AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonjour/Bonsoir Invité
Bienvenue sur Gotham: rise of the villains le forum a ouvert ses portes le 20/02/2016.
Nous recherchons Jonathan Crane, Harvey Dent, Fish Mooney, Barbara Kean,
Silver St Cloud, Tabitha Galavan , Salomon Grundy, Kate Kane, etc...
Oliver Queen, Lena Luthor, Lex Luthor , Jason Todd, Devoe, Victor zsasz,
Aquaman, Slade Wilson, Rip Hunter , Hawkgirl, Green Lantern, Lucy Lane etc...

Partagez | 
 

 Et si on tuais des super-heros /Savitar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Messages : 112
Date d'inscription : 02/11/2017
Situation amoureuse : Pas insensible du tout à un certain dieu de la vitesse
Pour qui j'existe : Les gens de terre 2 - Savitar
Ma famille : Quentin Lance (Terre 2 Mort) Sara Lance (Terre 2)
avatar
Laurel lance/Black siren
MessageSujet: Et si on tuais des super-heros /Savitar Lun 6 Nov - 12:29

Et si on tuais des super-heros
Ft; Barry Allen / Savitar
Oh Central City, cette petite ville où j’ai atterris la première fois que je suis venu sur cette terre. Tant de bon souvenir, d’immeuble qui s’effondre, de gens qui cris… J’adore ça, ce que j’aime moins c’est comment je me suis fait avoir et enfermer, je suis rancunière et je compte bien me venger soyons honnête, c’est pour cette raison que je suis de retour ici, malgré le fait que je sais à quoi m’attendre avec Barry et son équipe, j’ai suivi de loin leur avancer, j’ai suivi de loin qui a rejoint la team et qui l’a quitter.. Et je pense pouvoir dire qu’il est temps pour moi d’agir, après je me rendrais à Star City pour m’occuper de la petite Team Arrow, là aussi je risque de m’amuser. Pour moi il est clairement temps que les super héros cessent de faire rêver tout le monde. Ils ne servent à rien au final quand on y pense, soit disant là pour sauver le monde mais c’est faux, ce sont juste des personnes imbu d’eux même alors autant nous en débarrasser.

Enfin donc pour ça je prévoyais clairement de recruter du monde auprès de moi, il allait falloir que je trouve des vilains ayant le même but que moi, ou quasiment le même but que moi, alors pour le moment je ne comptais pas forcément me faire repérer en tuant des « innocents » en faisant effondrer des immeubles et j’en passe, non pour le moment j’avais décidé de trainer dans les coins qui craignais pour trouver ce genre de personne qui n’ont pas peur de mourir. Là-bas beaucoup de personne s’était mis à me parler d’une personne que flash et son équipe craignait en quelque sorte, intéressant. Certain parlais même d’un dieu. Et bien j’attendais de voir ça en quelque sorte. J’avais en quelque sorte hâte de voir de qui il pouvait s’agir. Mais aucun de ses types n’ont pu me dire comment le contacter. Pas grave je trouverai bien par moi-même. En attendant j’avais tout de même trouvé d’autres personnes qui pourraient m’être utile pour mettre le chaos dans cette ville. Le flash n’a clairement pas que des admirateurs.

C’est donc assez ravi et contente de moi que je repars de cet endroit, il allait falloir maintenant que je trouve une solution pour trouver ce soit disant Dieu. Mais au fond de moi je ne pouvais que me dire que ça serai peut-être lui qui me trouverai. Et je pense que je ne me doutais pas à ce moment que je pourrais avoir raison jusqu'au moment ou c'est en face de lui si on peut dire que je me retrouve... Le hasard fait bien les choses? Il semblerai...

-Tiens tiens tiens, serai-ce ce "dieu" dont tout le monde parle? Intéressant...
©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 325
Date d'inscription : 10/06/2017
Situation amoureuse : Dans un partenariat avec une beauté noire
Pour qui j'existe : The Flash , Killer Frost , Dr Alchemy; Black Siren
Ma famille : Barry Allen, Norah Allen et Henry Allen
avatar
Barry Allen/ Savitar
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Mar 7 Nov - 16:41

Le vide produit le froid et le froid me hérisse de glaçons. Le souffle du printemps, la chaleur des affections, redonnerait à mon sang la circulation, à mon âme l'espérance, à mon imagination la verve, à tout mon être l'élan.(@originecitation // beerus)[/u]
Et si on tuais des super-heros
☆ Laurel & Savitar ☆

Central city, la ville qui avait vu naître The Flash dit mon créateur , à la suite d'un malheureux accident à STAR LABS. Elle n'avait rien de très ténébreuse , contrairement aux souvenirs que j'avais d'elle ...C'était ici que Barry Allen m'avait créé pour combattre le Dieu Savitar .Ici que lui même avait disparu quand, à mon tour, j'étais devenu le seigneur noir de la vitesse. Je partageais ses sentiments, tout comme son passé, mais la team Flash m'avait utilisé puis jeté , sans aucune raison valable. Je n'étais qu'un vestige temporel, une illusion du passé condamné à mourir pour sauver ce qu'il est du présent. A leurs yeux, je n'étais pas The Flash, même rien de très réel..Comment diable un souvenir pourrait désirer vivre  comme les autres? Je n'étais rien de plus qu'une aberration qui,  avec le temps , se serait effacée de la réalité ...
Le cœur lourd , j'étais donc parti, arpentant les rues de cette ville avec l'espoir que cette douleur se taise à jamais. Mais seul un Dieu pouvait être exclu de la souffrance , c'est donc de cette conclusion,  que j'ai  finalement  remonté le temps , à la recherche de cette fameuse pierre qui allait faire de moi un être puissant. La colère, la déception, la tristesse  sont toujours  omniprésentes en moi, mais en faisant cela j'avais altéré tout le flux temporel, faisant de Savitar une véritable légende à travers le temps et le multivers.  Aujourd'hui, j'étais revenu plus fort que jamais, avec pour unique but détruire la Team Flash. En commençant, bien évidemment par briser mon jumeau temporel : the Flash.

De retour dans cette ville, je m'étais mis en quête de rassembler les partisans du Seigneur noir et de créer une véritable armée. La jumelle astrale de Black Canary était aussi à roder dans les parages, sans doute pour se venger de la Team : après tout, Barry et toute son équipe, l'avaient enfermé dans une cellule pour méta-humain, il y a environ un ans , quant elle servait le supersonique Zoom.... Ignorant qu'elle était aussi à ma recherche, c'est non sans mal que j'étais parvenu à la retrouver, restant un moment à la contempler avant de sortir de la pénombre telle une ombre mouvante.  Elle n'était pas vraiment surprise de me voir, et ça en dépit de ma ressemblance avec Barry Allen. « Tiens tiens tiens, serai-ce ce "dieu" dont tout le monde parle? Intéressant... » A cette conclusion , un sourire sibyllin prit possession de mes lèvres. Alors cette jolie créature me connaissait de réputation ? Humm intéressant aussi.. C'est dans le silence, que je me mis à tourner autour d'elle, la scrutant avec une certaine perversité. Je me demandais bien jusqu'au ou allait son admiration pour le seigneur noir.  Dois -je en conclure que tu me cherchais Black Siren ? M'enquis-je avant de ralentir le pas , pour enfin me poster face à mon interlocutrice. Intéressant, je pourrais aussi dire , j'adore les belles femmes en cuir noir... Surtout celles qui crient.. Mon regard se faisant plus concupiscent je poursuivis. Tu es de retour pour eux n'est-ce pas? Pour le Team Flash? C'est alors que je rompus la distance entre nous, mon regard éloquent toujours dans le sien. Ma haine pour eux bouillonnait dans mes veines..


“L'existence précède l'essence.”
Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
by lizzou.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 02/11/2017
Situation amoureuse : Pas insensible du tout à un certain dieu de la vitesse
Pour qui j'existe : Les gens de terre 2 - Savitar
Ma famille : Quentin Lance (Terre 2 Mort) Sara Lance (Terre 2)
avatar
Laurel lance/Black siren
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Lun 13 Nov - 10:58

Et si on tuais des super-heros
Ft; Barry Allen / Savitar
Bon ok je le reconnais depuis qu’on m’avait parlé de ce dieu de la vitesse j’avais vraiment qu’une envie c’était de le croiser, de lui parler et surtout de faire équipe avec lui pour détruire cette petite Team Flash, je me doutais que je ne mettrais pas forcément longtemps avant de le trouver, dans le sens ou le bouche à oreille parfois ça peut aller très vite, et sans vouloir me vanté, je suis aussi une personne qu’on recherche pour pas mal de choses, il semblais donc évident qu’on finirai par tomber l’un sur l’autre, et je ne me trompe pas comme c’est rapidement de que ressent comme cette sensation qu’on me suit, que je ne suis plus seule ici. Je ne peux que sourire bien entendu, que ce soit lui ou une autre personne je suis totalement prête à tout accueillir, s’il faut que je me batte je le ferai, s’il faut simplement discuter je le ferai aussi, bref je ne suis clairement pas une personne de réputer qui a peur, loin de là. Je ne suis pas la faible petite Laurel.

Enfin bon du coup il y avait cette présence derrière moi. Je me sentais observer mais ça ne me dérangeais pas, et au moment où enfin je finis par le voir, qui se met a tourner autour de moi je ne peux que sourire encore plus. Tout ça va être très intéressant comme je viens de le dire et le mot est faible. Il finit par prendre la parole en me disant ou plutôt en me demandant si je le cherchais.

-En effet, on m’a dit que tu étais l’homme ou plutôt le dieu de la situation…

Il finit par s’arrêter devant moi, hum un Barry Allen plus ténébreux, très intéressant et très séduisant il faut bien l’admettre. Je pense que je vais vraiment adorer faire équipe avec lui.

-Mon cris est réputer pour tuer, il faut faire attention, même si je ne pense pas que tu fasse partis des personnes qui vont devoir se méfier…

Je ne le quittais pas des yeux, d’un côté pourquoi je le ferai, il y a comme un petit jeu qui s’installe entre nous et je pense que je vais adorer ça…

-Oh oui je suis là pour eux… Pour les détruire et il semblerait que c’est ce que tu veux aussi n’est pas ?

Les détruire avant de détruire la team Arrow, un programme qui m’enchante vraiment, je ne pouvais que voir son regard à l’évocation de cette team était devenu encore plus sombre, comme le mien… Je ne pouvais que m’en frotter les mains d’avance.

©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 325
Date d'inscription : 10/06/2017
Situation amoureuse : Dans un partenariat avec une beauté noire
Pour qui j'existe : The Flash , Killer Frost , Dr Alchemy; Black Siren
Ma famille : Barry Allen, Norah Allen et Henry Allen
avatar
Barry Allen/ Savitar
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Mar 14 Nov - 17:34

Le vide produit le froid et le froid me hérisse de glaçons. Le souffle du printemps, la chaleur des affections, redonnerait à mon sang la circulation, à mon âme l'espérance, à mon imagination la verve, à tout mon être l'élan.(@originecitation // beerus)[/u]
Et si on tuais des super-heros
☆ Laurel & Savitar ☆

« -Mon cris est réputé pour tuer, il faut faire attention, même si je ne pense pas que tu fasse partis des personnes qui vont devoir se méfier… «  Me répondit-elle,  m'arrachant des lèvres un sourire lubrique. C'était bien la première fois qu'une femme faisait fantasmer le dieu de la vitesse, du moins pas depuis que j'avais choisi cette voie obscure. Soutenant son regard,  je ne cherchai pas à l'interrompre, enivré par chacun de ses mots. Le dessein de Black siren était sombre , à l'instar du mien... A croire qu'on avait bien plus en commun que ce désir de vengeance.  «  Oh oui je suis là pour eux… Pour les détruire et il semblerait que c’est ce que tu veux aussi n’est pas ? «  A cette question, je rompis  la distance entre nous, ma bouche à une infime distance de la sienne...Tellement que ma réponse aurait pu être la sienne. Mon dégoût pour la team Flash est un secret pour personne. Toutefois, j'ai besoin que Barry Allen reste en vie sans quoi  , je ne pourrais exister . J'espère que tout est clair entre nous Black Siren. Le regard dur , je laissai ma respiration caresser un temps sa jolie bouche  de  couleur sang  avant de reculer, un sourire lascif  de nouveau sur les lèvres. Le seigneur noir est enclin à la collaboration et comme tu l'as déclaré, je suis le dieu de la situation. Dans de nombreux domaines d'ailleurs... Si tu en éprouves l'envie plus tard . Bien évidemment ma proposition parlait de plaisir de chair.   J'avais tiré un trait sur les sentiments, mais sûrement pas sur le sexe. D'ailleurs, je savais prendre mon temps pour combler ma partenaire . Mon regard dans le sien devint plus insistant, alors que  doucement et du bout des doigts, je caressai sa joue . J'étais en manque de contact et la sensation seul de nos deux peaux me faisait déjà du bien. Au point d'en frémir...Comme mon créateur, je m'étais amouraché de Iris West, mais cette dernière m'avait repoussé dans un sentiment de dégoût... A ce souvenir, une lueur de tristesse passa en éclair dans mes yeux, cette brûlure me rendait extrêmement repoussant,  cela se lisait sur tous les visages.   Ce n'est qu'une option, bien évidemment.. Repris-je avant de redessiner sa mâchoire et de descendre ma main le long de son cou, où sa peau était beaucoup plus brûlante.   Pour le moment j'aimerais une démonstration de ton talent. J'aimerais qu'on aille foutre le bordel en ville … Flash me croit mort et ça lui ruinerait de voir Central city brisée en son absence. Quand penses-tu ? A cette question, j’ôtai toute prise sur elle, tout sauf mon regard qui lui continuait à la dévorer. Black Siren ferait une parfaite reine pour le seigneur des ténèbres, mais avant de me prononcer je voulais la tester.  Je ne cherchais pas une relation amoureuse, mais quelque chose de plus tordue, faite de luxure et de crime. Mon cœur était brisé et plus jamais je ne laisserai des sentiments me rendre à l'état de larve. J'étais à l'image de ma laideur, sadique et pervers...


