Partagez | 
 

 Cadavre exquis Feat Edward Nygma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Messages : 191
Date d'inscription : 25/02/2017
Situation amoureuse : Aucune
Pour qui j'existe : Pour mon Maître, M.Cobblepot
Ma famille : Mon Maître et ceux qui le suivent
avatar
Albane Corneille
MessageSujet: Cadavre exquis Feat Edward Nygma Lun 20 Mar - 20:48


 
Cadavre exquis

  Feat Edward Nygma

 
La nuit tombait sur Gotham, la lumière de l'astre diurne laissant place à celle des néons et des lampadaires de la ville. Il faisait doux bien que le temps était humide, ce qui donnait une sensation peu agréable de moiteur. Je portais un regard sur ma montre afin d'être sûre d'arriver à l'heure à mon petit rendez-vous. Il était 18h39 et je devais presser le pas. Toute de noire vêtue, portant mon grand manteau aux allures de cape et une mallette à la main, je devais avoir l'air de l'épouse du comte Dracula. Mes grandes bottes à semelles crantées claquaient à un rythme régulier sur le trottoir mouillé. J'arrivais finalement devant le département de police de Gotham, majestueux bâtiment vieux de pus de 100 ans. J'entrais d'un pas assuré, saluant d'un léger sourire les individus que je croisais, ne laissant rien paraître de mon réel but. Cet endroit était le nid de la flicaille de Gotham, pourtant je ne ressentais aucune anxiété. J'étais passée maître dans l'art de m'infiltrer, ainsi personne ici ne pouvait deviner ma nature criminelle, à moins d'être particulièrement perspicace et un poil médium. D'ailleurs, en parlant d'homme perspicace, c'était avec ce cher M. Nygma que j'avais rendez-vous. Un homme très étrange dont les pensées volatiles étaient toujours assez tordues. Je me glissais sans un bruit dans le couloir qui menait à la salle d'autopsie. La porte était fermée et la vitre opaque m'empêchait de voir qui se trouvait à l'intérieur, mais je savais que j'y trouverais mon homme. Sa présence était perceptible d'ici. Je pris la poignée ronde en main et entrai dans la pièce aussi lugubre qu’aseptisée. Je refermai bien derrière moi avant de me tourner vers l'horloge mural qui indiquait 18H47. J'étais en retard de 2 minutes et je ne pus réprimer un petit rictus d'agacement. Je détestais être en retard, ça ne faisait pas "pro". Mon regard bleu pâle se posa sur l'individu qui se tenait devant moi. Il était bien plus grand que moi, cheveux marrons, lunettes rectangulaire et dans la tenue du parfait croquemort. Un petit sourire apparue sur son visage et je le lui rendis.

"Bien le bonsoir, M. Nygma, fis-je avec la plus grande des politesses, Merci d'avoir accepté de me recevoir. Je suis vraiment... heureuse de vous voir."

J'avais hésité lors de ma dernière phrase et je craignais que ce cher Nygma ne s'en rende compte. En vérité, j'aimais assez bien cet homme mais il y avait un "hic": il était très proche de mon Maître. Ce fait en soit ne me gênait absolument pas, car tout les amis de Maître Cobblepot sont les miens. Non... ce qui me dérangeait chez lui c'était sa trop grande proximité et cette impression qu'il cachait toujours quelque chose. Il m'agaçait un peu, sûrement parce qu'il blessait mon amour-propre, moi qui était si fière de pouvoir cerner n'importe qui... sauf lui. Il restait un mystère entier à mes yeux, une question sans réponse, un esprit insondable.

"Comme je vous l'ai dit lors de notre dernier échange, je viens pour chercher quelque chose, continuais-je, Et cette chose se trouve dans cette pièce. En tout honnêteté, je viens pour un cadavre. Un cadavre spécial..."

Je balayais la salle du regard et mon attention fut retint par une table métallique sur laquelle se trouvait de multiples objets contondants d'un brillant magnifique. Je m'avançai afin de me saisir d'un petit scalpel. Je me retournai vers mon interlocuteur.

"Le cadavre en question est de sexe porte des marques de brulure en forme de crois à l'arrière du crâne et sur la poitrine. Cause du décès: étouffement par coagulation du sang dans la trachée. Je le sais parce que c'est moi qui l'ai tué."

