et Jeremiah Jenkins (petit ami)
Ma famille : Shi Wang (grand-père)
avatar
Rhody Wang
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Jeu 15 Juin - 16:23

Tante Rhody aida le jeune homme à remonter les escaliers et l'installa dans le canapé du salon. Malgré ce qu'il disait, Tante Rhody n'en ferait rien pour l'heure. Elle calla le corps encore quelque peu apathique dans les coussins moelleux et alla lui chercher du jus de pommes frais - et fait maison ! - dans le réfrigérateur.

-Vitamines; le Lotus Noir passera plus vite.

De toute évidence, ni lui ni elle n'avait la même vision et ils ne vivaient pas dans le même monde. Il semblait être un idéaliste quelque peu naïf tandis qu'elle baignait dans la criminalité et la folie; leurs méthodes n'étaient assurément pas les mêmes.

-Ma conscience fonctionne très bien, monsieur... elle venait de s'apercevoir que depuis le début, elle ne connaissait pas même son nom. J'ai oublié de vous demander votre nom...

Elle lui tendit le verre de jus de pommes de la manière que ferait une mère avec son enfant.

-La justice, comme les autorités ici...aussi efficaces que dans mon pays.

Ce qui sous-entendait la corruption de la justice et des forces de l'ordre; une chose que n'importe qui de sensé ne pouvait nier en observant bien la ville qu'est Gotham. C'est pourquoi elles s'entendaient mieux avec l'underground qu'avec la haute bien qu'elle savait jouer sur les deux tableaux. Son passif familial lui avait appris certaines choses.

-Je n'irai pas me rendre à la police. Elle prit une mine inquiète. Et qui s'occuperait des enfants du quartier lorsque leurs parents ne peuvent pas s'en charger ?

Il était désormais dix-neuf heures quarante-cinq. L'heure du thé était largement dépassée.

Quelqu'un sonna à la porte. Elle ne sursauta pas mais eut un regard surpris; qui pouvait bien sonner à cette heure-ci chez elle ? Elle attendit quelques minutes, hésitant à se diriger vers la porte; elle fixait toujours le journaliste. Soudainement, ce furent des coups qui résonnèrent. Huit coups. A un rythme particulier sur la porte. Elle se figea et détourna le regard. Le jeune homme pouvait voir les yeux de Tante Rhody se diriger tantôt vers la porte tantôt vers la cuisine, à l'endroit où les couteaux étaient entreposés soigneusement dans un range-couteaux décoré avec des motifs de fleurs colorées, sûrement fait par un enfant. Mécaniquement, elle s'écarta du journaliste et se dirigea vers le range-couteaux mais hésita à en prendre un, elle opta pour un tire-bouchon qu'elle dissimula dans sa manche et alla ouvrir. L'interlocuteur de la baby-sitter était invisible aux yeux du journaliste pour l'instant, ils parlèrent. Elle avait l'air inquiète. Leur conversation était dans un dialecte chinois particulier. Plusieurs fois elle regarda dans la direction du jeune homme comme si elle ne savait pas quoi faire dans l'immédiat, comme si elle lui disait de ne surtout pas bouger. Soudainement, elle se couvrit le visage d'une main tandis que des bruits de pas précipités indiquaient que l'interlocuteur courrait dans la direction inverse; le bruit d'une voiture démarrant très vite se fit entendre tandis que Tante Rhody s'était réfugiée à l'intérieur. Elle n'était pas blessée mais du sang recouvrait une partie de son visage, de sa main qui l'avait protégée et le haut de son vêtement.
Elle jura en chinois et laissa tomber le tire-bouchon.


-Enfoiré de Taniguchi... parvint-elle seulement à articuler correctement, comme si elle était choquée par ce qu'elle venait de subir.

Les Taniguchi, famille mafieuse qui résidait normalement au Japon après avoir écrasé ses rivaux que furent les Akumu, sans savoir que la famille se reconstruisait peu à peu; mais cela est une autre histoire.
Rien qu'au nom, Taniguchi, cela était inévitablement japonais; il était facile de comprendre que les japonais et les chinois s'entendaient difficilement. Cependant, un lien était facile à faire pour le jeune homme lorsqu'il comprendrait ce qu'était un Taniguchi, si un membre d'une telle famille venait harceler Tante Rhody jusque chez elle, il était aisé de deviner qu'elle avait des liens avec les Triades.
Du sang avait été aspergée sur elle. Cela ne voulait dire qu'une chose. Ils la maudissaient. Elle allait bientôt mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 324
Date d'inscription : 10/05/2016
Situation amoureuse : très compliquée
Pour qui j'existe : Loïs Lane
Ma famille : Les Kent mes parents adoptif,kara Danvers et Jor-El, Lara-EL mes parents biologique.
avatar
Clark Kent
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Jeu 15 Juin - 23:05
