“L'existence précède l'essence.”
Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
by lizzou.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 02/11/2017
Situation amoureuse : Pas insensible du tout à un certain dieu de la vitesse
Pour qui j'existe : Les gens de terre 2 - Savitar
Ma famille : Quentin Lance (Terre 2 Mort) Sara Lance (Terre 2)
avatar
Laurel lance/Black siren
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Lun 27 Nov - 9:14

Et si on tuais des super-heros
Ft; Barry Allen / Savitar
Si on m’avait dit un  jour que je « flirterai » avec Barry Allen je pense que je n’y aurai pas cru une seconde, sur ma terre lui et moi on ne s’entend pas du tout, comme ici en réalité quand on y pense, sauf que ce Barry du futur, ce dieu vivant, lui il a quelque chose qui m’attire, je ne pourrais pas dire quoi c’est certain mais le fait est là. Après il me semble évident que lui aussi semblait attirer par moi, d’un côté ma tenue attire beaucoup il faut bien le reconnaitre et je peux même dire que j’en joue souvent beaucoup. Mais bon il faut aussi se rappeler que je ne suis pas forcément là pour ce genre de délire, je suis revenu pour détruire les super héros et j’ai entendu parler de la réputation de Savitar comme il aime se faire appeler et je pense que lui et moi allons clairement pouvoir faire des merveilles. Rien que d’y penser, j’en suis déjà toute excitée comme on dit.

Il me dit alors qu’il a besoin que Barry reste en vie cependant, hum on peut toujours le torturer sans le tuer, je ne peux que hausser les épaules alors, moi tant qu’il souffre je m’en moque totalement et tant qu’il perd aussi les gens qu’il aime, c’est la pire des choses, je parle d’expérience en disant ça. Et après je m’en prendrai à la team Arrow et là je pense que je pourrais clairement tuer tout le monde, encore plus amusant. Enfin la team Arrow ou ce qu’il en reste quand on y pense… Mais bon je n’en suis pas là, je me concentre alors sur Savitar et ses paroles.

-Hum si tu as besoin de lui, et bien je ne le tuerai pas, il y a d’autre manière pour faire souffrir et tant qu’il souffre c’est tout ce qui compte pour moi. Le reste je m’en moque, j’en tuerai d’autre.

Bien alors si nous sommes d’accord lui et moi sur la manière de faire c’est une très bonne chose, et rapidement on en revient aux sous-entendus sexuels entre nous… Amusant n’est pas quand on y pense, je ne suis pas là pour aimer, l’un des deux hommes que j’ai vraiment aimé étant mort, l’autre étant resté sur ma terre, je ne suis clairement pas venu ici pour me trouver un remplaçant, mais m’amuser sexuellement je ne suis tout de même pas contre du tout.

-Alors faisons affaire toi et moi, ça me semble parfait, et si en plus de ça nous pouvons trouver d’autre moyens de faire affaire je ne suis pas contre non plus… J’aime m’amuser et tout ça me semble vraiment amusant et… Exitant…

Cette dernière partir je lui avais limite murmurer à l’oreille, autant jouer à fond le jeu de la séduction non ? Moi j’adore ça en plus donc je ne vais pas me priver. Je ne pouvais que l’observer avec un certain sourire sur mes lèvres, je ne pouvais que me dire que j’avais mon histoire et lui avait la sienne, j’avais mes blessures et lui aussi avait les siennes, au final il se pourrait que nous nous soyons bien trouver lui et moi…

-Une option que je ne peux que prendre… Une option plus que tentante…

Ce jeu de séduction m’amusait vraiment beaucoup, le contacte de ses mains qui touchais simplement ma peau était un vrai délice, et au fond tout ça n’était qu’un début. Ses cicatrices au visage ? Moi je trouvais que ça fessait son charme, en rien ça ne me dérangeais, bien au contraire. Et c’est lentement que j’avais glissé ma main sur sa joue et sur ses cicatrices, comme une preuve que pour moi ce n’était rien…

-Oh tu ne pouvais pas me faire plus plaisir en me disant ça. J’avais bien envie aussi de détruire quelques immeubles ou des ponts… ou ce que tu voudras pour te montrer de quoi je suis capable, mon très cher seigneur noir.

Fini la séduction, place à la destruction, une idée qui me ravie forcément, je suis là pour détruire et c’est ce que je veux faire au plus vite. Qu’il me dise une cible. Je la détruirai sans aucune hésitation. Qu’importe ce qu’elle signifie pour le reste du monde.


©️Pando
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 325
Date d'inscription : 10/06/2017
Situation amoureuse : Dans un partenariat avec une beauté noire
Pour qui j'existe : The Flash , Killer Frost , Dr Alchemy; Black Siren
Ma famille : Barry Allen, Norah Allen et Henry Allen
avatar
Barry Allen/ Savitar
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Lun 27 Nov - 11:51

Le vide produit le froid et le froid me hérisse de glaçons. Le souffle du printemps, la chaleur des affections, redonnerait à mon sang la circulation, à mon âme l'espérance, à mon imagination la verve, à tout mon être l'élan.(@originecitation // beerus)[/u]
Et si on tuais des super-heros
☆ Laurel & Savitar ☆

« Alors faisons affaire toi et moi, ça me semble parfait, et si en plus de ça nous pouvons trouver d’autre moyens de faire affaire je ne suis pas contre non plus… J’aime m’amuser et tout ça me semble vraiment amusant et… Excitant… » La chaleur de son effluve à mon oreille, je m'en délectai au plus au point. Cette jolie méta-humaine m'excitait et je  ne m'en cachais pas..Non une expression lascif s'était peint sur mon visage. Du plaisir j'en avais à revendre, tout comme de la violence aussi. Mon regard brillant de nouveau dans le sien, je me mordis instinctivement la lèvre inférieur, ce besoin devenant presque incontrôlable. Elle était en tous points parfaites, un véritable fantasme pour l'homme. «  Une option que je ne peux que prendre… Une option plus que tentante… »  Bien évidemment, quel monstre de cruauté pourrait refuser une nuit avec le seigneur noir. Je lisais dans son regard beaucoup d'appétit de de fascination, pour l’être suprême que j'étais devenu grâce à la pierre Philosophale... Et sincèrement, cette beauté diabolique n'allait pas être déçue. Sa main épousant , soudainement mais délicatement la partie brûlée de mon visage, je fermai instinctivement les yeux.  Appréciant, que la blonde réponde à mes caresses ...J'avais presque envie de la remercier. Savitar n'était rien d'autre qu'une bête enragée , blessée au plus profond de lui par le rejet et la déception.. Bien qu'il persiste à le nier , il possédait un cœur...Un cœur pur et lourds, identique à celui de Barry Allen. Mes paupières se rouvrant, sur elle, je dissimulai cependant mes émotions derrière un sourire dès plus sadique, avant de lui proposer un avant goût du chaos. J'avais comme toujours de l'avance sur Flash, et tout Central city allait trembler en son absence. Mes doigts continuant à parcourir sa gorge, je m'abandonnai de nouveau à la chaleur de sa peau, vibrant au rythme de sa respiration. « Oh tu ne pouvais pas me faire plus plaisir en me disant ça. J’avais bien envie aussi de détruire quelques immeubles ou des ponts… ou ce que tu voudras pour te montrer de quoi je suis capable, mon très cher seigneur noir. » Je la connaissais de réputation également, mon règne s'étendait sur tous les univers. Mais il est vrai que je ne l'ai jamais vu à l’œuvre et l'idée m'excitait déjà. Je compte bien te combler ma beauté noire.. Lui soufflai-je, mon visage s'approchant dangereusement du sien, de manière à ce que nos lèvres se frôlent. Je vais t'emmener sur notre terrain de jeu et tu feras ce que tu désires.  Je veux du sang et des os  broyés.  Je prends ça comme des préliminaires... Sur cette dernière phrase, je devins plus exigeant d'elle, me collant à ce joli corps,avant de l’entraîner jusqu'au commissariat de la ville à la vitesse de l'éclair. Fais toi plaisir chérie , je te regarde.  Lui déclarai-je avant d’arrêter quatre policiers qui se rapprochaient , d'une lame de couteau sous la gorge.  En une fraction de seconde les corps étaient à terre , baignant dans une marre de sang. Plus rapide que Flash, personne ne pouvait me voir , ni même mes éclairs blancs.. Je me déplaçais dans le temps et l'espace comme un véritable Dieu. Que c'est bon d'avoir retrouvé toute sa capacité. Lâchai-je avant de revenir vers ma partenaire , sans me soucier des équipes qui s'étaient précipitées sur les lieux, nous menaçant de tirer si on ne se rendait pas. Quel bande de clown, il pouvait rien faire contre nous... Sauf subir les effets de notre petit jeu. Boooh, je tremble de peur.. Black Sirens , occupes toi de ces monsieur, ils vont adorer ça. Comme j'allais adoré ce spectacle sanguinaire, cela ne faisait aucun doute.  Étudiant, ma partenaire du crime dans les moindres détails, je pris aussitôt place pour l'évaluer.


“L'existence précède l'essence.”
Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
by lizzou.



Dernière édition par Barry Allen/ Savitar le Mer 6 Déc - 10:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 02/11/2017
Situation amoureuse : Pas insensible du tout à un certain dieu de la vitesse
Pour qui j'existe : Les gens de terre 2 - Savitar
Ma famille : Quentin Lance (Terre 2 Mort) Sara Lance (Terre 2)
avatar
Laurel lance/Black siren
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Mar 5 Déc - 14:01

Et si on tuais des super-heros
Ft; Barry Allen / Savitar
Quand on allie le jeu à la cruauté, je ne peux qu’apprécier, j’étais venu ici dans le but de me venger de tout ce que la team flash m’avais fait, en soit pas grand-chose, je m’étais retrouvé enfermer, mais l’ennuie à fait que ma colère et monter en puissance, et quand j’ai enfin pu sortir je n’ai pu que me jurer que je ferai un massacre de cette équipe, au fond, c’est évident que je comptais tous les tuer, mais maintenant, c’est diffèrent, je compte tuer Cisco et Snow, mais je ne peux clairement plus tuer Barry sinon, je n’aurai plus ce dieu vivant à mes côtés. Surprenant n’est pas, moi qui en générale bosse pas forcément avec quelqu’un, oui si quand ça peut m’apporter quelque chose, je dirai, et bien là, je n’ai aucune hésitation, je suis sûr que lui et moi, nous allons clairement faire de très grande choses, et pas seulement niveau destruction si vous voyez ce que je veux dire. Ce Barry Allen là est vraiment très tentant comme homme, pas comme l’autre Flash que je ne supporte pas, comment est possible que la même personne puisse être aussi différente. Je ne peux que me demander ce qu’il lui est arrivé franchement.

Mais plus le temps de penser à tout ça, il est temps de passer à l’action et quand Savitar m’emmène avec lui en super vitesse jusqu’au commissariat je ne peux que sourire une fois là-bas. Tout ça est de plus en plus excitant quand on y pense, et encore plus quand il me parle de préliminaire.