Je lui lançais un petit regard amusé et décidai de tester le tranchant de la lame que je tenais toujours en main. D'un geste lent, je me coupai ma paume gauche et pu constater que rien n'était à redire: ce scalpel était d'un tranchant remarquable...


 
Code by Joy


Les hommes sont si nécessairement fous que ce serait être fou par un autre tour de folie de n’être pas fou. Qui voudrait ne suivre que la raison serait fou prouvé, au jugement du commun des hommes.
   


Dernière édition par Albane Corneille le Lun 3 Avr - 19:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 227
Date d'inscription : 27/03/2016
Situation amoureuse : Très compliqué.
Pour qui j'existe : Mr. Pingu ♥
avatar
Edward Nygma
MessageSujet: Re: Cadavre exquis Feat Edward Nygma Jeu 30 Mar - 5:49

Cadavre exquis
La Corneille & L'Homme Mystère
Albane Corneille & Edward Nygma

Un silence des plus apaisant régnait dans la salle d'autopsie. Seul les sautillements de l'aiguille des secondes appartenant à l'horloge au dessus de ma tête se fait entendre, ainsi que les frottements du stylo sur le compte rendu que je corrige. Toutes ces infimes sensations, cette pièce et ces cadavres, sont bien les seules choses qui me manquent ici. Le visage et le regard sévèrement froncé, c'est avec une minutie sans pareille, que je m'amuse à relire tous les derniers comptes rendus fait par les médecins légistes. Plus particulièrement, celui qui est censé me remplacer. Des amateurs... Des imbéciles. A ce que je vois, absolument aucun, ne m'arrive à la cheville. Il n'y avait que moi, pour rendre un travail impeccable et sans la moindre bavure. Je n'ai même pas pu m'empêcher de stériliser une seconde fois tous les instruments de cette pièce, tellement leur dernière désinfection fut bâclée. Pas étonnant qu'ils pataugent de plus en plus dans ce commissariat. Tout n'est pas qu'à cause de James Gordon. Bien que ma présence ici, n'est pas totalement professionnel, pour ce coup-ci. Ne tenant pas vraiment en place, disons que je faisais tout ça le temps d'attendre l'arrivée de mon rendez-vous. Un rendez-vous assez... spécial. A plusieurs reprises, je jette quelques coups d’œil en direction de l'horloge. Plus particulièrement lorsque l'aiguille des minutes bascula sur quarante-six.

- « Hum... En retard. » 

J'avais une sainte horreur des gens en retard et j'étais monté comme une véritable horloge. Lentement, je redresse mes lunettes sur le sommet de mon nez, et referme le dossier que je viens tout juste de recorriger entièrement. Au même moment, j'entends la porte s'ouvrir et se refermer derrière moi. Je ne prends pas immédiatement la peine de me retourner, rangeant d'abord avec soin le dossier bien à sa place. Une fois cela fait, je pose mon regard hautain et énigmatique sur la jeune femme : Albane Corneille. C'est bien la première fois que nous nous retrouvons face à face, juste elle et moi. D'habitude elle, étant bien plus proche d'Oswald. Je la scrute un instant, avant de daigner lui offrir enfin un petit sourire. Plus par politesse qu'autre chose. N'ayant pas encore d'avis particulier sur sa personne. Hormis le fait, qu'elle me fait suffisamment bonne impression pour que je ne lui tienne pas rigueur de ses deux minutes de retard. Elle n'a pas l'air stupide, ni du genre à vouloir me faire perdre mon temps.

- « Le plaisir est partagé, Mlle Corneille. »

Comme souvent, il est fort difficile de me décrypter. Malgré mon sourire, le reste de mon visage reste comme... impassible. Je ne voulais surtout pas l'interrompre dans son élan, histoire d'en venir assez rapidement aux faits. Croisant les mains devant moi, me tenant bien droit, je commence donc à l'écouter très attentivement. La laissant librement observer la pièce et se déplacer comme elle le désir. Du moment qu'elle ne taquine mon côté maniaque en déplaçant ou touchant des choses. A sa demande, j'arque légèrement un sourcil, mais n'en suis pas plus surpris. Si nous nous sommes donné rendez-vous dans une salle d'autopsie, ce n'est pas uniquement pour faire jolie. Et puis enfin, elle m'annonça le profil du cadavre. En une fraction de seconde, je devinais déjà du quel elle voulait parler. Cette fois, c'est tout naturellement que je répondis à son regard amusé, de la même manière. Elle savait au moins comment faire pour me mettre à l'aise et attiser ma sympathie. Si innocente en apparence et pourtant si dangereuse... Cela nous ferait déjà un petit point commun.