 ❝ L'heure du thé❞
Une petite citation ~




Je n’étais plus maître de mon corps. Enfin cela serait un peu trop exagéré, j’étais toujours maître de mon corps, mais il était difficile pour moi d’effectuer de grands mouvements. J’avais toujours l’usage de mes jambes, mais difficile pour moi de tenir debout, car j’avais tendance à perdre l’équilibre. Voilà pourquoi, Tante Rhody m’aidait à monter les marches. Je me tenais fermement sur son épaule. Vu comme cela, on pourrait trouver cela un peu bizarre. J’étais venu l’arrêter, mais la voilà qui essaye de m’aider à marcher. En plus de cela, si je suis dans cet état, c’est en partit sa faute. Je ne vous raconte pas le jus de bruit qu’elle me proposa pour facilement digérer ce fameux Lotus noir. Ce geste montre à quel point, elle se trouvait du mauvais côté de la barrière. Si je pouvais l’aider à changer de voix pourquoi pas, mais il fallait tout de même qu’elle arrête ces meurtres.

Je saisis le verre qu’elle me tend. J’avais retrouvé l’usage de mes mains et je pouvais boire tout seul. Je pouvais encore sortir la pression des entraves sur mes poignets. Je le sentais, cela voulait dire que mes pouvoirs n’étaient toujours pas revenus. Qu’à cela ne tienne, je ne pense pas, qu’elle me voulait du mal en tout cas pas dans l’immédiat. Elle avait eu plusieurs occasions de le faire, donc pour l’instant, je ne craignais rien. Tante Rhody me demanda mon nom. J’écarquillais les sourcils, puis je me rendis compte que j’avais également retrouvé l’usage de mes expressions faciales. Comment pouvait-elle ignorer mon nom, alors que je lui avais tendis ma carte de presse, qu'à cela ne tienne, j’arrangeais un peu mes fausses lunettes, qui débordais un peu de mon nez.

-Clark Kent.

Elle ne voulait pas se rendre et cela me rendait triste. Pourtant, il faudra tôt ou tard qu’elle puisse répondre de ses actes et je ne voudrais pas lui contraindre. Tante Rhody était suffisamment intelligente, pour comprendre qu’elle ne pouvait pas toujours continuer ainsi. Même si elle n’avait pas suffisamment confiance aux forces de l’ordre, elle pourrait au moins essayer d’arrêter ce massacre. Sinon, elle ne fallait pas mieux que ces tueurs d’enfants.

-Je connais une personne de confiance au GCPD, il peut nous aider.

James Gordon était l’homme idéal, incorruptible et prêt à tout pour nettoyer les rues de cette ville. Je le voyais bien comprendre l’histoire de Tante Rhody et mettre tous ces criminels derrière les barreaux. Soudain, en sonnait à la porte qui cela pouvait bien être à cette heure-là . En parlant de l’heure, Lois risquerait de s’inquiéter. Elle me regarda, comme si j’avais pu contacter une personne. La personne devenait insistante et frappait des coups sur la porte. Tante Rhody ne semblait pas paniquer, mais elle semblait plutôt penser à quelque chose. J’espère pour elle, qu’elle ne cherchait pas encore à faire du mal. Malheureusement, mes craintes étaient fondées.

-Ne faites pas ça, vous pouvez encore changer les choses.

Elle ne prit pas le couteau et alla ouvrir la porte. Difficile pour moi de voir avec qui elle s’adressait. Dommage que je n’avais toujours pas récupéré mes pouvoirs. Ce dernier, s’adressait à elle en chinois. Tante Rhody n’arrêtait pas de regarder dans ma direction. De toute façon dans l’état actuel, il m’était difficile de me déplacer. J’ignore ce que son interlocuteur lui avait fait, mais elle semblait blessée. Je pouvais voir du sang coulé sur sa main.

-Qu’est-ce qui s’est passé ?

J’avais effectué un dernier effort pour venir vers elle et constaté ce qui n’allait pas. Du sang recouvrait une partie de son visage, mais je ne voyais aucune coupure. Ce qui voulait dire qu’il ne s’agissait pas de sang, mais d’un avertissement.