-J’aime beaucoup ta manière de voir les préliminaires… Très intéressante, j’aime vraiment…

En de temps qu’il faut pour le dire, Savater venait déjà de tuer pas mal de gens, hum je ne pouvais que faire une mine boudeuse le temps d’un instant, moi aussi, je voulais tuer, mais rapidement aussi, il me dit que c’est à moi de m’occuper de ces messieurs. Enfin avec joie… Je ne peux qu’afficher alors un immense sourire, digne de moi.

-Ah, à moi de jouer enfin, j’avais hâte de m’amuser un peu…

Je lui fais alors un beau clin d’œil avant de m’avancer a la rencontre des hommes en questions et en moins de temps qu’il leur en faut pour comprendre, je venais d’utiliser mon cri sur eux, les envoyant « voler » plus loin, mais ce n’était qu’un début pour moi, je continuais à avancer de nouveau pour de nouveau crier, le commissariat commençant à trembler de toute part, il ne résisterait pas longtemps, c’est une évidence.


©️Pando



God, and goddess, the perfect duo
ANAPHORE


Nous sommes Savitar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 325
Date d'inscription : 10/06/2017
Situation amoureuse : Dans un partenariat avec une beauté noire
Pour qui j'existe : The Flash , Killer Frost , Dr Alchemy; Black Siren
Ma famille : Barry Allen, Norah Allen et Henry Allen
avatar
Barry Allen/ Savitar
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Mer 6 Déc - 11:14

Le vide produit le froid et le froid me hérisse de glaçons. Le souffle du printemps, la chaleur des affections, redonnerait à mon sang la circulation, à mon âme l'espérance, à mon imagination la verve, à tout mon être l'élan.(@originecitation // beerus)[/u]
Et si on tuais des super-heros
☆ Laurel & Savitar ☆

« Ah, à moi de jouer enfin, j’avais hâte de m’amuser un peu… » Et j'avais , pour ma part grand hâte de la voir à l’œuvre.  Elle qui m'avait l'air tellement dangereuse...Ténébreuse ... Elle qui me faisait tant fantasmer depuis cette brève rencontre nocturne.  Passant ma langue sur mes lèvres asséchées par la passion, je braquai mon regard sur cette jolie blonde qui, d'un cri,  venait faire valser tous ces hommes à l'autre bout de la pièce.  Elle était remarquablement forte, bien que son pouvoir n'avait aucun effet sur moi.  Je la voulais dans mes rangs et je la désirais près de moi cela était indéniable.  Le commissariat , commençant à trembler sous son second cri, beaucoup plus puissant et destructeur,  je finis par me lever , pour la rejoindre  sans même me soucier des débris qui tombaient du plafond.  Je n'avais pas besoin de plus de preuves  , j'étais  totalement séduit par cette beauté noire d 'un autre univers . En plus d’être extrêmement désirable , elle avait un vrai potentiel. Tournant, de nouveau autour d'elle, comme un lion autour de sa proie , un sourire sibyllin se forma sur mon visage . Toutefois elle ne devait pas oublier qui ,de nous deux ,était  le maitre et l'autre le  serviteur . Me positionnant finalement  face à elle , je glissais ma main sous son menton, le soulevant de manière à ce que nos deux regards soient joints. Je suis vraiment impressionné...Black Sirens.. Lui soufflai-je avant, de rapprocher mon visage du sien, mes lèvres jouant doucement avec les siennes, avant que je ne poursuive. J'adore la destruction...Le chaos..C'est à l'image même de ce cœur qui ne bat plus au fond de ma poitrine. Mon cœur battait tellement vite, qu'on ne le sentait plus, mais il n'était pas pour autant mort... Non, il se pourrait même que cette jolie créatures des ténèbres l'ait réanimé. Ma main droite quittant son menton pour venir saisir la sienne et la poser sur la partie brulée de mon visage je renchéris, mon corps venant se coller,de manière  exigeante, au sien. Je ne suis qu'un vestige mémoriel dépourvu de tous sentiments après tout. Ma bouche , couvrant soudainement la sienne, je m'abandonnai à un baiser plutôt fougueux et dur, ne lui laissant pas la moindre chance de  repousser mes pulsions. D'ailleurs, je ne tardais pas à la coincer contre un mur en me servant, tout simplement,  de ma vitesse. De toute évidence, elle en avait très envie aussi, cela se lisait dans ses yeux....Ma main, venant jouer dans sa chevelure blonde, je restai un moment à la regarder. Mon corps tremblant, dévoré par une passion ardente et incontrôlable..Le genre de sensation qui n'était que réservée à Iris West. J'avais très envie de lui faire l'amour mais ce n'était pas le moment , ni l'endroit pour ça. De  nouveau, mes lèvres rencontrèrent les siennes, beaucoup plus tendres avant que je ne me détache pour la libérer. Cela n'était que partie remise...Je comptais bien la soumettre à tous mes désirs et ainsi gouter à ce fruit qui m'était pourtant interdit. Il ne manquerai plus que je m'attache à cette femme, que je retombe dans le piège des sentiments...Moi qui avait parcouru des siècles entiers pour devenir un Dieu sans faille et respecté par la crainte.


“L'existence précède l'essence.”
Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
by lizzou.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 02/11/2017
Situation amoureuse : Pas insensible du tout à un certain dieu de la vitesse
Pour qui j'existe : Les gens de terre 2 - Savitar
Ma famille : Quentin Lance (Terre 2 Mort) Sara Lance (Terre 2)
avatar
Laurel lance/Black siren
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Lun 11 Déc - 10:17

Et si on tuais des super-heros
Ft; Barry Allen / Savitar
Oh comme j’aimais tout ça, tout détruire sur mon passage, c’était tellement excitant, que je pourrais clairement détruire encore plein d’autre immeuble s’il le souhaitait. Mais il y avait clairement autre chose qui était excitant à ce moment précis, oui oui je parle bien de lui, moi qui en général me tiens le plus loin possible de tout ce qui ressemble à Barry Allen, même si ma terre je ne pouvais pas supporter cette personne. Lui c’était tout le contraire, son assurance sa manière d’être, tout m’attirais, il était évident que j’avais besoin d’un homme comme ça… Un homme ? Non un dieu comme c’est exactement ce qu’il était. Et clairement à ce moment je me sentais comme une déesse, une déesse de la destruction. Il aimait ça autant que j’aimais ça. Nous étions définitivement faits pour nous entendre. Et cette attirance entre nous était clairement un bonus.

Il voulait jouer avec moi, il n’allait pas être déçu. Quand ses lèvres viennent jouer avec les mienne je ne peux que m’amuser à venir mordiller les siennes. Nous nous cherchons clairement tous les deux et j’adore ça.

-Nous sommes clairement fait pour nous entendre toi et moi, il n’y a plus aucun doute là-dessus… Hum ce cœur qui ne bat plus. Et s’il battait de nouveau…

L’un de mes mains sur sa joue, l’autre venant se poser sur son torse là ou est censé être ce cœur qui ne bat plus, et en moins de temps qu’il en faut pour le dire me voilà coller à un mur et lui contre moi. Autant dire qu’il n’y a rien de plus excitant encore, il aime le contrôle et je l’aime tout autant. Et ce baiser que nous échangeons enfin, à l’image de nous-même, un baiser plus que fougueux et passionner. L’envie montais de plus en plus entre nous. Je sentais mon corps trembler limite d’envie, j’avais clairement envie de plus même si ce n’étais pas l’endroit il faut bien le reconnaitre. Quand ce baiser prend fin je ne peux que le regarder avec tout ce désir, caressant lentement sa joue, avec une immense tendresse même. Et de nouveau nous échangeons un nouveau baiser plus tendre cette fois, comme deux personnes blessé qui cherchent à se reconstruire au fond. Etait-ce le cas ? Aller savoir. Tout était remis en question à ce moment précis. C’était incroyable. Je ne pouvais que l’attirer encore plus contre moi, avant de rompre se baiser pour lui sourire en reprenant la parole.

-Et si on bougeait d’ici ? Si tu m’emmenais quelque part ou il n’y aurai que toi et moi et nos désir…



©️Pando



God, and goddess, the perfect duo
ANAPHORE


Nous sommes Savitar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 325
Date d'inscription : 10/06/2017
Situation amoureuse : Dans un partenariat avec une beauté noire
Pour qui j'existe : The Flash , Killer Frost , Dr Alchemy; Black Siren
Ma famille : Barry Allen, Norah Allen et Henry Allen
avatar
Barry Allen/ Savitar
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Mer 20 Déc - 9:52

Le vide produit le froid et le froid me hérisse de glaçons. Le souffle du printemps, la chaleur des affections, redonnerait à mon sang la circulation, à mon âme l'espérance, à mon imagination la verve, à tout mon être l'élan.(@originecitation // beerus)[/u]
Et si on tuais des super-heros
☆ Laurel & Savitar ☆

« Nous sommes clairement fait pour nous entendre toi et moi, il n’y a plus aucun doute là-dessus… Hum ce cœur qui ne bat plus. Et s’il battait de nouveau… » Mon regard dans le sien se fit plus acéré. Que voulait-elle dire exactement par battre de nouveau ? il y avait si longtemps que Savitar ne s'était pas abandonné à ses sentiments.. A des feux ardents autres que la vengeance et l'amertume...Après que la team Flash l'ait rejeté , le Dieu de la Vitesse s'était fermé pour éviter toutes souffrances. Une lueur de tristesse passa en éclair dans mes yeux, alors que d'une main sur mon torse, elle cherchait cette part d'humanité qui sommeillait en moi... Cette femme m'attirait au plus au point, mais je n'avais  rien d'autre à lui offrir que mon corps. Toutefois, on pouvait ressentir une certaine fougue dans mon baiser... Un plaisir que j'avais longtemps refoulé et qui malgré moi m'avait manqué.  On me respectait, on me craignait, certains m'admiraient...Mais personne ne venait à m'offrir un peu de chaleur en partageant mon lit. Non, mon visage, ma cruauté , faisaient que j'inspirais plus le dégoût que le désir.  C'était bien la première fois que je lisais une tendresse non feinte dans le regard d'une fille. « Et si on bougeait d’ici ? Si tu m’emmenais quelque part ou il n’y aurai que toi et moi et nos désir… » L'idée était  dangereuse  mais tellement séduisante aussi,  j'avais bien un endroit ou je pourrais l'emmener...Et puis de toute façon toutes les portes de cette ville nous sont ouvertes.
 Soudainement, je la soulevai pour la porter dans mes bras , mon regard malicieux toujours planté dans le sien. Moi aussi, je pouvais sentir son cœur battre ,sans doute  partagé entre le désir et la peur... Car tout le monde craignait le Dieu de la Vitesse et il était impossible d'imaginer ce que pourrait être une nuit torride en sa compagnie. Personnellement j'étais partagé entre la sensualité et la violence....Mais ma beauté noire n'était pas comme les autres femmes ,  vraiment elle m'inspirait un tout nouveau besoin. C'est sans plus tarder et dans un nuage d'éclairs blanches ,  que je l'emmenai  dans l’hôtel le plus luxueux de cette ville. Brisant d'un coup vif et abrupte le cou du réceptionniste avant de lui prendre l'une de ses clés et de conduire ma partenaire jusque la chambre 204B . La porte , à peine fermée derrière nous , que  je   capturai de nouveau ses lèvres  d'un baiser aussi fougueux que son prédécesseur...Mon envie d'elle grandissait à la minute et cela se ressentait  dans ma manière de faire.  Ma respiration accentuée par cette passion dominante  , je ne tardai pas à ouvrir son bustier de cuir  noir et le lui retirer.  Sa peau était si douce , si chaude que j'osais à peine la frôler, de peur de froisser cette rose délicate.  Je n'étais qu'un vestige temporel et ce type d’aventure m'était complètement inconnue, même Barry Allen avec qui je partageais tous, n'était jamais passé à l'acte. Cependant Iris West n'était rien en comparé de cette créature qui frissonnait entre mes mains..Oh oui, Black Siren m'excitait et ; de mon corps contre le sien, elle pouvait désormais le sentir. Ma bouche quittant abruptement la sienne pour son cou, je finis par la diriger vers le lit ou , d'un geste vif et brutal, je la poussai pour qu'elle s'y couche. Elle avait raison sur un point, on s'était bien trouvé et alors que je me glissai entre ses cuisses, je pouvais admettre que cette étrange relation n'était pas prête de prendre fin.
 