- « Un meurtre remarquable. Bien qu'il serait mort d'une tumeur cérébrale foudroyante quelques jours ou semaines plus tard, si vous ne l'aviez pas achevé avant. »

Un petit sourire malicieux étira délicatement mes lèvres, tandis que je me dirige vers le tiroir menant au cadavre en question. Je ne pouvais pas m'empêcher de vouloir avoir le dernier mot, bien que là, c'était plus joueur que malveillant envers elle.

- « Astucieux. Il n'y a pas meilleure cachette que l'intérieur d'un cadavre. Sauf si c'est moi le médecin légiste... »

Je ricane légèrement, avant de reprendre très rapidement mon sérieux. Bien évidemment, je n'ai pas trifouillé tout le cadavre, me doutant que cela ne me concernait pas et respectant les secrets de certains. Surtout les siens.

- « Rassurez vous, je n'ai touché à rien. Je m'en suis juste fait une opinion personnelle, à la vue des marques en forme de croix qui m'ont fait penser à celles généralement observables sur les cartes aux trésors. »

D'un geste, je tire le tiroir en question et invite Albane à venir se positionner de l'autre côté. Je retire le drap blanc recouvrant tout le haut du corps, puis observe attentivement la demoiselle et ses réactions.  


Made by Neon Demon



? L'HOMME MYSTERE - THE RIDDLER ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 191
Date d'inscription : 25/02/2017
Situation amoureuse : Aucune
Pour qui j'existe : Pour mon Maître, M.Cobblepot
Ma famille : Mon Maître et ceux qui le suivent
avatar
Albane Corneille
MessageSujet: Re: Cadavre exquis Feat Edward Nygma Lun 3 Avr - 20:12


 
Cadavre exquis

 Feat Edward Nygma


Je commençai à prendre un peu d'assurance dans cette salle macabre que j'appréciais malgré sa sobriété, ne craignant plus l'arrivée fortuite d'un agent au vu de l'heure assez avancée. Plus personne ne risquait d'entrer dans cette pièce. J'adressai un remerciement à M. Nygma lorsqu'il complimenta mon meurtre. Je restais tout de même sur mes gardes, essayant toujours de sonder ses pensées véritables. Toujours le scalpel dans une main, je le suivis jusqu'au tiroir qui contenait mon précieux cadavre et je me plaçai en face de mon énigmatique interlocuteur. Et là, pâle comme la Mort, allongé sur la plaque de métal, je le vis enfin! L'homme que j'avais assassiné pas plus tard qu'hier n'avait en effet pas été touché par le médecin légiste, ni par Nygma. Je poussai un soupir de soulagement incontrôlé.

"Vous ne savez pas à quel point cela me fais plaisir de le voir, M. Nygma, fis-je d'un ton faussement détaché, Et vous n'avez aucune idée du prix de ce cadavre. J'ai eu quelques... complications depuis que je lui ai ôté la vie, et j'ai craint de ne l'avoir perdu, ce qui aurait eu de terribles conséquences. Je vous dois donc une fière chandelle!"

L'homme que j'avais éliminé était une mule au service de mon Maître, transportant plusieurs centaines de dollars de drogue en poudre dans son système digestif. Malheureusement, il avait fallu qu'il ai les yeux plus gros que le ventre... Il s'était enfui afin de garder la poudre pour lui. J'avais alors été envoyé par Maître Cobblepot afin de le retrouver et de le tuer, de récupérer la drogue et les informations qu'il avait en sa possession. J'avais accompli avec succès la première partie de ma mission, mais la seconde n'avait pas pu être menée à bien, tout ça cause d'un gardien des docks. Je m'étais cachée juste à temps mais le cadavre avait été découvert par le garien et embarqué par la flicaille. Toutes ces complications m'avaient amené ici, en plein milieu du commissariat central de Gotham City en compagnie de ce cher Edward Nygma. Je n'avais rien dit à mon Maître, de peur qu'un châtiment ne s’abatte sur moi. Il comptait sur moi, je ne devais pas le décevoir.
Du scalpel, je désignais le ventre du mort.