-Les Taniguchi !!! Cela sentait la triade. Que veulent-ils, j’ai du mal à comprendre ? Elle devait me donner plus d’explication, j’avais du mal à comprendre dans quelle situation une simple femme au foyer, bon okay une criminelle voulant faire régner la justice, pouvait baigner dans des affaires de triade. Le seul moyen d’en finir avec toute cette histoire, c’est que nous devons nous rendre à la police.



© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Man Of Steel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 75
Date d'inscription : 06/02/2017
Situation amoureuse : En couple
Pour qui j'existe : Shi Wang (grand-père) et Jeremiah Jenkins (petit ami)
Ma famille : Shi Wang (grand-père)
avatar
Rhody Wang
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Lun 19 Juin - 18:53

Encore choquée par ce qu'il venait de se passer, Tante Rhody se contenta de se relever, les yeux légèrement exorbités. Elle faillit choir sur le sol mais se rattrapa au dernier moment au mur, non sans s'être peut-être fait mal momentanément à la cheville gauche.
Elle ne répondit pas tout de suite et referma la porte pour se diriger vers la salle de bains laissant le jeune homme la suivre ou non puisqu'elle ne referma même pas la porte. Elle avait du sang qui avait coulé dans un œil et cela la piquait. Elle se regarda quelques instants, un œil fermé, dans le miroir, puis elle commença à se nettoyer méthodiquement le visage avec un linge propre. Cela ne prit finalement que peu de temps.

Elle s'en retourna dans la cuisine et se servit un grand verre de lait de riz qu'elle but d'une traite. Que ferait son grand-père à ce moment précis ? Il irait voir ses alliés les plus proches et les mieux placés pour régler ce genre de problèmes. Donc elle devrait aller voir non pas les flics mais ses amis des Triades; si on pouvait appeler cela des amis. Potentiellement le Pingouin bien qu'elle avait des doutes sur le fait qu'il pouvait régler ce type d'affaire. Ce n'était pas vraiment une histoire de familles rivales c'était bien plus compliqué que cela.
Elle finit par ranger la brique de lait de riz et de rincer son verre avant de se tourner vers le journaliste; son visage était redevenu lisse, impassible, froid, si bien qu'une statue de pierre exprimerait bien plus d'émotions qu'elle.


-Vous ne savez pas qui sont les Taniguchi n'est-ce pas ? La police ne peut pas grand chose contre eux, ce qu'il faudrait c'est le retour de leurs plus vieux ennemis mais ils ont été tués. Maintenant ils vont s'en prendre à leurs alliés et mon grand-père en fait parti, donc moi aussi. Elle se mit à sourire. Si je me rends à la police, qui protégera les enfants du quartier ? J'ai encore des enfants à garder et je compte bien tenir mes engagements auprès de leurs parents. Elle se tourna vers un agenda sur le comptoir et l'ouvrit; demain elle garderait Rosie. Cette même Rosie qui serait tuée et qu'elle vengera, le tueur sera enterré dans le cimetière où vit Samedi. Avez-vous de la famille ou quelqu'un qui vous attend ? Vous devriez aller les rejoindre vu l'heure qu'il est. Ils vont finir par s'inquiéter et je sais à quel point s'inquiéter pour quelqu'un que l'on aime est éprouvant.

Elle lui tendit un bout de papier avec deux numéros écrits dessus.

-Si un jour vos pas vous mènent à Chinatown pour une enquête, monsieur Kent, appelez ce numéro si moi je ne suis pas joignable ou l'autre si je suis encore en liberté. Vous auriez toute l'aide nécessaire et qui n'a aucun rapport avec les Triades ou quelconque affaire de mafieux.

La jeune femme venait de lui offrir une aide non négligeable si jamais il avait un problème dans ce quartier où tout ce qui n'était pas chinois ou au moins asiatique n'était pas le bienvenu. L'autre numéro, si jamais il appelait, permettait de contacter un certain Wénshēn (qui signifie "Tatoueur" en chinois); il avait bien un vrai nom mais seules des personnes comme Tante Rhody ou son grand-père le savait, car c'était le genre d'informations tournant en cercle fermé. Quoiqu'il arrivait, ce bout de papier à deux numéros de portable était comme un gage de confiance. A lui de voir ce qu'il en ferait.