“L'existence précède l'essence.”
Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
by lizzou.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 02/11/2017
Situation amoureuse : Pas insensible du tout à un certain dieu de la vitesse
Pour qui j'existe : Les gens de terre 2 - Savitar
Ma famille : Quentin Lance (Terre 2 Mort) Sara Lance (Terre 2)
avatar
Laurel lance/Black siren
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Ven 29 Déc - 14:33

Et si on tuais des super-heros
Ft; Barry Allen / Savitar
Ou est ce que tout ça allait-il nous mener? Je n’en ai aucune idée, et au fond franchement je m’en moque totalement, cet homme, ce dieu, m’attirais à un point inimaginable, ce qui se passais entre lui et moi était irréaliste, qui aurai pu se douter un jour que Black Sirène et Savitar pourraient se plaire, en dehors du fait de détruire le monde ce qui nous rapprochais forcément, on ne pouvais pas se douter qu’un homme sans coeur et qu’une femme comme moi pourrait être unis d’une autre manière. Franchement j’avais vraiment hâte de voir ce que ça pourrait donner lui et moi, autre part que dans les rue à détruire des vie, vous voyez ce que je veux dire n’est pas. Et je me doutais au fond que je ne serai pas déçu, oh non c’est impossible quand on réunis un dieu et une déesse, oui je suis une déesse actuellement, dans les main de cet homme c’est comme ça que je me vois. C'était simplement incroyable.

C’est donc pour cette raison qu’entre deux baiser je lui avait dit de m’emmener ailleurs, la ou nous serions que lui et moi, la ou notre désir pourrais devenir encore plus fort. Et il le fit a une vitesse incroyable, je n’ai même pas le temps de penser que nous voici dans cette chambre d’hotel, luxueuse a souhait, mais je m’en moquais de la chambre, pour le moment tout ce que je souhaitais c’était lui et lui seule, son corps et ses baisers. Le baiser d’ailleurs que nous échangions actuellement était encore plus intense, mes mains n’en fessait qu’a leur tête si on peu dire, se baladant sur ses bras, son torse, je découvrais son corps si parfait, je ne pouvais même pas m’empêcher de lui ôter son haut pour encore plus profiter de la chaleur de sa peau, j’avais clairement envie de plus et lui aussi, je ne pouvais que le sentir, son corps réagissait si parfaitement au mien. Mon souffle s’était accéléré tout comme le rythme de mon coeur, au moment ou ses lèvres quitte les mienne pour se diriger vers mon cou, je ne peux que me mordre les lèvres en soupirant de plaisir, et en moins de temps qu’il faut une nouvelle fois pour le dire je me retrouvais sur le lit, avec ce dieu vivant qui se glissait entre mes jambes, je l’attirais vers moi de nouveau pour l’embrasser une nouvelle fois avec bien plus de passions et de fougue. Il est loin le temps ou je pensais encore à Oliver, celui de ma terre bien sur, a côté j’avais clairement l’impression qu’il n’étais rien. ça ne fessais que commencer entre nous mais c’était un début totalement parfait.

©️Pando



God, and goddess, the perfect duo
ANAPHORE


Nous sommes Savitar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 325
Date d'inscription : 10/06/2017
Situation amoureuse : Dans un partenariat avec une beauté noire
Pour qui j'existe : The Flash , Killer Frost , Dr Alchemy; Black Siren
Ma famille : Barry Allen, Norah Allen et Henry Allen
avatar
Barry Allen/ Savitar
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Mar 2 Jan - 12:26

Le vide produit le froid et le froid me hérisse de glaçons. Le souffle du printemps, la chaleur des affections, redonnerait à mon sang la circulation, à mon âme l'espérance, à mon imagination la verve, à tout mon être l'élan.(@originecitation // beerus)[/u]
Et si on tuais des super-heros
☆ Laurel & Savitar ☆

Ses lèvres  couvraient , de nouveau, les miennes et  je fermai un court instant les yeux... M'abonnant dangereusement à l'ivresse que ce contact buccal me procurait.  Je n'étais pas réel mais  je ne manquais pas de ressentir des sensations , des envies...Et dans l' instant , j'avais très envie de cette méta-humaine.  Je laissai passer un soupire, mon corps se mouvant instinctivement contre le sien.  Je n'avais pas prévu  cette rencontre,  de me donner à quelqu'un … Cela me terrifiait mais en même temps, j'étais soulagé  que mon univers ne soit pas uniquement constitué de vengeance et de douleur. Non, bien que cruel à souhait, Savitar avait aussi besoin de tendresse , de chaleur humaine,  d'une femme contre qui me blottir pour soulager ma peine. A cette pensée, je lui arrachai ma bouche , pour simplement la contempler , une main légère venant balayer cette mèche de cheveux qui lui retombait sur son visage.  Ma respiration était lourde et  des perles de sueur roulaient le long de mon dos.  Je me sentais fiévreux, mais cela n'avait rien d'un symptôme de maladie... C'était simplement  les effets d' un désir , un désir profond et ardent qui m'envahissait subitement et des tréfonds de mon corps . Elle était si sensuelle, si ténébreuse , si parfaite pour le seigneur noir que  je me sentais comme intimidé, à l'idée même de la découvrir  d'avantage .  Je n'aimais pas trop ça...Moi qui avait tant fait pour accroître ma grandeur, pour me faire un nom dans les ténèbres.  Cependant, ma  partenaire n'était pas comme les autres, et aussi improbable que cela puisse être , j'avais dans  l'idée de baisser ce masque terrifiant . Serait-ce que quelques heures , pour ne pas la blesser dans toute cette fureur qui m'anime depuis  ... Derrière toute cette agressivité, ce cachait  un Barry Allen , meurtri et abîmé mais si fragile aussi.  Et bien qu'il m'était difficile de le reconnaître, la présence de Laurel me faisait énormément de bien.  Je pourrais bien la prendre de manière  vulgaire et lui laissé un souvenir désagréable de «  Savitar » , mais...Elle était la seule qui me regardait comme ça, sans cette expression de dégoût sur le visage.  Il n'était plus question de respect ou de fascination envers le Dieu de la vitesse , mais d'un tout autre sentiment, Black Siren avait vraiment envi de moi.
Mes mains , détachant lentement  son  soutient-gorge , pour enfin libérer cette jolie poitrine, un sourire lascif prit instantanément possession de mes lèvres, avant que je ne passe avidement mes mains sur son torse.  Leurs pointes plus brunes s'étaient durcies sous mes caresses  , Laurel  était très excité et cela me renvoyait ravi.  Ma bouche, prenant la place de mes paumes, c'est avec une certaine audace que je continuai à lui offrir tout ce plaisir, me surprenant à soupirer avant de faire rencontrer sa peau à ma langue si curieuse, vicieuse et exploratrice … L'extrémité de ses seins étaient un vrai régal, oh oui voilà longtemps que je n'avais pas ressenti un plaisir autre que celui  de tuer.  Le mouvement , de mon bas ventre, s'accentua ,  plus dur et exigeant de la pénétrer... Ma virilité s'était engorgée  sous l'excitation que cette friction me procurait.  Je me dressai soudainement , me retirant suffisamment pour pouvoir ôter le reste de ses affaires.  Mes mains tremblaient de nervosité, mais un sourire confiant et  malicieux étirait toujours mes lèvres,  j'avais grand hâte d'entrer elle et de lui offrir tout ce qu'elle espérait de son dieu... C'est à dire un plaisir divin.  D'ailleurs... Une fois sa petite culotte retirée, c'est avec aisance que je me penchai sur sa partie intime, la caressant un moment pour l'échauffer avant de venir y déposer ma bouche.  Elle était chaude et humide, et je prenais un malin plaisir à la titiller d'avantage, ma langue venant même jusqu'à se s'introduire dans sa féminité.



“L'existence précède l'essence.”
Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
by lizzou.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 02/11/2017
Situation amoureuse : Pas insensible du tout à un certain dieu de la vitesse
Pour qui j'existe : Les gens de terre 2 - Savitar
Ma famille : Quentin Lance (Terre 2 Mort) Sara Lance (Terre 2)
avatar
Laurel lance/Black siren
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Ven 5 Jan - 12:10

Et si on tuais des super-heros
Ft; Barry Allen / Savitar
Ça allait vite, très vite entre lui et moi, mais c’est clairement ce qu’on souhaitais tous les deux, j’avais envie de voir ce dont il était capable je le reconnais et pour l’instant je n’étais pas du tout déçu, au contraire, j’aimais vraiment tout ce qu’il se passait, je n’avais pas vraiment le contrôle mais ce n’étais pas si grave pour moi, je savais bien que je finirai par avoir le dessus à un moment ou un autre pour montrer de quoi j’étais capable moi aussi. Et j’étais capable de beaucoup pour un homme qui me plaisait, et c’était bien le cas.

Mon corps ne pouvais que réagir à merveille à tout ce qui se passait, il se couvrait de frissons quand je me retrouvais sans rien, encore plus quand il s’était mis à s’amuser avec ma poitrine, je ne pouvais pas m’empêcher de soupirer de plaisir, mais ce n’étais pas suffisant, lui comme moi n’avions qu’une envie c’était de ne faire plus qu’un, et en moins de temps qu’il le faut une fois encore, nous nous retrouvions sans plus aucun vêtements sur nous, et quel spectacle, je ne dis pas ça uniquement pour mon corps mais celui de ce cher Barry d’un autre siècle était plus que parfait, je savourais chacun instant, baladant mes mains sur sa peau chaude d’envie de la mienne. C’était un vrai délice. Et que dire de ce moment où sa tête se retrouve entre mes jambes, s’amusant à titiller mon intimité, je laissais échapper de nouveau un gémissement de plaisir, glissant ma main dans ses cheveux comme pour le prier de continuer encore et encore, ondulant mon basin au rythme de sa langue, c’était divin, mais j’en voulais encore plus, je devenais comme affamé de lui, je ne m’attendais pas à ce genre de chose mais c’était bien le cas, cet homme, ce dieu était tout simplement tout ce que j’avais toujours rechercher, je ne pouvais que m’en rendre compte désormais et jamais je ne voulais que ça cesse.

Je finis tout de même par l’attirer alors vers moi pour l’embrasser une nouvelle fois avec de plus en plus de fougue et de désir dans ce baiser, ce n’est plus sa langue que je voulais sentir en moi mais bel et bien sa virilité fièrement dresser entre nous deux.

©️Pando



God, and goddess, the perfect duo
ANAPHORE


Nous sommes Savitar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 325
Date d'inscription : 10/06/2017
Situation amoureuse : Dans un partenariat avec une beauté noire
Pour qui j'existe : The Flash , Killer Frost , Dr Alchemy; Black Siren
Ma famille : Barry Allen, Norah Allen et Henry Allen
avatar
Barry Allen/ Savitar
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Sam 6 Jan - 9:04

Le vide produit le froid et le froid me hérisse de glaçons. Le souffle du printemps, la chaleur des affections, redonnerait à mon sang la circulation, à mon âme l'espérance, à mon imagination la verve, à tout mon être l'élan.(@originecitation // beerus)[/u]
Et si on tuais des super-heros
☆ Laurel & Savitar ☆