"Il y a dans son abdomen un chapelet d'environ 40 petits sacs de drogue pure. C'est Maître Cobblepot qui m'a chargé de le lui ramener. Il va donc falloir l'extirper du ventre de ce sale traître..."

Je tapotai du bout de l'instrument tranchant le torse du macchabée, puis, de mes doigts blancs albâtres, je commençai à caresser son crâne nu avec l'affection d'une mère. Je gardais toujours un lien très spécial avec les gens qui s'étaient fait abattre de ma main. Il avait été un homme assez charmant, je devais l'admettre, mais sa hardiesse et sa lâche traitrise l'avait mené dans ce tiroir réfrigérant... Quelle ironie. Je retirai ma main et détachai mon regard du corps sans vie.

"Ah! fis-je dans un éclair de mémoire, Il faudrait une lampe à lumière noire! En avez-vous ramené comme je vous l'avez demandé? Je crains que nous en aillons grand besoin pour récupérer quelques informations se trouvant sur ce cher monsieur."

Je parlais toujours avec la plus profonde des politesses, mais je restais légèrement froide dans le ton que j'employais. Bien que ma méfiance n'était gère à son maximum, je gardais tout de même un œil attentif sur Nygma. D'aucuns auraient dis que j'avais un penchant paranoïaque, et cela avait probablement un fond de vérité. Mais dans mon monde, il valait toujours être plus prudent que nécessaire.

Code by Joy


Les hommes sont si nécessairement fous que ce serait être fou par un autre tour de folie de n’être pas fou. Qui voudrait ne suivre que la raison serait fou prouvé, au jugement du commun des hommes.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 227
Date d'inscription : 27/03/2016
Situation amoureuse : Très compliqué.
Pour qui j'existe : Mr. Pingu ♥
avatar
Edward Nygma
MessageSujet: Re: Cadavre exquis Feat Edward Nygma Sam 22 Avr - 3:46

Cadavre exquis
La Corneille & L'Homme Mystère
Albane Corneille & Edward Nygma

Malgré son air détaché et froid, je n'ai aucun mal à percevoir son enthousiasme à la vue de "son" cadavre. Je connais cette expression, ressentant exactement la même chose dans ce genre de situation. Ce petit quelque chose, que les individus "sains d'esprit" ne possèdent pas et ne peuvent pas comprendre. Je jongle alors mon regard entre le macchabée et elle, qui me dit de son propre chef, me devoir une fière chandelle. Ma foi, pourquoi pas. Je serai bien bête de refuser un service de sa part, si besoin est. Bien qu'elle semble avoir manqué de perfectionnisme pour le coup, elle n'a pas l'air d'être une amatrice et attise la confiance. Oswald a beau ne pas toujours avoir l’œil pour juger les gens, elle, semble bien plus potable et compétente que ses autres larbins. Après, peut-être que je me trompe. Mais généralement, mon instinct ne se trompe jamais quand il s'agit des autres. J'acquiesce donc simplement à ses dires, la laissant tranquillement examiner son cadavre. Comme un chef de cuisine le ferait pour un plat. Ce genre d'instant, méritant d'être... savouré comme il se doit. C'est ensuite, qu'elle me confie enfin ce qu'il contient. A cet instant, mon sourire disparaît et j'hausse légèrement les sourcils avant qu'un air grave ne vienne figé l'ensemble de mon visage. Étrangement, je n'ai pas été tenu informé de cette affaire par Oswald. Ce qui me déplais un peu. Mais surtout, je prends conscience que ses erreurs auraient pu causer encore bien des soucis à Oswald. Alors certes, les erreurs, ça arrivent. Cependant, je reste particulièrement intransigeant quand il s'agit des affaires de ce cher Mr Pingouin. D'une part, mon côté très professionnel et de l'autre, certainement la part bien refoulé des mes sentiments à son égard.