Par les paroles prononcées par la jeune femme au journaliste, il était possible qu'elle se rende tout de même à la police un jour ou l'autre, à moins qu'elle n'arrête son massacre. Quoiqu'il advienne, il était probable qu'ils se recroisent un jour en de peut-être meilleures circonstances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 324
Date d'inscription : 10/05/2016
Situation amoureuse : très compliquée
Pour qui j'existe : Loïs Lane
Ma famille : Les Kent mes parents adoptif,kara Danvers et Jor-El, Lara-EL mes parents biologique.
avatar
Clark Kent
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent] Sam 1 Juil - 20:08
















 ❝ L'heure du thé❞
Une petite citation ~




Elle ne me répondit pas, se contentant juste de rester planté sur place. Tante Rhody, manqua de peu de perdre l’équilibre, je l’aidais à se redresser. Elle avait même oublié que j’étais son prisonnier et ne faisais plus attention à mes moindres gestes. La femme qui m’avait démontré son self-control depuis le début, avait soudainement perdu tout contact avec la réalité. Elle semblait vraiment perturbée. Tout ce que je savais, sur ce qui venait de se passer, c’est que la triade était derrière le coup et on lui avait envoyé un avertissement. Tante Rhody, fit un tour dans la salle de bains pour nettoyer tout le sang qui occupait son visage. Heureusement, il ne s’agissait pas de son sang.

-Est-ce que tout va bien ?

Aucune réponse à ma question, ni même un regard. Elle se contentait juste de passer de l’eau sur son visage. J’attrapais la serviette qui était à ma portée, pour le lui donner. Continuant toujours d’être plongé dans sa bulle, elle prit une grande gorgée de lait dans la cuisine. J’avais toujours du mal à comprendre ce qu’il se passait, ni même comment avait-elle pu être perturbée à ce point. Cela n’avait aucun sens, qu’est-ce que ces bandits, leur avaient dit ou fait, pour la mettre dans un état pareil. Plongé en pleine réflexion, je ne lui dis plus aucun mot, me contentant simplement de l’observer à distance. J’arrangeais encore une fois, mais lunette qui semblait tombée sur mon nez, avant de mettre mes mains dans la poche. Je voulais bien l’aider, mais tant qu’elle n’ouvrait pas la bouche, je ne pourrais rien faire. Impossible de poursuivre ces hommes. Même si je tenais sur mes deux jambes, je n’avais pas encore retrouvé toutes mes capacités.

Elle me demandait si je connaissais les Taniguchi, je lui fis signe non de la tête. Son visage avait de nouveau changé, elle semblait peu à peu sortir de sa bulle. Je retrouvais la femme que j’étais venu stopper. Apparemment, son grand-père semblait être impliqué dans cette histoire, à croire qu’il s’agissait d’une histoire de famille. J’allais bien lui demander de contacter la police, mais d’après elle, il ne pouvait rien n’y faire et tout ce qu’il lui intéressait s’était de protéger les enfants de ce quartier. Sachant que protéger les enfants, pour elle s’était tuer des personnes. Je n’en disconviens pas que ces personnes n’étaient pas innocentes, mais je ne pouvais pas lui laisser être au-dessus des lois.

- Puis-je savoir, qui étaient les Taniguchi et ce qu’ils vous voulaient ?

Je tenais à m’en assurer, peut-être qu’en parallèle, je pouvais les pister en tant que flou. C’était également généreux de sa part, de se préoccuper de moi. C’est vrai qu’il y avait une personne qui m’attendait : Lois. Au même instant, mon téléphone qui était encore posé sur la table basse du salon sonna. Je me retournais et de là où j’étais, j’avais pu voir, qu’il s’agissait de Lois. Je n’avais pas mis son nom dans mon répertoire juste: Tornade Lane. Malgré la sonnerie, mes yeux se reposèrent sur Tante Rhody. Elle me confia un bout de papier, dans lequel y figurait deux numéros.

-Merci. Écoutez, je sais que tout ce qui se passe en ce moment, dois-vous perturbez, mais vous et moi, nous savions également que nous avions un tout autre problème. Je tenais vraiment à l’aider, mais je ne pouvais pas non plus fermer les yeux sur ces agissements. Je suis sûr que vous pensez faire cela pour la bonne cause, mais il faudrait sérieusement arrêter de tuer. Je peux vous aider à stopper ce qui vous poursuivent, mais vous devez également laisser la police faire son travail et de ne plus faire justice soit même.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia


Man Of Steel

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'heure du thé [PV: Clark Kent]

Revenir en haut Aller en bas
 

L'heure du thé [PV: Clark Kent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Smallville [Fantastique]
» Clark Kent / Superman
» Une trahison ne s'oublie pas [Clark Kent]
» Shadow preachers Feat Clark Kent
» Clark Kent "Superman"- The Superhero

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham: Rise of the Villains ::  :: Midtown :: Habitations :: Maison de Rhody Wang-