J'aimais tant la sentir comme ça : frémissante, éperdue,  esclave de ce plaisir divin que je lui offrais avec une certaine impudence... Son corps était en mouvement ,  un besoin ardent  l'envahissait progressivement...Elle avait envie de moi, et ce désir urgent de l'autre était bien évidemment partagé, mais dans l'heure je voulais prendre le temps de jouer un peu, de découvrir de cette langue si vicieuse et frétillante les moindres recoins de sa féminité. Black siren en redemandait et moi, pour une  fois , je m'exécutai  en parfait soldat, prenant un  plaisir aigu à la combler comme une reine.   Toutefois, j'avais  grand hâte de m'immiscer plus profondément , mon membre virile était  brûlant et sous sa forme la plus excitée , j'avais donc le besoin de me soulager de toute cette pression qui naissait à mon bas ventre . Jamais, on ne m'avait mis dans état pareil d'excitation , Laurel n'était  décidément pas comme les autres femmes  et cela en devenait presque dangereux pour la suite .  Sa main m'encourageant   à poursuivre, d' une légère pression sur le haut de mon crane , encore une fois, je me pliai à ses volontés.. Les passages de ma langue , devenant alors plus vulgaires et ciblés sur sa zone  sensible . Ses gémissements étaient un régal pour mes oreilles, mais au cours de l'acte , je voulais l'entendre crier mon nom entant que souverain  .. C'est à dire Savitar.  A ce désir, je me laissai guider jusqu'à elle, un sourire lubrique étirant mes lèvres. Elle allait en garder un souvenir troublant de cette nuit, tellement que cette jolie Méta-humaine, reviendra d'elle même pour se faire prendre par son dieu. J'en avais très envie d'ailleurs ...Et puis il me serait impossible de laisser cette créature m'échapper dans d'autres bras. J'étais bien trop possessif pour laisser un autre homme la toucher. Black Siren était à moi...Rien qu'à moi désormais.
Ses lèvres, de nouveau sur les miennes, je fermai un court instant les yeux. Sa fougue me transportait et je me sentais curieusement, apaisé … Il n' y avait plus de haine dans mon regard, juste une envie d'elle, profonde et incontrôlable. Il me tardait de défaire mon pantalon et de la laisser me toucher aussi..Elle avait tant à offrir de cette fascination pour moi, que ma virilité en elle sera  un véritable  privilège...Peu de personnes n'avait  la chance de sentir son dieu  entrer avec force et rudesse  ;     Lentement, je me détachai alors  de son corps , mes lèvres déposant deux baisers sous son nombril, avant que je ne commence à retirer le reste de mes affaires. Mon regard était toujours sur elle, la détaillant avec une certaine perversité qui me rendait plus dangereux que d'ordinaire . J'étais devenu un monstre à cause de mes sentiments, et sincèrement je n'avais aucune idée de comment j'allais me comporter en sa compagnie. Une partie de moi se voulait tendre , mais l'autre refusait tout attachement particulier. Cette confusion me rendait fou... Et dans l'excès je craignais de la blesser. Mes mains, de retour,  sur son corps, je ne tardais pas à caresser sa féminité pour la remettre en condition, d'une manière  abrupte et rapide. Ma respiration était beaucoup plus intense, on en devinait l'envie qui me consumait...Cette envie incontournable de lui faire l'amour. Je surpris même à soupirer alors que deux de mes doigts s'étaient faufilés en elle, cette sensation je ne la connaissais pas et elle était exquise à souhait. Comment, après tout ce temps dans les ténèbres, j'avais pu manquer ça ? La saisissant soudainement par la taille pour la retourner et la tirer, de manière à ce qu'elle se positionne à quatre pattes, je me positionnai aussitôt derrière elle … Mon torse brûlant et humide , recouvrant un instant son dos alors que je lui mordais la nuque. Son odeur me rendait fou, ainsi que la chaleur de sa peau..L'envie était irrésistible , et le dieu s'y perdait littéralement. Mes deux mains, agrippées fermement à ses hanches , je frottai un moment mon phallus , raide et dur , avant de le pénétrer progressivement  dans sa féminité. Prenant  un plaisir  sadique, comme-ci que j'entrais un couteau aiguisé dans le cœur de quelqu'un. En cet instant, j'étais submergé d'idées noires, et une certaine tension commençait à se faire sentir, surtout pour elle qui subissait mes va et vient... Ils étaient plutôt rapides et violents, tellement que mon bas ventre venait sauvagement  à claquer son postérieur..



“L'existence précède l'essence.”
Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
by lizzou.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 02/11/2017
Situation amoureuse : Pas insensible du tout à un certain dieu de la vitesse
Pour qui j'existe : Les gens de terre 2 - Savitar
Ma famille : Quentin Lance (Terre 2 Mort) Sara Lance (Terre 2)
avatar
Laurel lance/Black siren
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Ven 12 Jan - 9:02

Et si on tuais des super-heros
Ft; Barry Allen / Savitar
Tous les vêtements avaient volé, il n’y avait plus que la chaleur de nos peau qui ne cessait de se rencontrer de tas de façons différente, je n’avais jamais ressentis quelque chose d’aussi fort, pourtant j’avais connue des hommes c’est certain, pas forcément une longue liste non plus mais ceux que j’avais connu, m’avaient fait prendre beaucoup de plaisir, mais pas de cette façon, à chaque fois que la peau de Savitar rentrait en contact avec la mienne, c’était une explosions de sensations, je ne voulais pas que tout ça s’arrête, j’en voulais bien plus et lui aussi sans aucun doute, pas d’attachement c’est ce que je ne cessais de me répéter, seulement je savais que c’était un mensonge tellement je me sentais déjà et totalement dépendante de lui. Affamé de lui, même je pourrais dire, c’était incroyable et  ce n’était que le commencement, imaginons la suite ? Oh non je ne préfère même pas imaginer et avoir la surprise de voir ou tout cela me mènerai, nous mènerais, un coup d’un soir ? Bien plus que ça ? Tout semblait m’aller à ce moment précis. Il est loin le temps où j’avais des sentiments pour Oliver Queen. Loin le temps ou sa tromperie m’avais brisé et rendue comme je suis actuellement, une nouvelle moi était en train de naitre à ce moment précis et j’adorai ça.

Chaque baisers que nous échangions, chaque caresse qu’il me procurait ne pouvais que faire monter en nous l’envie si intense que nous avions au sujet de l’autre, je voulais clairement le sentir tout entier en moi, je voulais monter au 7e ciel grâce à lui et je voulais le pousser à bout également, Je n’avais jamais eu la prétention de dire que j’étais douer pour ce genre de chose mais les amants que j’avais eu dans ma vie ne s’étaient jamais plain, au contraire même je pense pouvoir dire qu’ils en redemandais, et je me doutais que sa serai son cas à lui aussi, si je devenais dépendante de lui il deviendrait dépendant de moi, et ainsi il était évident que cette unions ne pourrais que tout surpasser.

Tout se passait vraiment très vite, mais pour autant je ne pouvais que profiter totalement de tout ça, et au bout de quelque seconde je m’étais retrouvé à quatre pattes, Savitar derrière moi, son membre dur et droit butant contre mes fesses, oh je savais que ça allait être divins et je ne me trompais pas, rapidement un soupire de plaisir s’échappe de ma bouche au moment où il finit par pénétré ma féminité, c’était divins oui je l’ai déjà dit mais vous ne pouvez pas imaginer à quel point. Je m’agrippais au lit de plus en plus fort au rythme que ces vas et viens devenais de plus en plus puissant, sa rapidité et sa violence était tout ce qu’il fallait à ce moment précis, j’étais totalement à sa merci, et j’aimais ça, moi qui ne suis absolument pas une femme qu’on contrôle, pour lui à cette instant je lui cédais sans aucun doute tous les pouvoirs. Je passais mon tour pour le moment, pour retrouver ce droit certainement plus tard, car oui ce n’était que le début ça ne fessait aucun doute non plus.


©️Pando



God, and goddess, the perfect duo
ANAPHORE


Nous sommes Savitar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 325
Date d'inscription : 10/06/2017
Situation amoureuse : Dans un partenariat avec une beauté noire
Pour qui j'existe : The Flash , Killer Frost , Dr Alchemy; Black Siren
Ma famille : Barry Allen, Norah Allen et Henry Allen
avatar
Barry Allen/ Savitar
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Mer 17 Jan - 20:25

Le vide produit le froid et le froid me hérisse de glaçons. Le souffle du printemps, la chaleur des affections, redonnerait à mon sang la circulation, à mon âme l'espérance, à mon imagination la verve, à tout mon être l'élan.(@originecitation // beerus)[/u]
Et si on tuais des super-heros
☆ Laurel & Savitar ☆

Le plaisir était à son paroxysme...Et je n'étais plus vraiment maître de ce corps qui s’immisçait en  elle.. Le temps entre mes va et vient était  mince, et de mes mains je tenais fermement ses hanches, la retenant ainsi de la puissance avec laquelle je la pénétrais. La sensation était si agréable, que j'en grognais comme un animal... Une bête sauvage et indomptable, tiraillée entre un plaisir aigu et une haine démesurée. Blak Siren subissait toute ma colère, ma frustration, ma déception et mon désir de vengeance..  Elle aimait ça, mais je discernais une pointe de souffrance dans ses gémissements, ce qui cruellement m'excitait encore plus. Mon érection entrée dans toute sa longueur, je restai un moment en elle, mon buste épousant de nouveau ce dos brûlant et luisant de sueur. Elle était à la merci de son dieu, et je pouvais tout me permettre sur ce corps de femme et esclave du mien. D'une manière presque désespérée , cette méta humaine me faisait confiance, alors que je redoutais ma propre cruauté. Ce qu'elle me faisait ressentir était troublant et cela me mettait hors de moi. Ma main gauche se détachant de sa hanche pour se refermer sur sa gorge, je me remis à bouger en elle , avec la satisfaction profonde de la dominer..S'il y avait exactement des sentiments entre nous, ils étaient fortement dissimulés, en-tout cas pour ma part, car à cet instant je ne désirais plus que lui faire du mal .
De nouveau j'accélérai , ma bouche venant aussi  se poser sur ce joli cou, que je menaçais de serrer. Son parfum était mêlé à l'odeur du sang, et j'aimais tellement ça...Tant de débauche, de violence, de cruauté , l'acte en devenait presque sordide et pourtant... Ma langue vagabondant sur sa peau, je finis par ôter ma prise sur sa gorge pour saisir sa longue chevelure couleur blé, et faire en sorte qu'elle penche sa tète en arrière  en la tirant de manière abrupte. De la perversité brillait en cet instant dans mes yeux... Difficile à croire que pouvais être Barry Allen... Oh non il est si romantique et chaste.  La ramenant vers moi de manière à ce qu'elle se cambre , mes mains avides finirent par rencontrer sa poitrine, que je caressai avec audace. La sensation de leurs pointes durcies d'excitation, m'arrachant un soupire d'extase. Il me sera difficile d'oublier une passion pareille, voilà si longtemps que je n'avais pas touché une femme.  L’éjaculation fut assez précoce , mais je l'avais comblé cela ne faisait aucun doute... Avec force et rudesse. Assez pour lui rappeler qui était le seigneur noir. Me détachant alors de son corps et le souffle court , je lui offris pourtant un baiser à la chute de ses reins avant de venir m'allonger à ses cotés, comme le ferait un homme ordinaire après l'amour.
Mon regard gris était de nouveau sur le sien, plus tendre que d'ordinaire mais  toujours parsemé d'ombres.  Je ne pouvais nier sa beauté, comme je pouvais fermer les yeux sur cette sensation apaisante qu'elle me procurait, juste en me regardant  comme une personne désirable. Curieusement , je comptais vraiment finir cette nuit avec elle... Ma paume venant épouser la sienne, je fis entrelacer nos doigts..Je regrettais presque de l'avoir violenté, bien que cela avait augmenté le plaisir entre nous. On était des assassins après tout, la torture faisait parti de notre quotidien. Cependant, aussi improbable que cela puisse être, je ne voulais pas la perdre non plus. Un sourire malicieux étira furtivement mes lèvres avant que je ne l'embrasse de mon propre chef.. Manière silencieuse de lui faire aussi comprendre qu'elle n'est pas qu'un instrument pour le Dieu de la Vitesse, qu'il avait pris énormément de plaisir au cours de cette rencontre charnelle. On peut rester là pour la nuit .. Lui proposai-je avant d’effleurer son ventre de mon autre main. Le sentant alors faiblir sous mes doigts aux zones sensibles.   Tu es si douce... Lui fis-je remarquer dans un souffle. Si douce et tellement de cruauté... J'aime ça. Faut dire qu'on s'était bien trouvé les deux, reste à savoir où ce partenariat allait finalement nous conduire. Je ramenai la couverture sur nous, et repris, plutôt curieux. J'espère que ton souverain était à la hauteur de tes espérances? Bien évidemment cette question laissait entendre qu'on pourrait effectivement remettre ça.