- « J'ose espérer que vous veillerez à faire bien plus attention, la prochaine fois. Enfin, s'il y en aura une, bien évidemment. Je suppose qu'on peut rajouter une "chandelle" supplémentaire, à celle que vous me devez déjà. »  

Lançais-je, l'air de rien. Avant qu'un petit sourire malicieux vint s'ajouter à mon regard de fouine sournoise. Elle comprendrait non sans mal où je veux en venir... Oswald ne doit pas être au courant de son erreur et il vaudrait mieux pour elle que j'en garde donc le secret. Autant que ça m'apporte quelque chose. En espérant pour elle, qu'il ne vienne pas me poser la moindre question à ce sujet. Car il est hors de question pour moi, de lui mentir. Bref, il n'y avait absolument rien de personnel là-dedans. Juste un désir de protection envers mon alcidé boiteux.

Toujours aussi attentivement, je la regarde approcher la lame du corps d'une main, tandis que l'autre caressait son crâne d'une manière presque affective. Tiens donc... Peut-être que j'ai finalement trouvé bien pire que moi dans ce domaine. Pour autant, je la laisse et regarde faire. Puis, elle me rappelle une chose, que je m'empresse d'aller chercher dans un des placards de la pièce : une lampe à lumière noire.

- « Nous sommes dans une salle d'autopsie de la GCPD. Heureusement qu'ils en possèdent... »

Je reviens tranquillement face à elle, après avoir éteint les principales lumières de la pièce pour utiliser la lampe noire que je donne à Albane. Afin de la laisser faire ce qu'elle a à faire. Un temps suffisant, pour que je me plonge à nouveau dans mes songes intellectuels que je ne peux rarement m'empêcher d'exprimer à voix haute.

- « Saviez vous que ce genre de lumière est aussi utilisé dans les arts plastiques ? Il paraît qu'un certain Lucio Fontana, a utilisé la lumière noire en 1949, dans une de ses œuvres exposé aujourd'hui à Milan. Il s'agirait d'ailleurs, de la première œuvre présentant un milieu spatial plongé dans l'obscurité. Plutôt fascinant... Quand on sait qu'à cette époque, il devait être difficile de mettre la main sur des lampes à vapeur de mercure, constitué de verre de Wood. »

Doucement, comme éjecté de ma petite bulle, je repose mon regard sombre et énigmatique sur elle. Ne me souciant pas un seul instant, que je suis puisse l'ennuyer. Espérant surtout qu'elle fasse du travail bien propre.

- « Je sais que c'est votre cadavre, mais je peux l'ouvrir pour vous, si vous le désirez ? »


Made by Neon Demon



? L'HOMME MYSTERE - THE RIDDLER ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 191
Date d'inscription : 25/02/2017
Situation amoureuse : Aucune
Pour qui j'existe : Pour mon Maître, M.Cobblepot
Ma famille : Mon Maître et ceux qui le suivent
avatar
Albane Corneille
MessageSujet: Re: Cadavre exquis Feat Edward Nygma Jeu 27 Avr - 17:36