“L'existence précède l'essence.”
Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
by lizzou.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 02/11/2017
Situation amoureuse : Pas insensible du tout à un certain dieu de la vitesse
Pour qui j'existe : Les gens de terre 2 - Savitar
Ma famille : Quentin Lance (Terre 2 Mort) Sara Lance (Terre 2)
avatar
Laurel lance/Black siren
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Mar 23 Jan - 9:16

Et si on tuais des super-heros
Ft; Barry Allen / Savitar
Ce que je ressentais à ce moment précis était tout simplement incroyable, Savitar m’emmenais pour ainsi dire dans un autre monde, le plaisir était plus que présent, jamais au part avant je n’avais eu de tel amant dans ma vie. Tout allait vraiment très vite et je me sentais déjà devenir dépendante de cet homme, de ce Dieu, moi qui avait promis de ne plus jamais m’attacher, suite à toutes ces déceptions que j’avais eu par le passer, j’étais en train de faire le contraire et pourtant je ne le connaissait pas tant que ça, pas encore assez je dirai pour m’attacher dans la logique des choses, mais comme on dit le cœur a ses raisons que la raison ignore, c’était bel et bien le cas, chaque secondes qui s’écoulais me rendais un peu plus dépendante, jusqu’au moment où il finit par mettre l’une de ses mains sur mon cou, toute personne normal se serai dégager, surtout qu’à un moment il s’était mis à serrer ce point, ce qui me fit suffoquer pendant juste quelque seconde mais pas au point où j’aurai pu prendre peur qu’il veuille me tuer, non au contraire, je ne pouvais que sentir au ce désir qu’il avait au fond de lui, même bien dissimuler, il n’y avait qu’à voir comment il se comportais avec moi, cette passions qu’il y avait entre nous, ce désir et j’en passe, il aimait dominer et une fois de plus je lui laissais ce pouvoir, pour cette fois comme on dit, car moi aussi quand il faut j’aime dominer un homme et un jour il en serait certainement conscient, mais pour l’heure je prenais du plaisir à le laisser faire, gémissant de plus en plus de plaisir, jusqu’à l’extase, une extase incroyable, vous n’imaginez même pas.
Je ne pouvais que reprendre mon souffle désormais, avec Savitar à mes côté, un sourire naissant sur mes lèvres de nouveau, cet homme était vraiment plein de mystère et j’avais forcément envie de tous les découvrir. Nos doigts s’entrelaçait, une sensation étrange pour le coup, je n’avais plus été comme ça avec un homme depuis si longtemps, une part de moi voulais fuir, après tout j’avais pris du plaisir maintenant je pouvais partir, mais une autre part, bien plus forte souhaitais rester auprès de lui, et c’est forcément cette part de moi qui gagna cette bataille. De nouveau nous échangions un baiser, et de nouveau, avec la main que j’avais de libre je venais caresser sa joue avec beaucoup de douceur après autant de violence si on peut dire, un contraste agréable, un signe aussi qui souhaitais lui montrer que j’avais envie et besoin de rester auprès de lui.

-Je n’ai pas l’intention de bouger de toute évidence, donc ça ne peut qu’être une bonne idée.

Je ne pouvais alors que fermer les yeux un instant sentant ses doigts sur mon ventre en me disant que j’étais si douce et tellement cruel et que ça lui plaisait. Avant de le regarder de nouveau en souriant, surtout quand il ajoute qu’il espère que mon souverain a été à la hauteur de mes espérances, c’est le moins qu’on puisse dire.

-Tant que tu aimes ce contraste c’est tout ce qui compte, et tu as été plus qu’à la hauteur, comme personne ne l’avait été jusque-là.

J’en profitais alors pour venir me blottir contre lui, maintenant qu’on avait la couverture sur nous c’était encore plus agréable, baladant lentement mes doigts sur sa peau.


©️Pando



God, and goddess, the perfect duo
ANAPHORE


Nous sommes Savitar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 325
Date d'inscription : 10/06/2017
Situation amoureuse : Dans un partenariat avec une beauté noire
Pour qui j'existe : The Flash , Killer Frost , Dr Alchemy; Black Siren
Ma famille : Barry Allen, Norah Allen et Henry Allen
avatar
Barry Allen/ Savitar
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Mer 31 Jan - 16:55

Le vide produit le froid et le froid me hérisse de glaçons. Le souffle du printemps, la chaleur des affections, redonnerait à mon sang la circulation, à mon âme l'espérance, à mon imagination la verve, à tout mon être l'élan.(@originecitation // beerus)[/u]
Et si on tuais des super-heros
☆ Laurel & Savitar ☆

« Je n’ai pas l’intention de bouger de toute évidence, donc ça ne peut qu’être une bonne idée. »  A cet instant , j'aurais aimé sourire et lui prouver , une fois ,de plus que sa présence m'était agréable. Mais comme toujours je m'étais retrouvé partagé entre deux sentiments.  Il y avait autant d'excitation que de peur, ce qu'elle me faisait ressentir était presque nouveau pour moi...Voilà longtemps que je ne m'étais pas accordé un plaisir autre que le sang...Que je m'étais pas offert au sexe opposé, que je ne m'étais pas retrouvé si intime avec quelqu'un . La seule pour qui j'avais ressenti des sentiments, jusqu'à présent était Iris West, ce qui était logique étant donné  que je suis un vestige temporel du Barry Allen du futur. Cependant ma rage envers la team Flash a fait que finalement , je me suis détaché de mon créateur et que j'ai développé mes propres désires.  Je ne sais , ce que Black Siren représente exactement pour moi, mais la méta-humaine me faisait vibrer comme personne d'autre avant elle. « Tant que tu aimes ce contraste c’est tout ce qui compte, et tu as été plus qu’à la hauteur, comme personne ne l’avait été jusque-là. » A cette réponse, un autre sourire se forma sur mes lèvres, beaucoup plus concupiscent .  A ses gémissements, je l'avais bien évidemment deviné mais il était toujours plus plaisant de l'entendre le dire à vive voix. Surtout que la sienne était sensuelle à souhait.. Ravis de t'avoir comblé alors.. Lui soufflai-je, avant qu'elle ne se blottisse tout contre moi comme le ferait n’importe quel couple ordinaire après l'amour... Encore une fois, je me sentais étrangement partagé , entre le désir de fuir à la vitesse de l'éclair ou bien la renfermer tendrement.  On allait, après tout, finir cette nuit ensemble et l'un comme l'autre on était à la recherche d'une chaleur  pour panser une solitude amère , qu'on pensait maîtriser.  Je pris une profonde inspiration et finis par enrouler mes bras autour d'elle,  c'était une soirée exceptionnelle et peut-être bien une manière pour nous de se faire mutuellement confiance dans notre partenariat.  Ses doigts effleurant à son tour ma peau, je me surpris à fermer les yeux... Elle avait un don de calmer ma colère, mes doutes et mes envies destructrices. D'apprivoisé cet animal brûlé d'une simple caresse.  Je ne suis pas sur d'avoir déjà ressenti ça auparavant, tous mes souvenirs n'étant que ceux de mon créateur, je découvrais pour la toute première fois mes propres sensations et cela me rendait extrêmement vulnérable...
Il devait être dans les alentours de six heures du matin quand j'ouvris les yeux, découvrant avec surprise Black Siren encore endormie et blottie tout contre moi. Une seule couverture cachait encore notre nudité et pourtant, je ne me souvenais plus du moment où le sommeil m'avait emporté.  Voilà des nuits que je n'ai fait que broyer du noir en songeant encore et encore à ma vengeance personnelle.  Encore une fois Laurel avait eu un effet étrange sur moi .. Me détachant lentement de son corps, je finis toutefois par déposer un baiser dans le creux de son cou pour la réveiller.  Son corps entièrement nu me suscitait de nouveaux des envies et j'avais grand espoir qu'elle demande  sa revanche sur moi... Elle qui est d'un tempérament aussi de feu. Mais dans l'heure, c'était encore moi qui me montrait très exigent d'elle.. Venant jusqu'à renifler son odeur comme un chien, avant de la tirer tout contre moi ou plutôt sur moi . Mon regard se perdant un moment dans le sien, qui était extrêmement envoûtant.  Pas le moindre dégoût s'y lisait, non comme toujours seule la passion y régnait et cela me touchait particulièrement. J'aime te sentir contre moi...Je n'ai que des souvenirs qui ne m'appartiennent pas directement. Je n'étais pas le Dieu qu'elle croyait et respectait , à vrai dire je n'étais pas une personne existante , juste un souvenir créé pour combattre et mourir. Cela me donne une raison de plus d'exister.. Sur ces mots, ma bouche vint caresser voluptueusement  la sienne, animée par un désir qui m'était entièrement  nouveau. Il n' y avait pourtant pas de place dans ma vie pour ce genre de sentiments, mais il me sera difficile aussi de m'en priver à présent que je sais, combien cela peut être délectable.




“L'existence précède l'essence.”
Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
by lizzou.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 02/11/2017
Situation amoureuse : Pas insensible du tout à un certain dieu de la vitesse
Pour qui j'existe : Les gens de terre 2 - Savitar
Ma famille : Quentin Lance (Terre 2 Mort) Sara Lance (Terre 2)
avatar
Laurel lance/Black siren
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Mar 6 Fév - 9:52

Et si on tuais des super-heros
Ft; Barry Allen / Savitar
Je ne sais pas pourquoi, mais je pouvais ressentir au fond que Savitar était en quelque sorte en pleine bataille, et au fond je ne pouvais que le comprendre, j’avais décidé, en quittant ma terre, que je ne m’attacherai plus, plus jamais, que je ne souhaitais plus avoir de sentiments pour personne, après tout ils ont créé ma perte quand on y pense, j’ai aimé comme jamais je n’avais pu pouvoir aimer un jour et j’ai été brisé comme jamais. Alors oui plus aucune attache, plus aucun sentiments, mais Savitar était en train de changer ça ? Il est peut-être trop tôt pour le dire c’est certain, mais ce qui est sûr c’est que j’aimais être avec lui à ce moment précis, j’aimais cette sensation que je ressentais de nouveau et qui me bouleversais en quelque sorte. Alors pendant un moment je me suis laisser penser qu’aimer était de nouveau possible et être aimer également sans qu’on me brise de nouveau. Même si au fond je savais que je ne devais pas penser de cette façon, qui sait, Savitar serai peut-être capable de disparaitre de ma vie aussi vite qu’il est venu. Et si cela arrive je dois m’y préparer. Mais pas ce soir, pas cette nuit, j’avais opter pour me blottir contre lui, pour ressentir cette chaleur qui me manquais terriblement au fond et qui me fessais le plus grand bien, j’étais si bien oui, que je ne m’aperçois pas vraiment du moment où je sombre dans ce profond sommeil. Seulement mes rêves eux ne sont pas joyeux, forcément quand on est en plein doute, notre subconscient nous le fait sentir, et même si je me sens bien dans ses bras, je ne peux pas dire que je dors merveilleusement bien.

Ce qui me réveille, ou qui commence à me réveiller ? C’est Savitar qui bouge quelque peu, mais je ne bouge pas pour autant jusqu’au moment où je sens ses lèvres se poser au creux de mon coup, mon corps réagis rapidement, se rappelant de la sensation que j’avais eu hier soir grâce à lui. Je ne pouvais qu’ouvrir alors les yeux pour l’observer en silence au début, simplement avec un sourire sur les lèvres, de nouveau je me laissais penser que lui et moi étions bien accordés, il m’attira sur lui, et de nouveau la chaleur de son corps envahis le mien. Et tout en l’écoutant je ne pouvais que lentement glisser ma main sur sa joue avec beaucoup de tendresse, une fois encore je ne pouvais que voir l’homme briser qu’il était.
-Et j’aime tout autant être contre toi, il n’appartient qu’à toi de crée des souvenirs qui t’appartiendrons directement.
La suite de ses paroles me donnais envie de lui répondre qu’une seule et unique chose, une seule et unique chose que seule Laurel Lance aurai pu dire, pas Black Siren, cette partir de moi qui ne veux plus d’attache.
-Existe pour moi…
Ce baiser que nous commencions à échanger nous ramena tous les deux au désir que nous partagions, et c’est totalement sans quitter ses lèvres que je ne pouvais que mieux m’installer au-dessus de lui, mon intimité cherchant déjà à réveiller sa virilité.


©️Pando



God, and goddess, the perfect duo
ANAPHORE


Nous sommes Savitar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 325
Date d'inscription : 10/06/2017
Situation amoureuse : Dans un partenariat avec une beauté noire
Pour qui j'existe : The Flash , Killer Frost , Dr Alchemy; Black Siren
Ma famille : Barry Allen, Norah Allen et Henry Allen
avatar
Barry Allen/ Savitar
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Ven 9 Fév - 0:23

Le vide produit le froid et le froid me hérisse de glaçons. Le souffle du printemps, la chaleur des affections, redonnerait à mon sang la circulation, à mon âme l'espérance, à mon imagination la verve, à tout mon être l'élan.(@originecitation // beerus)[/u]
Et si on tuais des super-heros
☆ Laurel & Savitar ☆

Mon regard dans le sien était dés plus concupiscent. J'aimais sentir la chaleur et la moiteur de sa peau  contre la mienne, son souffle perdu sur mes lèvres et la sensation exquise de ses seins pressés contre mon torse.. Oh oui j'aimais la sentir comme ça, toute chose entre mes bras, esclave de nos deux corps effrénés...Et si éperdue de son pseudo Dieu . Au passage de sa main sur ma joue, je fermai un court instant les yeux, appréciant cette tendresse éphémère  qu'elle m'offrait en retour. Je la sentais amoureuse, alors que j'étais complètement indéfinissable...Je n'ai pas pour habitude de m'attacher , ni même des caresses et des baisers, il y avait si longtemps que j'avais cessé d'exister autrement que pour ma vengeance. J'avais pourtant une réelle affection pour cette pauvre créature égarée de terre 2  . De bien des manières, elle me ressemblait : on pouvait lire la même souffrance dans ses yeux . Tout comme moi son cœur avait saigné de nombreuses écorchures...Tout comme moi elle cherchait un peu de réconfort dans les ténèbres. Un sourire sibyllin étira aussitôt mes lèvres , son attention me réchauffait, il y avait comme une éclaircie dans mon obscurité... Certes, je ne guérirai jamais de ce mal qui me ronge, toutefois je me sentais étrangement bien contre ma beauté noire  . Mon cœur se serra , sous un regard beaucoup plus scrutateur...J'étais un homme brisé et cela se devinait à la rudesse de mon comportement . En outre de mon incroyable vitesse, c'était ma seule défense contre la douleur. « Et j’aime tout autant être contre toi, il n’appartient qu’à toi de crée des souvenirs qui t’appartiendrons directement » Me conseilla t-elle, avant de m'adresser ce regard à la fois incertain et empli de tendresse. « -Existe pour moi… » Mon expression était éloquente, il y avait autant de colère , que de douleur...De surprise, que d'amour...J'aimerai effectivement exister pour elle et en apprendre plus de  nous ? Mais comment créer un avenir, quand on est sur le point de disparaître du flux temporel... Je n'étais rien d'autre qu'un paradoxe, une aberration du temps...Un souvenir de Flash du futur.