Cadavre exquis

Feat Edward Nygma


Pour la première fois depuis que je le connaissais, je dus admettre de Monsieur Nygma avait raison en tout point. Lorsque je lui avais annoncé le pourquoi du comment se cadavre était arrivé ici et la raison de sa valeur, il s'était figé et je sus ce qu'il devait penser de moi. Si ce corps avait été autopsié avant mon passage, ça n'était pas que moi que je mettais en péril mais aussi mon Maître. Rien que de penser pouvoir être la cause de souffrances pour Lui me donnait la nausée. Moi qui était prête à tout pour Le servir, qu'avais-je fait? Je n'étais plus digne de le servir... Mais l'avais-je été un jour? Je baissai la tête face à ce si mystérieux homme, essayant tant bien que mal de cacher se que je ressentais. Je ne devais pas lui montrer ma faiblesse. J'acquiesçais de la tête. A présent je lui devais deux grands services, et je serai prête à m'y plier lorsque le moment sera venu. Je priai intérieurement pour que jamais Maître Cobblepot n'apprenne la mésaventure de ce cadavre. Pour le moment, je devais me concentrer sur ce corps livide et réparer au mieux mon erreur.
Lorsque Monsieur Nygma revint avec la lampe, il me la donna afin que je puisse commencer ma tache. Avec une grande délicatesse, j'enlevai complètement le drap couvrant le cadavre, puis le mis sur le ventre avec une  douceur extrême. J'allumais alors la lampe et la plaçais en direction de son dos. Bingo! Un léger sourire éclaira mon visage. D'étranges dessins  commençaient à apparaitre sur la chair morte, mis en évidence grâce à la lumière noire. Tout ces signes étaient en vérité un code fréquemment utilisé dans le domaine de la drogue, de façon à préserver certaines informations si elles tombaient malencontreusement entre les mains de policiers. Ces dernières étaient tatouer à l'encre UV sur le corps même de la mule, en l’occurrence le corps présent ici, et donnait avec précision le poids de la poudre, sa destination et son point de départ. Il fallait que je détache la peau où étaient inscrites ces données, afin que tout risque de décodage soit anéanti.
Je réussi à tout lire aisément. Tout y était... Mais je me rendis compte qu'il y en avait même trop. En descendant plus bas sur son dos, je remarquais d'autre signes, qui m'étaient inconnu et semblaient avoir été ajouté assez récemment, au vue de la légère rougeur de la peau en cet endroit. Je ne pouvais savoir ce qu'ils signifiaient, car ils différaient totalement des autres. Soudain, mon cœur fit un bond. Peut-être pouvaient-ils me renseigner sur la destination que cette mule avait décidé de prendre en trahissant mon Maître! Peut-être cet individu avait-il été détourné par un gang opposé au Pingouin! Si c'était le cas et que je réussissais à déchiffrer ce nouveau codex, je pourrais alors me racheter totalement en détruisant ceux qui avaient osés nous trahir et voler cette si précieuse denrée qu'est la drogue. Je relevais la tête, écoutant d'une oreille les paroles de Monsieur Nygma. L'histoire de la lumière noire dans l'art. Passionnant... Je fis mine d'écouter et de m'intéresser, mais j'avais à ce moment bien d'autres préoccupations. Il avait l'air plongé dans ses pensées, puis il fini par poser à nouveau son si étrange regard sur moi. Je le fixais un instant puis regardais à nouveau le cadavre, hésitant un peu, ne sachant comment m'y prendre ni par où commencer. J'avais tellement peur de mal faire et de décevoir mon Maître pour de bon! C'est alors que mon compagnon du moment me proposa son aide, sûrement de peur que je fasse une erreur technique. Je le pris assez mal, mais ne fus pas vexée, car je devais admettre ne pas être très à l'aise pour faire un travail bien propre dans ce domaine qu'était la dissection. Disons que mes talents ne touchaient pas vraiment à ce domaine. Je fis un petit sourire qui se voulait gêné.

"Votre aide me serez très précieuse, cher M.Nygma, fis-je d'un ton poli, J'avoue ne pas être experte dans le domaine de l'ouverture de cadavre mais je sais que vous en revanche, vous êtes un véritable virtuose en la matière!"

Je marquai une petite pause, puis repris:

"Mais laissez moi tout de même vous assister! Je serais ravie d'apprendre un peu de votre art. Ça ne serai pas honnête de vous laissez tout faire."

L'honnêteté n'avait pas grand-chose à voir là-dedans. Je voulais juste m'assurer que Nygma n'abime pas trop ce...Ce cadavre particulièrement attirant. Je m'attachais rapidement les cheveux, les nouant en chignon, afin qu'ils ne me gênassent pas dans mes actions. J'étais fin prête, et avais hâte de commencer.


Code by Joy


Les hommes sont si nécessairement fous que ce serait être fou par un autre tour de folie de n’être pas fou. Qui voudrait ne suivre que la raison serait fou prouvé, au jugement du commun des hommes.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 227
Date d'inscription : 27/03/2016
Situation amoureuse : Très compliqué.
Pour qui j'existe : Mr. Pingu ♥
avatar
Edward Nygma
MessageSujet: Re: Cadavre exquis Feat Edward Nygma Jeu 11 Mai - 2:55