Ma bouche venant effleurer  ses lèvres, je fermai, derechef, les yeux sur elle.. Ce simple contact m'arrachant des frissons le long de l'échine . Une faiblesse qui n'appartenait qu'à l'homme et non à un Dieu, comme je prétendais être pour ne plus avoir affaire aux sentiments . Je laissai passer un soupire et finis par l'embrasser fougueusement. Mon envie d'elle ne s'étant point amenuisée, bien au contraire...J'avais grand hâte que Black Siren prenne sa revanche sur moi...Moi qui l'avait malmené au cours de nos ébats pour rester  en tous points  le maître. Sa féminité , venant se coller avec urgence à  mon membre virile,  je  soupirai de plaisir  contre ses lèvres , avant de poursuivre notre baiser.  Cette fièvre qui grandissait me faisait perdre la tête, tout comme sa manière de bouger sur moi. Black Siren en redemandait et j'étais amplement en mesure de la satisfaire...
Ma virilité progressivement s'était engorgée, sous sa délicieuse friction. Plus roide, plus dure , elle exigeait déjà s’immiscer en elle pour lui offrir une jouissance sans pareille. Laurel.. L'interpellai-je d'un souffle, avant de dévier ma bouche sur son cou, puis ses seins. Mes lèvres refermant ses pointes plus brunes et dures de manière voluptueuse. La sueur de notre nuit avait salé sa peau, et le gout , sur ma langue,  en était encore plus exquis. Mon regard s'intensifia alors que de mes deux mains, je resserrais ma prise sur ses hanches. Mon bas ventre ne pouvait que répondre à ses ondoiements plus que provocateurs, faisant  alors rencontrer nos deux parties intimes dans un vas et vient délicieux et humide. L'instant était dès plus grisant et je me surpris à gémir de nos préliminaires.



“L'existence précède l'essence.”
Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
by lizzou.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 02/11/2017
Situation amoureuse : Pas insensible du tout à un certain dieu de la vitesse
Pour qui j'existe : Les gens de terre 2 - Savitar
Ma famille : Quentin Lance (Terre 2 Mort) Sara Lance (Terre 2)
avatar
Laurel lance/Black siren
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Mar 13 Fév - 9:33

Et si on tuais des super-heros
Ft; Barry Allen / Savitar
Ce n’est pas vraiment simple de se laisser aller au final quand on y pense, pas simple du tout, surtout quand la peur d’être blesser de nouveau est aussi forte, cependant actuellement je me laissais en quelque sorte aller, je voulais croire que cette fois ça serai diffèrent, malgré tous les sentiments différents que je pouvais voir passer dans le regard de Savitar, je n’étais clairement pas la seule à me battre contre mes démons, et ce que je lui disais était valable pour moi aussi, crée des souvenir qui m’appartiendrons, car ceux que j’ai, je ne les ai pas choisi, je n’ai jamais voulu être malheureuse comme ça, je n’ai jamais voulu qu’on me brise le cœur, faudrait être idiote en même temps. Et si il existe pour moi j’existerai pour lui c’est comme ça que ça fonctionne tout simplement. Mais c’est vraiment compliquer. Et je ne pouvais que voir que mes paroles le torturais encore plus, ce n’étais pas le but rechercher c’est évident.
Alors plutôt que de penser à ce genre de détail je ne pouvais que me dire qu’il était plutôt temps de prendre ma revanche sur cette folle nuit et lui montrer ce que moi aussi j’étais capable de faire, il m’avait attiré sur lui, autant en profiter après tout. Je comptais bien crée une sorte de dépendance de sa part, j’avais clairement besoin qu’être plus qu’une aventure sans lendemain pour lui mais ça je ne me l’avouais pas vraiment à moi-même il faut bien le dire. Alors je laissais place à cette passion et cette envie qui grandissait de plus en plus, ce baiser que nous échangions n’était qu’un début, je voulais faire monter son envie au fur et à mesure, m’amusant à onduler mon basin pour que ma féminité réveille sa virilité, et je ne pouvais que constater que ça fonctionnais à merveille, son corps répondais totalement au mien, ma respiration s’accélérais lentement, et la chaleur m’envahissait tout autant.
Sa façon de souffler mon prénom déclenchât des frissons sur tout mon corps, mes mains se baladais lentement sur sa peau pendant que mon basin remuais encore un peu plus vite, ses gémissement était clairement un vrai délice pour mes oreilles, j’en voulais plus et lui aussi c’était évident, sa bouche sur les pointes de mes seins ne pouvais que me faire gémir à mon tour de plaisir, avant que je viennent à mon tour l’embrasser dans le cou, m’amusant avec ma langue avant de le mordiller, et en parallèle de tout ça, nos deux corps se réclamais de plus en plus, sa virilité agaçais encore plus ma féminité au point où je ne pouvais que faire en sorte de combler ce désir en le faisant entrer de tout son long, dans un nouveau gémissement de plaisir. Ce n’étais qu’un début, je voulais lui montrer ce dont j’étais capable et ça ne fessait que commencer c’est certain.



©️Pando



God, and goddess, the perfect duo
ANAPHORE


Nous sommes Savitar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 325
Date d'inscription : 10/06/2017
Situation amoureuse : Dans un partenariat avec une beauté noire
Pour qui j'existe : The Flash , Killer Frost , Dr Alchemy; Black Siren
Ma famille : Barry Allen, Norah Allen et Henry Allen
avatar
Barry Allen/ Savitar
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Mer 14 Fév - 18:39

Le vide produit le froid et le froid me hérisse de glaçons. Le souffle du printemps, la chaleur des affections, redonnerait à mon sang la circulation, à mon âme l'espérance, à mon imagination la verve, à tout mon être l'élan.(@originecitation // beerus)[/u]
Et si on tuais des super-heros
☆ Laurel & Savitar ☆

Ce que je ressentais pour cette beauté noire était en tous points indéfinissable... Il y avait là une forme de respect, du désir, mêlé à de la colère, car finalement je n'aimais pas ce qu'elle essayait de provoquer en moi. Il était clair que je n'étais pas tout à fait mort, que Barry Allen continuait à vivre à travers Savitar, qu'il y avait encore des sentiments perdus dans les tréfonds de ce cœur meurtri. J'aurais aimé pouvoir répondre à son amour, car oui cela se lisait clairement dans ses yeux qu'elle éprouvait quelque chose de fort pour moi... J'aimais assez lire cette fascination, cette envie de moi, ce pouvoir ultime de domination sur l'autre.. C'était fort plaisant pour un Dieu, toutefois  je ne comptais pas la blesser en retour. Non, il y avait bien là un étrange lien qui s'était créé entre nous en l'espace d'un jour seulement.  C'était bien la douleur qui nous avait finalement rapproché et bizarrement je me souciais que Laurel se heurte à ma cruauté légendaire . Je savais combien mes paroles pouvaient être tranchantes et mes gestes emplis de violence.  Je n'étais plus en mesure d'aimer et d 'ouvrir pleinement ma porte à l'inconnue , sans rester sur mes gardes. Il y avait bien là une perte de confiance envers l'humanité, depuis que des larmes ont embué mon regard...Des  perles lacrymales de déception, puis de souffrance...Pour finalement salées de toute mon amertume . Et  pourtant son regard sur moi était empli de tendresse … D'une tendresse non feinte et qui m'avait cruellement manqué, bien que je m'en cache encore pour ne pas qu'elle me devine . La blonde  était pourtant maligne , bien plus que je ne le serai un jour... Car ses envies sur ce monde dépassaient amplement le stade d 'une simple vengeance , alors que moi, je ne vivais plus que pour cette revanche sur Flash.  Elle était en somme la femme idéale pour le seigneur noir...

Sa bouche basculant sur mon cou, je fermai de nouveau les yeux, pour délivrer un peu plus mes sens, particulièrement celui du touché. Comme toujours, Laurel savait comment noyer mes idées noires et ainsi me donner la chance de profiter pleinement  de l'instant présent... Il était si agréable que je m'y perdais littéralement dans de nombreux soupires, plus qu'appréciables à ses oreilles. Le plaisir qu'elle me procurait était sans pareil et cela s'entendait autant qu'elle le ressentait , peut-être était-ce du à cet amour fragile , que la blonde tentait tant bien que mal  de consolider . J'étais plus que certain d'en détenir la réponse... Son corps mouvant contre le mien pour me mettre dans état second, je ne pus que souffler son nom...Un nom que mon âme voulait se souvenir, et qui finalement était bien plus que celui d'une alliée. Il y avait comme de la passion dans ma manière de le  prononcer, un désir de l'autre enfui sous les cendres d'une triste vie...Elle m'avait lu comme dans un livre ouvert et je continuais pourtant à me fourvoyer, en prétendant qu'un Dieu ne sait pas aimer... Je n'étais pas un Dieu proprement dit , mais une âme  égarée sous un torrent de solitude. Le réconfort de ses bras et la chaleur de son souffle m'offraient l'occasion de renaître... De redevenir le futur Flash. Reste à savoir si elle portait assez de patience pour m'attendre...

La partie inférieure de son corps venant  frictionner ,de plus belle , mon sexe déjà bien engorgé. De nouveau je soupirai épris d'une sensation grandissante et exquise. J'avais déjà très envie d'elle, mais à présent je ne pouvais qu'en réclamer d'avantage, surtout que cette faim de l'autre était amplement partagée. Sa féminité était brûlante et mouillée, m'invitant ouvertement à la pénétrer , puis finalement c'est elle même qui prit les devants , s'empalant alors à mon érection et de tout son long. J'aimai entendre le son de sa voix, étouffée d'un souffle : on distinguait autant de douleur que de satisfaction...Deux choses que le seigneur était en mesure d'offrir plus que quiconque. Moi si cruel et sensuel à la fois..
Mon regard sur le sien, devint alors plus lubrique, ma perversité se mêlant à ma malice. J'appréciais au plus haut point cette revanche et j'avais grand hâte de découvrir la suite. Cette méta-humaine de terre 2 me surprenait de plus en plus, tout comme elle me séduisait à une vitesse fulgurante. Comme toujours cela avait tendance à m'effrayer tout comme à m'attirer. C'était si contradictoire.. L'une de mes mains venant redessiner la chute de ses reins, c'est sur son postérieur que finalement elle s’arrêta, le caressant doucement puis plus audacieusement. Il y avait là  tellement de choses qu'on pourrait découvrir finalement...



“L'existence précède l'essence.”
Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
by lizzou.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 02/11/2017
Situation amoureuse : Pas insensible du tout à un certain dieu de la vitesse
Pour qui j'existe : Les gens de terre 2 - Savitar
Ma famille : Quentin Lance (Terre 2 Mort) Sara Lance (Terre 2)
avatar
Laurel lance/Black siren
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Mar 20 Fév - 14:29

Et si on tuais des super-heros
Ft; Barry Allen / Savitar
Au fond de moi je savais exactement ce qu’il m’avait attiré en premier lieux chez Savitar, sa cruauté, car oui je savais qu’il n’avait rien d’une personne tendre et qu’avec lui je risquerai clairement de souffrir de certain manière comme j’en avais besoin et sans me procurer cette douleur par moi-même pour une fois. J’ai beau sembler forte en apparence, vous n’imaginez pas tout ce qui se cache au fond de moi, toutes cette tristesse, toutes cette souffrance et ce besoin d’avoir mal encore et encore pour me sentir vivante. Je ne sais pas quand ça a commencé, je ne sais pas comment je pourrais l’expliquer mais le résultat est là, il m’arrive souvent d’avoir besoin de forte douleur pour me rappeler que je vie, avant c’était des appelés à l’aide, pour montrer ma souffrance, mais j’ai appris à cacher ce genre de choses aux gens, j’ai appris à leur faire croire que j’étais une jeune femme tout ce qu’il y a de plus forte, d’indépendante et j’en passe alors que j’ai cruellement besoin des autres, j’ai cruellement besoin qu’on me montre que je compte, que j’existe, et quand ce n’est pas le cas et bien c’est la douleur qui me prouve que j’existe, pas au point où je pourrais en mourir, même si c’est arriver mais au point d’avoie vous savez cette adrénaline qui vous dit « bordel qu’est-ce que tu fais ? » C’est aussi pour ça que je suis tombé dans le cercle vicieux des tatouages, la douleur qu’on ressent me fait tellement de bien au fond. Alors oui c’est évident que Savitar est pour moi une manière aussi de me montrer que je vie, il n’y a qu’à voir quand il s’est montrer brutal avec moi, je me sentais encore plus en vie… Mais il n’y a pas que ça bien entendu entre nous, sa souffrance me touche tout autant, et comme souvent j’aimerai l’aider avant de m’aider moi-même. De toute évidence je ne suis pas du genre à m’aider moi-même.

Mais pour l’heure il n’était pas temps de penser à tous ces détail, il était plutôt temps de nous réveiller d’une manière assez particulière et tout autant agréable, et encore le mot est faible, j’avais vraiment envie de montrer ce dont j’étais capable. Alors après avoir échangé des baisers de plus en plus passionner j’avais dévié mes lèvres vers son cou que j’avais également embrassé et mordiller, j’avais bien l’intention de le faire perdre la tête en quelque sorte, mais dans le bon sens du terme, enfin vous voyez ou je veux en venir. Chacune de ses réactions me poussais forcément à poursuivre sur ma lancer, je savais exactement quoi faire pour réveiller son envie, même si soyons franc ce n’étais pas très compliquer, lui et moi avions clairement le même appétit sexuel à l’heure qu’il est.

Après l’avoir plus que chauffer si on peut dire les choses ainsi j’avais finir par m’empaler le son de son érection, un soupire de plaisir s’étant échappé de mes lèvres, ce moment était tout simplement divin a souhait et même la douleur que j’avais ressentis, enfin si on peut appeler ça de la douleur comme ce n’en était pas vraiment, était vraiment incroyable. Et c’est très lentement que je commençais à faire des vas et viens pendant que ses mains se baladais sur ma peau, mais j’avais finis par saisis ses deux mains pour lier nos doigts ensemble avant de les bloquer du mieux que je pouvais au-dessus de sa tête, en profitant pour me pencher de nouveau vers lui pour l’embrasser avec une fougue encore plus présente. Pour le moment j’avais le contrôle et je comptais bien en profiter tout simplement.


©️Pando



God, and goddess, the perfect duo
ANAPHORE


Nous sommes Savitar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 325
Date d'inscription : 10/06/2017
Situation amoureuse : Dans un partenariat avec une beauté noire
Pour qui j'existe : The Flash , Killer Frost , Dr Alchemy; Black Siren
Ma famille : Barry Allen, Norah Allen et Henry Allen
avatar
Barry Allen/ Savitar
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Jeu 22 Fév - 10:59

Le vide produit le froid et le froid me hérisse de glaçons. Le souffle du printemps, la chaleur des affections, redonnerait à mon sang la circulation, à mon âme l'espérance, à mon imagination la verve, à tout mon être l'élan.(@originecitation // beerus)[/u]
Et si on tuais des super-heros
☆ Laurel & Savitar ☆

Ses lèvres sur mon cou, me firent  frémir... Moi qui jusqu'à présent n'avait connu aucune autre passion que celle de la  vengeance, j'étais, entre ses bras,  en proie à un plaisir aigu et nouveau. Cette femme n'était pas comme les autres, elle m'inspirait énormément de sentiments... Des sentiments que je pensais morts avec le temps... Je n'avais fait que cultiver la douleur, et la déception, en ressassant de sombres souvenirs et en m’écorchant encore et encore à ces épines de  roses teintées de sang.  Cette sensation étrange que cette méta-humaine me faisait ressentir, me terrifiait autant qu'elle me faisait du bien, pour la première fois depuis ma fuite et la création du Dieu Savitar, je me sentais important sans avoir à user de ma force. En dépit de tout ce que je lui faisais subir, par réflexe de cacher mes faiblesses humaines derrière  la noirceur divine, elle semblait développer pour moi une certaine forme d'amour.  Oh oui ma beauté noire m'aimait et cela se devinait dans sa manière de s'offrir corps et âme à son seigneur... Une partie de moi, la trouvait extrêmement  pathétique , mais l'autre se retrouvait étrangement touché , au point que cela en devenait dérangeant à la longue . Mon regard toujours dans le sien était confiant et pervers, je savais exactement ce qu'elle essayait obtenir de moi... Et cela flattait mon ego au plus haut point.  Black siren pensait avoir une revanche en me chevauchant, mais encore une fois j'étais l'unique maître de la situation, elle ne faisait que succomber à ses désirs, à son envie de moi.. O oui sa manière de bouger sur mon phallus m'indiquait clairement sa dépendance. La blonde aimait que je m'enfouisse en elle, sentir toute ma virilité durcir et dans toute sa longueur... Elle prenait du temps dans ses va et vient, et la pénétration se faisait donc entièrement.

Nos doigts s'entrelaçant, alors que nos paumes aussi faisaient aussi l'amour, je m'abandonnai à mon tour au rythme de son corps, épousant le mouvement de son bas ventre avec une certaine exigence. Il y avait de nouveau comme une pression qui m'envahissait... Un besoin urgent d'assouvir cette faim de l'autre jusqu'à le déversement.   Sa bouche venant encore jouer avec la mienne, dans un baiser dès plus fougueux, je ne tardai pas à mordre légèrement sa lèvre inférieur pour la forcer à les entrouvrir et ainsi faufiler ma langue. Le contact de nos deux langues était exquis, il y avait là une certaine sensualité, ainsi que beaucoup de lubricité , avant que nos deux salives se mélangent. La cadence , de nos deux corps échauffés, s'accélérant. Je finis par défaire mes deux mains, pour venir saisir sa taille, que je pressai au niveau des hanches pour l'inviter à s’empaler de plus belle à mon érection... Elle soufflait, gémissait , s'excitait et cela m'encourageait vivement à poursuivre, plus encore quand je percevais comme une pointe de douleur. Cette femme était comme moi, née dans la douleur, et d'une manière irrésistible , elle adorait aussi s'infliger de la souffrance... De la souffrance, je pouvais aisément lui en offrir, il suffisait juste de stimuler le monstre obscure qui sommeillait en moi. Cet alors que à la vitesse de l'éclair, je changeai nos positions, la plaquant violemment contre le mur et dos à moi … Il n' y avait dans le jeu de Savitar aucune honnêteté et on peut dire que la blonde m'avait bien cherché aussi. Mon nez venant se nicher dans ses cheveux, puis son cou, je pris le temps d' humer son odeur , avant de redessiner les courbes de son postérieur de mes mains.  Sa peau était si douce et humide … Si délicieuse, et  enivrante aussi... Que je pris vraiment le temps de la découvrir avant de venir titiller sa féminité avec deux de mes doigts. Elle était toute mouillée d'excitation , j'eus donc aucun soucis à les faire finalement entrer. C'était cruel, comme je prenais du plaisir à jouer avec elle. Que désires tu ? Blach Siren... M'enquis-je dans un souffle avant d’exercer des va et vient de plus en plus accentués. La plaquant de plus belle et de manière abrupte , je pressai ma virilité contre son postérieur tout en continuant de la chauffer. J'avais tout d'un homme abject , mais peu de personnes , recevait un tel plaisir des mains du Dieu de la vitesse. J'ai tellement envie de toi.. Lui soufflai-je encore avant de lui mordre voluptueusement  le nuque , puis l'épaule gauche.. Moi seul pouvait lui offrir plaisir et souffrance confondus... Moi seul pouvait la satisfaire , en devenant progressivement l'unique source de sa douleur.



“L'existence précède l'essence.”
Il y a dans l'humanité, à l'heure qu'il est, une souffrance morale qui ne peut rien amener de bon. Le méchant souffre, et la souffrance du méchant, c'est la rage ; le juste souffre, et la souffrance du juste, c'est le martyre auquel peu d'hommes survivent.
by lizzou.



Dernière édition par Barry Allen/ Savitar le Ven 9 Mar - 11:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 112
Date d'inscription : 02/11/2017
Situation amoureuse : Pas insensible du tout à un certain dieu de la vitesse
Pour qui j'existe : Les gens de terre 2 - Savitar
Ma famille : Quentin Lance (Terre 2 Mort) Sara Lance (Terre 2)
avatar
Laurel lance/Black siren
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar Ven 23 Fév - 16:42

Et si on tuais des super-heros
Ft; Barry Allen / Savitar
Je savais très bien que je n’aurai pas le contrôle éternellement, voir jamais en fait quand on y pense, Savitar contrôlais tout, je ne saurai pas dire si ça me convenais ou pas au fond, mais pour le moment je préférais ne pas penser à ce genre de chose, je souhaitais juste profiter de ce moment présent, quant à savoir où il nous mènera, seul l’avenir nous le dira, je ne voulais pas m’attacher et pourtant j’étais en quelque sorte tombée dans le piège. Mais il était évident que je ne risquais pas de regretter une seconde ce qu’il était en train de se passer, oh non absolument pas. Je prenais un plaisir incroyable grâce à lui et je savais que lui aussi prenais beaucoup de plaisir. Il n’y avait pas de doute à avoir la dessus c’est une évidence. J’avais accélérer le rythme de mes vas et viens, ma respirations aussi s’était accélère. Cette sensation de plaisir augmentais à chaque seconde, pour un réveille, s’était un réveille vraiment incroyable, ça pourrais durer encore et encore que je ne m’en lasserai pas. C’est une évidence.

Mais comme je l’avais dit j’allais perdre le contrôle des choses et j’en ai totalement la preuve quand je me retrouve plaquer au mur, Savitar derrière moi, surprenant, très surprenant tout ça je peux vous l’assurer mais mon dieu comme j’aimais ça, je n’étais en rien une soumise, ou quelque chose dans le genre mais le contrôle de Savitar, sa violence, c’était tout ce dont j’avais besoin. Incapable de bouler, ou à peine tout simplement, je ne pouvais que me mordre les lèvres en sentant son souffle dans mon cou, je cherchais absolument le contacte de son corps contre le mien, la chaleur que cela provoquais était intense, si intense, je ne voulais pas que ça cesse, et quand je sentis ses doigts s’amuser avec mon intimité avant de s’introduire en elle je ne pouvais que remuer mon basin, pour l’insister a continuer, voir même à y aller plus fort, plus franchement, un gémissement s’échappant de mes lèvres. Ce que je désirais ? Bonne question, qu’il me fasse jouir comme jamais personne ne l’avais fait… Qu’il me fasse mal, mais pas au point de me tuer c’est certain. Je voulais tellement de chose, je le voulais lui tout simplement.

-Je te veux toi, de toutes les manières possibles et imaginables… Je te veux toi et ta brutalité, toi et ta sensualité…

Mon cœur battais de plus en plus vite au rythme qu’il allait lui aussi de plus en plus vite, je ne pouvais que sentir son envie, son sexe étant totalement dresser contre moi, je ne pouvais alors que laisser ma tête partir quelque peu en arrière, soupirant une fois encore de plaisir. Un sourire aux lèvres de nouveau en l’entendant me dire qu’il avait envie de moi.

-Alors prend moi, qu’est-ce que tu attends…

Au moment ou je sens ses dents en quelque sorte mordre ma nuque puis mon épaule je gémis une fois encore, il avait tout compris, ce besoin de douleur que j’avais en plus de ce plaisir. Mon corps tremblais clairement tellement je ressentais tout ça à la fois, et tellement j’en voulais plus, tellement plus.


©️Pando



God, and goddess, the perfect duo
ANAPHORE


Nous sommes Savitar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Et si on tuais des super-heros /Savitar

Revenir en haut Aller en bas
 

Et si on tuais des super-heros /Savitar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham: year one ::  :: Vers d'autres horizons :: Central City-