Cadavre exquis
La Corneille & L'Homme Mystère
Albane Corneille & Edward Nygma

Jusqu'à présent, l'étrange jeune femme semble rester imperturbable et très sage, malgré mes remarques et mes mises en garde. Une très bonne manière de se comporter et qui ne peut que la faire grimper dans mon estime. Ainsi, je distingue sans difficulté sa réelle sincérité envers Oswald. Parano comme je peux être et nous situant à Gotham, il est évident que je ne peux pas faire confiance à qui que ce soit. Déjà que je ne fais même pas confiance à Gabe, qui est pourtant le bras droit d'Owsald et son "censé" plus fidèle et loyal serviteur. Mais tout ça n'est que du vent, du moment que rien n'est prouvé par des actes. Bref, la présence de la Corneille ne m'est étrangement pas désagréable. Elle semble attentive à mes dires et je n'ai nullement l'impression d'être jugé au travers de son regard. Il faut dire qu'elle comme moi, paraissant étrange. Et puis, elle a l'air bien loin d'être stupide contrairement à d'autres. Malgré ses erreurs, mais en ce qui concerne cela, c'est une toute autre cause. Qu'elle semble avoir réalisé et compris assez rapidement. Nous finissons donc par nous concentrer sur le cadavre, qu'Albane éclaire avec la lampe UV. J'hausse légèrement les sourcils à la vue de tous ces graffitis sur son corps, mais n'en dis rien. Me contentant d'observer en silence, pour une fois. C'est une technique parmi tant d'autres...

La voyant quelque peu hésitante à côté du cadavre, je me propose tout naturellement pour l'aider. Bien que ce soit surtout, pour m'assurer que le boulot soit bien fait et propre. Ayant toujours considéré cette salle d'autopsie, ainsi que tout ce qui s'y trouve, comme étant ma propriété. A mon plus grand bonheur, elle accepte mon aide et va même jusqu'à complimenter mes talents en la matière. Ce qui n'échappe pas à mon égo, particulièrement flatté. Cela se voit d'ailleurs très facilement à mon sourire et à mon regard soudainement enjoué, illuminant mon visage d'ordinaire peu expressif et froid. Il suffisait de peu encore pour que je me dandine sur place. Evidemment, je n'en fis rien. Me contentant simplement d'acquiescer et d'arborer un air fier non dissimulé. En même temps, je me doute qu'elle ne doit pas avoir l'habitude de disséquer les cadavres. Ma présence à ses côtés, aura d'autant plus d'utilité. Cependant, j'acquiesce également à sa requête afin qu'elle fasse office d'assistante. Après avoir su si bien me flatter, je ne pouvais plus lui refuser grand chose.

- « En effet... Bien. Qu'il en soit ainsi. »

J'en suis tout émoustillé, rien qu'à l'idée de trifouiller à nouveau un cadavre, mais surtout de vanter et partager ouvertement mes talents. C'est donc sans attendre, que je vais me revêtir d'un tablier et de gants, afin de ne laisser aucune trace sur mon costume haute couture. Je tire le plateau contenant tous les outils, puis fais frétiller mes doigts d'impatience, les yeux rivés sur le corps en question.

- « Commençons. »

Sans même avoir besoin de la regarder, je lui tends une de mes mains. Elle doit très certainement se douter de quelle instrument j'ai besoin pour commencer le travail.

- « Je suppose que je dois me fier aux dessins. »

Je n'attends pas sa réponse, qui me semble plutôt évidente et commence délicatement à trancher la chaire froide de l'abdomen de ce corps sans âme. Concentré sur le moindre de mes gestes, comme si plus rien n'existe tout autour. Il allait d'ailleurs m'être difficile de me montrer pédagogue. Je mis plusieurs secondes, si ce n'est minutes, à me rappeler que je ne suis pas seul. Remettant délicatement en place mes lunettes sur le bout de mon nez, je repose mon regard sombre sur mon "assistante" temporaire.

- « Toujours découper délicatement la chaire, comme une caresse, du haut vers le bas de préférence. Ne pas enfoncer la lame trop profondément... »

Cela se ressentait également, à quel point je respecte les cadavres. Peut-être bien plus que n'importe quel vivant. Une fois tous les chemins tracés à la lame pour ouvrir la première épaisseur de peau, je confie l'instrument à Albane afin qu'elle achève l'ouverture.


Made by Neon Demon



? L'HOMME MYSTERE - THE RIDDLER ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 191
Date d'inscription : 25/02/2017
Situation amoureuse : Aucune
Pour qui j'existe : Pour mon Maître, M.Cobblepot
Ma famille : Mon Maître et ceux qui le suivent
avatar
Albane Corneille
MessageSujet: Re: Cadavre exquis Feat Edward Nygma Mar 6 Juin - 17:21



Cadavre exquis

Feat Edward Nygma


L'opération commença ainsi, moi observant et assistant M.Nygma en lui donnant de temps à autre l'outil chirurgical dont il avait besoin. Je sentais que ma flatterie quant à son talent de dissection ne l'avait pas laisser indifférent et avait touché son ego. Parfait. Je commençais à me rapprocher de lui, ce qui voulait dire que je pourrais mieux le connaître et ainsi mieux le surveiller, mieux anticiper ses actes. Car même si je n'avais senti aucun danger particulier lors de notre conversation, ma méfiance restait intacte. Qui aurait pu me le reprocher? On est a Gotham et qui plus est, mon Maître est une cible pour la grande moitié de cette ville hostile. Certes, je lui faisais confiance dans le choix de ces amis, mais l'erreur est humaine... Et il était déjà arrivé qu'il se fasse trahir par des personnes qu'il pensait digne de confiance. Je me devais de surveiller ses arrières.

Nygma avait commençait à suivre les dessins tatouer à l'encre UV en incisant la chair morte et flasque du cadavre, et je me fis absorber par ce spectacle. L'instrument tranchant rentrait dans la chair avec une telle douceur qu'on eu cru que mon acolyte coupait du beurre. La peau du mort n'opposer aucune résistance au scalpel qui semblait glisser de lui-même. J'attendais les explications de mon compagnon du moment, mais il semblait totalement concentré sur son travail de découpe et je n'osais pas le déranger en l'interpelant, de peur que ma voix ne détourne son attention et qu'il n'abime mon cadavre. Après quelques minutes, je vis  son regard changer, se rendant compte qu'il m'avait complétement oublier. Il remit ses lunettes en place et me jeta un de ces regards sombres et énigmatiques dont il avait le secret. Il me fit quelques explications claires et concises. Il y avait chez lui une chose que je n'avais pas observé chez les autres humains. Il semblait être très attentif aux besoins des cadavres, très respectueux même. Ce pourrait-il qu'il partage mon.... amour des corps froids et morts? Cette idée me traversant l'esprit, je rougis quelque peu avant de reprendre mon calme. Je ne devais parler de ma déviance à personne, je le savais. Mon amour envers les morts était jugé comme inacceptable par la société devait rester secret quoi qu'il arrive. Je restais donc coite, pris avec douceur l'instrument que me tendis M. Nygma. Je repris et achevai le travail d'ouverture de l'abdomen du mort. Je jetais un regard vers mon "professeur" afin de savoir si mon travail était correct, puis je me concentrais à nouveau sur notre cher macchabée. L'incision béante laissée à présent voir un intestin rougeâtre et luisant. Bien que le cadavre est été conservé dans un tiroir réfrigérant, une légère odeur de mort s'échappa de la plaie. Je la respirais à grande bouffée, souriant devant l'extase d'un tel parfum. Je tentais de reprendre mon air sérieux et professionnel, mais mon visage ne pouvait s'empêcher d'exprimer son ravissement. Je secouais légèrement ma tête afin de faire passer mon excitation, puis je posais mon regard sur Nygma.

"À présent, il faut extirper le gros intestin en dehors de l'organisme. Le chapelet de drogue est normalement à l'intérieur, gisant entre ces chairs mortes et dépourvues d'âme. Il va falloir fouiller dans ce grand et long tube qui constitue le dernier conduit de la digestion humaine!"

Un peu de lyrisme ne faisait jamais de mal! Après une telle bouffée de bonheur, je ne pouvais m'empêcher de m'exprimer avec une certaine poésie.
D'un geste léger de la paume de la main, je commençai à caresser l'intestin lisse et gluant avec curiosité, voulant savoir quelle texture cela avait. Je n'osais pas accomplir une plus large action, attendant les conseils et recommandations que me donnerai l'ancien légiste.

Code by Joy


Les hommes sont si nécessairement fous que ce serait être fou par un autre tour de folie de n’être pas fou. Qui voudrait ne suivre que la raison serait fou prouvé, au jugement du commun des hommes.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Cadavre exquis Feat Edward Nygma

Revenir en haut Aller en bas
 

Cadavre exquis Feat Edward Nygma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le cadavre exquis (version personnage d'anime)
» Cadavre exquis
» Cadavre exquis
» Cadavre exquis
» Cadavre exquis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham: Rise of the Villains ::  :: Gotham Police Departement :: salle des autopsies-